Mois: juin 2015

Le président du Parlement européen confirme la position des eurodéputés sur les langues menacées

Publié le Mis à jour le

Cette lettre de Martin Schulz est adréssée à Jan Moreu qui nous a quités il y a quelques jours suite à un accident de montagne.

Que comprenetz que provòca en jo ua grana emocion. Jan Moreu que s’èra, com de costuma, com en tots los dossièrs qui coneishèva engatjat a 100¨% dens la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana. Pendent la mea grèva de la hami que’m viengó véder e que’m sostiengó shens comptar.

Discretament, shens har brut, qu’avèva decidit de sasir lo president deu Parlament europèu.

La réponse de Martin Schulz arrive alors qu’il n’est plus parmi nous et que la mobilisation autour de mon action a permis de recevoir la garantie de l’État que l’OPLO serait créé.

Une preuve de plus que Jan nous manquera.

« Monsieur Moreu,

Par la présente, j’ai l’honneur d’accuser réception de votre courriel daté du 1er juin 2015, par lequel vous attiriez mon attention sur la grève la faim entamée par le conseiller régional d’Aquitaine David Grosclaude afin de faire entériner la création d’un Office public de la langue occitane par le Gouvernement français.

Je crois comprendre que Monsieur Grosclaude a depuis lors reçu l’assurance des Ministres français de l’Éducation et de la Culture de la création de l’Office public pour la langue Occitane prochainement, et a décidé dès lors de mettre un terme à sa grève de la faim. Je suis heureux d’apprendre qu’une solution ait pu être trouvée, répondant je l’espère adéquatement à vos préoccupations.

Votre courriel a été transmis à la Commission de la culture et de l’éducation du Parlement européen, pour information. De manière générale, le Parlement européen accorde une importance particulière à la question de la diversité linguistique et culturelle, comme en atteste l’adoption en septembre 2013 d’une résolution  sur les langues européennes menacées de disparition et la diversité linguistique au sein de l’Union européenne.

Je vous prie de croire, cher Monsieur, en l’assurance de ma considération distinguée.

Martin Schulz ».

Lo men amic que s’ei mort : a Jan Moreu

Publié le

Lo men amic que s’ei mort. Quin ? N’ac sabi pas vertadèrament mes que sabi que s’ei mort en un accident de montanha. Que pensi aus sons. A la soa hemna, Stéphanie, e aus sons mainatges Julia e Guilhèm. Que har de mei quan òm se senteish shens nat poder devant aquera novèla, senon pregar qu’ua partida de la dolor d’aqueths e pese drin sus las vòstas espatlas entà aleugerir lo hardèu. Que pensi aus sons pairs…

Jan

Que pensi aus quinze ans de tribalh en comun. Prumèr dètz ans ;Eth com director de l’IEO quan jo n’èri president.

Lo men amic que s’ei mort e n’arribi pas enqüèra a explicar la soa discrecion mentre que sabi l’engatjament hòrt qui èra lo son. Las duas causas que’m semblavan sovent contradictòrias.

Adara, solide, que vau compréner la plaça grana qui aucupava dab aquera discrecion. Lo tribalh tranquille d’aqueth òmi —qu’anavi díser gojat pr’amor que’u conegoi que n’èra enqüèra—qu’esconèva ua impaciéncia que li arribava d’exprimir, mes tostemps dab tranquillitat. Qu’èra l’impaciéncia deu qui sabèva que lo tribalh per la lenga aperava l’urgéncia ; impacient mes jamei enmaliciat, impacient mes jamei desesperat.

Shens eth non i averé pas avut la prumèra manifestacion de Carcassona en 2005. Qu’estó un deus valents de la petita equipa d’aquera prumèra grana mobilizacion. Quauques ideas, e qu’organizava, que hurgava, que montava los dossièrs.

Pendent annadas qu’avem rencontrat monde de pertot. Qu’aprenèva de tot çò qui’s passava en las autas regions en los autes país on las questions lingüisticas se pausavan com a noste. Que calèva

ratrapar lo noste retard, inventar çò que d’autes n’avèvan pas podut har, experimentar causas que d’autes n’avèvan pas gausat har. Qu’èram d’acòrd sus aquò. Lo men amic que s’ei mort.

E aqueth Ofici Public de la Lenga Occitana be’n parlàvam desmepuish longtemps ! Que n’ei eth tanben a l’origina. Que l’avem imaginat que hè annadas e que viengó tribalhar en l’encastre de la Region Aquitània entà participar a construsir las fondacions.

Que’u vedoi la setmana passada quan èri en grèva de la hami. Pas tròp estonat de la mea accion fin finala ! Que sabèva que non podèvi pas deishar càder e jo que sabèvi que podèvi comptar dab eth entà’m brembar, se hasèva hrèita, lo mens devers e los mens engatjaments. Que’u vedoi divés a Tarba on me demandè de viéner préner la paraula sus la plaça de la vila.

Lo men amic que s’ei mort e non li digoi pas jamei benlhèu un sol còp qu’èra un amic. Eth tanpauc non m’ac digó pas jamei atau. Pudor o retienguda aquò rai ! Qu’avèvam a har quauquarren amassa. Qu’ac hasèvam e qu’èra pro entà qu’estosse clar, shens qu’estosse besonh d’ac díser, que l’un e l’aute avèvam lo respècte mutuau d’un engatjament jamei desmentit.

Lo men amic que s’ei mort e que sabi que a on ei adara, que vòu que contunhem d’anar endavant, com caminèm amassa aqueras darrèras annadas. E pr’amor d’aquò que pensi a la cançon de Claudi Marti, escriuta era tanben per un amic despareishut tròp de d’òra :

« A maugrat ton sang sus la rota

e aquel vin a beure sol

defòra del temps nos escotas.

Nos cal cantar Joan, nos cal cantar …»

Adiu Jan

David Grosclaude

La letra de las ministras / la lettre des deux ministres

Publié le Mis à jour le

L’engagement des ministres de la Culture et de l’Education à propos de l’Office Public de la Langue Occitane. Letra ministrasP 1 P2

Que trobaratz ací la letra qui receboi de las duas ministras : la de la Cultura e la de l’Educacion. Qu’ei en aquesta letra qui s’engatjan a har espelir l’OPLO abans la fin de l’estiu

Qu’ei adreçada aus dus presidents de las region Aquitània e Miègjorn-Pirenèus. Que vederatz que la prumèra frasa indica plan que la question de l’avançament deu dossièr  estó pausada mantuns còps aus minsitèris e que donc la mea demanda èra justificada. Lo dossièr semblava de s’enclotar, de s’en.hangar en l’administracion parisenca .

Vous trouverez ici le courrier envoyé aux deus présidents de régions Aquitaine et Midi-Pyrénées et dont on m’a envoyé copie dès le 3 juin au soir. Elles s’engagent à ce que l’OPLO voie le jour avant la fin de l’été.

Vous remarquerez que la première phrase indique bien que les demandes concernant l’avancement du dossier ont été multiples. Il me semble donc que le dossier était en train de s’embourber quelques part dans un bureau. Donc j’ai bien fait de poser la question avec une certaine insistance.

Qu’avem ubèrt la pòrta/ Nous avons ouvert la porte

Publié le

Ce matin des commentateurs vous attribuent le pouvoir d’avoir fait bouger l’affaire de la ratification de la Charte européenne des langues. Je crois qu’ils ont raison.

Aqueste matin mei d’un comentator dens la premsa considèran que la vòsta mobilizacion ei a l’origina deu començament de desblocatge de la question de la ratificacion de la Carta europèa.

E finalament pensi qu’an rason.

En aver pres quauques òras de repaus, en poder espiar tranquillament totas las fòtos, tots los messatges qu’avètz mandat qu’èi pres la pagèra de la vòsta mobilizacion. Pertot en Occitania qu’avetz hèit retrenir lo messatge « pro d’estar mespresats ! ».

E lo messatge qu’a avut reclams en Corsega, en Bretanha,en País Basco, en Alsàcia, en Catalonha e endacòm mei.

Qu’ei de bon compréner que los qui an lo poder de decidir se son demandats se non i avèva pas ací lo començament d’un movement de gran amplor.

Qu’avem hèit enténer la nosta votz. Qu’ei lo prumèr còp que i arribam de tau faiçon. Quitament se a l’origina e’m caló lançar ua operacion un pauc radicau, aquò rai !

Qu’èra lo men ròtle d’elegit de miar ua accion entà defénder decisions e deliberacions democraticas.

Question de dignitat.

E la vòsta determinacion, la vòsta solidaritat que m’aconortèn tot au long de la setmana qui vien de passar.

E adara que cau contunhar !

Que devem obtiéner la Carta

Que devem obtiéner la lei

Amistats a totas e a tots

Privàs 03 06 2015 - Version 2
En Ardecha, a la prefactura an fait passar lo messatge

David Grosclaude

Ce matin plusieurs commentateurs dans la presse considèrent que votre mobilisation est à l’origine du commencement de déblocage de la question de la ratification de Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

Et finalement je pense qu’ils ont raison.

Après avoir pris quelques heures de repos, en ayant pris le temps de regarder tranquillment tous les messages, toutes les photos que vous avez envoyés, je prends la mesure de la mobilisation. Partout en Occitanie vous avez fait retentir ce message « N’i a pros d’estar mespresats »

Ce message a eu des échos en Corse, il a été repris en Bretagne, en Pays-Basque, en Alsace, en Catalogne , et ailleurs.

On peut comprendre aisément que ceux qui ont le pouvoir de décision se sont peut-être demandé s’il n’y avait pas là le début d’un mouvement de grande ampleur.

Nous avon fait entendre notre voix. C’est la première fois que nous y arrivons de telle façon. Même si a l’origine il m’a fallu lanver l’opération d’une manière un peu radicale. Mais peu importe.

J’ai estimé que c’était mon rôle, en tant qu’élu, de mener une action pour défendre des décisions et des délibérations démocratiques. Question de dignité.

Et votre détermination, votre solidarité m’ont soutenu tout au long de la semaine passée.

Et maintenant il faut continuer.

Il faut obtenir la ratification.

Il faut obtenir la loi dont nous avons besoin.

Amitiés à tous et à tous

Primièra victòria, cal continuar

Publié le Mis à jour le

Après huit jours de grève de la faim, la lettre cosignée par les ministres de l’Éducation et de la Cuture engage l’État à participer à la création de l’Office Public de la Langue Occitane. C’est votre victoire.

Nous allons très rapidement reprendre contact avec le ministère de la Culture afin de voir dans quelles conditions cette participation se fera , aussi bien au niveau de la gouvernance que du budget. Les régions et l’Etat seront donc ensemble dans l’OPLO afin d’élaborer une politique linguistique publique. On peut espérer que d’autres régions occitanes souhaiteront venir participer à nos travaux de façon à ce que la plupart du territoire occitan soit concernée.

Ce qui s’est passé cette semaine prouve que nous sommes capables de peser sur des décisions.

Que cau contunhar ! pr’amor que i aurà combats mei a miar amassa.

Ces autres combats à mener ensemble s’annoncent déjà ; le président de la République a annoncé son intention de faire ratifier la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.

On nous l’a déjà promis, ça ne s’est pas fait. Cette fois il faut que ça se fasse. Ça ne se fera pas sans nous ; il faudra faire pression.

Nous savons que cette Charte est surtout symbolique. Mais il faudra que nous apprenions à nous servir du symbole et à faire en sorte que, partout, dans toutes les collectivités et au niveau de l’État cette Charte nous aide à obtenir des décisions concrètes.

Puis il y a le collège et la réforme. On nous dit que les choses vont être aménagées. On ne demande qu’à le croire mais on sera plus sûr quand ce sera écrit dans les textes.

C’est pour ça que ce 6 juin il y aura une manifestation à Périgueux.

C’est la preuve qu’il faut continuer.

Que cau contunhar ! pr’amor las victòrias non son pas jamei la causa de personas solas mes que son tostemps victòrias collectivas coma aqueta qui vientz de ganhar.

Que cau contunhar !

#calcontinuar

Qu’avem ganhat / nous avons gagné ( comunicat bilingüe)

Publié le Mis à jour le

Comunicat de premsa / Communiqué de presse

David Grosclaude, conselhèr regionau d’Aquitània

Qu’arrèsti la mea accion pr’amor qu’èi obtiengut çò que demandavi

Je cesse mon action puisque j’ai obtenu ce que je demandais

Que soi urós d’anonciar a tots los qui m’an sostienut desempuish ua setmana qu’an ganhat ua victòria. Lo document qui demandavi desempuish lo 27 de mai que m’ei arribat a 19h30.

Qu’ei un document adreçat aus presidents de las duas regions Aquitània e Miegjorn-Pirenèus devath la fòrma d’ua letra signada deus dus ministres de l’Éducacion e de la Cultura. Dens aquesta letra qu’ei indicat que l’Estat s’engatja a autorizar la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana e que s’i associarà.

Efectivament serà dens l’OPLO. Que vòu díser que participarà au son foncionament e au son finançament a costat de las regions. Qu’ei un element que n’avèvam pas podut obtiéner abans la vòsta mobilizacion.

La letra que precisa que l’OPLO serà creat abans la fin de l’estiu.

Qu’ei la pròva que quan nos amassam entà demandar çò qui ei devut a la promocion de la nosta lenga qu’ac podem obtiéner.

De segur que soi estat obligat d’emplegar un mejan d’accion hòrt. Qu’ac èi hèit pr’amor que i èri obligat, considerant qu’avèvi utilizat tots los autes mejans classics.

Que retieni d’aqueths dias, ua mobilizacion shens comparèr dab tot çò qui ei conegut. Que m’a tocada au còr la reaccion de totas e tots los qui m’an sostiengut.

Que preni donc la decision d’arrestar la mea accion puisqu’èi obtiengut tot çò que demandavi.

Que demoran hòrt de combats a miar. Qu’avem provat que n’avèvam la capacitat.

Que demandi a’us qui pòden de viéner doman dijaus 4 de junh a 16h30 devant lo Conselh Regionau d’Aquitània entà hestejar aquera victòria en favor de la lenga nosta e de la politica decidida per duas regions occitanas qui an pres consciéncia de la lor responsabilitat en aqueth maine.

Que rasseguri enfin los qui’s preocupan de la mia santat. Ua setmana shens s’alimentar qu’ei long mes non pensi pas que i agi consequéncias negativas. Que vederèi autanlèu doman un mètge e que harà un bilanç.

XXXXXXXXXXXXXX

Je suis heureux d’annoncer à tous ceux qui m’ont soutenu depuis une semaine qu’ils ont gagné une victoire. Le document que je demandais depuis le 27 mai m’est parvenu a 19h30. C’est un document adressé aux deux présidents des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées sous la forme d’une lettre signée par les deux ministres de l’Éducation et de la Culture. Dans cette lettre, l’État s’engage à autoriser la création de l’Office Public de la Langue Occitane et à s’y associer. C’est un élément nouveau.

En effet l’État sera dans l’Office Public de la Langue Occitane. Cela veut dire qu’il participera à son fonctionnement aux côtés des régions et aussi à son financement. C’est un élément que nous n’avions pas pu obtenir avant votre mobilisation. La lettre précise que l’OPLO verra le jour avant la fin de l’été.

Tout cela prouve que lorsque nous nous rassemblons pour demander ce qui est dû à la promotion de notre langue, nous pouvons l’obtenir.

Certes j’ai été obligé d’employer un moyen d’action hors-norme. Je l’ai fait parce que j’y étais obligé, considérant que j’avais utilisé tous les moyens classiques.

Je retiens de ces jours une mobilisation sans comparaison avec tout ce que j’ai connu par le passé dans mes combats pour la langue occitane. J’ai été très touché par la réaction spontanée de tous ceux qui m’ont soutenu.

Je prends donc la décision d’arrêter mon action. J’ai obtenu ce que je demandais.

Il reste d’autres combats à mener. Nous avons prouvé que nous en avions la capacité.

Je demande à ceux qui peuvent être présent demain, dès 16h30 devant le Conseil Régional d’Aquitaine de venir fêter cette victoire en faveur d’une politique publique pour la langue occitane, décidée par deux assemblées régionales qui ont pris conscience de leur responsabilité en ce domaine.

Enfin pour ceux qui se sont préoccupés de ma santé, je tiens à leur dire que cette semaine a été longue mais qu’elle ne devrait pas avoir de suites négatives pour moi. je verrai dès demain un médecin et on fera un bilan.

David Grosclaude

Conselhèr regionau d’Aquitània

Pétition : plus de 5000 signataires !

Publié le Mis à jour le

Nous avons franchi cette nuit la barre des 5 000 signataires ! Merci à Peio Roth d’avoir lancé cette initiative spontanée, merci à vous tous pour vos marques de soutien.

Pour rappel, le lien de la pétition :

https://www.change.org/p/gr%C3%A8ve-de-la-faim-pour-la-langue-occitane-cc-gouvernementfr-fhollande?recruiter=30236111&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition