Mois: décembre 2015

E l’aiga que contunha de pujar !

Publié le

Pas de région pour le FN ! Pourtant l’eau continue de monter. La digue que certains se félicitent d’avoir construite est-elle vraiment solide ? N’est-elle pas construite avec de vielles pierres ou peut être même rien que du sable ?

Lo FN n’a pas nada region : tant de bon ! Los partits tradicionaus qu’an hauçat la diga entà empachar l’aigat mes qu’ac an hèit dab pèiras de las vielhas e dilhèu sonque dab sable. L’aiga que contunha de pujar. Lo segond torn qu’a amuishat que l’extrema dreta tanben qu’avèva resèrvas de votz en los abstencionistas. E las paraulas de’us qui disen au ser de las eleccions qu’an comprés la leçon e que non cau pas mei har politica com abans, qu’arriban tard ; que vienen sustot d’aqueths qui non son pas guarits deus maus qui son a l’origina de la crisi politica e qui non pòrtan pas nat projècte.

P1060769 La refòrma regionau que serà estada ua mauescaduda. N’aurà pas servit a arren. En aqueras eleccions regionaus qu’auram avut mensh de regions segur mes tanben mensh d’atencion a las questions qui pertòcan las regions e los lors poblants, mensh d’interès per çò que pòt portar un poder regionau vertadèr aus problèmas gigants qui son pausats au planeta.

Aquera eleccion que s’ei jogada sus tematicas qui n’avèvan pas arren a véder dab las (magras e praubas) competéncias deus conselhs regionaus.

Un còp de mei la maquina mediatica parisenca qu’a hèit la soa òbra e lo praubèr de la premsa regionau ( e non parli pas de la television regionau qui a ahortit la causa) qu’an escamotat lo debat sus las regions. Los partits que son complicis d’aqueth debat mancat.

Se cau dar un exemple d’aquera catasatròfa mediatica a la francesa qui vivem cada dia, que sufeish per aquò de comptar lo nombre de comentaris qui estón hèits dimenge ser sus lo sol resultat qui èra un pauc diferent, a saber lo de Corsega. N’an pas parlat o quasi deu resultat e sustot n’avem pas podut enténer la reaccion de nat candidat ni lo mendre comentari de quauque politològue sus l’eleccion de la lista deus autonomistas de G.Simeoni a la Collectivitat Territoriau de Corsega.

Incapacitat a analisar la causa ? Malaise devant un resultat atipic ? Volontat de mespresar un resultat qui necessita ua grasilha d’analisi non disponibla ? Tot aquò en medish temps. Solide, Corsega qu’ei ua petita region ( un pauc mei de 300.000 estatjants sia un petit departament) mes totun l’eveniment politic qu’ei important e istoric.

Tota la serada que s’ei passada en admirar la capacitat deus partits dits tradicionaus a empachar l’aiga de pujar e a retardar la catastròfa. Solide lo FN n’a pas nada region. Segur la participacion qu’ei estada mei hòrta que non pas tau prumèr torn. Mes pertot lo FN que tira profieit eth tanben d’ua participacion mei hòrta. Que ganha en votz ; mensh que los autes, mes que ganha tanben.

Que podem díser que dimenge, ta aqueste segond torn de las regionaus, qu’avem decidit d’empachar la pujada de las aigas en hauçar la diga. Mes l’aiga que puja tostemps e quitament s’avem ausit monde de dreta o d’esquèrra a díser « non cau pas mei har politica com abans !» que’s cau interrogar sustot quan vedem lo nombre d’elegits qui cumularàn un pòste de conselhèr regionau dab un de deputat o de conselhèr departamentau o de maire de vila grana o enqüèra dab ua presidéncia d’aglomeracion.

L’esquèrra que s’arregaudeish de pas aver pagat lo prètz qui èra previst. Mes tots que sabem dens quinas condicions se debanèn aqueras eleccions qui n’avèvan pas mei nat enjòc regionau.

Lo nivèu d’informacion deus electors que hasèva paur. Que n’èi encontrat non sabi quantes qui non sabèvan pas çò qu’èra lo perimètre de la lor region ; e per çò qu’ei de las competéncias deu conselh regionau alavetz …

De granas regions, çò disen ! Regions qui n’an pas la mitat de la mitat deu budget d’ua petita region autonòma d’un aute país d’Euròpa. Per exemple la navèra Region Aquitània dab los son 5,8 milions d’estatjants qu’aurà un budget qui serà la mitat de çò qu’a l’Aragon on viven 1,4 milion de personas. L’ua, l’Aquitània navèra, qu’a un budget de 2,8 miliards d’euros e l’auta, l’Aragon, 5,2 miliards.

Non parli pas de las competéncias qui son evidentament plan mendras a noste que non pas en d’autas regions europèas.

Aquesta eleccion regionau que rassegura los qui pensavan de préner ua teca istorica. Lo mòde d’escrutin, las triangularas tanben, qu’an permetut d’amortir la causa e de har lo cohat mensh escosent. Mes que seré suicidari de non pas véder que la miaça de l’extrema dreta ei mei hòrta après aqueth segond torn que non pas abans. Adara qu’avem la pròva que cau aliar los dus partits de la dreta e de l’esquèrra entà arribar a empachar l’eleccion d’un president de region FN ! Aqueste qu’ei lo prumèr partit en votz e que tròba resèrvas au segond torn.

Enfin, totun, que començam d’enténer comentators explicar que non podem pas mei parlar de vòte protestatari mes qu »èm dens l’adesion a ideas. Que se n’anava temps de compréner aquò !

E que non credin pas que l’analisi economicista sia pro entà explicar la causa. Los qui pretenden que lo caumatge e la soa creishença qu’ei la prumèra rason de la creishença deu vòte d’extrema dreta, que s’enganan. Quan disen que lo retorn de la creishença ei LA solucion qu’ei faus. Que’s desbromban que la basa d’aqueth vòte ( espiatz en Provença) qu’èra quauques annadas a, personas qui son en demanda de securitat, de tranquillitat, d’ordi e qui botan en davant l’arrefús de l’estrangèr o de tot çò qui ei vist com tau e qui non son pas dens la misèria.

La question ideologica qu’ei centrau. Los estudis sus çò qui apèran l’insecuritat culturau e tota la literatura qui va a l’entorn que pòrtan elements qui pròvan que la question economica non pòt estar la sola explicacion.

La creishença deu vòte FN per las campanhas que’ns deu interrogar. Lo monde rurau qu’ei tocat e n’ei pas la sola e unica question deu sentiment d’abandon deus territòris qui hè aderir a las tèsis de la familha Le Pen. L’economia qu’explica ua partida deu problèma mes que seré faus de pensar qu’ac pòt explicar tot. Los qui disen açò que vòlen estremar un element qui ei deu maine psicologic, qui a un rapòrt dab lo comportament culturau hargat per imatges simplistas e perilhosas ( França blanca, crestiana, invasion per los musulmans etc…)

L’ambient actuau, la temptacion securitària, l’Estat d’urgéncia e las mesuras qui l’acompanhan n’ajudaràn pas a har baishar lo nivèu de las aigas. E n’ei pas l’ambient nacionalista entertiengut per los qui vòlen concurrenciar lo FN qui serà ua ajuda tanpauc.

En politica qu’ei com tau climat : tot lo monde que disen que cau cambiar quauquarren mes non son pas hòrt nombrós a voler cambiar lo lor anar de pensar e de har a casa, dens lo lor partit, dens la lor familha.

Pr’amor lo resultat — e qu’ei aquò qui compta — qu’ei l’abséncia quasi pertot d’idèas navèras e de personas navas entà las portar.

Se dimenge an hauçat la diga qu’ac an hèit dab pèiras de las vielhas e enqüèra qu’èi paur que sia sonque dab sable !

Publicités

Sommes nous devenus des moutons qui cherchent juste à : «emmerder le berger » ?

Publié le

je publie à nouveau cet article plus que jamais d’actualité

Rien que pour emmerder le berger !

 

 

 

Je m’aperçois qu’il est de bon ton de se moquer des politiques et des élus. Vous me direz qu’ils l’ont mérité. Quand on voit que le spectacle que certains donnent, ça n’est pas reluisant. Mais est-ce suffisant pour expliquer qu’il n’y a plus dans les radios, les télévisions, dans la presse, rien d’autre que la caricature de l’élu loin des réalités et dont la seule préoccupation est sa gamelle ?

Il n’y a plus un humoriste qui ne fasse son couplet sur les guignols de la politique ; c’est devenu la tarte à la crème de l’humour. Le résultat c’est que beaucoup qui croient avoir de l’humour n’en ont pas. Mais le filon est bon. Ça caresse l’opinion ( et pas la meilleure ) dans le sens du poil.

Il n’y a pas de raison effectivement d’être fier de tel ou tel qui a mis la main dans le pot de confiture et qui est englué jusqu’au coude ; et il n’y a donc pas de raison de ne pas le dénoncer.

Mais tous les enseignants sont ils des pédophiles ? Tous les pilotes de ligne sont ils suicidaires ? Non, bien sûr. Généraliser à partir de cas isolés serait outrancier.

Sur les hommes politiques et leurs travers on peut et on doit faire de l’humour pour dénoncer les abus. Et puis l’expression est libre.

Cependant je voudrais noter que ce déferlement n’est pas anodin. On entend une petite musique qui fait que, finalement, plus personne n’est crédible. Il n’y a plus un responsable public qui dise la vérité et tout ce qui est dit doit être interprété avec un filtre qui permet de comprendre quel est son intérêt personnel. On crée une véritable rumeur dont le refrain est connu au bistrot du coin : « Tous pourris ! ». C’est la chanson à succès de la crise.

Mais quand tout va bien la chanson est bien différente. Les petits services rendus par tel ou tel élu à celui qui veut un coup de piston, qui cherche un logement, un petit coup de main pour un projet, sont beaucoup plus acceptables. Le clientélisme est plutôt bien vu, sympathique même alors que pourtant il n’est que le début du renoncement à la démocratie.

Quelle belle contradiction nous offre justement cette démocratie ! Cette dénonciation sans discernement des « politiques » ne serait-elle pas due aussi au fait que, pendant la crise, le clientélisme se réduit, que les petits services rendus sont plus rares. Alors la démocratie représentative devient bien plus insupportable.

J’ai envie de dire qu’il nous faut chercher à qui cela profite. Une rumeur, et on le sait depuis les études qui ont été faites sur des rumeurs célèbres, n’est bonne qu’à certaines conditions précises.

Il lui faut d’abord être vraisemblable. Donc, quelques exemples de politiciens pourris, même peu nombreux, mais bien scandaleux et bien médiatisés, (et on en a eu plusieurs) font l’affaire. Cependant, la rumeur n’a de sens que s’il elle profite à quelqu’un ( là, il faut chercher, mais pas trop, c’est facile) Il faut aussi qu’elle valorise ses colporteurs qui en rajoutent un peu au passage. C’est ainsi qu’elle enfle et qu’elle gagne en crédibilité. Chaque colporteur doit se sentir approuvé par son entourage. Colporter la rumeur c’est, si vous me permettez une image, comme voler en montgolfière : on va dans le sens du vent, c’est lui qui vous pousse donc on ne l’entend pas. Il ne fait aucun bruit à vos oreilles.

Alors, oui le monde politique a tendance à oublier les réalités. Mais il arrive que ceux qui sont dans les réalités ( ou qui prennent leur réalité pour la réalité de tous) oublient ce qu’est la politique et ce que sont les institutions. Elles sont souvent le reflet de la santé de la société.

Alors, non, je ne dirai pas « tous pourris ! sauf moi » parce que c’est cela que certains s’attendent à lire. « Eh oui ! Il veut nous dire que lui est propre, pas comme les autres ».

Je n’alimenterai pas la rumeur, je ne me poserai pas non plus en victime, en défenseur du système ; Je dirai simplement que l’humour et la caricature qui sont des armes en démocratie, doivent savoir se caricaturer et se moquer d’elles-mêmes.

Tout ça pour en arriver à vous dire que mon antidote c’est ce dessin de Panos Maragos, un dessinateur grec qui met en scène des moutons dans un pré. Ils regardent une affiche électorale sur laquelle se trouve un loup plutôt menaçant. Un des moutons dit alors : « je crois que je vais voter pour le loup ; ça fera réfléchir le berger ! ».

Et savez-vous ce que j’ai entendu comme une rumeur dans nos montagnes ces jours derniers ? « On a essayé le berger, on a essayé le chien, rien n’a changé ! Alors maintenant on a rien à perdre ; on peut essayer le loup ! ».

Ce sera sans moi.

David Grosclaude

dessenh grec

Partager:
TwitterFacebook14

Ofici Public de la Lenga Occitana : totas las regions occitanas convidadas/ Toute les régions occitanes invitées.

Publié le

Aqueste matin, a Tolosa, se debanava lo dusau Conselh d’Administracion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana. Qu’èran estats convidats, com observators, los presidents de las regions qui an hèit conéisher la lor volontat d’entrar dens l’OPLO ( PACA, Auvernha, Lengadòc-Rosselhon, Lemosin).

Lo president de l’Ofici Public de la Lenga Occitana qu’avó donc l’aunor d’arcuélher elegits mandatats per aqueras regions :

Hervé Guerrera per Provença , Gustau Aliròl per Auvernha , Estela Parrot-Urroz per Lemosin.

Ph.Vialard encargat de mission en Lengadòc-Rosselhon representava Marcel Mateu, elegit delegat a l’occitan e au catalan.

Aqueth encontre qu’a permetut de discutir de faiçon informau de çò qui poderé estar l’evolucion de d’un OPLO qui seré la representacion de tot lo territòri de lenga occitana en territòri francés e qui seré lo lòc d’elaboracion d’ua politica linguistica publica communa en favor de la lenga occitana.

Ofici Public 4:12:2015

Ce matin à Toulouse, se déroulait la deuxième réunion du Conseil d’Administration de l’Office Public de la Langue Occitane. Avaient été invités à titre d’observateurs, les présidents des régions qui ont fait connaître leur intérêt ou leur volonté pour une entrée dans l’OPLO (Auvergne, PACA, Limousin et Languedoc-Roussillon).

Le président de l’Office Public de la Langue Occitane a eu le plaisir d’accueillir les élus mandatés par ces régions :

Hervé Guerrera pour PACA , Gustau Aliròl pour l’Auvergne , Estela Parrot-Urroz pour le Limousin. Ph.Vialard chargé de mission en Languedoc-Roussillon representait Marcel Mateu, élu délégué a l’occitan et au catalan.

Cette rencontre a permis de discuter de façon informelle de ce que pourrait être l’évolution d’un OPLO  qui serait la représentation de toute le territoire de langue occitane en etrritoire français et qui serait aussi le lieu d’élaboration d’une politique linguistique  publique  commune.

Pourquoi nous, occcitanistes, sommes candidat-e-s sur la liste « Faisons ensemble » et pas sur la liste EELV en Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes ? ?

Publié le Mis à jour le

La question nous est posée par quelques personnes, légitimement puisqu’en 2010, dans le cadre d’un accord  conclu entre Régions et Peuples Solidaires (fédération dont le POC est membre) et EELV, je menais la liste dans les Pyrénées Atlantiques pour les élections régionales.

IMG_0795
En 2014 pour les régionales José Bové était venu en Béarn pour soutenir ceux qui ne veulent pas du projet de voie rapide entre Pau et Oloron

Sachez avant tout qu’il y a des occitanistes candidat-e-s aux régionales en Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Il y en a dans plusieurs départements dans la nouvelle région (Pyrénées-Atlantiques, en Dordogne, en Lot-et-Garonne, en Gironde, en Corrèze, Haute-Vienne). Parmi ces candidat-e-s, il y a des militants du Partit Occitan et d’autres qui ne sont pas membres du P.OC. Tous sont présents sur la liste « Faisons ensemble » menée par Marie Bové et Joseph Boussion.

Marie Bové a partagé avec moi les bancs du Conseil Régional pendant cinq ans. Nous avons l’habitude de travailler ensemble.

Cette liste est le résultat d’un rassemblement où l’on trouve des personnes très diverses. La présence des occitanistes sur cette liste nous y a semblé naturelle, c’est d’ailleurs elle  qui lui donne un sens particulier. C’est une liste qui porte les idées qui nous sont chères en matière de décentralisation et de régionalisation, d’écologie. Sur le plan social et économique, tout comme dans le domaine de la politique publique en faveur de la langue occitane nous avons élaboré ensemble un programme cohérent.

 

La liste bénéficie du soutien clair de José Bové, eurodéputé écologiste. Nous connaissons ses engagements et nous les partageons.

Depuis le mois de mai le Partit Occitan a cherché un accord avec EELV. En vain. Des contacts ont été pris afin de trouver un accord entre le Parti Occitan et EELV, sur la base d’un contenu programmatique et d’une stratégie de recomposition de la gauche.

Deux réunions ont eu lieu entre les délégations de nos deux organisations. Certains militants d’EELV ont pesé pour qu’elles aboutissent à un échec, en imposant à l’ensemble de leur organisation une posture anti-occitaniste radicale (1). C’est donc l’ensemble d’EELV en Aquitaine/Limousin/Poitou-Charente qui a suivi cette minorité, en rejetant un accord politique qui incluait une participation financière du Partit Occitan à la campagne, la mise en commun des moyens militants, une contribution programmatique et un accord de gouvernance, en contrepartie d’un engagement sur des objectifs précis et au moins un-e élu-e en cas de victoire. Très clairement, nous (la dizaine de personnes constituant les délégations) n’avons pas ressenti de volonté d’aboutir.

Nous le regrettons tous. D’autant plus qu’un accord a été possible chez nos voisins dans le cadre de la liste menée par Gérard Onesta…

(1)« Il faut s’affranchir de la tentation du repli identitaire. Les mouvements régionalistes s’inscrivent aujourd’hui dans cette démarche à contresens de l’histoire, même si ces mouvements prétendent évidemment le contraire ». Extrait d’une tribune publiée dans la « République des Pyrénées » et signée par les responsables EELV Béarn le 10 mai 2014 à l’occasion des élections européennes.

IMGP1980
Manifester pour une collectivité territoriale spécifique au Pays Basque doit être aux yeux de certains responsables d’ EELV du Béarn une manifestation de «repli identitaire » qui prouve que nous allons à «contresens de l’histoire ».