Mois: janvier 2017

Ua convencion en favor de l’ensenhament de l’occitan/Une convention pour l’enseignement de l’occitan (article bilingue)

Publié le Mis à jour le

Carcassona 2009 5La signatura d’aquera convencion uei a Tolosa qu’ei un progrès mes que’s calerà avisar entà que las promessas sian tiengudas.

La signature de cette convention aujourd’hui à Toulouse est un progrès mais nous devrons être vigilants pour que les engagements soient tenus.

Que m’arregaudeishi qu’ajan signat uei a Tolosa ua convencion pertocant l’ensenhament de l’occitan en duas regions. La ministra de l’Educacion qu’a signat uei a Tolosa aquera convencion qui permet a territòris com lo Lemosin de dispausar d’un tèxte contractuau e a l’academia de Montpelhièr de’n dispausar d’un navèth après ua longa situacion de blocatge.

Las academias de Bordèu e de Tolosa que dispausavan de convencions qui èran arribadas au lor tèrmi.

L’Ofici Public de la Lenga Occitana qu’ei estat encargat de negociar aquera convencion. Peu prumèr còp un ministre de l’Educacion que signa un tau tèxte. Lo ministèri que s’engatja sus un territòri mei larg qu’ua sola region e sus un territòri qui representa los dus tèrç, haut o baish, de l’espaci linguistic occitan. N’arregreti donc pas d’aver lutat entà la creacion d’aqueth utís qui ei l’Ofici Public de la Lenga Occitana.

Totun, en aqueth tèxte, signat per Najat Vallaud-Belkacem, non i a pas nat engatjament chifrat. Las chifras que demoran a negociar e a declinar en cada academia. Qu’ei la clau ; shens aquò los objectius que demoraràn mauclars e blocatges administratius que poderàn tirar tota eficacitat a aquera convencion.

Que’s calerà avisar doman que l’Estat e respècte la soa paraula e que balhe los mejans tà l’ensenhament de l’occitan e en occitan. Que deverà har cas de totas las fòrmas d’ensenhament de l’occitan e en occitan( Educacion nacionau e associatiu).

Formar mèstes qu’ei un tribalh deus màgers se l’òm vòu respóner a la demanda.

Aquesta signatura que’ns bremba que arren no’s ganha shens un engatjament. Que’m brembi que entà obtiéner de l’Estat lo respècte de la volontat de duas regions per la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana, que’m caló aviar ua grèva de la hami. Qu’ei gràcias au sostien de milierats de personas, de detzenats d’associacions e d’elegits que l’Estat e signè l’arrestat de creacion d’aqueth organisme.

Qu’ei au sortir d’aquera accion collectiva que la ministra de l’Educacion e la ministra de la Cultura s’engatgèn entà que l’Estat hasosse partida deu Conselh d’Administracion de l’OPLO.

Que senhali qu’au dia de uei, e qu’ac arregreti, la participacion de l’Estat au foncionament de l’OPLO qu’ei mei que simbolica. Que representa ua soma globau de 65 000 euros, sia raportada au nombre d’abitants de las duas regions pertocadas per l’occitan, 0,72 centime d’euro per persona !

L’integracion de la question de las lengas regionaus en la lei sus la refondacion de l’escòla en 2013 qu’estó possibla sonque pr’amor de la mobilizacion de las associacions. L’Estat n’avèva pas a l’origina l’intencion de se’n preocupar.

A cada còp, en aqueth domèni, que cau donc aver en cap qu’arren n’ei pas ganhat, arren n’ei pas dat. Que demora hòrt a har.

Amassa que podem anar mei luenh

David Grosclaude

mespresats

Une convention pour l’enseignement de l’occitan

La signature de cette convention aujourd’hui à Toulouse est un progrès mais nous devrons être vigilants pour que les engagements soient tenus.

Je me félicite de la signature d’une convention portant sur l’enseignement de l’occitan et qui concerne deux régions occitanes. La ministre de l’Éducation a signé ce jour à Toulouse ce texte qui permet par exemple à des territoires comme le Limousin de disposer d’un texte contractuel et à l’académie de Montpellier d’en disposer à nouveau, après une situation de blocage.

Les académies de Bordeaux et de Toulouse disposaient de conventions qui étaient arrivées à terme.

L’Ofici Public de la Lenga Occitana a été chargé de négocier cette convention. Pour la première fois un ministre de l’Éducation signe un tel texte. Le ministère s’engage sur un territoire plus large qu’une seule région et sur un territoire qui représente les deux tiers environ de l’espace linguistique occitan. Je ne regrette donc pas de m’être battu pour la création de cet outil qu’est l’Ofici Public de la Lenga Occitana.

Cependant, le texte signé par Najat Vallaud-Belkacem ne contient pas d’engagements chiffrés. Cela reste à négocier et à décliner dans chacune des académies. C’est la clé ; sans cela, les objectifs resteront vagues et des blocages administratifs, pourront rendre cette convention inopérante.

Reste donc à être vigilant sur la suite. L’État devra respecter sa parole et donner les moyens à l’enseignement de l’occitan et en occitan. Il devra prendre en compte toutes les formes d’enseignement de l’occitan et en occitan (Éducation nationale et enseignement associatif). Le chantier de la formation des professeurs est central si l’on veut répondre à la demande.

Cette signature rappelle que rien ne se gagne sans engagement. Je me souviens que pour obtenir de l’État le respect de la volonté de deux régions à créer un Office Public de la Langue Occitane il m’a fallu m’engager dans une grève de la faim et que c’est grâce au soutien de milliers de militants, de dizaines d’associations et d’élus que l’État a signé l’arrêté de création de cet organisme.

C’est à l’issue de cette action collective que la ministre de l’Éducation et la ministre de la Culture se sont engagées à ce que l’État intègre le Conseil d’Administration de l’OPLO.

Je rappelle aussi qu’à ce jour, malheureusement, la participation de l’État au fonctionnement de l’OPLO est plus que symbolique. Elle représente une somme de 65 000 euros soit, rapportée au nombre d’habitants deus deux régions concernées par l’occitan, 0,72 centime d’euro par personne.

L’intégration de la question des langues régionales dans la loi sur la refondation de l’école en 2013 ne fut possible que grâce à la mobilisation des associations. L’État n’avait pas à l’origine l’intention de s’en préoccuper.

A chaque fois, dans ce domaine, il convient donc de se souvenir que rien n’est acquis, rien n’est donné. Il reste beaucoup à faire.

Amassa que podem anar mei luenh

David Grosclaude

Publicités

Pour un candidat régionaliste à la présidentielle/ Un candidat contra lo centralisme.

Publié le

pic_0542

Conferéncia de premsa de Christin Troadec aqueste diluns matin a París.

Per un còp los mèdias parisencs qu’èran presents (BFM TV, I Télé, L’Express, France 3, que i avèva tanben Le Télégramme e Le Monde que deveré publicar ua entervista dens la setmana).

Christian Troadec qu’a explicat la necessitat de la preséncia d’un candidat regionalista fàcia a tots los autes candidats qui son jacobins e qui non remeten pas en causa lo sistèma centralista.

Qu’a denonciat la darrèra refòrma de las regions e dit que calèva tornar véder la lei qui a reformat las regions e las collectivitats ( la lei NOTRe). Qu’a defendut l’idea d’un poder regionau mei hòrt entà lutar contra las inegalitats territoriaus qui ahorteishen las inegalitats sociaus.

Qu’a dit que devèvam suprimir los prefèctes e sos-prefèctes, promessa hèita que i a dejà mei de trenta ans per lo candidat socialista de 1981 e jamei tienguda.

Que devem decentralizar entà ajudar a l’emergéncia d’un desvolopament equilibrat qui permeterà la creacion d’emplecs.

Un plan ferroviari entà desvolopar lo trin entà tots e lo transpòrt ferroviari, en plaça deu tot LGV qui còsta tan car !

Lo 50 % de la redevença televisuau entà crear canaus de televisions publicas regionaus de plen exercici.

Ua politica d’ajuda a las TPE qui son creatoras d’emplecs mes qui n’arriban pas a s’i reconéisher en las dificultats administrativas entà embauchar.

E d’autas proposicions qui pertòcan lo desvolopament durable, las lengas ditas regionaus, l’Euròpa…

Tot que’s tròba sus

http://www.christiantroadec2017.fr

Conférence de presse de Christian Troadec ce lundi matin à Paris

Pour une fois les médias parisiens s’étaient déplacés.

Christian Troadec a développé quelques thèmes de sa campagne, en commençant par l’idée simple qu’il faut qu’il y ait un candidat régionaliste dans cette élection alors même que tous les autres sont d’accord pour ne pas remettre en cause le système jacobin.

Revoyons la carte des régions qui n’a rien fait d’autre que de nier les réalités historiques, culturelles et économiques des régions. Redonnons la parole aux collectivités, consultons les populations sur l’organisation territoriale. Supprimons les préfets et les sous-préfets…

imgp6324

Le centralisme est créateur d’inégalités territoriales qui elles-mêmes engendrent des inégalités sociales.

Donnons du pouvoir aux régions. Mettons en place des politiques qui aident les territoires et qui vont dans le sens du développement durable et de la lutte contre le changement climatique. (Plan rail avec priorité aux lignes classiques et aux trains du quotidien).

Donnons aux langues régionales un statut. Donnons aux régions de vraies télévisions publiques.

Supprimons le ministère de la Culture, ce qui ne veut pas dire supprimer la Culture mais au contraire la décentraliser, permettre à tous de bénéficier d’une politique culturelle décentralisée.

Défendons l’Europe des régions.

D’autres propositions sont sur :

http://www.christiantroadec2017.fr

Neuf propositions pour 2017 /Nau proposicions per 2017

Publié le

header_twitter_ct2017

NEUF PROPOSITIONS

pour une véritable réforme institutionnelle

pour la suppression des postes de préfets

pour développer l’emploi

pour la fermeture des grandes surfaces le dimanche

pour en finir avec les inégalités territoriales

pour en finir avec les inégalités sociales

pour une politique des transports durable

pour une politique culturelle respectueuse de la diversité

pour interdire l’emprunt à l’étranger afin de financer la présidentielle

IMGP4045

1) Réussir une véritable réforme institutionnelle

Nous devons revoir totalement la carte des régions qui ont été redécoupées sans tenir aucun compte des réalités économiques, historiques, culturelles et

sans tenir compte de l’avis des populations (disparition de la Région Alsace, refus d’une Bretagne historique comprenant la Loire Atlantique etc..). Il faut donc abroger la loi NOTRe.

Réforme de la fiscalité afin de donner aux collectivités des ressources dynamiques qui remplaceront les dotations d’Etat qui sont un moyen de chantage permanent du pouvoir central sur les collectivités.

Donner de vrais pouvoirs aux régions (pouvoir réglementaire et d’adaptation législative).

2) Pour la suppression des postes de préfets et de sous-préfets

Ces postes administratifs avec leur train de vie fastueux doivent être supprimés. La France demeure le seul pays dirigé par son administration. Le candidat François Mitterrand l’avait inscrit dans ses 101 propositions en 1981 mais ne l’a jamais mis en application une fois élu. Nous le ferons. Ces postes héritiers des intendants de la monarchie absolue n’ont plus lieu d’être et coûtent des millions d’euros à l’Etat. Ce sera notre première mesure.

Le contrôle de l’État sur les actes des collectivités territoriales dotées de nouvelles compétences normatives se limitera à l’intervention d’autorités juridictionnelles, (comme c’est souvent le cas dans le reste de l’Europe : Länder, communautés autonomes espagnoles, régions italiennes, Écosse & Pays de Galles au sein du Royaume-Uni). Ces contrôles pourraient se doubler de l’intervention d’autorités indépendantes chargées d’une action pré-contentieuse.

3) Pour développer l’emploi

Aider les TPE créatrices d’emplois

On dit que les TPE sont les premières à créer des emplois. Mais que fait-on pour elles et pour les aider ? Nous proposons la création d’un « médiateur de la législation économique et sociale pour les TPE » L’administration est là pour contrôler ou faire appliquer la loi. Mais celle-ci est si complexe que les TPE, qui n’ont pas de spécialiste Ressources Humaines, sont perdues. Tout comme il existe un médiateur du crédit, il faudrait un « médiateur de la législation économique et sociale ».

4) Pour la fermeture des grandes surfaces le dimanche

La généralisation de ces ouvertures, prônée et établie par le candidat Macron, vient gâcher le bien vivre ensemble, le lien social indispensable entre les gens, le bien être de la vie familiale. Le dimanche doit être consacré au repos et aux activités de loisirs : vie associative, sorties culturelles…

5) Pour en finir avec les inégalités territoriales

Hidalgo
au mois de juin Christian Troadec a remis une lettre à la maire de Paris pour lui dire le pourquoi de son opposition aux JO

Inégalité des investissement publics : Non aux J.O à Paris !

Non aux J.O à Paris ! La candidature de Paris aux J.O de Paris est un exemple de l’obsession centraliste. Cette candidature , doit être abandonnée. Elle n’est qu’un prétexte a investir toujours plus dans une agglomération qui consomme une part toujours plus grande des crédits de l’Etat (transports, habitat, culture…) creusant ainsi des inégalités sociales et territoriales déjà trop importantes.

L’actualité nous montre que cette politique nuit aussi aux habitants même de l’Ile de France. Les épisodes récents de pollution n’en sont qu’un exemple.

La concentration des investissements, payés avec les impôts de tous, en un seul point du territoire a un coût, social, culturel sanitaire et écologique de plus en plus lourd.

6) Pour en finir avec les inégalités sociales

Limitation par la loi de la rémunération des dirigeants de groupes

Il nécessaire que l’Etat intervienne pour limiter le salaire des patrons, dans la mesure où, laissé à lui-même, le marché produit des écarts de rémunérations injustifiables sur les plans social et économique. Ainsi celui-ci atteignait en moyenne 1 à 211 pour 37 patrons du CAC 40 en 2011.

Imposer l’égalité de traitement pour un travail similaire

Malgré les grands discours, l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes n’est pas effective. Il faut imposer une loi contraignante opposable devant les conseils de prud’hommes directement par les personnes concernées.

7) Pour une politique des transports durable

Un plan rail ambitieux pour un développement territorial équilibré

Remise en état, modernisation et sécurisation en deux années du réseau ferroviaire existant.

Remise en service de centaines de kilomètres de voies abandonnées.

Mise en place d’un véritable plan rail pour le frêt ferroviaire avec création éventuelle de lignes nouvelles et dédiées au frêt.

L’entêtement à vouloir ne développer que le réseau à très grande vitesse a fait prendre du retard au développement de la mobilité ferroviaire pour tous. Abandon de tous les projets de LGV.

Ce plan rail peut être enrichi par le développement du transport maritime ( cabotage)

8) Pour une politique culturelle respectueuse de la diversité

Supprimons le ministère de la Culture !

La politique culturelle d’État est aujourd’hui l’exemple même d’un système inégalitaire. La politique culturelle doit faire l’objet d’une décentralisation réelle. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Le ministère de la Culture dépense les trois quarts de son budget à des institutions installées à Paris. On laisse aux collectivités territoriales le soin de financer la culture hors Paris.

Le ministère de la Culture pourrait être remplacé par une institution d’aide à la création culturelle ayant parmi ses obligations une répartition équitable de l’intervention publique d’État.

Pour la création de vrais médias publics audiovisuels régionaux

La France n’a pas de télévisions régionales publiques dignes de ce nom.

On consacrera 50% du montant total de la redevance audiovisuelle payée par les contribuables à ce projet afin de permettre la création de ces chaînes de télévision régionales publiques autonomes.

Cela permettra le développement de programmes d’information et de divertissement propres et de plein exercice. Nous proposons le même projet pour la radio publique.

9) pour interdire l’emprunt à l’étranger afin de financer la présidentielle