Mois: septembre 2018

L’ours est un naufrage démocratique !

Publié le Mis à jour le

A ceux qui n’ont pas compris qu’ils vendent surtout

la peau de la démocratie

Le ministre De Rugy a annoncé la réintroduction de deux ourses en Béarn.

Ours_brun_parcanimalierpyrenees_4
Photo Wikimedia Commons (Jean Noel Lafargue)

La question de l’ours, au point où elle en est arrivée chez nous, n’est pas une question écologique, mais d’abord une question politique. C’est un véritable naufrage démocratique dont nous sommes tous responsables, que l’on soit neutre, indifférent, partisan ou opposant à la réintroduction de l’ours dans les montagnes du Béarn.

Cela fait des années que les décisions sont prises à Paris et que la survie de l’ours, au bout de vingt, trente et même quarante ans de polémique, n’est pas garantie, comme d’ailleurs n’est pas garantie la survie du pastoralisme.

Donc, objectivement, ces déchirements, ces déclarations de part et d’autre à l’emporte-pièce, n’ont eu aucun résultat si ce n’est de créer des oppositions dures, stériles et dangereuses.
Ce système arrange tout le monde. C’est à un individu, un ministre, que revient la décision. Qu’il soit opposant, partisan, peu importe, c’est la méthode qui est mortifère.

Et que l’on ne me dise pas que ce centralisme appliqué à l’écologie doit être remplacé par une décision prise seulement localement parce qu’il suffit d’observer les uns et les autres, chez les décideurs locaux pour remarquer que finalement tout le monde est bien content de ne pas avoir de responsabilité en ce domaine.

Dans aucune des assemblées que j’ai frequentées (comme journaliste ou comme élu) je n’ai pu assister ou participer à un débat qui aurait débouché sur une décision concernant l’ours. Quand le ou la ministre est pour les lâchers on hurle, quand il ou elle est contre d’autres protestent.

Mais la question de la faune, de l’environnement ( et dedans j’y mets le pastoralisme) est une affaire qui ne peut se résoudre en un point central qui serait Paris, ni sur le seul territoire où vivent (vivaient, vivront ?) des ours. C’est une affaire collective.

Il se trouve que pour le moment le centralisme domine et que personne ne proteste sur le principe.

Ce qu’il faudrait c’est une décision partagée, mais pour cela il faut accepter de prendre des responsabilités, des compétences et d’assumer ses décisions. Jusqu’à aujourd’hui, dans les assemblées départementales ou régionales concernées, il n’a jamais été demandé à qui que ce soit de trancher. Finalement on attend la position du ministre pour s’afficher en pour ou en contre.

Et le dialogue, et la concertation et même mieux : le compromis, ça ne vous dit rien ? Il existe des pays en Europe et dans le monde où la démocratie fonctionne au niveau territorial et où les élus sont obligés de trouver des compromis dans ce type d’affaire. Et paradoxalement, même si tout ne se passe pas dans la concorde et de façon paradisiaque, ce sont les endroits où faune, agriculture, agropastoralisme, vie des hommes, arrivent à coexister. Je ne prends que l’exemple des Asturies où les ours sont encore présents en nombre (200 environ). Ce fut difficile, laborieux mais les assemblées des régions autonomes eurent à prendre leurs responsabilités et des décisions. Il a fallu ménager les uns et les autres et surtout décider, et non attendre qu’un ministre décide pour prendre une posture d’écolo ou de chasseur de fauve.

Finalement le centralisme arrange presque tout le monde, sauf l’ours. Il est plus facile de se positionner de façon radicale, de prendre une posture, plutôt que de trouver un compromis. Il est plus confortable de se positionner en insultant le ministre ou en le félicitant que de se mettre autour d’une table en se disant que de toute façon il faudra sortir avec une décision. C’est aussi le règne des lobbys. On va rencontrer le ministre et ses proches pour tenter de faire pencher la balance en sa faveur…

Dans un autre domaine bien différent, Michel Rocard enferma il y a quarante ans, les responsables de l’affaire néo-calédonienne en leur enjoignant de trouver un compromis.

Le pouvoir central et sa haute administration, jaloux de leurs pouvoirs n’ont même pas cette intelligence sur l’affaire de l’ours. Ça fleure le mépris du provincial arriéré. Mais personne chez nous ne le lui suggère. Ça fleure bon la soumission provinciale ! La décision en matière d’ours, comme en d’autres, nous échappe, avec la complicité de nos « élites ». Quand je dis « élites » je ne dis pas seulement les élus, mais aussi les leaders d’opinion. Et cela donne un triste résultat, c’est à dire de la démagogie et de la surenchère à tous les étages.

L’ours survivra peut-être à cette polémique stérile. Je n’en sais rien. En revanche je suis certain que la démocratie, le courage politique, l’intelligence politique risquent bien d’en prendre un coup.

Désolé de n’avoir pris parti que pour la démocratie dont la peau m’est très précieuse, surtout par les temps qui courent !

David Grosclaude

Publicités

Nous sommes d’insatiables goinfres ! Qu’èm sonque galafres insadorables !

Publié le

Article bilingue (texte occitan et texte français à la suite)
Un ministre de l’ecologia que demissionè e que digó quauques vertats, shens per aquò anar dinc au cap. Quauques dias abans la soa decision qu’avèva dit qu’atacàvam las resèrvas au començar d’aost. Cada annada la data qu’avança. Que minjam lo capitau, lo planeta !

Un ministre de l’écologie a démissionné. Il a dit quelques vérités avant de partir, sans pour autant aller jusqu’au bout. Quelques jours auparavant il avait fait savoir que nous avions attaqué les réserves dès le début du mois d’aôut. Chaque année la date avance. Nous bouffons le capital, la planète !

Haiti 1
Fòto presa au centre de Port au Prince en Haití. La misèria e totas las lordèras de la societat de consum, qui non son pas per aquò ua indicacion que los abitants e viven decentament (fòto DG)

 

Sonque galafres insadorables !

Un ministre de l’ecologia que demissionè e que digó quauques vertats, shens per aquò anar dinc au cap. Quauques dias abans la soa decision qu’avèva dit qu’atacàvam las resèrvas au començar d’aost. Cada annada la data qu’avança. Que minjam lo capitau, lo planeta !

Pauc de temps abans la demission deu ministre aqueste, qu’èra la panica ! La creishença n’èra pas au rendetz-vos. Que mancava 0,1% ou 0,2% comparat dab las previsions. Alavetz qu’entenom los economistas autoproclamats (acompanhats de’us qui creden que l’economia ei ua sciéncia) a tornar sortir los arguments vielhs qui’nse serveishen desempuish l’an de la gratèra : tornar lançar lo consum, dinamizar la creishença, redusir las despensas publicas, baishar lo prètz de l’energia, etc…. Donc que tornam partir dab las recèptas d’un còp èra, quan desperdiciàvam shens comptar en tot se trufar de çò qui pòt aparir a las generacions futuras.

Qu’ei çò qui cau díser aus nostes mainatges ? Tot çò qui n’an pas gausat demandar dinc adara. De tira que’us cau explicar que çò qui aprengón de nosautes non fonciona pas mei. Mei de creishença per mensh de caumatge ? Fotiròlas ! Energia mensh cara entà arrevitar l’activitat economica ? Colhonadas !

La creishença verda ? Qu’ei quan s’audeishen los crits espaurugats de la civilizacion de l’automobila qui sap sonque pregar sus l’autar de la « veitura verda ». A tot hòrt que vòlen sauvar la torrombiòla ! Que serà electrica, e entà tots ! Non que serà nucleara sonque entà quauques uns, dab las dèishas, las baterias, donc las guèrras deu litium e de las tèrras raras.

Haiti 3
Nosautes que volem la veitura electrica…qui sauvarà la civilizacion de l’automobila. mes la mobilitat deus mei praubes que n’ei enqüèra a solucions d’aqueras. En Haití (DG)

Creishença verda ?

Que   cau contunhar de bolegar, de transportar entà crear activitat. Qu’èm sonque moleculas qui’s segoteishen entà produsir calor ! Ei aquò l’economia ? Alavetz òc-ben qu’ei simple, simplista quitament.

La « creishença verda » que seré aquera qui’ns protegiré d’ua ecologia « punitiva ». Atau qu’apèran aquera ecologia qui ditz que n’ei pas mei possible de’s hartar, de har deus galafres. Que cau anar cap a la sobrietat.

Ei un castig de non pas mei s’en.hartar ? Que’vs pausi la question !

Los maishants que serén aqueths qui’vs vòlen empachar de consumir tròp e los bons que serén los qui disen que serà com abans mes sus un hons verd ! Qu’ei com tà la telé : se filmatz ua persona sus un hons verd que i podetz incrustar darrèr l’imatge qui v’agrada. Filmada atau, la persona se trobarà, se vòu, a Venècia o au bèth som de l’Everèst !

En aqueste monde qui’s vòu verdejar non transportatz pas mei, qu’ei passat de mòda, no’vs desplaçatz pas, qu’ei vielhòt ; qu’ètz en « la mobilitat » e miélher en « las mobilitats ». E que s’i avisen los qui non vòlen pas anar tribalhar a mila quilomètres de casa ! Que s’i avisen los qui non hèn pas foncionar los TGVs e los avions de còst baish !

Que sian avertits los qui afirman que la question de uei n’ei pas de transportar mensh car, mes de transportar mensh, simplament !

Atencion a vos se disetz que la sola solucion ei lo partatge de l’indecenta riquessa deus uns entà har carar l’indecent praubèr deus autes ! E siatz prudents se disetz que i a en lo noste monde d’un costat la misèria totau, lo praubèr absolut e de l’auta part lo praubèr relatiu.

Qu’avem la peta !

Uns praubes, en la lor misèria absoluda que vòlen çò qu’avem nosautes e que s’acontentarén de çò qu’an los qui a noste son praubes. Que vaden mobiles. Mes la lor mobilitat n’ei pas planvienguda, tà nosautes qui non podem pas mei suportar arren, quitament pas ua creishença qui arrecula de 0,1% au par de çò anonciat. Qu’ei mauvienguda la lor mobilitat pr’amor qu’avem la peta, la caganha.

Totun, que i a mensh de perilh en l’arribada de quauques detzenats de milierats de personas dispausadas a’s negar en Meditarranèa, que dens la guèrra de l’aiga, de l’aire o de la tèrra qui preparam taus nostes mainatges.

Mes quins argument emplegar fàcia a aqueth monde tà’us explicar que non poderàn pas estar com nosautes hartanèrs e galafres ? Non i a pas plaça per 9 miliards de galafres, ni per 6 miliards. E, disem las causas com son : non i a pas nat aviéner en lo goludèr planetari, nat aviéner taus galafres e hartanèrs.

Que vivem dab esquemas deus vielhs. Per exemple la tecnologia : que permeterà de trobar solucions aus nostes problèmas. Òc, mes que’n crearà de naus e non harà pas nat miracle. Que disi ua banalitat qui’s desbromban los cronicaires « doctors ès aplicacions » qui colonizan los mèdias.

Haiti 2
Haití, Port au Prince (DG)

N’ei pas la tecnologia qui cau condamnar segur, mes lo hèit que’n hacin ua religion e ua mena de recors miraculós qui nos permeteré de non pas reméter en causa nada de las nostas certituds. Que’ns demandan de créder en la tecnologia deu numeric ; e que l’adoram ! Tot aquò qu’ei suspècte.

Mes que senteishi plan l’angoish ! Quin serà aquera societat on l’objectiu non serà pas de consumir tostemps mei ? E serà ua societat trista, on nos devegeram ? Quin suenharam la nosta bolimia de consum ? Pr’amor se devem apréner a partatjar e tanben a estar intelligents, que s’ageish d’un desfís doble.

Mes fin finala, se devem víver shens aver en cap d’anar tostemps pilhar las resèrvas qui avem a la cava qu’ei un SOL desfís. Que devem essajar d’estar aquera umanitat qui pretendem d’estar. Que devem deishar enfin d’entrar en aquera definicion de l’òmi qui, comparat aus autes animaus, ei lo sol a considerar que tà s’afirmar, e deu pishar sus la nèu, tirar calhaus a l’aiga clara e cridar dens lo silenci.

David Grosclaude

 

 

 

Nous sommes d’insatiables goinfres !

 Un ministre de l’écologie a démissionné. Il a dit quelques vérités avant de partir, sans pour autant aller jusqu’au bout. Quelques jours auparavant il avait fait savoir que nous avions attaqué les réserves dès le début du mois d’aôut. Chaque année la date avance. Nous bouffons le capital, la planète !

Un peu avant la démission du ministre en question c’était la panique ! La croissance n’était pas au rendez-vous. Il manquait 0,1% ou 0,2% aux prévisions. Alors on a entendu les économistes autoproclamés (ainsi que ceux qui croient que l’économie est une science) ressortir tous les vieux arguments qu’on nous sert depuis des lustres : relance de la consommation, dynamisation de la croissance, réduction des dépenses publiques, baisse du prix de l’énergie, etc…Bref c’était reparti avec les recettes de l’ancien temps, celui qui fait que l’on bouffe l’héritage, que l’on gaspille sans compter et que l’on se fout de ce qui peut arriver aux générations futures.

Alors que faut-il dire à nos enfants ? Tout ce qu’ils n’ont pas osé nous demander.

Dès aujourd’hui il faut leur dire que ce qu’ils ont appris de nous ne fonctionne plus. Plus de croissance pour moins de chômage ? Balivernes ! De l’énergie moins chère pour relancer l’activité ? Foutaises.

Croissance Verte ?

La croissance verte ? C’est quand on entend les cris de panique de la civilisation de l’automobile qui ne jure plus que par la « voiture verte ». Il faut sauver la bagnole à tout prix. Elle sera électrique, et pour tous ! Non, elle sera nucléaire et pas pour tous, et avec ses déchets, ses batteries et donc ses guerres du lithium et des terres rares.

Il faut continuer à bouger pour faire du transport et de l’activité. Nous ne sommes que des molécules qui s’agitent pour faire de la chaleur ! C’est ça l’économie ? Alors oui c’est simple, simpliste même.

La croissance verte serait celle qui nous protégerait d’une « écologie punitive », c’est ainsi que l’on parle de l’écologie qui dit d qu’il n’est plus possible de se baffrer et qu’il faut être sobre. Mais est-ce être puni que de ne plus se baffrer ? Je vous pose la question !

Les méchants seraient ceux qui veulent vous empêcher de consommer trop et les gentils seraient ceux qui vous disent que ce sera comme avant, mais sur un fond vert ! C’est comme à la télé. De filmer sur un fond vert permet d’incruster n’importe quelle image. On vous filme sur ce fond vert et vous voilà, si vous voulez, à Venise ou au sommet de l’Everest !

Dans ce monde qui veut se « verdir » vous ne vous tranportez plus, c’est dépassé, vous ne vous déplacez plus, c’est ringard ; vous êtes dans la « mobilité » et même mieux dans « les mobilités ». Et gare aux immobiles, à ceux qui ne veulent pas aller travailler à mille kilomètres de chez eux , ceux qui ne font pas marcher les TGV et les avions à bas coût ! Gare à ceux qui prétendent que la question d’aujourd’hui n’est pas de transporter moins cher mais de transporter moins, tout simplement !

Nous avons la trouille !

Gare à ceux qui vous disent que la seule solution c’est le partage de l’indécente richesse des uns pour faire taire l’indécente pauvreté des autres ! Gare aussi à ceux qui rappellent qu’il y a en ce monde d’un côté la pauvreté totale, le dénuement absolu et de l’autre la pauvreté relative. Certains pauvres, dans leur dénuement total, veulent ce que nous avons et ils se contenteraient même de ce qu’ont nos pauvres. Ils deviennent mobiles. Leur mobilité est mal venue pour nous qui ne supportons plus rien, pas même un recul de 0,1% de la croissance annoncée. Elle est mal venue leur mobilité parce que nous avons la trouille. Pourtant il y a moins à craindre de quelques dizaines de milliers de personnes prêtes à mourir noyées dans la Méditerranée que de la guerre de l’eau, de l’air, de la terre que nous préparons à nos enfants.

Mais quels arguments va t-on pouvoir trouver pour dire à ces gens qu’ils ne pourront pas devenir des goinfres comme nous ? Il n’y a pas de place pour neuf milliards de goinfres ni pour six. Et disons le : il n’y a pas d’avenir dans la goinfrerie planétaire et aucun avenir pour les goinfres.

Nous vivons sur de vieux schémas. Par exemple, la technologie : elle permettra de trouver des solutions à nos problèmes. Oui, mais elle en créera d’autres donc pas de miracle de ce côté là. Je viens de dire une banalité qu’oublient les chroniqueurs « docteurs ès-applications » qui colonisent les médias.

Ce n’est pas la technologie qu’il faut condamner mais le fait d’en faire une religion. On nous demande d’y croire et on venère le numérique. Tout cela devient suspect.

Mais je sens bien l’angoisse ! Que sera cette société où l’objectif ne sera pas de consommer toujours plus ? Elle sera triste et nous nous y ennuierons ? Comment soigner notre boulimie de consommation? Et si en plus de devenir partageurs il nous faut devenir intelligents c’est un double défi.

Mais s’il faut nous occuper autrement qu’en allant piller le garde-manger, c’est que nous avons un défi unique à relever. C’est LE défi qui nous permettra de savoir si nous sommes cette humanité que nous prétendons être. Nous devons cesser enfin d’entrer dans cette définition de l’homme qui, comparé aux autres animaux, est le seul à considérer que pour s’affirmer, il lui faut pisser sur la neige, jeter des cailloux dans l’eau claire et crier dans le silence.

 

David Grosclaude