Mois: septembre 2014

Pau-Saragossa : lo prumèr pas qu’ei hèit

Publié le

2014-09-26 15.25.06

Las òbras aviadas divés 26 de seteme que son lo prumèr pas tà la reobertura de la linha transpirenenca deu Canfranc

Aqueste divés 26 de seteme la Region Aquitània a lançat las òbras de reabilitacion de la via de camin de hèr enter Auloron e Bedós. Qu’ei lo prumèr tròç abans la reabilitacion de Bedós-Canfranc e donc qu’ei l’acte prumèr deu restabliment deu trafic sus ua linha transpirenenca ubèrta en 1928 e trencada en 1970.
En s’engatjar sus la reobertura de la linha dinc a Bedós, la Region Aquitània qu’a hèit pròva de volontarisme. Qu’ei era qui paga sola aqueras òbras.
A l’origina la factura estimada a 120 milions d’euros que deveré estar aleugerida e virar a l’entorn de 90 milions.
La linha qu’estó trencada en 1970 au dessús de Bedós, çò qui provoquè l’arrèst de tot trafic sus aquera linha internacionau Bordèu-Saragossa.
Au cap de 10 ans lo trafic enter Auloron e Bedós qu’estó arrestat.
Dempuish la via qu’a poirit e que son òbras de reabilitacion complèta qui cau har.
L’Estat non vòu pas participar e donc la Region qu’a pres sola l’iniciativa. Qu’ei un exemple de çò qui pòden har regions quan son liberadas de la tutèla de l’Estat. Solide que seré mei eficaç se la regions dispausavan de mei de mejans financièrs entà lançar projèctes d’aqueth escantilh.

Duas etapas
En 2017 los trins que tornaràn pujar dinc a Bedós. En seguida la Region que lançarà la renovacion deu tròç qui manca entà anar dinc a Canfranc e atau òm pòt esperar qu’en 2020 trins qu’anaràn dirèctament de Bordèu a Saragossa. Que cau tanben esperar que finançaments arribaràn de l’Euròpa entà que sia restablit un trafic transpirenenc.
Qu’ei en tot cas çò qui desiram.
En aqueth ahar que cau saludar lo ponhastrèr deus militants e de las associacions qui desempuish 40 ans n’an pas deishat de reivindicar entà que sia restablida la linha.
Los occitanistas qu’an hèit la lor part de tribalh. N’an pas jamei deishat de méter la reobertura d’aquera linha en las lors reivindicacions.Daubuns se brembaràn ua manifestacion organizada per Entau País en 1991, en companhia deus aragonés. Que’s debanè au pont de l’Estanquet, pont qui s’èra esbonit en 1970 e qui provoquè l’arrèst deu trafic. L’occitanisme bearnés non manqué pas de díser lo son sostien au trin a cada còp qui estó necessari.
Lo CRELOC ( Comité pour la Réouverture de la Ligne Oloron Canfranc) qu’a pleitejat pendent annadas e argumentat a l’entorn d’aquera idea. N’a pas jamei deishat de defénder l’interès ecologic e economic de la linha.
Que podem entervéder la fin d’un combat qui pròva que los qui avèvan anonciat la mort deu trin, e qui se n’arregaudivan, avèvan tòrt d’insultar l’aviéner.
Lo trin qu’ei lo mejan de transpòrt d’aviéner en los Pirenèus e endacòm mei.
Divés 26 de seteme lo president de la Region Aquitània qu’a aviat las òbras en companhia deu president de RFF. Qu’a hèit tanben ua plaça d’aunor aus associatius en saludar lo tribalh realizat peu CRELOC.
Que ns’arregaudim d’aquera decision hautament politica, exemple de la capacitat d’un poder regionau a anar au delà deus blocatges d’un Estat.

Publicités

L’ensenhament en occitan n’ei pas plan considerat. Elegits deu Bearn que pausan questions

Publié le

Elegits deu Bearn que s’interrògan
Des élus du Béarn s’interrogent

Ils demandent que l’enseignement bilingue soit traité correctement. La loi donne le droit aux parents de demander cet enseignement. Pourtant il reste pour eux un vrai parcours du combattant.
Les parents de l’école Pondeilh à Oloron en font l’expérience depuis plusieurs années. partant de ce constat des élus du Béarn posent la question : l’enseignement bilingue français-occitan est-il bien traité ?

Que trobaratz lo tèxte de la declaracion enviada aqueste 22 de seteme a la premsa per elegits de partits diferents.
Tots los elegits de las diferentas regions pertocadas que’s pòden inspirar d’aquera declaracion entà pausar las questions qui’s cau pausar au dia de uei se volem que la lenga sia viva doman.

 

L’enseignement bilingue français-occitan est-il bien traité ?

Par :

Jean Claude Coste, conseiller général du canton d’Aramits.

David Grosclaude,  conseiller régional d’Aquitaine, délégué aux langues régionales. 

Hervé Lucbereilh, maire d’Oloron Sainte-Marie, conseiller général d’Oloron-Ouest.
   
Marc Oxibar, vice-président de la Communauté de communes du Piémont Oloronais.

Bernard Uthurry, vice-président du conseil régional d’Aquitaine, vice-président de la Communauté de communes du Piémont Oloronais.
 

« En cette période de rentrée, la mobilisation des parents d’élèves de l’école bilingue Pondeilh à Oloron nous amène à nous interroger. Cette question qui concerne le Haut-Béarn a une portée plus large.

Rappelons cependant que depuis 2009, à chaque rentrée, les parents d’élèves de cette école d’Oloron sont obligés de manifester leur mécontentement en raison du fonctionnement de la classe bilingue ouverte en 2007.
Depuis cinq ans les parents sont obligés de batailler afin que leurs enfants aient des conditions normales de travail. Malgré les difficultés, la détermination ne s’est pas émoussée. Cela prouve, s’il en ést besoin, qu’il existe dans la population une vraie demande en faveur de l’enseignement dans la langue. Pourtant ces difficultés récurrentes sont propres à décourager les plus déterminés. Le risque est que les nouveaux parents hésitent à inscrire leurs enfants dans cette filière. Pourtant, sur le plan pédagogique les écoles bilingues français/occitan ont prouvé leur efficacité. Il y a aussi le risque de décourager les jeunes qui souhaiteraient se former au métier d’enseignant des écoles bilingues. Ce serait hypothéquer un peu plus l’avenir de la langue.
Il existe à ce jour 18 sites d’enseignement bilingue en Béarn ; il faut y ajouter la dizaine de sites ( écoles et collège ) créés par Calandreta, les écoles associatives par immersion. Les deux filières travaillent en bonne intelligence et il n’est pas inutile de noter qu’elles sont toutes deux présentes à Oloron.
Depuis l’an dernier, la loi reconnait l’enseignement bilingue, donc le droit des parents à le demander pour leurs enfants. Nulle part il n’est écrit dans la loi que les parents ont l’obligation de se mobiliser chaque année pour que soit respecté ce droit. C’est pourtant ce qui se passe à Oloron.
Il y a donc un problème spécifique à l’enseignement en occitan.
Il apparait nécessaire que l’Education Nationale prenne la mesure des difficultés que rencontrent les parents qui souhaitent que leurs enfants bénéficient de cet enseignement. Nous constatons que les problèmes ne se limitent pas à Oloron. Avant l’été des inquiétudes s’exprimaient ailleurs, et la rentrée a montré que certaines écoles du Béarn ont vu disparaitre l’enseignement de l’occitan. Les inquiétudes étaient fondées. Un tour d’horizon de la situation ailleurs dans la région montrerait que le problème dépasse largement le Béarn. Les exemples qui montrent que la création d’une classe bilingue se transforme trop souvent en parcours du combattant sont légion. Il faut clarifier la situation, la normaliser.
Pourtant les collectivités jouent leur rôle. Une convention sur le sujet lie l’Education Nationale à la Région et au Département. Des efforts financiers sont faits par les collectivités en matière de matériel pédagogique ainsi que dans le domaine de la formation des enseignants.
Il est temps que la demande exprimée par les familles trouve une réponse satisfaisante. Ce qui se passe à l’école de Pondeilh est un bel exemple de ce qui peut décourager des parents. Comment maintenir la motivation des parents quand le fait de demander la mise en place d’un enseignement innovant sur le plan pédagogique devient pour eux une source de problèmes ? Comment vouloir maintenir vivante la langue et la transmettre aux enfants dans ces conditions ? Comment comprendre tout simplement que de demander l’application d’un droit inscrit dans la loi se transforme en problème pour les citoyens qui veulent en bénéficier ?
Les enfants sont les premiers à subir un préjudice. Puis cela compromet aussi l’avenir de la langue. Pour assurer son développement il faut plus de détermination et d’engagement de la part de l’Éducation Nationale.

Nous demandons :
—Que soit trouvée pour Oloron une solution qui permette d’assurer un développement de l’enseignement bilingue, satisfaisant pour les enfants et les parents d’aujourd’hui et attrayant pour les parents de demain. Que soit mise en place une réflexion sur le moyen terme afin d’assurer le développement de la filière bilingue sur la région d’Oloron.
—Que la question de l’enseignement en occitan soit traitée partout par l’Éducation Nationale, avec une attention particulière, prenant en compte le rôle majeur que l’école doit jouer dans la transmission de la langue.
—Que soit intensifié le travail de collaboration entre les collectivités et l’Education Nationale en ce domaine afin de lever les obstacles récurrents qui entravent le développement de cet enseignement bilingue.

Nous sommes des élus de collectivités qui ont montré leur volonté de participer au développement de la langue, patrimoine commun à tous les habitants de nos territoires, patrimoine de la France selon l’article 75-1 de la constitution de la République. C’est à ce titre que nous intervenons publiquement. »