Mois: avril 2016

Christian Troadec reçoit le soutien d’un maire occitan du Périgord

Publié le

IMG_0533

 

Christian Troadec s’est lancé dans la campagne. Il a lancé un appel depuis quelques semaines aux élus afin qu’ils lui accordent leur soutien et leur signature. Stéphane Roudier, le maire de Condat sur Vezère en Périgord a décidé de soutenir Christian Troadec et de lui donner sa signature pour qu’il puisse être candidat à l’élection présidentielle.

Stéphane Roudier est un maire occitan qui se définit comme un occitaniste, donc un écologiste aussi. Les deux hommes en ont profité pour échanger sur leur rôle d’élus dans des territoires ruraux auxquels ils sont très attachés.

http://www.christiantroadec2017.fr

Christian Troadec, candidat a l’eleccion presidenciala, conse de Carhaix, en Bretanha, a decidit de far sa campanha a l’entorn de l’idea de la renovacion de la democracia ; e aquò comença per la descentralizacion : mai de poder per las regions e mai de mejans budgetaris. Cal que las comunas e comunautats de comunas sián respectadas. Una fiscalitat mai justa, una politica per lutar contra las inegalitats territorialas que fan pas que refortir las inegalitats socialas ja insuportablas.

Lo centralisme que nos govèrna es arcaïc e nos estofa. Empacha las iniciativas que son necessàrias per desvolopar faiçons novèlas de trabalhar, de produsir, de consumir e de se desplaçar.

Cal reformar en pregondor un sistèma que denega a las culturas e las lengas ditas regionalas lo dret d’existir. Lo bilanç dels govèrns de dreta o d’esquèrra dins aquel domèni es voide.

Aqueles son los tèmas màgers de la campanha de Christian Troadec, lo sol candidat que remet en causa un centralisme parsienc que nos paraliza mas que contenta los partits tradicionals de dreta coma d’esquèrra.

Las responsas a la crisi economica, ecologica e politica que patissèm vendràn pas « de naut », mas de la volontat e de l’iniciativa dels territòris e de lors populacions. Ara tot es global e tot es local !

Christian Troadec, candidat a l’élection présidentielle, maire de Carhaix en Bretagne, a décidé de faire sa campagne autour de l’idée la rénovation de la démocratie ; mais cela ne se fera pas dans le cadre d’un système centralisé comme celui que nous connaissons. Il faut décentraliser, donner plus de pouvoirs aux régions et plus de moyens budgétaires. Il faut que les communes et communautés de communes soient respectées. Il faut une fiscalité plus juste. Il n’y a que de cette façon que l’on pourra lutter contre les inégalités territoriales qui viennent renforcer les inégalités sociales déjà insupportables .

Le centralisme qui nous gouverne est archaïque, il nous étouffe. Il empêche l’émergence d’initiatives qui sont nécessaires pour développer de nouvelles façons de travailler, de produire, de consommer, de se déplacer…

Il faut réformer en profondeur un système qui nie aux cultures et aux langues dites régionales le droit d’exister. Le bilan des gouvernements de gauche ou de droite en ce domaine est édifiant !

Voilà les thèmes majeurs de la campagne de Christian Troadec qui est le seul des candidats a remettre en cause un centralisme parisien qui nous paralyse mais qui contente les partis traditionnels, de gauche ou de droite.

Les réponses à la crise économique, écologique, politique que nous subissons ne viendront pas « d’en haut », mais de la volonté et de l’initiative des territoires. Aujourd’hui, tout est local et tout est global !

 

Publicités

Regions : nos batèm per un nom o per una lenga ?

Publié le Mis à jour le

e

 Quala es l’amira del combat ?

Los opausants a una vertadièra descentralizacion coneisseràn lèu una novèla victòria ! La dels noms de las regions.

Ara qu’an ganhat la batalha del retalhatge son a metre la zizania entre nosautres a prepaus del nom de la region mai centrala d’Occitania. E òm vei que lo comitat de sabis qu’èra encargat de far de proposicions a pas prepausat res de satisfasent. S’es acontentat de prepausar de noms que pòdon pas metre l’occitanisme d’acòrd. Per un nom

E finalament òm sap çò qu’arribarà. Òm ditz per rire que lo fotbòl es un jòc que se fa amb 22 jogaires sul terrenh e qu’a la fin es l’Alemanha que ganha. La descentralizacion en França es un pauc parièr. Es un jòc que fa coma se participavan los estatjants de las regions mas a la fin, es totjorn l’Estat central que ganha.

Aquelas « consultacions » sul nom de las regions riscan de mal virar. Pel moment son los catalanistas que son contrariats ; e los compreni plan. Volián una region a despart e lo resultat es que riscan d’èstre escafats.

Puèi son tanben contrariats los autres occitans que vòlon pas que lo nom d’Occitania sol, siá captat per una sola partida del territòri. E pensi coma eles. Occitània es mai que la region centrala. Un adjectiu seriá necessari. Mas quand òm analisa la situacion, finalament la discussion se fa a l’entorn d’una region qu’avèm pas volguda e risca de s’acabar amb un nom que volèm pas e que nos opausarà.

S’aquò es pas une situacion que mòstra la perversitat del centralisme me demandi çò que nos cal ! E sul nom que nos poiràn donar i aurà pas a trantalhar : serem tots de colhonats !

La luta per un nom seriá francament interessanta foguèsse per ua region (o puslèu per de regions ) qu’auriam poscut aprovar dins lor retalhatge e qu’aurián un pauc de poder. Es pas lo cas. La reforma es pas satisfasenta sus aqueles dos punts. Volèm batejar de territòris mal formats, sens cap de poder politic e budgetari.

Nos demòra lo nom per nos poder carpinhar ! I a de monde qu’espèran pas qu’aquò per se trufar un còp de mai d’aqueles provincials qu’an un esperit plan estret. E mancaràn pas de dire que son eles que trencan perqué arribam pas a nos entendre. E soi pas luenh de pensar qu’una bona partida de nòstres capulats regionals qu’an « lors malhums a París », coma dison, son complicis ( e benlèu organizators) de tota aquela confusion.

E vos parli pas de las batalhas que se veson pas dins lo gran public entre les administracions regionalas que se baton per saber qual manjarà l’autre e qual comandarà dins tal o tal sector. Qual aurà las amassadas plenièras, ont se faràn las amassadas de comission, etc…

E nosautres auriam lo temps de nos dividir per saber se cal apelar una region « Occitanie » ou « Occitanie centrale » o encara « Occitanie-Roussillon » o « Terre d’oc» ?

Avètz benlèu remarcat que i a pas una sola proposicion de nom en lenga occitana. Metre lo nom del país sus la mapa del monde dins una lenga qu’es pas la del país en question, es una causa que me pausa problèma.

Per dire la vertat e ma prioritat, se me caliá causir entre « Occitanie » e un nom en lenga occitana coma « Pirenèus-Lengadòc » seriá lèu fait per ieu : seriá lo segond.

La batalha es, de mon punt de vista, de saber se los conselhs regionals prepausaràn, demandaràn, que lo conselh d’Estat prenga en compte los noms dins doas versionso tres segon los cas. Dins lo sondatge a prepaus de la region ont demòri ai prepausat « Aquitània » e non pas « Aquitaine ». De metre lo nom en occitan sembla pas malastrosament a l’òrdre del jorn E, ça que la seriá aquò la vertadièra (r)evolucion. La nos prepausan pas ; e o faràn pas.

Vos parlariái plan de las discussions sul nom que portaràn los estatjants de las regions novèlas mas francament d’ausir parlar d’aquò n’ai lo sadol. En occitan per designar los que demòran dins un lòc, la màger part deu temps dison « los de …» seguit del nom del lòc.

Finalament vesi pas perqué sus la question del nom i auriá una decision dita democratica quand per la question de retalhar las regions se son passats de nòstre punt de vista. Crenti fòrça que las decisons sián ja presas. Donc se devèm perdre, al mens poiriam metre en primièr dins nòstra lista de principis que los noms de nòstras regions se digan tanben oficialament DINS LOR LENGA .

Christian Troadec, maire de Carhaix, candidat régionaliste à l’élection présidentielle

Publié le Mis à jour le

Voici la déclaration que Christian Troadec a envoyé à la presse pour annoncer sa candidature à l’élection présidentielle de 2017

Aqui que trobaratz la declaracion que Christian Troadec a mandat a la premsa entà anonciar la soa candidatura a la presidenciau de 2017.

Qu’ei ua bona novèla entà tots los qui espèran de poder enténer enfin ua votz capabla de prepausar ua auta politica autanplan per çò qu’ei de la descentralizacion mes tanben de la democracia territoriau, de la diversitat linguistica e deus combats en favor d’un desvolopament respectuós deu planeta e deus enjòcs ecologics.

 

Troadec
« Il y a quelques mois déjà, j’avais émis l’idée d’une candidature régionaliste à la prochaine
élection présidentielle. Depuis, j’ai multiplié les contacts et j’ai reçu le soutien et les
encouragements de différentes personnalités et d’organisations politiques dans plusieurs
régions de France. Aujourd’hui, je suis en mesure d’annoncer que cette démarche collective
se met en place dans l’hexagone et dans les territoires d’outre-mer. Notre premier objectif
étant de récolter rapidement les 500 signatures d’élus permettant d’officialiser la présence
d’un défenseur des régions à cette élection majeure.
Ma candidature à la présidentielle de 2017 prend son sens politique après deux
quinquennats préoccupants pour nos régions et leurs populations. Le bilan politique de
cette période est vide de toute initiative valable pour réformer l’Etat jacobin, centralisé
depuis Paris, qui enferme le pays dans les schémas du siècle dernier et ne permet, en rien,
de trouver des solutions pour lutter contre le chômage.
En France, on fait comme si l’élection présidentielle nous permettait de désigner la femme
providentielle ou l’homme providentiel. Mais nous savons ce qu’il en est. Pendant ce temps
les territoires où nous vivons sont maltraités. Nos propositions pour une vraie démocratie
partant des territoires doivent retrouver enfin droit de cité.
La réforme territoriale qui vient d’être mise en place est complètement déconnectée des
réalités. Il devient essentiel de faire entendre une autre voix.
Il est temps d’emprunter une voie, plus juste et plus respectueuse des populations. Celle du
centralisme prévaut depuis la monarchie. Elle a infligé des blessures profondes aux
peuples de métropole et d’outre-mer : affaiblissement puis disparition à terme de leurs
langues et cultures ancestrales, marginalisation territoriale. Il faut une politique nouvelle,
adaptée à notre temps, pour rompre avec ce passé.
Or la nouvelle carte des régions a été bâclée sur un coin de table, sans respect des
territoires et de leurs identités, sans consultation des populations ni de leurs élus locaux.
Une démocratie moderne, confrontée comme la nôtre à des problèmes économiques,
écologiques, sociaux et culturels sans précédent, ne peut être gouvernée de cette façon. Il
nous faut réagir et nous faire entendre.
Le centralisme nous étouffe, il empêche l’imagination et les initiatives novatrices de
s’exprimer ; il uniformise, il paralyse, il décourage aussi par ses pesanteurs. Le modèle
jacobin, ce centralisme poussé à l’excès, nie ce qui fait les particularités de nos régions,
tout ce qui constitue leur identité, comme leurs cultures, leurs langues, leurs façons de
concevoir la vie en société, leur histoire, leurs traditions et leurs façons d’innover, de
s’insérer dans l’Europe et de regarder le monde… Il faut libérer enfin le dynamisme dont
nos peuples et nos régions sont capables.
L’Alsace doit vivre et les Alsaciens être respectés. La Bretagne doit pouvoir décider
démocratiquement de retrouver son unité territoriale. La Corse doit pouvoir bâtir son
autonomie selon les intérêts de sa population. Le Pays Basque, la Catalogne et la Savoie ont
besoin de disposer d’une collectivité propre. L’Occitanie avec son territoire et ses régions
doit pouvoir fédérer ses potentialités et revitaliser son identité, notamment sur le plan
culturel et linguistique. Les régions historiques comme la Normandie, la Franche Comté ou
la Lorraine doivent pouvoir mieux s’affirmer. La liste est longue…
Même pour la région parisienne et ceux qui y vivent, plus d’autonomie régionale irait dans
le sens de plus de démocratie : L’État central n’a-t-il pas imposé son projet de «Grand
Paris» contre l’avis des élus franciliens ?
Le fédéralisme que nous proposons est une réponse efficace à la crise sociale, écologique,
économique et politique. L’exemple d’autres Etats et régions en Europe le démontre.
Le centralisme a échoué et échouera encore dans la lutte contre les inégalités territoriales.
Et celles-ci se transforment en inégalités sociales. Jamais aucune réforme n’a eu le courage
d’aller jusqu’au bout d’une véritable décentralisation. Il y a toujours eu des prétextes pour
faire machine arrière. L’Etat centralisé est un Etat paralysé, replié, recroquevillé sur luimême.
La dernière réforme, avec la création de métropoles n’a fait qu’aggraver la coupure
grandissante entre des territoires privilégiés et le reste du pays. La nouvelle carte des
intercommunalités, parfois décidée seule par les Préfets, ne répond pas toujours aux vrais
bassins de vie et à la confiance que nous devrions accorder à l’énergie des territoires, à leur
capacité d’innovation et de création.
Il y a urgence à faire émerger une force politique qui remette en cause le centralisme et
propose une véritable régionalisation.
C’est le sens de ma candidature.
Il y a urgence à ce qu’un projet politique, qui donne de vrais pouvoirs et de vrais moyens
aux régions, s’affirme sur la scène électorale, partout en France, pour redonner un espoir à
ceux qui refusent « l’apartheid territorial » .
Je crois aux forces et aux capacités d’engagement qui existent dans nos communes, dans
nos régions et je suis convaincu que nous pouvons peser sur la prochaine présidentielle.
Ensemble, nous pourrons proposer ce qui n’a jamais été fait, jamais été osé en France, à
savoir une démocratie enracinée et renouvelée, donnant partout les moyens à chacun de se
réapproprier son avenir, de proposer des solutions adaptées au territoire où il vit.
Ce que je propose est le fruit d’une expérience. Maire de Carhaix, une commune de 8000
habitants, co-fondateur du festival des Vieilles Charrues, un des plus importants festivals
de musique actuelle d’Europe, créateur et chef d’entreprises, je connais bien la réalité du
terrain. J’y suis confronté chaque jour.
Comme beaucoup d’élus de base j’ai eu à me battre – avec succès – contre l’abandon des
services publics en zone rurale et par exemple, après un combat acharné avec la population
locale, sauver la maternité et la chirurgie de l’hôpital de Carhaix condamnées par la tutelle
au nom de la rentabilité.
Je suis arrivé à la conclusion qu’il faut ouvrir grandes les portes et les fenêtres pour aérer
et vivifier les territoires et libérer les énergies.
C’est le seul chemin pour sortir de la crise qui frappe nos territoires régionaux de plein
fouet : qu’ils retrouvent leur dynamisme dans le respect de leur identité.»
Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller départemental du Finistère

On en a marre de se faire engueuler !

Publié le

 

Lettre ouverte à un député du Béarn qui oublie qu’il parle à des adultes

Ceux qui ont perturbé le congrès des pétroliers à Pau sont des fous qui jouent : « contre les intérêts de notre pays et de notre région ».

Qui considère qu’il incarne à lui seul les intérêts du Béarn et du pays ? Le député de la troisième circonscription du Béarn !

Qui conteste que des emplois ont été créés par les richesses du sous-sol béarnais ? Personne !

Pourtant,on insulte, on méprise et la démocratie reste en panne. Un industriel qui exploite un bien commun ne pourrait être critiqué ?

Faudrait-il se contenter d’un « Merci patron ! » ?

Los hòus .jpg
Des « fous» le 5 Avril  devant la réunion des pétroliers à Pau

Dans une démocratie moderne la concertation avec les industriels est le seul moyen pour que se mette en place un développement partagé.

Les béarnais ont droit à une véritable politique de concertation et d’information quand ils habitent près de sites industriels. Ce n’est malheureusement pas cette ambiance qui prévaut en Béarn.

Concernant le sommet des pétroliers, nous sommes tous des consommateurs d’hydrocarbures. Mais ce n’est pas une raison pour ne rien dire quand cette consommation met en péril l’avenir de nos enfants.

Il est tentant d’essayer de nous faire passer pour des destructeurs d’emplois. Mais c’est agiter un épouvantail, rien d’autre. Le sous-sol est un bien commun et il est légitime que des béarnais et des non-béarnais s’interrogent. Il y a peu, lors de la COP 21, tout le monde a bien pris soin de se positionner contre les risques du changement climatique, même les amis du député.

Oui, il faut que les pétroliers se lancent dans une reconversion audacieuse. Oui il faut permettre à chacun de trouver du travail. Oui, il faut changer de société, de mode de production et de consommation. Il faut y réfléchir ensemble.

De nombreux économistes appuient maintenant ce que disent depuis des années « les fous » que dénonce le député de la troisième circonscription.

Les fous sont ceux qui veulent dresser ceux qui ont un emploi contre ceux qui demandent que les alertes sur le réchauffement climatique soient suivies d’effet.

Nous ne voulons faire perdre son travail à personne. Nous sommes impliqués dans cette société comme tout un chacun.Et donc nous avons le droit et le devoir de débattre.

Le député de la troisième circonscription nous prend pour des fous parce que nous n’avons pas oublié qu’il nous vantait en 2010 l’enfouissement de CO2 sous les vignes de Jurançon, par Total, alors que nous étions nombreux à alerter déjà l’opinion sur le fait que cette technique ne servait à rien. Aujourd’hui tout le monde le sait.

Nous en veut-il de nous souvenir que c’est lui qui faisait exonérer Total de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes en 2010 ? Les effluents envoyés dans le sous-sol béarnais n’étaient disait -il que de l’eau salée ! (JO débats de l’Assemblée Nationale du 20 octobre 2011page 3656)

On est pas là pour se faire engueuler, traiter de fous, d’irresponsables. Si le Béarn doit demeurer comme dit le député de la troisième circonscription une « terre de travail, d’investissement, de congrès et de recherche énergétique » que ça ne l’empêche pas d’être aussi une terre de débat serein et de démocratie…

David Grosclaude

Sommet de Pau : l’hypocrisie contre le climat

Publié le

 

L’urgence climatique nous commande de dire non à l’hypocrisie.

On ne peut à la fois dire que l’on est conscient de l’urgence climatique et accepter que les pétroliers cherchent de nouveaux moyens pour extraire encore plus de combustibles fossiles.

petrole

Cette attitude, qui est celle de nos gouvernants et celle de la plupart des gouvernants du monde, est d’une immense hypocrisie. Elle est le fruit des pressions des grands groupes pétroliers.

Il est urgent de mettre notre intelligence, nos moyens humains, financiers, technologiques au service de solutions alternatives.

Il faut refuser la logique de ceux qui ne veulent pas voir la nécessité du changement profond dont notre société a besoin. Ils ne cherchent qu’à prolonger une aire qui leur permet de faire des profits, toujours plus de profits. Cela au détriment de l’immense majorité de la population du globe puisque c’est le patrimoine environnemental commun qui est gaspillé au profit de quelques uns.

Le coût du bouleversement climatique sera payé par tous.

Nous entrons dans une société où la croissance que nous avons connue n’existera plus. Il faut avoir le courage de le dire.

Le modèle économique que nous proposent aujourd’hui ceux qui pratiquent la fuite en avant est une société qui produit des inégalités de plus en plus grande, du chômage et de la précarité.

Vouloir prolonger ce modèle économique c’est mettre en danger la paix, la sécurité et le bien-être de tous.

Nous serons avec ceux qui refusent ce modèle demain mercredi au Palais Beaumont de Pau. Nous manifesterons pacifiquement avec ceux qui répondront à l’appel de l’ANV-COP21.

David Grosclaude

Partit Occitan