Lei Molac : un pas de mai.

Es un pas de mai que faguèron los deputats aqueste 8 d’abril mas es pas de segur lo cap del camin. Calrá encara de mobilizacions e de bastèstas per que la lei s’aplique.

Èri pas suls bancs del public en 1951 quand foguèt votada la lei Deixonne mas la causa me foguèt contada pel deputat de Tarn que rencontrèri fa ja 40 ans, en decembre de 1980. Maurice Deixonne demorava a Urriage, a costat de Granòble. Aviá pres sa retirada de la politica dempuèi bel brieu e foguèt estonat de me veire far tant de camin per li parlar de la lei que portava son nom.

Estonat perqué me diguèt que jamai auriá pensat dins sa vida qu’una lei sus las « lengas e dialèctes locals » portariá son nom. La question lo passionava pas mas coma m’o diguèt, faguèt lo trabalh perqué èra un « parlamentari conscienciós ».

Un dels debats a l’Assemblada Nacionala sus las lengas, en 2015 (DG)

De lengas regionalas ne parlava pas cap. Aviá un nom catalan mas èra nascut a l’Isla Maurice e lo sol ligam qu’aviá amb l’occitan èra sa circonscripcion del Tarn, que foguèt la de Jaurés abans la guèrra de 14/18. E, se defendèt lo 22 de decembre de 1951 son tèxte de lei (ja plan modificat pels uns e pels autres) es que sa femna li aviá fait veire un article de Jaurés sus la question e que per el, se Jaurés aviá conselhat d’ensenhar las lengas regionalas voliá dire que la causa s’ameritava d’èstre defenduda. L’istòria pren de camins estranhs per nos donar de frucha.

Cal dire qu’en 1951 lo Senat de l’epòca (que se disiá Conselh de la Republica) aviá pas briga sostengut Deixonne e al contrari aviá prepausat un contratèxte, un contrafuòc. Deixonne aguèt donc a lutar contra los senators e contra son partit, la SFIO, majoritariament opausada a sa proposicion de lei. (1)

Aqueste còp, 70 ans après es un deputat conscienciós tanben, un breton, Paul Molac que portèt lo tèxte. A finalizat coma caliá e amb dexteritat lo trabalh de mai de quaranta ans de reivindicacions portadas pel movement politic e pels movements culturals.

La lei Molac, de mon punt de vista, es l’abotiment d’un procèssus reivindicatiu que rendèt possible la presa de consciéncia de la part d’una novèla generacion de parlamentaris. On sabut comprendre que la question de las lengas deviá èstre dedramatizada. Mas aquel debat a pas fait dintrar França dins los grans païses capables de protegir la diversitat lingüistica. Paul Molac e lo grop Libertés et Territoires que l’an ajudada a sortir d’aqueles païses que son òbra principala es la destruccion de la diversitat. Lo pas en davant fait per la lei Molac es immense comparat amb çò qu’avèm conegut duscas ara, mas es un minimum dins lo domèni de la democracia. Reconéisser l’immersion coma metòde d’ensenhament eficaça, reconéisser la legitimitat de la preséncia del bilinguisme dins la senhaletica bilingua es pas un pas de gigant dins l’absolut ; pasmens es un efòrç gigant per França, empegada dins sas certituds e sas conviccions sus la superioritat de la francofonia. Molac aviá de far comprendre que tot aquò èra vielhòt. Capitèt !

Qu’òm aja lo dret d’ara enlà de metre un accent agut sul «Í» dins lo prenom d’un mainatge  o un tilde a Fanch es una victòria mas es pas una avançada istorica per l’umanitat.

E disi pas aquò per minimizar la portada del tèxte o lo trabalh necessari per lo far votar ;  al contrari  o disi per mostrar que començam de sortir de la preistòria en matèria de politica lingüistica e qu’aquò necessitèt de grans esfòrces.

Arguments vièlhs

Paul Molac fa partida de la novèla generacion de parlamentaris que parlavai abans. A podut convéncer una gran part de sos collègas amb d’arguments que foncionavan pas fa trenta ans. Per astre, foncionan ara, en rason del trabalh fait per des milierats de personas en Occitània, Bretanha, Corsega, País Basc, Catalonha, Alsàcia…

A l’opausat lo minitre de l’Educacion el, se plantèt complètament. Es el que sortiguèt al mièg del debat lo mot de « separatisme ». Me sembla que perdèt lo vòte a aquel moment perqué d’une deputats se sentiguèron insultats per aquel maniqueïsme ridicule.

Tanben, partissiá pas amb un  a priori favorable. Faguèt de declaracions sus l’immersion que pesavan dins lo debat. E calriá parlar de la nullitat de las divèrsas presas de paraula del president de la Republica sus la question dempuèi qu’es arribat al poder. Son intervencion dins una escòla de Villers-Cotterêts es un exemple d’incultura e de mesprètz que veniá d’una autra epòca. Aviá evocat devant de mainatges lo fait que François 1èr nos aviá sauvat d’una situacion que fariá que seriam dins un país ont lo monde se poirián pas comprendre perqué parlarián pas que « des patois ».

Es tot aquò que lo raportaire del tèxte, Paul Molac, deviá prendre en compte per far passar son tèxte. O faguèt fòrça plan.

Solide aguèrem los tradicionals opausants de l’esquèrra, los que son oficialament pas sosmeses a res, los que vòlon incarnar l’insomission mas que son jos la lei dels prejutjats linguistics e culturals dempuèi…me demandi quant de temps.

Vòli saludar tanben la prestacion del deputat de Bretanha LR Marc Le Fur. Es pas un òme d’esquèrra es clar mas, lo combat que mena per las lengas lo mena dempuèi fòrça longtemps. Es el que foguèt a l’origina de l’article 75-1 de la constitucion. Arribèt a convéncer Nicolas Sarkozy en 2008 de s’opausar pas a aquel cambiament. Foguèt un primièr pas.

Aquela aliança entre Molac e Le Fur es interessanta. Un professor de l’ensenhament bilingüe amb un ancian prefècte : es un aliança originala.

Los arguments vièlhs foncionèron donc pas aqueste còp ; enfin pas totes. Ausiguèrem encara de causas qu’an pas ges de rapòrt amb la question lingüistica. Pensi pas que d’evocar la longa lista dels mòrts suls monuments dels vilatges occitans, bretons, còrses o autres pòsca servir dins aqueles debats ; mas permet a d’unes de far de declaracions patrioticas en tot disent que de parlar occitan o breton empachava pas de morir jos las bombas o la mitralha.

Per tot çò d’autre avèm plan vist que la denonciacion de l’incapacitat d’aprendre coma cal lo francés per de mainatges que seguisson un ensenhament en occitan o en breton, foncionava pas mai. Pauc a pauc l’idea que lo multilingusime es positiu progressa enfin en França. Mas i a encara de camin a far.

Aplicar la lei

Una lei val çò que val una lei. Sèm en França. L’administracion nauta i a un pes enòrme e es ela que pòt entravar l’aplicacion d’una lei. Los decrets d’aplicacion tardan sovent a èstre publicats e aquò depend d’aquera administracion que vòl pas daissar un grama de son poder e de son influéncia.

Dins los ministèris s’escondon las fòrças que sovent empachan un tèxte d’èstre aplicat coma cal.

Cal comptar tanben amb la magra consideracion que pòt aver aquela administracion pels elegits locals e tot çò que pertòca las collectivitats, las regions e la cultura qu’es pas la cultura del centre.

Aurem a combatre encara per far dintrar en aplicacion çò que los deputats e los senators an volgut.

Sus l’ensenhament, es particularament important pr’amor per far d’escòlas bilinguas o per immersion, cal de mèstres e de professors formats. E la formacion demanda de mejans economics e de decisions claras.

La mobilizacion dels militants politics e culturals es donc pas acabada. Nos calrá encara anar dire las meteissas causas a de monde que faràn tot çò que pòdon per explicar que sul principi los deputats an votat quicòm mas que dins la realitat se pòt pas aplicar. Aquò s’apèla l’immobilisme ; es un enemic que trobam sus nòstre camin dempuèi 70 ans, dempuèi la lei Deixonne.

Aurem la legitimitat e quitament la legalitat ; es pas res mas, çaquelà,  necessita totjorn e encara la mobilizacion.

David Grosclaude

(1) La proposicion Deixonne èra en realitat un compromís que li avián demandat de far entre tres proposicions favorablas a las lengas e una contra. Las tres favorablas las prenguèt en compte ; venián dels comunistas, del MRP e de la SFIO. Mas le tèxte opausat èra estat presentat tanben per una elegida socialista del Conselh de la Republica. Deixonne considerèt qu’èra sonque l’expression d’opausants e qu’èra pas constructiu.

Eurodeputats ! Quina Euròpa volètz ? Trois eurodéputés catalans sans immunité.

Article bilingue (version française à la suite )

La majoritat dels eurodeputats an votat en favor de retirar l’immunitat parlamentària de tres deputats catalans (404 contra 247). Los tres (Toní Comin, Carles Puigdemont e Clara Ponsatí) son acusats per l’Estat espanhòl d’aver participat de faiçon absoludament pacifica a l’organizacion d’un referèndum sus l’independéncia de Catalonha ! C’était en 2017.

La majorité des eurodéputés ont voté en faveur de la levée de l’immunité parlementaire de trois députés catalans(404 contra 247). Ces trois eurodéputés (Toní Comin, Carles Puigdemont e Clara Ponsatí) sont accusés par l’État espagnol d’avoir participé de façon totalement pacifique à l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. C’était en 2017.

Lo Parlament europèu a Brussèlas

Tres eurodeputats que contèstan l’ordi actual dels Estats Nacions en Euròpa son donc condamnats e riscan d’èstre mandats entre las mans de jutges espanhòls.

 Èran pas pro europeïstas ?  Non ! N’èran tròp ? Benlèu !

Explicatz-me, vosautres eurodeputats coma podètz justificar vòstra posicion ? Sètz los aparaires de l’idèa europèa ? Alara perqué vos metre al servici d’un Estat qu’a sabut sonque enviar la polícia per respondre a una volontat democratica ?

Explicatz me perqué obritz la pòrta a la condamnacion de tres de vòstres collègas qu’an obrat en favor d’una consultacion democratica. La volontat d’inependéncia, qu’es l’afar dels catalans e sonque, ni la vòstra ni la meuna, foguèt confirmada dins las urnas fa tres setmanas. Ma preocupacion coma ciutadan europèu es la democracia e sonque. E la vòstra, coma eurodeputats, quala es ?

E vos, acceptatz de liurar als jutges (disi pas a la Justícia)  espanhòls aqueles tres eurodeputats ? Mas quina Euròpa volètz ? Me demandi se volètz una Euròpa ?

Finalament es aquò la question ? E la segonda question que ven es : es que volètz vertadièrament la democracia ? Pr’amor aqueles tres deputats que condamnatz son estats elegits coma vosautres, amb la meteissa legitimitat.

Alavetz que volètz ?  

David Grosclaude

Partit Occitan Vice-president de l’ALE 

Cal senhalar qu’èra un vòta dab bulletin secret. Lo Grop d’eurodeputats qui compta los de mon partit l’Aliança Libra Europèa amb los Verds (ALE –Verds) a fait saber que votava unanimament contra lo fait de retirar l’immunitat

Urós d’aver rencontrat a Carles Puigdemont au nom deu Partit Occitan e de l’aver dit lo sostien noste.

Trois eurodéputés catalans sans immunité

Mais quelle Europe veulent ceux qui ont voté cette levée d’immunité ?

La majorité des eurodéputés ont voté en faveur de la levée de l’immunité parlementaire de trois députés catalans(404 contra 247). Ces trois eurodéputés (Toní Comin, Carles Puigdemont e Clara Ponsatí) sont accusés par l’État espagnol d’avoir participé de façon totalement pacifique à l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. C’était en 2017.

Quelle honte et quelle contradiction  que ce vote !

Trois eurodéputés qui contestent l’ordre actuel des États-Nations en Europe sont donc condamnés et risquent d’être envoyés devant des juges espagnols.

N’étaient ils pas assez européïstes ? Non ! Ils l’étaient peut-être trop ? C’est ça leur tort ?

Expliquez-moi, vous eurodéputés comment vous pouvez justifier votre position ?

Êtes-vous les défenseurs et les protecteurs de l’idée européenne ? Alors pourquoi vous mettre au service d’un État qui n’a su qu’envoyer la police pour répondre à une volonté démocratique ?

Expliquez-moi pourquoi vous ouvrez la porte à une condamnation de vos collègues qui ont œuvré en faveur d’une consultation démocratique. La volonté d’indépendance qui est l’affaire des catalans, elle n’est ni la mienne ni la vôtre, a été confirmée dans les urnes il y a quelques semaines. Ma seule affaire en tant que citoyen européen c’est la démocratie. La vôtre en tant qu’eurodéputé, qu’elle est-elle ?

Et vous acceptez de livrer aux juges ( je ne dis pas à la Justice) espagnols ces trois eurodéputés ? Mais quelle Europe voulez-vous ? Voulez-vous seulement une Europe ? C’est finalement la question. Et la deuxième qui vient en suivant est simple : voulez-vous seulement la démocratie ? Parce que ces trois eurodéputés ont été élus avec la même légitilité que la vôtre.

Alors que voulez-vous ?

David Grosclaude

Partit Occitan

Vice-president de l’ALE 

Il faut signaler qu’il s’agissait d’un vote à bulletin secret. Le groupe d’eurodéputés où se trouvent les eurodéputés de mon parti, l’Alliance Libre Européenne (qui est le groupe ALE-VERTS ) a fait savoir qu’il a voté à l’unanimité contre cette demande de levée d’immunité.

Tuez les tous ! Il restera des os à ronger

Tuez les tous ! Il restera des os à ronger

A propos de ceux qui estiment que le catharisme est une préfiguration de l’écologisme et que nous vivons donc dans une époque qui promeut le « suicide assisté » et « la culture de la mort ».

C’est une étrange et inquitétante conférence de Carême que l’on a pu entendre sur les ondes de France Culture *. Le service public est en effet chargé de laisser un espace de parole aux différentes confessions. On peut donc entendre les représentants des diverses religions expliquer leur vision du monde et de l’actualité.

Montségur : lieu de suicide collectif et assisté ????

Mais ce que l’on a pu entendre le 21 février dernier, dans la bouche d’un prêtre catholique de Paris, Guillaume de Menthière, enseignant en théologie est tout à fait…inquiétant.

Disons que le thème majeur de cette communication était la question de la situation sanitaire et de ses contraintes avec un dérapage assez scandaleux sur la question écologique. Dérapage qui d’ailleurs ne semblait pas incontrôlé.

Je ne résiste pas à la tentation (pourtant j’ai été averti des dangers de m’y soumettre) de vous citer quelques phrases qui annonçaient une sorte de délire qui, je le crains, doit être partagé par certains catholiques. En tous cas les applaudissements en fin de la conférence semblent le prouver. Ainsi ce théologien explique : « C’est ainsi que de vieilles notions comme le Jugement, la responsabilité morale, la Fin des temps ressurgissent étrangement de nos jours, portées non plus par des ecclésiastiques, mais par des adolescentes nordiques qu’angoisse la disparition des phoques et des chimpanzés, prémices et prophétie de notre propre disparition. Il faut avouer que l’ambiance et les discours écologistes que l’on nous assène à longueur de journée ne sont pas des plus optimistes…».

Vient ensuite une sorte de moment nostalgique durant lequel l’orateur confesse qu’au moins autrefois, les idéologies (marxisme , existentialisme) offraient du rêve et de l’utopie et que c’était  là : « sous des formes dévoyées d’authentiques pensées du Salut ».

Mais tout cela est balayé aujourd’hui par le catastrophisme que l’on illustre avec la fonte des glaciers et la disparition des espèces.

Ce catastrophisme ne serait rien d’autre qu’une façon d’humilier l’homme en lui rappelant qu’il risque de disparaître.

« Autrefois, dit notre théologien, on rabbattait le caquet des prétentions humaines en rappelant que l’Homme cousinait avec le singe. Aujourd’hui on l’humilie en prétendant qu’il va rejoindre bientôt les mamouths et les tyranosaures…».

Que l’homme soit un cousin du singe paraît difficile à contester, mais bon quand on écoute les arguments qui vont suivre on se demande si les dinosaures ont vraiment disparu. Je cite : « On ne se rend pas compte les dégâts que font dans de jeunes esprits cette propagande verte. Si l’écologie est une dimension nécessaire à notre être au monde, une tempérance vertueuse, l’écologisme lui, dégénère rapidement en une idéologie terrifiante, profondément anti humaniste. L’homme n’est-il pas le seul animal nuisible sur cette planète ? Ne faut-il pas le supprimer ce prédateur insatiable ?  ne doit on pas consoler la déesse nature en lui offrant comme au bon vieux temps des religions païennes quelques sacrifices humains ? ».

Toute ces idées qui brouillent l’entendement de nos jeunes esprits seraient aussi responsables du refus de faire des enfants et encouragerait à la promotion du contrôle des naissances, et aménerait même à un contrôle imposé des naissances.

Je n’épiloguerai pas sur ce qui peut troubler les jeunes esprits. Certaines églises en connaissent un rayon et parlent en spécialistes.

 C’est aussi un argument d’une grande banalité chez les hyper conservateurs et autres réactionnaires que de s’ériger en protecteur des jeunes cerveaux, faibles et influençables. Quant à rajouter un « isme » pour faire peur (d’écologie on passe à écologisme)  c’est  aussi très classique.  

La suite est un feu…d’artifice et sent plutôt le bûcher. Jugez en :

« Cette idéologie verte s’apparente à l’exécrable hérésie des cathares, qui promouvait le mépris de la chair, le végétarisme, le refus de la natalité et la promotion du suicide assisté, ce qui n’explique pas d’ailleurs les violences exercées contre ces zadistes du moyen âge. Loin des ébahissements des touristes du languedoc, il faut le redire, le catharisme fut une secte d’épouvante, en vouant l’homme périmé au rebut, son héritier l’écologisme est le fer de lance de ce que Jean Paul II appelait la culture de mort ».

La pèira al Prat dels Cremats al pè del castèl de Montsegur

Ainsi le danger qui nous guette serait le catharisme ? Il viendrait de réapparaitre sous une forme nouvelle ?

Je croyais que Rome avec l’aide de Simon de Montfort, du roi de France et d’autres soldats d’une foi ne cherchant qu’à défendre l’avenir de l’humanité, avaient réglé son compte au catharisme. Je pensais qu’il était parti en fumée grâce à l’action d’hommes inspirés par la seule volonté de sauver l’humanité ! D’ailleurs cette croisade, que semble relancer notre curé parisien, n’avait-elle pas pour arme première un système de suicide collectif assisté. Oui, comment pourrait-on qualifier autrement le fameux « Tuez-les tous, Dieu reconnaitra les siens ! ». Si ce n’est pas du suicide assisté, avec une certaine insistance d’ailleurs, c’est que mon esprit a été altéré dès mon plus jeune âge par un écologisme précoce auquel il faut ajouter un occitanisme têtu.  

Quant au végétarisme dénoncé par notre conférencier j’ai envie d’y répondre avec une pirouette en lui demandant s’il ne craint pas, avec ses arguments plus que scabreux, d’encourager ceux qui ont une certaine tendance à « bouffer du curé ». Ce serait une entorse au végétarisme, c’est évident.

Il faut cependant avoir un sacré culot pour dénoncer une « exécrable hérésie »  et une « secte d’épouvante » qui ont servi de prétextes à des massacres dont l’ampleur a longtemps été niée par l’église catholique et par l’histoire officielle,  le tout en se protégeant derrière une phrase qui dit qu’on ne peut excuser les violences de l’époque. C’est en réalité une façon pitoyable de les excuser. Et je ne parle pas de ce rapprochement fait entre cathares e zadistes. C’était donc ça ! Les cathares étaient des zadistes ! Ils auraient décidé d’occuper de façon illégale un espace idéologique, un territoire mental, qui était légitimement  la propriété d’une église qui elle n’avait pas le « mépris de la chair » et qui ne faisait pas la promotion du suicide mais juste celle du massacre de masse !

Comme c’est facile de se faire de jolis raisonnements anti écologistes avec une histoire qui date de huit cents ans ! On peut dire n’importe quoi sans prendre de risques. C’est loin, c’est oublié.

Si les idées écologistes sont les héritières du catharisme cela expliquerait que certains ont choisi d’être occitanistes et écologistes. Mais je n’irai pas sur ce terrain. Ce serait aussi scabreux que les phrases que j’ai citées.  Je ne suis pas cathare, je n’ai aucune nostalgie de cette époque lointaine et je me méfie d’ailleurs toujours des nostalgies en politique. Parce que ce n’était pas un discours théologique que j’ai entendu mais bien un discours politique digne des certaines époques « d’épouvante ».

Je ne sais pas, cher curé de paroisse, si le Dieu dont vous vous revendiquez à reconnu qui que ce soit dans les massacres perpétrés sous prétexte de catharisme. Ce n’est pas le sujet du jour. Le sujet ce sont les massacres qui sont au menu du jour. Ils ne manquent pas et ce n’est pas l’écologisme qui en est à l’origine mais plutôt la négation de l’idée que la planète est finie, qu’il faut la ménager et partager les ressources vitales. Cependant il vous reste visiblement quelques os à ronger et peut-être y trouvez-vous un peu de viande pour vous mettre à l’abri du végétarisme honni.

David Grosclaude

* à écouter en podcast

https://www.franceculture.fr/emissions/conferences-de-careme-catholique

Letra aus Deputats/ Lettre aux députés

Voici la lettre que j’ai rédigée au nom du Partit Occitan en direction des députés occitans qui siègent à l’Assemblée Nationale

Que trobaratz aquí la letra qui èi redigit au nom deu Partit Occitan entà l’enviar aus deputats occitans qui an un sièti a l’Assemblada Nacionau

Madame, Monsieur

Vous êtes la députée ou le député d’un territoire où l’on parle l’occitan. Peut-être dites vous langue d’Oc ? Peu importe, c’est la même langue.

Vos collègues sénateurs viennent de voter un texte concernant les langues dites régionales. Ils disposaient d’une proposition de loi venant de votre assemblée. Malheureusement  cette proposition avait été un peu (beaucoup trop selon nous) remaniée avant de leur parvenir.

Votre collègue Paul Molac avait pourtant fait un bon texte, excellent même. Il est vrai qu’il connaît bien le sujet et qu’il est soutenu dans sa démarche par de très nombreuses associations de nos territoires.

Cela fait des années et des années que les langues de France sont en souffrance. Aujourd’hui elles risquent de disparaître. Le texte qui vous viendra du Sénat est un bon texte, courageux, novateur.

Il réparera, si vous le votez, des erreurs commises par le passé. Il ne s’agit pas de faire dans la repentance ni rien de  ce genre. Il s’agit simplement de compléter ce qui a été introduit en 1951 par la loi Deixonne et en 2008 par l’article 75-1 de la constitution.

Les langues de France sont parlées par des citoyens de la République qui ne demandent que l’application des principes républicains. Les femmes et les hommes sont égaux, ils doivent être libres parler, de cultiver et de transmettre leurs langues. Quant à la fraternité on apprend à l’exprimer dans toutes les langues, et en occitan aussi, bien évidemment.

A l’heure où l’humanité cherche des solutions novatrices pour sauver la diversité biologique vous avez bien compris que la diversité est un tout.  On ne sauvera pas la diversité biologique si l’on ne sauve pas la diversité des cultures et des langues. Les langues ne sont-elles pas notre premier biotope, pour nous les humains ?

Lutter contre le réchauffement climatique est nécessaire ; pour cela il faut aussi lutter contre le refroidissement culturel qu’est l’uniformisation. A ce jeu de l’uniformité  personne n’y gagnera. Pas même la dernière langue qui sortira  « victorieuse » de cette guerre archaïque contre les langues, ou entre les langues.

Vous serez peut-être tenté, ou peut-être certains vous conseilleront-ils de supprimer telle ou telle disposition du texte qui vous arrivera du Sénat. D’aucuns verront des dangers pour la langue française, d’autres pour l’unité nationale. Ce sont des arguties d’un autre temps, des épouvantails archaïques. Ce ne sont pas les langues qui fracturent les sociétés. Nos sociétés sont fracturées par ceux qui ne comprennent pas que les langues et les cultures sont d’égale valeur. Ce sont ceux qui les hiérarchisent, mettant d’un côté celles qui auraient le droit de vivre et de l’autre celles qui n’auraient que le droit de disparaître. C’est une façon de hiérarchiser les femmes et les hommes qui les parlent.

Nous aurions donc pu vous faire une belle lettre, un peu technique évoquant les bienfaits de l’enseignement dans une des langues dites régionales. Nous aurions pu vous parler de la magnifique histoire de la langue occitane, des troubadours à Joan Bodon en passant par Frédéric Mistral. Nous aurions pu vous citer Jaurès. Mais nul doute que vous saurez vous documenter par vous-mêmes. Vous êtes représentants du peuple et dans ce peuple les citoyennes et les citoyens qui parlent notre langue, ou y sont attachés, sont nombreux. 

Nous vous avons parlé au futur, avec les arguments de la liberté qui nous reste, à savoir celle de penser, en français, en occitan, en breton, en corse en basque et dans tant d’autres langues qui sont celles d’hommes et de femmes qui sont attachés aux valeurs universelles de liberté.

Lo Partit Occitan

Merci Manuel, tu es un vrai démineur !

Manuel Valls avoue parler une langue inquiétante. Il a fait cet aveu sur TV5 monde mais ne semble pas décidé à abandonner le catalan même si cette langue semble contenir pour lui les germes de la division et du sectarisme. Mais il semble nous expliquer qu’il sait bien manipuler cette dynamite anti républicaine au contraire des méchants séparatistes que sont ceux qui souhaitent un enseignement immersif. (le verbatim en fin d’article).

Il y a ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ! Il y a ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas. Il y a les responsables et les irresponsables.

Et Manuel Valls est dans la catégorie de ceux qui savent, qui peuvent et qui sont responsables.

Il vient d’expliquer à une journaliste de TV5 monde qu’il ne laisserait jamais l’enseignement se faire en catalan, basque, occitan ou breton si un jour il devenait ministre de l’Education en France.  Bon l’hypothèse est hasardeuse mais on ne sait jamais. Mieux vaut être prévenus.

Manuel Valls convient que l’enseignement immersif est la règle en Catalogne mais il ajoute que c’est différent parce que …On connaît le refrain ; la France ce n’est pas pareil, ce n’est pas la même chose et la République c’est l’unicité du peuple, une langue etc…Il ajoute même que le français est parlé par des millions de personnes de par le monde et qu’à ce titre il est normal que l’on n‘enseigne pas dans d’autres langues sur le territoire de la République.

Faut-il lui rappeler que l’espagnol est aussi parlé par des millions de personnes ? Est ce un argument ?  

Mais le plus amusant, si j’ose dire, dans cette intervention de notre ancien premier ministre c’est quand il nous dit qu’il y a un risque parce que ces langues ont un rapport avec le séparatisme et qu’elles divisent, qu’elles fracturent.

Il prend d’ailleurs l’exemple du catalan et du basque pour montrer comment les méchants se servent selon lui du catalan et de l’euskara pour tenter de diviser l’Espagne.

Pourtant il s’empresse de nous dire aussi que lui même parle le catalan avec « sa femme, sa mère et ses amis ». Oui, mais il le parle sans risque de séparer, de fracturer. Valls doit parler une variante du catalan qui n’est pas indépendantiste. C’est une nouvelle forme de catalan je présume. Ou alors, il pourrait être accusé de mettre en danger ses proches en les exposant à ce virus si dangereux contenu dans la langue catalane et ses sœurs européennes comme le basque, l’occitan, le breton, le gallois, le corse…et je passe toutes les autres qui ne doivent être que des virus linguistiques ayant muté de façon très pernicieuse.

Manuel Valls nous parle un peu comme si quelqu’un vous disait que lui a le droit d’avoir une kalachnikov à la maison mais pas vous, au prétexte que la sienne ne tirerait que des balles à blanc ou qu’il vous promettrait de ne jamais la charger avec de vraies balles.

Pour Manuel Valls une grande partie de ceux qui parlent des langues non étatiques sont des méchants  et s’en servent mal…alors que lui, il sait, il peut, il est responsable.   

Et dire que cet homme a été notre premier ministre et que nous n’avons pas su le garder tellement il est précieux. Il possède en lui-même tous les principes républicains, il les incarne, il sait manier cet outil mortel qu’est sa langue séparatiste. Il la parle avec ses proches sans pour autant les blesser ou leur faire prendre le moindre risque. 

Lui pourrait nous enseigner comment faire de nos langues des outils innofensifs alors que nous, nous ne savons rien du danger que nous faisons courir à la République et à ses principes, qui sont, c’est bien connu, la propriété de celui qui fut notre premier ministre.

Nous sommes des enfants qui manipulons la dynamite antirépublicaine, le racisme, le sectarisme, le séparatisme, sans prendre la mesure du danger que nous faisons courir à nos proches et à nous-mêmes.

Moltes gracies Manuel per la teva paciéncia e per ensenyar-nos el camin. Je te la fais aussi en occitan : Mercés Manuel per la toa paciéncia e per nos ensenhar lo camin. Fais attention ! C’est du catalan non décatalanisé et de l’occitan non désoccitanisé. C’est  comme le café qui n’est pas décafeïné, ça peut énerver.  Il y a un risque évident à le lire. Mais, tel un démineur n’écoutant que son courage, tu sauras désamorcer ces mots pour en faire d’innofensifs remerciements pour ton dévouement infatigable à la démocratie.

David Grosclaude

Il a dit , le 23 octobre sur TV5 Monde à propos d’une question posée sur l’enseignement dans les langues dites régionales et en langues dites régionales. Si vous étiez ministre de l’Education en France accepteriez vous que cela se passe comme en Catalogne par exemple.

Non sûrement pas parce que la République c’est l’unité, l’unicité, c’est une langue, le français, parlée et écoutée par des millions d’hommes et de femmes qui peut-être aujourd’hui nous regardent (…) Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire vivre les langues dites régionales. C’est le cas en Bretagne, en Occitanie, c’est le cas en Alsace depuis très longtemps parce qu’il y a ces cultures régionales. Moi tout ce qui est lié au séparatisme, à la destruction de l’unité républicaine me fait peur (…) l’Espagne c’est une autre histoire(…)Autour de la langue, notamment autour du catalan et du basque  il y a parfois des logiques sectaires, d’exclusion qui sont parfois inquiétantes —et on le voit à la fracture entre les indépendantistes et les non indépendantistes — et sont malheureusement très liées à la langue.

Ce n’est pas mon cas ; moi je parle catalan avec ma femme, ma mère, et beaucoup d’amis, mais on voit bien que la langue est un élément de cette rupture et c’est un élément inquiétant »