#mespresats

La letra de las ministras / la lettre des deux ministres

Publié le Mis à jour le

L’engagement des ministres de la Culture et de l’Education à propos de l’Office Public de la Langue Occitane. Letra ministrasP 1 P2

Que trobaratz ací la letra qui receboi de las duas ministras : la de la Cultura e la de l’Educacion. Qu’ei en aquesta letra qui s’engatjan a har espelir l’OPLO abans la fin de l’estiu

Qu’ei adreçada aus dus presidents de las region Aquitània e Miègjorn-Pirenèus. Que vederatz que la prumèra frasa indica plan que la question de l’avançament deu dossièr  estó pausada mantuns còps aus minsitèris e que donc la mea demanda èra justificada. Lo dossièr semblava de s’enclotar, de s’en.hangar en l’administracion parisenca .

Vous trouverez ici le courrier envoyé aux deus présidents de régions Aquitaine et Midi-Pyrénées et dont on m’a envoyé copie dès le 3 juin au soir. Elles s’engagent à ce que l’OPLO voie le jour avant la fin de l’été.

Vous remarquerez que la première phrase indique bien que les demandes concernant l’avancement du dossier ont été multiples. Il me semble donc que le dossier était en train de s’embourber quelques part dans un bureau. Donc j’ai bien fait de poser la question avec une certaine insistance.

Publicités

Primièra victòria, cal continuar

Publié le Mis à jour le

Après huit jours de grève de la faim, la lettre cosignée par les ministres de l’Éducation et de la Cuture engage l’État à participer à la création de l’Office Public de la Langue Occitane. C’est votre victoire.

Nous allons très rapidement reprendre contact avec le ministère de la Culture afin de voir dans quelles conditions cette participation se fera , aussi bien au niveau de la gouvernance que du budget. Les régions et l’Etat seront donc ensemble dans l’OPLO afin d’élaborer une politique linguistique publique. On peut espérer que d’autres régions occitanes souhaiteront venir participer à nos travaux de façon à ce que la plupart du territoire occitan soit concernée.

Ce qui s’est passé cette semaine prouve que nous sommes capables de peser sur des décisions.

Que cau contunhar ! pr’amor que i aurà combats mei a miar amassa.

Ces autres combats à mener ensemble s’annoncent déjà ; le président de la République a annoncé son intention de faire ratifier la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.

On nous l’a déjà promis, ça ne s’est pas fait. Cette fois il faut que ça se fasse. Ça ne se fera pas sans nous ; il faudra faire pression.

Nous savons que cette Charte est surtout symbolique. Mais il faudra que nous apprenions à nous servir du symbole et à faire en sorte que, partout, dans toutes les collectivités et au niveau de l’État cette Charte nous aide à obtenir des décisions concrètes.

Puis il y a le collège et la réforme. On nous dit que les choses vont être aménagées. On ne demande qu’à le croire mais on sera plus sûr quand ce sera écrit dans les textes.

C’est pour ça que ce 6 juin il y aura une manifestation à Périgueux.

C’est la preuve qu’il faut continuer.

Que cau contunhar ! pr’amor las victòrias non son pas jamei la causa de personas solas mes que son tostemps victòrias collectivas coma aqueta qui vientz de ganhar.

Que cau contunhar !

#calcontinuar

Qu’avem ganhat / nous avons gagné ( comunicat bilingüe)

Publié le Mis à jour le

Comunicat de premsa / Communiqué de presse

David Grosclaude, conselhèr regionau d’Aquitània

Qu’arrèsti la mea accion pr’amor qu’èi obtiengut çò que demandavi

Je cesse mon action puisque j’ai obtenu ce que je demandais

Que soi urós d’anonciar a tots los qui m’an sostienut desempuish ua setmana qu’an ganhat ua victòria. Lo document qui demandavi desempuish lo 27 de mai que m’ei arribat a 19h30.

Qu’ei un document adreçat aus presidents de las duas regions Aquitània e Miegjorn-Pirenèus devath la fòrma d’ua letra signada deus dus ministres de l’Éducacion e de la Cultura. Dens aquesta letra qu’ei indicat que l’Estat s’engatja a autorizar la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana e que s’i associarà.

Efectivament serà dens l’OPLO. Que vòu díser que participarà au son foncionament e au son finançament a costat de las regions. Qu’ei un element que n’avèvam pas podut obtiéner abans la vòsta mobilizacion.

La letra que precisa que l’OPLO serà creat abans la fin de l’estiu.

Qu’ei la pròva que quan nos amassam entà demandar çò qui ei devut a la promocion de la nosta lenga qu’ac podem obtiéner.

De segur que soi estat obligat d’emplegar un mejan d’accion hòrt. Qu’ac èi hèit pr’amor que i èri obligat, considerant qu’avèvi utilizat tots los autes mejans classics.

Que retieni d’aqueths dias, ua mobilizacion shens comparèr dab tot çò qui ei conegut. Que m’a tocada au còr la reaccion de totas e tots los qui m’an sostiengut.

Que preni donc la decision d’arrestar la mea accion puisqu’èi obtiengut tot çò que demandavi.

Que demoran hòrt de combats a miar. Qu’avem provat que n’avèvam la capacitat.

Que demandi a’us qui pòden de viéner doman dijaus 4 de junh a 16h30 devant lo Conselh Regionau d’Aquitània entà hestejar aquera victòria en favor de la lenga nosta e de la politica decidida per duas regions occitanas qui an pres consciéncia de la lor responsabilitat en aqueth maine.

Que rasseguri enfin los qui’s preocupan de la mia santat. Ua setmana shens s’alimentar qu’ei long mes non pensi pas que i agi consequéncias negativas. Que vederèi autanlèu doman un mètge e que harà un bilanç.

XXXXXXXXXXXXXX

Je suis heureux d’annoncer à tous ceux qui m’ont soutenu depuis une semaine qu’ils ont gagné une victoire. Le document que je demandais depuis le 27 mai m’est parvenu a 19h30. C’est un document adressé aux deux présidents des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées sous la forme d’une lettre signée par les deux ministres de l’Éducation et de la Culture. Dans cette lettre, l’État s’engage à autoriser la création de l’Office Public de la Langue Occitane et à s’y associer. C’est un élément nouveau.

En effet l’État sera dans l’Office Public de la Langue Occitane. Cela veut dire qu’il participera à son fonctionnement aux côtés des régions et aussi à son financement. C’est un élément que nous n’avions pas pu obtenir avant votre mobilisation. La lettre précise que l’OPLO verra le jour avant la fin de l’été.

Tout cela prouve que lorsque nous nous rassemblons pour demander ce qui est dû à la promotion de notre langue, nous pouvons l’obtenir.

Certes j’ai été obligé d’employer un moyen d’action hors-norme. Je l’ai fait parce que j’y étais obligé, considérant que j’avais utilisé tous les moyens classiques.

Je retiens de ces jours une mobilisation sans comparaison avec tout ce que j’ai connu par le passé dans mes combats pour la langue occitane. J’ai été très touché par la réaction spontanée de tous ceux qui m’ont soutenu.

Je prends donc la décision d’arrêter mon action. J’ai obtenu ce que je demandais.

Il reste d’autres combats à mener. Nous avons prouvé que nous en avions la capacité.

Je demande à ceux qui peuvent être présent demain, dès 16h30 devant le Conseil Régional d’Aquitaine de venir fêter cette victoire en faveur d’une politique publique pour la langue occitane, décidée par deux assemblées régionales qui ont pris conscience de leur responsabilité en ce domaine.

Enfin pour ceux qui se sont préoccupés de ma santé, je tiens à leur dire que cette semaine a été longue mais qu’elle ne devrait pas avoir de suites négatives pour moi. je verrai dès demain un médecin et on fera un bilan.

David Grosclaude

Conselhèr regionau d’Aquitània

Pétition : plus de 5000 signataires !

Publié le Mis à jour le

Nous avons franchi cette nuit la barre des 5 000 signataires ! Merci à Peio Roth d’avoir lancé cette initiative spontanée, merci à vous tous pour vos marques de soutien.

Pour rappel, le lien de la pétition :

https://www.change.org/p/gr%C3%A8ve-de-la-faim-pour-la-langue-occitane-cc-gouvernementfr-fhollande?recruiter=30236111&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

3 juin, journée de mobilisation

Publié le Mis à jour le

Cars amigas, Cars amics,

Demain j’en serai à ma première semaine de grève de la faim. C’est maintenant qu’il faut faire passer notre message au gouvernement de façon plus massive.

Vous avez manifesté votre solidarité par des messages, en signant une pétition, ou sous d’autres formes. Je vous en remercie !

Ce mercredi 3 juin doit être un moment de mobilisation dans toute l’Occitanie. Cette mobilisation sera la réponse au mépris qui nous touche. Demain, je vous demande d’aller nombreux, partout et pacifiquement dire : « N’I A PRO D’ESTAR MESPRESATS ! » 

Nous devons être capables d’exprimer cela sur l’ensemble de l’espace occitan. C’est pour nous une question de DIGNITÉ !

Il y a pour le moment des rassemblements prévus à :

  • Narbonne: 18h devant la préfecture
  • Tarbes: entre 12h et 14h devant la préfecture
  • Pau: 18h place royale + d’info ici
  • Toulouse : devant le conseil régional, à partir de 12h + d’info ici
  • Auch: toute la journée devant la mairie, point presse à 12h
  • Toulon: 18h devant la préfecture
  • Marseille: toute la journée devant le conseil régional, avec animation vers midi + d’info ici
  • Clermont-Ferrand: à partir de 10h30 devant le conseil régional (et toute la journée) + d’info ici
  • Bordeaux: toute la journée devant le conseil régional, avec concert de la Manufacture Verbale à 11h30
  • Albi: 18h devant la préfecture
  • Villeneuve sur Lot: 9h30 devant l’Escole Occitana d’Estieu (16 rue de Pujols)

Là où pour le moment rien n’est prévu, partout prenez l’initiative d’organiser un rassemblement à 18h devant votre préfecture ou sous-préfecture. Portez en motion le texte qui suit et qui n’est autre que le message que vous avez reçu lorsque je me suis mis en grève de la faim.

Relayez les informations sur Facebook, informez-vous par les réseaux sociaux sur les heures des rassemblements. #mespresats

Mes ami-es, j’ai la conviction que nous allons gagner et que nous sommes dans la dernière ligne droite.

Plegarèm pas !

Pour celles et ceux qui le peuvent, retrouverons nous 

jeudi 4 à Bordeaux à 16h30 

avec les élu-es, les artistes qui soutiennent notre combat.

Doman que’n serèi a la mea prumèra setmana de grèva de la hami. Qu’ei adara que cau díser aus poders publics lo noste messatge de faiçon enqüèra mei hòrta.

Qu’avetz dejà manifestat la vòsta solidaritat per messatges e ua peticion e que ve’n arremercii.

Aqueste dimèrcs 3 de junh que caleré que i avosse manifestacions de mobilizacion en cada parçan d’Occitania.

Aquesta mobilizacion qu’ei ua responsa au mesprètz qui nos tòca.

Doman que’vs demandi d’anar pacificament díser « N’I A PRO D’ESTAR MESPRESATS ! » pertot en Occitania e collectivament.

Que devem estar capables d’exprimir açò suu territòri de la lenga occitana. Question de dignitat.

 

Merci à tous

David Grosclaude

Pourquoi les médias parisiens sont ils sourds ?

Publié le Mis à jour le

A propos des médias parisiens et de leur difficulté à parler de nous.

Il faut casser le plafond de verre et frapper sur la vitre de l’aquarium

J’ai le temps de réfléchir le soir avant de m’endormir ; et à la question de plusieurs personnes à propos de la difficulté de faire passer une information dans la presse parisienne je me disais une fois de plus, qu’il existe chez nous un vrai plafond de verre médiatique. C’est un vrai sujet préoccupant en démocratie.

C’est une des conséquences du centralisme. Il est médiatique. Nous sommes le seul pays d’Europe où les plus grands médias sont aussi centralisés. C’est vrai de l’audiovisuel, privé ou public. Le privé vit comme il le veut mais le public lui au moins devrait être beaucoup mieux réparti sur le territoire. C’est déjà une faute que de n’être quasiment qu’à Paris. Certes il y a France 3 mais on voit bien que personne ne semble très disposé à développer de vraies chaines régionales. Il faudrait pourtant que le service public actuel dispose de vrais moyens et de plus d’autonomie. C’est vrai de la radio publique aussi.

Quant aux télévisions privées, elles ne font que suivre le rythme. Ce pays est centralisé et elles copient le modèle. Même chose pour les radios et la presse écrite dite « nationale ».

Cela explique la difficulté pour cette presse à s’intéresser à ce que nous faisons en « Province ». Il y a donc un phénomène pour nous de plafond de verre et , si je peux me permettre, pour les médias parisiens, un phénomène d’aquarium. Il y en a même quelques-uns qui se prennent pour des requins. On y vit un peu en vase clos.

Alors si l’on veut qu’ils nous voient il faut beaucoup s’agiter autour de l’aquarium ! Alors agitons nous !

Agitons-nous d’autant plus que les télévisions publiques vivent sur notre argent ainsi que la radio publique ; et agitons-nous aussi parce que la presse privée ne serait pas grand-chose si elle n’avait pour seul marché que son aquarium.

Disons que nous sommes des poissons en liberté qui regardons des congénères qui souffrent d’enfermement.

Dans l’urgence, aidons les à voir clair en leur envoyant les articles publiés dans la presse occitane, radio, télé, numérique ou écrite ainsi que ce qui est paru dans la presse d’autres pays d’Europe. Il y aura des réactions, à retardement certes, mais au moins par accumulation.

Crida – Appel

Publié le Mis à jour le

Au sixième jour de mon action je me réjouis de voir que mes collègues de Midi-Pyrénées, Auvergne, et PACA ont décidé de mener une action symbolique de jeûne dans leurs hôtels de régions respectifs.

Entre mardi 20 h et mercredi 8 h ils entameront ce mouvement. Je les en remercie.

J’appelle tous ceux qui me soutiennent à suivre l’exemple de mes collègues et d’en profiter pour organiser des moments d’information à la presse.

Des jeûnes symboliques de 24 h peuvent être une démonstration de notre détermination et surtout un bon moment pour attirer l’attention et montrer que ce mouvement ne se limite pas à un individu et à un seul lieu. Tout le territoire occitan est concerné.

Vous pouvez soit les rejoindre sur place soit organiser en tous lieux publics ce type de mouvement.

Bien entendu tous ces mouvements doivent montrer notre capacité à manifester pacifiquement, mais avec détermination.

Je sais que certains d’entre vous ont des obligations professionnelles et qu’ils ne pourront pas se joindre au mouvement durant ces 24 heures. Mais ils peuvent apporter leur soutien.

J’appelle tous mes collègues conseillers régionaux à se joindre à ce mouvement symbolique.

Le respect des décisions prises par des assemblées démocratiques est en jeu.

Un texte accompagne ce message afin de rappeler ce que signifie « n’i a pro d’estar mespresats » et ce qu’il revendique.

Je vous remercie de votre soutien

David Grosclaude,

conselhèr regionau d’Aquitània

au sheisau dia de grèva de la hami a Bordèu

Au sheisau dia de la mea accion que m’arregaudeishi de véder los mens collègas de Miègjorn-Pirenèus ( Guilhèm la trubesse) d’Auvernha ( Gustau Alirol ) e de Provença ( AM.Hautant e Hervé Guerrera) qu’an decidit de miar ua accion simbolica de 24 òras de grèva de la hami en los lors ostaus de regions respectius.

Enter dimars 18 h e dimèrcs 8 h aqueth movement que començarà. Que’us arremercii.

Qu’apèri tots los qui’m sostienen a seguir l’exemple deus mens collègas e d’aprofieitar aqueth moment entà informar la premsa

Grèvas de la hami de 24 h que pòden estar ua demonstracion de la nosta determinacion e sustot un bon moment entà tirar l’atencion e amuishar qu’aqueth movement no’s limita pas a ua persona e a un sol lòc.

De segur tots aqueths movements que deven provar la nosta capacitat a manifestar pacificament mes dab determinacion.

Que sabi que daubuns de vosautes qu’an obligacions professionaus e que non poderàn pas participar pendent las 24 òras. Mes que pòden portar lo lor sostien.

Qu’apèri tots los mens collègas conselhèrs regionaus a’s juntar au movement simbolic. Lo respècte de las decisions presas per assembladas democraticas qu’ei en jòc.

Un tèxte qu’acompanha aqueth messatge entà brembar çò que significa « n’ia pro d’estar mespresats » e çò que reivindica.

Que v’arremercii deu vòste sostien