Mois: mars 2016

Que dèishi l’Ofici Public de la Lenga Occitana / Je quitte l’OPLO

Publié le Mis à jour le

David:Guilhèm
Qu’avem tribalhat, Guilhèm Latrubesse e jo, l’un elegit de Miègjorn-Oirenèus e l’aute d’Aquitània,amassa, entà har que las duas regions s’acòrden sus la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana. La mesa en plaça d’un organisme interregionau encargat de miar ua politica lingüistica publica en favor de l’occitan qu’èra ua demanda anciana de l’occitanisme.

Aqueste matin, a Tolosa, se debanava la segonda amassada generau de l’Ofici Public de la Lenga Occitana.

Ce n’était pas pour moi une réunion comme les autres.N’étant plus élu à la Region Aquitaine j’ai passé la présidence de l’OPLO à la nouvelle équipe

N’èra pas ua amassada com las autas. Non soi pas mei elegit regionau donc qu’èi passat la presidéncia a ua elegida navèra de la Region Aquitània-Lemosin-Peitau Charantas.

Charline Claveau-Abbadie qu’a pres la soas foncions aquete matin acompanhada a la vice-presidéncia per Patric Roux, elegit de la Region Lengadòc-Rosselhon-Miègjorn-Pirenèus, e per la rectora de l’Academia de Tolosa, qui representa tanben lo rector de Bordèu e donc l’Estat.

Que dèishi donc aquera presidéncia un còp complit çò de prometut a saber la mesa en plaça d’un organisme public qui averà per sola e unica mira, per sol e unic tribalh, la promocion de la lenga occitana.

Que publiqui ací las paraulas qui estón las mias abans de deishar lo sièti de la presidéncia de l’OPLO e de desirar bon vent a’us qui son adara a la barra.

« Nous allons procéder dans quelques instants à l’élection d’un nouveau président ou d’une nouvelle présidente pour l’Ofici Public de la Lenga Occitana.

Avant cela je souhaitais vous dire que j’ai été très fier d’avoir participé au travail collectif de mise en place de cet outil totalement nouveau.

C’est un outil de politique linguistique publique. Cela fait de la langue occitane un véritable objet politique, au sens noble du mot. Que la langue soit devenu un objet politique ce n’est certes pas nouveau. Toute langue est un objet politique. Mais que deux régions décident de mettre en place un outil commun pour promouvoir l’occitan qu’elles ont en commun, c’est nouveau ; et que l’Etat s’y associe rend la chose plus nouvelle encore .

Prévu au départ pour travailler sur un espace plus réduit, par le jeu des fusions de régions nous avons aujourd’hui un OPLO qui doit travailler sur un espace qui compte presque 10 millions d’habitants concernés par la langue occitane.

Les priorités du travail qui est à faire, elle sont inscrites dans les statuts de l’OPLO. Il s’agit de faire en sorte que la langue occitane vive, se développe, que des locuteurs plus jeunes puissent être formés, que l’on mette en place des outils de transmission.

Parmi les chantiers à venir il y a le travail à réaliser avec l’Education Nationale afin de disposer de nouvelles conventions pour développer l’enseignement de l’occitan et en occitan. Je n’oublie pas en ce domaine un autre partenaire qui est Calandreta. Puis il y a le chantier de l’audiovisuel, des médias en général sans compter la travail à faire avec l’ensemble de la société pour assurer une meilleure présence publique de la langue.

Ces priorités n’ont rien de nouveau. Il y a bien longtemps que le mouvement associatif, que des groupes, des professionnels, dans nos territoires travaillent au quotidien en faveur de l’occitan. C’est grâce à eux que les pouvoirs publics commencent à réagir. Sans ces lanceurs d’alerte, actifs sur le terrain depuis des décennies, il est sûr que nous ne serions pas là.

Il conviendra de travailler avec eux, de s’appuyer sur leur expérience et leur expertise. Il conviendra de soutenir le mouvement associatif et les professionnels qui aujourd’hui travaillent en faveur de l’occitan.
Mais une politique publique c’est un engagement pris par les pouvoirs publics. Cela montre que le institutions qui représentent les citoyens prennent leur part de responsabilité. La nouveauté c’est d’avoir aujourd’hui autour de la tables des élus régionaux et des représentants de l’Etat. Il conviendra sans doute de réfléchir à la façon d’associer, d’une façon ou d’une autre, les autres collectivités qui mènent ou qui souhaiteraient mener une politique en faveur de la langue.

Puis il y a les autres partenaires que l’on peut et doit trouver dans le monde professionnel, économique.

Je n’évacue pas la question des moyens. L’OPLO devra travailler pour disposer de plus de moyens budgétaires et humains. L’espace qui le concerne est immense. C’est la première fois qu’un tel outil est créé. C’est un beau défi.

Atau donc que soi urós de deishar la plaça en saber que l’utís qui deu méter en plaça ua politica en favor de l’occitan ei en estat de foncionar.

L’OPLO que servirà segur a ajudar los actors qui tribalhan en favor de la lenga occitana a progressar en s’amassar, en se pausar questions navèras.

Vos tanben, qui representatz las Regions et l’Estat, que seratz acarats a questions navèras e projèctes qui non son pas jamei estats miats dinc adara.

Que’vs desiri de tribalhar dab eficacitat e estrambòrd, en aver en cap finalament, qu’avètz aquera escadença de tribalhar sus un sol territòri qui ei la lenga occitana. E d’autes mots que poderem díser « lo men país qu’ei la lenga ». Lo país de l’OPLO qu’ei la lenga occitana.

Publicités

Amor acabat ! /Fin d’amour

Publié le Mis à jour le

(article bilingue )

800px-Cœur_de_Neufchâtel_05-1
Photo : Coyau/wikioedia commons/CC-BY-SA-3.0

Non tornarà pas ! Aqueste còp qu’ac èi comprés. Qu’ei partida non sabi pas tà on, mes qu’ei partida. Que m’a calut temps entà compréner que non la tornarèi pas véder.

E totun, be n’avem viscut annadas holejadissas, de las urosas, shens qu’ajam besonh de’ns preocupar de l’aviéner ! Enfin, qu’ac vedèvam atau nosautes dus !

Los nostes mainatges qu’ac avèvan tot, e nosautes non manquèm pas jamei d’arren a casa. Amor e opuléncia : qué demandar mei ?

Cada dia, era, qu’avèva ua idea navèra e cada dia que’u ne demandavi mei.

Non tornarà pas ! Adara qu’ac sabi.

Segur, que n’avom pelejas, conflictes e guèrras. Mes que i avèva tostemps un « après ». Lo noste amor que’s tornava abrandar com se cada crisi e vienèva avitar lo noste huec, la nosta fe en doman. Que ns’arribava quasi de desirar la guèrra entà ahortir lo noste amor.

De crisi en crisi que’ns calèva tostemps mei ; benlhèu tròp ; tostemps mei, tostemps tròp !

L’ambient a casa que començava d’estar emposoat.

Non tornarà pas !

Quan ei partida que l’èi cercada pertot. Que’m disèvan tà’m consolar qu’anava tornar e que dab era tornarén los beròis dias.

Que la tròbi de manca. Shens era non sabi pas se la Tèrra contunharà de virar. Que cau créder que virarà enqüèra. Mes dab era, tot deser se cambiava en besonh e cada besonh en deser. Que la tròbi de manca.

Los amics que’m disen que cau estar pacient. D’autes que’m disen : « 1% de perdut ! 10% d’arretrobats ! ».

Mes que soi segur adara que non tornarà pas. Lo noste amor que ns’arroganhava, que ns’estofava , que ns’asfixiava, que’ns consumiva.

Quan se n’anè, qu’avoi ideas de las negras. Que’n volèvi a la Tèrra sancèra. E m’avèva deishat per un aute, un estrangèr ?

Adara non credi pas mei a las paraulas doças de’us qui’m vòlen har tornar l’esperança deu son retorn. Qu’ei partida e que calerà har shens. Que’m demandi adara se lo noste amor n’èra pas fin finala tròp exclusiu, egoïsta e toxic. Non tornarà pas, que’n soi segur…la creishença.

Editorial de la revue « Occitania, Viure al país » du

Partit Occitan de ce mois de mars

Fin d’amour

Elle ne reviendra pas ! Cette fois-ci je l’ai compris. Elle est partie, je ne sais où, mais elle est partie. Il m’en a fallu du temps pour comprendre que je ne la reverrai pas.

Et pourtant nous en avons vécu des années d’insouciance, des années heureuses, sans que nous ayons besoin de nous préoccuper de l’avenir. Enfin, c’est ainsi que nous voyions les choses, tous les deux !

Nos enfants avaient tout et nous-mêmes ne manquions de rien à la maison. Amour et opulence : que demander de plus ?

Chaque jour elle avait une idée nouvelle et chaque jour je lui en demandais plus.

Elle ne reviendra pas ! Maintenant je le sais.

C’est vrai, nous eûmes des conflits et des guerres. Mais il y avait toujours un « après ». Notre amour s’embrasait à nouveau, comme si chaque crise venait attiser notre feu, notre foi en l’avenir. Il nous arrivait parfois de souhaiter la guerre pour renforcer notre amour. De crise en crise il en fallait toujours plus ; peut-être trop ; toujours plus, toujours trop !

L’ambiance à la maison commençait à être empoisonnée.

Elle ne reviendra pas !

Quand elle est partie je l’ai cherchée partout. On me disait pour me consoler qu’elle allait revenir et qu’avec elle reviendraient les jours heureux.

Elle me manque. Sans elle je ne sais pas si la Terre continuera de tourner. Il faut croire qu’elle tournera encore. Mais avec elle, tout désir se changeait en besoin et chaque besoin en désir. Elle me manque !

Les amis me disent qu’il faut être patient. D’autres me disent : « 1% de perdu ! 10% de retrouvés ! ».

Mais je suis sûr, maintenant, qu’elle ne reviendra pas. Notre amour nous rongeait, nous étouffait, nous asphyxiait, nous consumait.

Quand elle est partie, j’ai eu des idées noires. j’en voulais à la Terre entière. M’avait-elle laissé pour un autre, un étranger ?

Maintenant je ne crois plus aux douces paroles de ceux qui veulent que je retrouve l’espoir de son retour. Elle est partie et il faudra s’accommoder de son absence.

Je me demande si notre amour n’était pas finalement trop exclusif, égoïste et toxique. Elle ne reviendra pas j’en suis sûr…la croissance.

Régions : après le charcutage, voici l’assaisonnement et l’enfumage !

Publié le Mis à jour le

pòrc

Régions : après le charcutage, voici l’assaisonnement et l’enfumage !

Nous y voici ! Quel sera le nom des nouvelles régions ? Les naïfs croyaient que les habitants de ces nouveaux territoires auraient le droit de dire leur point de vue. Il n’en sera rien. Ils n’auront droit qu’à l’impression d’avoir donné leur avis. Pour le reste l’Etat s’en chargera. C’est lui qui « proposera » des noms. C’est ce que l’on apprend dans une lettre qui a été rendue publique et que signe le préfet de la nouvelle région constituée de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon.(allez lire cette lettre hallucinante qui a été publiée par le blog occitan de France 3  http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/le-blog-de-viure-al-pais-france3/2016/03/11/le-gouvernement-va-proposer-par-decret-un-nom-pour-chaque-region.html

Après le charcutage inoubliable qui a donné les nouvelles régions, voici venu le temps du choix du nom. Charcuter c’est bien, mais il faut assaisonner ! Et ce n’est pas le moment le moins important de la recette.

La technique est assez simple. Il faut laisser discuter dans les régions et, si possible, faire émerger les propositions les plus absurdes et les plus farfelues qui soient. Par exemple, pour éviter toute référence à l’Alsace on aura laisser émerger « Alcalie » formé par ALsace Champagne Ardennes Lorraine. Il est vrai que pour Nord-Pas-de-Calais-Picardie on a fait fort : « Hauts de France ».

Il y aura bien un farfelu pour proposer un « Bas de France », qui apparaitra comme tellement idiot qu’à côté un « Sud de France » paraitra presque un moindre mal. Cela permettra aussi de noyer toutes les idées qui pourraient être divergentes, voire déviantes comme les noms qui contiendraient le mot «occitan » ou « catalan ».

On évoque même pour désigner la nouvelle région qui abrite à la fois Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble un très poétique « Rhovergne » !

Une fois toutes ces foutaises exprimées et mises sur la place publique, l’État n’aura aucun mal à nous expliquer que la récréation est terminée ; et il sortira de son chapeau une pincée de « Pyrénées -Languedoc » un bien fade « Rhin-Champagne ». Quant à l’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes elle risque bien de se retrouver en « Sud-Ouest Atlantique ».

Tout cela se fera sur la même partition que celle qui a présidé à la fusion des régions. On prétendra que toutes les consultations des habitants sur les noms coûtent cher, qu’elles durent trop longtemps, qu’elles frisent le pinaillage, et on découvrira un beau matin, dans la presse, la liste officielle des noms de ces nouvelles régions.

Mais ne croyez pas que cela se fera sans complicités locales. Il y a des forces, dans nos territoires, toujours prêtes à rendre service au pouvoir parisien et à son administration à qui ils doivent tout…

Et vous verrez que ce sont ceux-là qui, demain, nous expliqueront que le nom fadasse que l’on nous propose pour notre région est un « nom moderne pour une région de taille européenne, a l’heure de la mondialisation ». On leur aura fourni les éléments de langage et ils les reprendront sans broncher dans les colonnes des ( de leurs ? ) journaux ou sur les plateaux des TV d’information en continu.

Charcutage, puis assaisonnement, pas garanti sans conservateur (tisme ?), ne reste plus qu’à nous enfumer…Et voilà le produit ! Il semble typique mais sa fadeur ne cessera de nous surprendre !

Pendant ce temps là nous n’aurons pas le temps de disserter sur ces régions qui n’ont aucun pouvoir, aucun moyen budgétaire, aucun levier fiscal. L’essentiel sera sauf : nous serons resté dans le superflu et l’anecdotique.