Mois: avril 2018

Mais après quoi courent ils ?

Publié le

Voici l’article que LA RÉPUBLIQUE DES PYRÉNÉES m’avait demandé et qu’elle publie ce jour à propos de la PASSEM, la course en faveur de la langue occitane organisée par LIGAMS les 25, 26 et 27 mai prochains.

regadeg
Les bretons ont mis en place la course en faveur de la langue bretonne il y a dix ans: Ar Redadeg. (Photo) Les basques l’avaient fait avant avec la Korrika. La Passem a vocation a se répéter tous les deux ans. (photo Ar Redadeg)

Mais après quoi courent ils ?

Après quoi courront ils durant trois jours et deux nuits en Béarn ? * Ils ne courront après rien de sonnant et de trébuchant. Ni argent, ni médaille, ni gloire ! Ils courront pour une langue ; celle du Béarn, ou plutôt celle que le Béarn a en partage avec d’autres régions occitanes. On l’appelle béarnais, gascon, langue d’Oc, occitan. Peu importe !

Ils courront pour un outil qui sert à dire le monde, celui d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Toutes les langues sont des outils qui mettent les femmes et les hommes en relation. Celle de notre territoire en est un parmi des milliers d’autres.

Le risque que notre langue disparaisse un jour existe. Ce serait une perte irréparable pour nous, ici,

mais aussi pour l’humanité dans son ensemble. Chaque langue qui disparaît est un moyen d’inventer autrement le monde de demain qui s’évanouit.

Ceux qui courront pendant trois jours et deux nuits se passeront un témoin dans une course symbolisant la transmission de la langue.

Certaines familles ont choisi aujourd’hui de transmettre à nouveau l’occitan à leurs enfants. La transmission familiale avait failli s’arrêter et voici qu’elle reprend peu à peu. Certains de ces jeunes parents ont choisi de mettre leurs enfants dans des écoles (publiques ou associatives) où l’on enseigne en béarnais. Rien de passéiste et de nostalgique dans tout ça. C’est un acte pour demain. Ceux qui courront le feront pour que ce mouvement s’amplifie parce que la langue doit vivre.

Je ne ferai pas ici le traditionnel couplet historique pour dire que cette langue inventa, il y a près de mille ans, la poésie moderne, ou qu’elle permit d’écrire l’histoire politique, sociale, littéraire du Béarn pendant des siècles. Non, je vous parlerai au futur.

Quelle chance pour un territoire d’avoir une langue et une culture, différente et à partager avec toutes et tous, nés ici ou pas ! Une langue n’appartient à personne ; c’est un bien collectif, c’est un outil qui s’adapte à chaque génération, à chaque situation.

La diversité des langues et des cultures est indispensable pour répondre aux périls écologiques, sociaux, économiques et politiques qui nous attendent. Parce qu’il n’y aura pas une seule répo

nse, mais plusieurs, nées de la diversité des visions du monde. Et chaque langue est une représentation du monde.

Si parmi les dangers qui nous guettent il y a la destruction de la diversité biologique et le réchauffement climatique, il en est un autre que j’appelle « le refroidissement culturel », c’est à dire l’uniformisation des langues et des cultures, et donc de la pensée.

A ceux qui nous serviraient encore l’argument éculé de l’utilité de telle ou telle langue, disant qu’il vaut mieux apprendre le chinois ou l’anglais que l’occitan, je leur réponds que ces jeunes qui parlent l’occitan font partie de ceux qui apprennent le plus vite d’autres langues. Et puis le cerveau humain, on le sait désormais, peut accueillir plus d’une ou deux langues.

Je citerai enfin cet auteur de chansons françaises bien connu, Etienne Roda-Gil —dont la langue maternelle était le catalan— qui écrivit pour J.Clerc une chanson intitulée « Utile ». Elle dit : « comme une langue ancienne que l’on voudrait massacrer, je veux être utile à vivre et à rêver ». Vivre et rêver : c’est à dire inventer le monde.

Quelle chance a le Béarn d’avoir un outil de plus pour inventer demain, pour rêver et vivre ! Alors oui, ça vaut la peine que nous allions courir, nous tous, ensemble !

 

David Grosclaude

* Passem ! : course relais de trois jours et deux nuits a travers le Béarn les 25, 26 et 27 mai. Information : www. lapassem.com/fr/la-passem/

Publicités

Vive le train !

Publié le

Je suis un usager, contrarié par la grève, mais qui soutiens les cheminots. Qu’on arrête de faire payer aux usagers et aux cheminots les erreurs de ceux qui nous gouvernent et des fanas des LGV qui ont ruiné le réseau ferroviaire !

 

vive le train.jpg
Le « Tout LGV » aura fait prendre des années de retard au réseau ferroviaire  et aura redonné vie à un mode d’aménagement du territoire où le centralisme est la seule règle du jeu.

Qu’il faille faire faire des réformes à la SNCF c’est évident. Qu’il faille faire porter le chapeau aux cheminots je m’y refuse.

Je suis un utilisateur du train, en France et ailleurs en Europe, dès que je peux. Par conviction écologique sans doute mais aussi parce que c’est un moyen sûr de se déplacer, souvent confortable et bien plus reposant que les autres.

Pourtant, comme beaucoup d’usagers je peste régulièrement contre les retards et les annulations de trains. Mais à qui la faute ?

La dette d’abord ; il faut être d’une sacrée mauvaise foi pour ne pas reconnaître que depuis des années l’obsession de la très grande vitesse aura coûté fort cher au réseau ferré. C’est plus de la moitié de la dette et ce n’est pas fini. Il faut ajouter à cette dette l’argent que les collectivités territoriales doivent rembourser pour payer ces lignes. Et je ne parle pas des dégâts collatéraux qui sont connus à savoir un déménagement du territoire au profit de Paris et des plus grandes métropoles.

Dans cette grève, mon soutien va au train, celui de demain qui doit être moderne c’est à dire adapté aux défis écologiques et économiques. Mais cela ne signifie pas qu’il aille aux marchands de prétendue concurrence.

Lignes dites « non rentables »

On est en train de nous vendre des arguments absolument inacceptables en disant que ce serait un cadeau que l’on ferait aux territoires isolés que de maintenir des lignes dites secondaires, des lignes « non rentables » . Mais celles de la région parisienne le sont-elles ? Non. Et pourtant nous les payons toutes et tous.

L’effet TGV ne va pas se faire sentir que par la dette. Très bientôt les élus zélés qui ont réclamé ( et qui continuent à réclamer) des lignes à très grande vitesse pour aller plus vite à Paris seront face à une réalité très simple : aller plus vite sur certains tronçons ne sert à rien. La rapidité de déplacement dépend beaucoup plus de la bonne coordination des trains sur les différentes lignes que de la vitesse de pointe sur quelques lignes. La rapidité des déplacements pour tous dépend aussi largement de l’équipement des lignes en matériel fixe. Le matériel roulant ne fait pas tout et c’est connu depuis longtemps. C’est pourtant la modernisation de ce matériel fixe qui a été sacrifiée par des investissements presque exclusifs sur la très grande vitesse. Bien sûr la prouesse technologique fascine mais tout cela ne résiste pas à l’analyse de la réalité. Il est évident que l’on nous vend du record de vitesse, mais pas du transport pour tous.

On a dépensé des milliards d’argent public pour des gains de temps souvent très limités entre deux points. En plus le bénéfice va aller à des intérêts privés grâce au PPP (Partenariat Public Privé) et grâce à ce que l’on appelle faussement la concurrence.

On a oublié que les voyageurs doivent aller à la gare, qu’ils doivent aussi de plus en plus prendre des trains TER pour aller attaper un TGV. Et il y a des temps d’attente pour les correspondances.

C’est dans ces points là que se font les vrais gains de temps pour des coûts minimes. Les chemins de fer suisses ont compris cela depuis des années. Certes leur territoire est petit et leur maillage est important mais ils ont réfléchi et surtout fait leurs comptes. La Très Grande Vitesse est un gouffre et c’est elle qui est en grande partie responsable du naufrage actuel de la SNCF.

Des investissements suicidaires

Mais qui le reconnaitra ? pas ceux qui sont au pouvoir parce qu’hier ils encourageaint cette politique. Pas les élus régionaux, départementaux et ceux des métropoles qui n’ont cessé de réclamer des TGV, et qui continuent, malgré les chiffres accablants. Ce sont ceux là qui ont accepté de payer des millions pour des lignes TGV qui ne passent même pas sur le territoire de leur collectivité !!!

Qu’il y ait des lourdeurs à la SNCF on en convient. Qu’il faille changer des choses c’est évident, mais la responsabilité de ce gâchis est celle des ministres, élus et administrations qui ont porté une politique d’investissement suicidaire. ET maintenant il faudrait que nous, usagers, nous allions remonter les bretelles des cheminots ?

Le problème est décrit dans de nombreux rapports et de nombreuses études qui sont autant de réquisitoires contre les fanas de la très grande vitesse.

Mais comment peut-on par exemple être à ce point en retard en demandant une ligne à très grande vitesse pour faire Bordeaux-Montpellier ? On sait depuis longtemps que la rénovation de cette ligne, sa simple modernisation ferait gagner du temps sans pour autant être un investissement ruineux. On mélange la très grande vitesse avec la grande vitesse. La première est celle qui réserve des lignes aux seuls TGV. La seconde se fait sur des lignes classiques modernisées et rénovées.

Faut-il avoir perdu le sens des réalités pour que l’on en soit arrivé à ce que la moitié des voyages que l’on vous propose sur le site de la SNCF, pour aller de Bordeaux à Marseille, passent par la gare Montparnasse et par la Gare de Lyon ? Allez voir. Et regardez bien le prix des billets !

Centralisme renforcé

Le centralisme du système ferroviaire sort renforcé de plusieurs années d’investissements portés par les tenants du « nous devons être en trois heures à Paris » qu’ils ont répété comme des perroquets pendant des années sans se demander à qui profitait le crime. Les « trains du quotidien » est une expression qu’ils ne connaissaient pas hier mais qu’ils affectionnent aujourd’hui. Ils ne l’ont visiblement pas comprise. Sans doute ceux qui ont mis en place cette politique de LGV ne prennent ils pas assez le train.

La grève des cheminots m’oblige à utiliser la route plus que je ne voudrais mais je comprends que leur méfiance soit grande et qu’ils ne veuillent pas accepter ce chantage qui consiste à leur demander de faire des sacrifices en échange d’un rachat de la dette par l’État. Cela reviendrait à leur faire payer les erreurs de ceux qui ont mis en place des chantiers à 25 millions d’euros du km, qui ont enrichi des groupes de BTP et qui vont enrichir très bientôt des entreprises privées grâce aux PPP et à la fameuse « concurrence» qui ne fait qu’annoncer une privatisation et une hausse du prix des billets.

 

David Grosclaude