Mois: décembre 2017

Lo pòble de Catalonha qu’a decidit / Le peuple de Catalogne a décidé

Publié le

Article Bilingue

 

Lo pòble de Catalonha qu’a decidit

Qu’a decidit de tornar dar ua majoritat aus independentistas dab ua jornada electorau qui a vist ua participacion absoludament excepcionau en un país democratic europèu.

El president anuncia que el referèndum es farà l'1 d'octubre (09/06/2017)

Le peuple de Catalogne a décidé

Comme citoyens européens il faut se féliciter que ces élections se soient déroulées dans le calme, avec une participation absolument exceptionnelle, qui fait envie à bien des démocraties européennes.
Comme citoyens européens il faut se féliciter que ces élections se soient déroulées dans le calme, avec une participation absolument exceptionnelle, qui fait envie à bien des démocraties européennes.
Le peuple de Catalogne a décidé de reconduire une majorité indépendantiste. C’est la leçon que les dirigeants européens doivent comprendre, analyser. Ils doivent en tirer des conclusions. Le péril pour l’Europe serait de continuer à nier cette réalité tout en gardant le silence sur le péril qui se développe à l’Est de l’Europe, que ce soit en Autriche ou en Pologne.
Puigdemont a gagné son pari. Le scandale c’est que Oriol Junqueres, Jordi Sanchez, Jordi Cuixart et J. Forn soient encore en prison ce soir. C’est cela le scandale démocratique.
Ces élections catalanes ont montré que la droite espagnole a réglé ses comptes sur le dos de la Catalogne. Arrimadas vient de tuer politiquement Rajoy. C’est peut-être le seul bénéfice que recherchait son parti dans cette affaire. Certes cela lui donne l’impression d’avoir gagné…mais les vainqueurs sont ailleurs et tout le monde le sait.
Il reste donc maintenant aux députés catalans de se choisir un gouvernement. C’est leur affaire.
Pour nous ce qui compte c’est que à Madrid, à Paris, à Bruxelles et ailleurs on arrête de dire que ceux qui contestent l’organisation en états-nations centralisés sont tous des arriérés qui menacent l’Europe et la démocratie. Le message envoyé est justement celui d’une autre Europe, gouvernée autrement que par un club privé de chefs d’États et de gouvernements qui sont solidaires, quoi qu’il arrive. La démocratie est une chose compliquée qui demande aussi une capacité à se remettre en cause. Rajoy sera victime de ne l’avoir pas compris. Tant pis pour lui.

 

LO PÒBLE DE CATALONHA QU’A DECIDITCat 3 .jpg

Qu’a decidit de tornar dar ua majoritat aus independentistas dab ua jornada electorau qui a vist ua participacion absoludament excepcionau en un país democratic europèu.
Las causas que son donc claras. Que cau esperar que a Madrid, a Brusselas a París e endacòm mei lo messatge serà comprés. Rajoy qu’a perdut. Arrimadas de Ciudadanos qu’a tuat lo Partit Popular en Catalonha en se har mei espanholista que Rajoy.
Puigdemont qu’a sabut miar ua campanha electorau shens estar present e que confirma que n’a pas jamei deishat d’estar lo president de Catalonha.
Oriol Junqueras qu’a devut seguir la campanha desempuish la preson. Qu’ei aquesta situacion qui no’s pòt pas acceptar.
Tots los qui son en preson que deven sortir adara. Qu’ei ua exigéncia democratica que los responsables politics europèus non pòden escapar a aquera absoluda necessitat.
Qu’ei un messatge enviat a l’Euròpa. Aquesta qu’averà un aviéner sonque se sap escotar quan parla democracia. Que serà mei productiu que de guardar lo silenci quan a l’Èst, en Austria e en Polonha per exemple los principis democratics son denegats. Los perilhs per l’Euròpa e lo son aviéner non son pas en Catalonha. Los qui an reagit com un club privat de caps d’Estats e de govèrn en sostiéner de faiçon incondicionau a Rajoy que deverén pensar a aquò.
Per çò qu’ei de la seguida qu’ei au Parlament de Catalonha de decidir. Tot çò qui podem desirar com ciutadans europèus qu’ei que las causas segueishin en la via pacifica qui ei estada seguida dinc adara.

 

Publicités

L’État nous tient au chaud !/L’Estat nos tien a la calor !

Publié le

ARTICLE BILINGUE (version occitana/ version française à la suite )

Les États sont incapables de répondre à la crise climatique, surtout s’ils argumentent que le climat est une nouvelle opportunité économique

Los Estats que son incapabales de respóner a la crisi climatica sustot quan argumentan  que lo climat ei lo parat d’ua navèth desvolopament economic 

 

Il faut se tourner vers une autre organisation des pouvoirs si nous voulons mener une lutte efficace sur le plan climatique. Plus de fédéralisme et plus de décentralisation seraient nécessaires. ce n’est pas la voie choisie en France.

Que’s cau virar cap a ua auta organizacion deus poder se volem miar ua accion eficaça au nivèu deu climat. mei de federalisme e de descentralizacion que serén plan vienguts mes n’ei pas la via causida en França

escaloriment (1)

L’Estat nos tien a la calor !

En França l’Estat qu’ei vist com protector, mes fàcia a la question climatica l’Estat, e donc los Estats en tant qu’organizacions, que son incapables de prepausar solucions. La COP 23 que n’ei ua pròva mei. Los Estats-nacions, qui’s pretenen sobeirans nos tienen a la calor.

Mes totun n’èm pas porics devath la cloca, qu’avem besonh frescor e oxigèn. Que vam estofar !

Lo discors d’E. Macron devant l’Associacion deus Maires de França qu’estó ua virada Acabadas las declaracions ditas girondinas ! Las causas que son claras. La mapa deus territòris non cambiarà pas e la desconcentracion deus poders que serà la clau. Mei de poder tà l’administracion d’Estat suus territòris e un Estat qui « acompanharà » las collectivitats en lo lor tribalh ! Atau qu’estó dit. Acompanhar qu’ei lo mot qui non pòt pas deishar nada ambigüitat. Non i aurà pas nat poder suplementari entà las comunas e autas collectivitats. Qu’èm tornats a la farça de la desconcentracion

Per çò qu’ei de la fiscalitat lo president de la Republica qu’a hèit, com disen, l’aso entà aver bren. Qu’a hèit com qui cred que los qui protèstan contra la supression de la taxa d’abitacion serén favorables au mantien en l’estat d’aqueth impòst injuste. Evidentament que cau reformar la fiscalitat, mes la solucion n’ei pas de suprimir un impòst qui permet a las comunas de’s financiar en per ua dotacion d’Estat autrejada a las quitas comunas. Mes E.Macron qu’ei un centralista. E dab l’experiéncia que sabem quin anarà de la distribucion per las annadas qui arriban.

S’abòrdi aquera question e se, un còp de mei, disi que lo centralisme nos tua pauc a pauc qu’ei tanben en rason de questions qui van plan au delà deu problèma de la taxa d’abitacion e qui tòcan l’aviéner deu planeta.

Aqueth centralisme estatau qui n’ei pas arren mei qu’ua tecnica, au sens qui explica J.Ellul,(1) utilizada per quauques govèrns entà gerir lo lor territòri. Aquera tecnica qu’ei uei lo dia incapable de respóner au perilh qui l’umanitat e coneish hòrt plan, a saber l’escaloriment deu climat. Que se’n va temps de cambiar la tecnica de govèrn se non volem pas morir de calor.

Lo centralisme inadaptat entà resòlver la question ecologica

La quita tecnica de l’organizacion deu monde en Estats, qui’s pretenden sobeirans, que risca plan de’ns tuar. Que sufeish de véder los resultats desesperants de las famosas amassadas suu climat e particularament de la darrèra, la COP 23. Que ns’avèvan laudat las meravilhosas conclusions de la COP 21 de París. Que’n vedem adara los limits, tà non pas díser los perilhs. Que preni lo risc d’arrepepiar mes dejà Denis de Rougemont que disèva en 1977 (2) que le sistèma de l’Estat-nacion (la tecnica centralizatora) n’èra pas adaptada a la resolucion de la question ecologica e que sols los Estats federaus èran en capacitat de trobar rapidament responsas adaptadas. La rapiditat, la soplessa que son las claus en aqueth domeni, sustot quan èm acarats a l’urgéncia.

Que poderem préner l’exemple deus Estats-Units qui, per aver un president hòrt bornat en aqueras questions, an l’escadença d’aver poders locaus hòrt mei poderós que los nostes. Aquestes son los qui van segurament limitar las consequéncias de la presa de posicion d’aqueth president de las opinions scepticas e mescredentas fàcia a las realitats climaticas.

E ironia, lo quite E.Macron que parlava en lo son discors a la COP 23 de la seguenta amassada, qui’s devèva debanar a París en aqueste mes de deceme, en explicar que serà lo parat de véder quin justament las collectivitats (vilas e autes territòris) aus Estats-Units, compensaràn lo desengatjament federau anonciat per Trump. « Notre objectif collectif pour le 12 décembre est que les villes et entreprises américaines engagées réussissent à compenser le manque financier créé par l’actuelle administration américaine » çò disèva lo president de la Republica francesa. Qu’ei plan la pròva que, clarament en aqueth ahar, nos podem arregaudir que los Estats-Units e sian un Estat federau. Pr’amor, vertat qu’ei, las iniciativas qui son presas suu terrenh en aqueth país que seguiràn dab o shens l’acòrd de Trump. Las vilas per exemple agiràn, que Trump ac volha o pas. E tant de bon ! Mes qué pensar d’aquera declaracion dens la boca d’un president de la Republica qui non dèisha pas de demandar a las collectivitats territoriaus de’s sarrar la cinta e qui las demanda un esfòrç mei paus conc ans qui arriban ?

Las collectivitats au regime pan e sonque !

De deishar créder a l’opinion publica que los Estats pòden resòlver aquera crisi qu’ei ridicule. Que sabem adara que son eths qui empachan d’avançar. Quin mei de 180 entitats, qui an per sola e unica justificacion de la lor existéncia l’afirmacion de la lor sobeiranetat sus un tròç deu planeta, e pòden arribar a un consènsus ? Quin mei de 180 entitats qui considèran qu’an sonque a rénder comptes a la populacion deu lor territòri e’s pòden hicar d’acòrd sus ua question planetària ? E pensatz vertadèrament que son capablas d’abandonar l’esséncia de la lor existéncia —la concurréncia dab los autes Estats— entà reglar ua question tau com la de l’escaloriment climatic ? Los Estats que son incapables de reglar aquera question d’ua auta faiçon que per lo conflicte e la soa fòrma mei violenta qui ei la guèrra. Per l’òra que n’èm a la demagogia a saber las afirmacions que haràn hòrt en tot saber que’s poderàn refugiar en seguida,quan sia lo moment de l’accion, darrèr l’argument que los autes e hèn mensh. Que’ns trobam donc en aqueth exercici enter lo concors de beutat e la peleja dens un pati d’escòla mairau per çò qu’ei deu nivèu deus arguments.

Solide aqueras granas missas qui son las COP que dan l’illusion d’un monde shens frontèras, d’un monde on los pòbles se parlan, dialògan e cèrcan solucions. Mes qu’ei ua illusion. Lo dialògue, metut en imatge per los mèdias que hè créder a ua mondializacion de la presa de consciéncia mentre qu’ei sonque un teatre on los Estats e cèrcan a preservar los lors interès.

A noste donc, la mòda qu’ei de hicar las collectivitats au regime de « pan e sonque ». Los estauvis qui deveràn har, qu’entravaràn prumèr las iniciativas qui voleràn préner en favor de la luta contra l’escaloriment deu climat. Se i ajustatz que las collectivitats nostas an sonque quauques magres poders politics e dejà chetras ressorças economicas, que comprenetz que la sola vertadèra politica climatica que deverà viéner de l’Estat. En tot cas qu’ei çò qui ei esperat e gausèssi l’umor, que diserí que lo poder centrau e vòu har la ploja e lo bèth temps.

Las collectivitats mei audaciosas que seràn « acompanhadas » per l’Estat qui evidentament non mancarà pas de justificar la soa existéncia per un acompanhament qui serà en realitat un contaròtle e ua faiçon d’uniformisar e de normar los projèctes. La França non supòrta pas la diversitat de las iniciativas pr’amor que son consideradas prumèr com disparitats e donc com inegalitats. Aquesta concepcion de l’egalitat nos obligarà benlèu un dia a har ua lei entà que lo sorelh lusesca de faiçon unifòrma sus tot lo territòri e que la ploja cadi tanben auntantes dias per an a Lille com a Tolosa o Lion !

Accions e iniciativas locaus

Totun las iniciativas mei importantas e sustot mei eficaças contra l’escaloriment deu climat que son las qui son presas au nivèu locau. Qu’ei ua evidéncia. Qu’ei vertat tanben a noste a maugrat lo flaquèr deus poders de las collectivitats e lo flaquèr deus lors budgets. Que coneishem tots las iniciativas presas en matèria de transpòrt, d’aiga, d’energia per tau o tau comuna , comunitat de comunas o region. Que son iniciativas qui neishen de la volontat deus ciutadans, d’elegits, d’associacions, qui vòlen har causas concretas. La presa de consciéncia suu reciclatge de las dèishas, sus l’estauvi d’energia que’s hè per dessús lo cap deus responsables estataus. Las comunas qui prenen la decision de deishar d’emplegar produits fitosanitaris n’an pas esperat de véder que los Estats son en grana dificultat quan se cau opausar aus grans grops industriaus o a las pressions deu complèxe alimentaro-industriau, com n’avem avut ua pròva mei hòrt recentament.

Mes a noste las entravas que son mei que los mejans financèrs pr’amor que i a tanben las empachas legislativas, l’impossibilitat per las regions per exemple de dispausar d’un poder reglamentari e legislatiu. Perqué n’avem pas enqüèra un sistèma de taxa taus camions qui traucan l’Euròpa ? Que poderem avec ua taxa decidida au nivèu de las regions qui ac vòlen ? L’Estat qu’ei estat incapable de pensar un sistèma eficaç e pertinent. E donc en aténder la pollucion que contunha.

Las declaracions granas anonciadas (o pas) en las missas granas n’an pas hòrt de retombadas concretas. Que podem díser qu’an tanta eficacitat com n’an las analisis macroeconomicas sus la situacion de caumaire deu men vesin !

Que’vs conselhi, se voletz arguments mei, la lectura deu libe de Antonin Pottier (2) qui explica quin los modèls economics de uei lo dia nos mian cap a la catastròfa e entravan las accions en favor de la baisha de las temperaturas. Los modèls economics qui son au còr de las decisions deus Estats non pòden pas arren tau climat. A. Pottier que denóncia lo hèit que lo cambiament climatic qu’ei analizat com ei analizat un marcat, com s’estosse sonque ua navèra oportunitat economica.

Tuar l’imaginacion

Se sabem las solucions que son au nivèu deu terrahòrt, deus nostes pès malurosament en França qu’ei un nivèu qui n’a pas nat poder e qui aurà de mensh en mensh de mejans economics, donc de mensh en mensh de capacitat d’inovacion e d’imaginacion. Dejà lo sistèma politic noste qu’a creat ua classa politica locau hòrt dependenta deu poder centrau e adara qu’arriba « l’acompanhament » per l’Estat qui rassegura tantes elegits locaus, mes qui tua l’imaginacion e la diversitat de las responsas aus problèmas.

Prenetz la question deus transpòrts — perdon de la « mobilitat » com disen uei pr’amor « transpòrts » qu’ei vist com vielh e pesuc — tot lo discors sus la mobilitat qu’ei virat adara cap a la veitura electrica. E l’Estat que pesa au maximum en aquera via. Que seré la solucion mentre que sabem qu’ei prumèr la solucion entà sauvar la civilizacion de l’automobila e donc l’industria qui va dab. Mes arrés non vòlen véder que non règla pas arren pertocant lo climat. Tot aquò càmbia la question climatica en navèth marcat, en navèra oportunitat de produccion qui batian evidentament « mobilitat verda ». Mes qué serà l’aviéner quan la guèrra deu petròli e sia estada remplaçada per la guèrra deu litium e autes metaus indispensables a las baterias ? Quin seràn tractats los mainatges qui tribalhan en Africa en las minas de cobalt necessari a las veituras electricas ?

Que vien ajustà’s a aquera incapacitat deus Estats e deus agents economics de nivèu mondiau a resòlver la crisi, un sostien de quauques analistas mediatics qui acusan los scientifics de tetanizar e de culpabilizar las opinions publicas en díser que la catastròfa arriba e qu’avem dejà esperat de tròp entà agir dab eficacitat.

Suu terrenh las opinions publicas que son meilèu favorablas a ua accion rapida e determinada. Se i a un perilh n’ei pas la tetanizacion de las opinions publicas qui’us tiraré tota motivacion d’accion. Lo vertadèr perilh qu’ei de har créder l’idea que los Estats serén los sols en capacitat de resòlver la question. Aqueth discors qu’ei desmobilizator, sustot quan vedem los magres resultats de las missas climaticas on los caps d’Estats vienen dar un torn de pista entà afirmar que son dispausats a har mei…lo còp qui vien. Lo federalisme qu’ei segurament ua partida de la solucion.

Alavetz tornem préner l’idea que l’aviéner ei lo noste ahar. E finalament n’agim pas paur de díser « governem nos ! » se volem un pauc de frescor.

 

(1) Ellul que parla de tecnica e non pas de tecnologia, evidentament. Los dus mots qu’an tendéncia a estar con.honuts adara qui èm en lo culte de la tecnologia com solucion de tots los maus. Jacques Ellul « Le système technicien » Calmann-Levy 1977

(2)Denis de Rougemont « L’avenir est notre affaire » Stock 1977

(3)Antonin Pottier « Comment les économistes réchauffent le climat » Seuil 2016

 

 

L’État nous tient au chaud !

En France l’État est vu comme protecteur mais face à la question climatique l’État, et donc les États en tant qu’organisations, sont incapables de proposer des solutions. La COP 23 en est une preuve de plus. L’État-nation qui se prétend souverain nous tient bien au chaud.

 

Mais nous ne sommes pas des poussins que la poule doit garder au chaud, nous avons besoin de fraîcheur et d’oxygène. Nous allons étouffer !

Le discours d’E.Macron devant l’Association des Maires de France a été un tournant. Finies les déclarations dites girondines ! Les choses son désormais claires. La carte des territoires ne changera pas et la déconcentration des pouvoirs sera la clé. On donnera plus de pouvoirs à l’administration d’État sur les territoires et l’État « accompagnera » les collectivités dans leur travail ! Tout a été dit. Accompagner, est le mot qui ne laisse aucune ambigüité. Il n’y aura pas de pouvoir supplémentaire pour les communes et les autres collectivités. Nous sommes revenus à la grande farce de la déconcentration.

Pour ce qui est de la fiscalité le président de la République a fait, comme l’on dit, l’âne pour avoir du son. Il a fait semblant de croire que ceux qui protestent contre la suppression de la taxe d’habitation sont favorables au maintien, en l’état, de cet impôt injuste.

Il est bien évident qu’il faut le réformer mais la solution n’est pas de donner à l’État le pouvoir de décider la suppression d’un impôt local et de le remplacer par une dotation distribuée ensuite aux communes. Pourtant c’est ainsi que cela fonctionne dans la tête d’E.Macron. C’est un centraliste et nous savons ce qu’il en sera des dotations dans les années qui viennent.

Si j’aborde cette question et si, une fois de plus, je dis que le centralisme nous tue peu à peu, c’est aussi en raison de questions qui vont bien au delà de la taxe d’habitation et qui concernent l’avenir de la planète.

Ce centralisme étatique n’est rien d’autre qu’une technique, au sens où l’entend J.Ellul (1), utilisée par quelques gouvernements pour gérer leurs territoires. Cette technique est aujourd’hui dépassée, incapable de répondre au péril qui menace l’humanité à savoir le réchauffement climatique. Il est temps de changer de technique de gouvernement si nous ne voulons pas mourir de chaleur.

Le centralisme est inadapté pour résoudre la question climatique

 La technique de l’organisation du monde en États, qui se prétendent souverains, risque bien de nous tuer. Il suffit de voir les résultats désespérants des fameuses réunions sur le climat — et particulièrement de la dernière, la COP 23— pour s’en convaincre. On nous avait vanté les merveilleuses conclusions de la COP 21 de Paris. Nous en avons touché les limites et nous en voyons les dangers. Je prends le risque de radoter, mais je rappelle que déjà Denis de Rougemont disait en 1977 (2) que le système de l’État-nation centralisé n’était pas adapté à la résolution de la question écologique et que seuls les États fédéraux étaient en capacité de trouver rapidement des réponses adaptées. La rapidité, la souplesse sont les clés en ce domaine, surtout quand on se trouve face à l’urgence.

Je pourrais prendre l’exemple des Etats-Unis qui, bien qu’ayant un président particulièrement borné sur ces questions, ont la chance d’avoir des pouvoirs locaux bien plus puissants que les nôtres. Ces derniers sont ceux qui vont sans aucun doute limiter les conséquences de la prise de position de ce président aux opinions si contraires à l’évidence scientifique et climatique.

Et je trouve ironique que même E. Macron ait parlé dans son discours à la COP 23 de la prochaine étape (une conférence à Paris) qui sera selon lui l’occasion de mesurer comment les collectivités (villes et autres territoires) aux Etats-Unis compenseront le désengagement fédéral annoncé par Trump. «Notre objectif collectif pour le 12 décembre est que les villes et entreprises américaines engagées réussissent à compenser le manque financier créé par l’actuelle administration américaine » disait le président de la République française. C’est bien la preuve que, clairement dans cette affaire, il faut se réjouir que les Etats-Unis soient un État fédéral. Parce qu’il est évident que les initiatives qui sont prises sur le terrain continueront, avec ou sans l’accord de Trump. Les villes par exemple agiront, que Trump le veuille ou non. Et c’est tant mieux ! Mais que penser de cette déclaration dans la bouche d’un président de la République qui décide que les collectivités territoriales verront leurs moyens réduits encore pour les cinq années à venir ?

 Les collectivités au régime sec !

De laisser croire à l’opinion publique que les États peuvent résoudre la crise climatique est ridicule. Nous savons maintenant que ce sont eux qui empêchent d’avancer. Comment plus de 180 entités qui ont pour seule et unique justification de leur existence l’affirmation de leur souveraineté sur un morceau de la planète peuvent-elles arriver à un consensus ? Comment plus de 180 entités qui considèrent qu’elles n’ont de comptes à rendre qu’à la population de leur territoire peuvent-elles se mettre d’accord sur une affaire qui est d’envergure planétaire ? Pensez-vous vraiment que ces entités soient capables d’abandonner l’essence même de leur existence — la concurrence avec les autres — pour régler la question du réchauffement climatique ?

Les États sont incapables de régler cette question d’une autre façon que par le conflit et par sa forme la plus extrême à savoir la guerre. Pour le moment nous en sommes à la démagogie qui consiste à dire que l’on fera beaucoup tout en sachant que l’on se réfugiera derrière l’argument que les autres en font moins le jour où il faudra agir vraiment. Nous nous trouvons avec cet exercice entre le concours de beauté et la dispute dans une cour d’école maternelle, pour ce qui est du niveau de l’argumentation.

Évidemment ces grandes messes que sont les COP donnent l’illusion d’un monde sans frontières, d’un monde où les peuples parlent, dialoguent en vue de trouver des solutions. Mais c’est une illusion. Le dialogue mis en images par les médias nous fait croire à une mondialisation de la prise de conscience alors que ce n’est qu’un théâtre où chacun des États cherche à préserver ses intérêts.

Chez nous la mode est de mettre les collectivités au pain sec et à l’eau. Les économies qu’elles devront faire freineront d’abord les initiatives qu’elles voudraient prendre en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Si vous ajoutez que nos collectivités n’ont que de maigres pouvoirs vous comprenez que la seule vraie politique climatique devrait venir de l’État. C’est en tous cas ce qui est attendu. Depuis Paris on veut tout contrôler et si j’osais l’humour je dirais que le centre veut faire la pluie et le beau temps.

Les collectivités les plus audacieuses seront « accompagnées » par l’État qui évidemment ne manquera pas de justifier son existence par un accompagnement qui sera en réalité un contrôle et une façon d’uniformiser et de normer les projets. La France ne supporte pas la diversité des initiatives parce qu’elles y sont considérées comme des disparités et très vite comme des inégalités. Cette conception de l’égalité nous obligera peut-être un jour à faire une loi pour que le soleil brille de façon uniforme sur tout l’hexagone et pour que la pluie tombe durant autant de jours par an à Lille, Toulouse ou Lyon !

Actions et initiatives locales

Pourtant les initiatives les plus importantes et surtout les plus efficaces contre le réchauffement climatique sont celles qui sont prises au niveau local. C’est une évidence. Même E.Macron fait de cette évidence un rempart contre les décisions de Trump.

C’est vrai aussi chez nous malgré la maigreur des budgets et des pouvoirs de nos collectivités. Nous connaissons tous les initiatives prises en matière de transports, d’eau, d’énergie par telle ou telle commune, communauté de communes ou région. Ce sont des initiatives qui naissent de la volonté de citoyens, d’élus, d’associations qui veulent faire des choses concrètes. La prise de conscience sur le recyclage des déchets, les économies d’énergie par exemple se fait par dessus la tête des responsables du pouvoir d’État. Les communes qui prennent la décision de ne plus employer des produits phytosanitaires   n’ont pas attendu de voir que les États sont en grande difficulté à l’heure où il faut s’opposer aux grands groupes industriels ou lorsqu’il faut résister aux pressions du complexe alimentaro-industriel, comme nous en avons eu l’illustration il y a peu.

Mais chez nous les freins vont au delà de la question budgétaire parce qu’il y a aussi les entraves législatives, l’impossibilité pour les régions par exemple de disposer d’un pouvoir réglementaire et législatif. Par exemple, pourquoi n’avons nous pas encore un système de taxe-carbone sur le transport routier, pour les camions qui traversent l’Europe ? On pourrait avoir une taxe décidée et perçue par les régions qui le souhaitent ? L’État a été incapable de penser un système efficace et pertinent. Et donc en attendant la pollution continue.

Les grandes déclarations annoncées (ou pas) dans les grandes messes n’ont pas beaucoup de retombées concrètes. Nous pouvons dire qu’elles ont d’ailleurs autant d’efficacité que les analyses macroéconomiques en ont sur la situation de chômeur de mon voisin ! Je vous conseille en ce domaine, si vous voulez des arguments supplémentaires, la lecture du livre de Antonin Pottier (2) qui explique comment les modèles économiques d’aujourd’hui nous mènent à la catastrophe et entravent l’action contre le changement climatique. Les modèles économiques qui sont au cœur des décisions des États ne peuvent rien pour le climat. L’auteur cité dénonce dans son livre le fait que le changement climatique est analysé comme on analyse un marché, comme s’il s’agissait d’une nouvelle opportunité économique.

Tuer l’imagination

Nous savons que les solutions se trouvent au niveau de la terre ferme, de nos pieds. Malheureusement en France c’est un niveau qui n’a pas de pouvoirs et qui aura de moins en moins de moyens économiques, donc de moins en moins de capacité d’innovation et d’imagination. Déjà notre système politique a créé une classe politique locale très dépendante du pouvoir central. Maintenant arrive « l’accompagnement » par l’État qui rassure tant d’élus locaux mais qui tue l’imagination et la diversité des réponses aux problèmes.

Prenez la question des transports — pardon, il faut dire « mobilité » aujourd’hui parce que transports ça fait un peu vieux et lourd — une bonne partie du discours sur la mobilité est tourné aujourd’hui vers la voiture électrique. Et l’État pèse de tout son poids sur ce choix. C’est d’abord la solution qui vise à sauver la civilisation de l’automobile et donc l’industrie qui va avec. Mais qui peut croire que ce sera la solution pour régler la question du climat ? Cela fait apparaitre effectivement la question climatique comme une nouvelle opportunité économique, un nouveau marché. Et alors tout est en ordre et conforme aux analyses économiques dominantes ; et en plus on peut parler de « mobilité verte ». Mais que sera l’avenir quand les guerres du pétrole seront remplacées par la guerre du lithium et autres métaux indispensables à la fabrication des batteries ? Comment seront traités les enfants qui travaillent dans les mines en Afrique où l’on extrait le cobalt nécessaire aux voitures électriques ?

Vient enfin s’ajouter à cette incapacité des États et des agents économiques de niveau mondial à résoudre la crise, le soutien de quelques commentateurs dans les médias qui accusent les scientifiques de tétaniser et de culpabiliser les opinions publiques parce qu’ils affirment que la catastrophe est imminente et que nous avons déjà trop attendu pour agir avec efficacité. Sur le terrain les opinions publiques sont plutôt favorables à une action rapide et déterminée. S’il y a un danger ce n’est pas la tétanisation des opinions publiques et leur démobilisation mais de laisser croire que les États sont les seuls à pouvoir résoudre la question climatique. Ce discours est démobilisateur, surtout quand on voit les maigres résultats des messes climatiques où les chefs d’États viennent faire un tour de piste afin d’affirmer qu’ils sont disposés à faire plus…la prochaine fois.

Le fédéralisme est certainement une partie de la solution. Alors reprenons l’idée que l’avenir est notre affaire. Et finalement n’ayons pas peur de dire « governem nos ! » (gouvernons-nous) si nous voulons avoir un peu de fraîcheur.

 

 

David Grosclaude

(1) J.Ellul parle de technique et non pas de technologie, évidemment. Les deux mots ont tendance à être confondus maintenant que nous sommes dans le culte de la technologie comme solution à tous les maux. Jacques Ellul « Le système technicien » Calmann-Levy 1977

(2) Denis de Rougemont « L’avenir est notre affaire » Stock 1977

(3) Antonin Pottier « Comment les économistes réchauffent le climat » Seuil 2016