Ua convencion en favor de l’ensenhament de l’occitan/Une convention pour l’enseignement de l’occitan (article bilingue)

Publié le Mis à jour le

Carcassona 2009 5La signatura d’aquera convencion uei a Tolosa qu’ei un progrès mes que’s calerà avisar entà que las promessas sian tiengudas.

La signature de cette convention aujourd’hui à Toulouse est un progrès mais nous devrons être vigilants pour que les engagements soient tenus.

Que m’arregaudeishi qu’ajan signat uei a Tolosa ua convencion pertocant l’ensenhament de l’occitan en duas regions. La ministra de l’Educacion qu’a signat uei a Tolosa aquera convencion qui permet a territòris com lo Lemosin de dispausar d’un tèxte contractuau e a l’academia de Montpelhièr de’n dispausar d’un navèth après ua longa situacion de blocatge.

Las academias de Bordèu e de Tolosa que dispausavan de convencions qui èran arribadas au lor tèrmi.

L’Ofici Public de la Lenga Occitana qu’ei estat encargat de negociar aquera convencion. Peu prumèr còp un ministre de l’Educacion que signa un tau tèxte. Lo ministèri que s’engatja sus un territòri mei larg qu’ua sola region e sus un territòri qui representa los dus tèrç, haut o baish, de l’espaci linguistic occitan. N’arregreti donc pas d’aver lutat entà la creacion d’aqueth utís qui ei l’Ofici Public de la Lenga Occitana.

Totun, en aqueth tèxte, signat per Najat Vallaud-Belkacem, non i a pas nat engatjament chifrat. Las chifras que demoran a negociar e a declinar en cada academia. Qu’ei la clau ; shens aquò los objectius que demoraràn mauclars e blocatges administratius que poderàn tirar tota eficacitat a aquera convencion.

Que’s calerà avisar doman que l’Estat e respècte la soa paraula e que balhe los mejans tà l’ensenhament de l’occitan e en occitan. Que deverà har cas de totas las fòrmas d’ensenhament de l’occitan e en occitan( Educacion nacionau e associatiu).

Formar mèstes qu’ei un tribalh deus màgers se l’òm vòu respóner a la demanda.

Aquesta signatura que’ns bremba que arren no’s ganha shens un engatjament. Que’m brembi que entà obtiéner de l’Estat lo respècte de la volontat de duas regions per la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana, que’m caló aviar ua grèva de la hami. Qu’ei gràcias au sostien de milierats de personas, de detzenats d’associacions e d’elegits que l’Estat e signè l’arrestat de creacion d’aqueth organisme.

Qu’ei au sortir d’aquera accion collectiva que la ministra de l’Educacion e la ministra de la Cultura s’engatgèn entà que l’Estat hasosse partida deu Conselh d’Administracion de l’OPLO.

Que senhali qu’au dia de uei, e qu’ac arregreti, la participacion de l’Estat au foncionament de l’OPLO qu’ei mei que simbolica. Que representa ua soma globau de 65 000 euros, sia raportada au nombre d’abitants de las duas regions pertocadas per l’occitan, 0,72 centime d’euro per persona !

L’integracion de la question de las lengas regionaus en la lei sus la refondacion de l’escòla en 2013 qu’estó possibla sonque pr’amor de la mobilizacion de las associacions. L’Estat n’avèva pas a l’origina l’intencion de se’n preocupar.

A cada còp, en aqueth domèni, que cau donc aver en cap qu’arren n’ei pas ganhat, arren n’ei pas dat. Que demora hòrt a har.

Amassa que podem anar mei luenh

David Grosclaude

mespresats

Une convention pour l’enseignement de l’occitan

La signature de cette convention aujourd’hui à Toulouse est un progrès mais nous devrons être vigilants pour que les engagements soient tenus.

Je me félicite de la signature d’une convention portant sur l’enseignement de l’occitan et qui concerne deux régions occitanes. La ministre de l’Éducation a signé ce jour à Toulouse ce texte qui permet par exemple à des territoires comme le Limousin de disposer d’un texte contractuel et à l’académie de Montpellier d’en disposer à nouveau, après une situation de blocage.

Les académies de Bordeaux et de Toulouse disposaient de conventions qui étaient arrivées à terme.

L’Ofici Public de la Lenga Occitana a été chargé de négocier cette convention. Pour la première fois un ministre de l’Éducation signe un tel texte. Le ministère s’engage sur un territoire plus large qu’une seule région et sur un territoire qui représente les deux tiers environ de l’espace linguistique occitan. Je ne regrette donc pas de m’être battu pour la création de cet outil qu’est l’Ofici Public de la Lenga Occitana.

Cependant, le texte signé par Najat Vallaud-Belkacem ne contient pas d’engagements chiffrés. Cela reste à négocier et à décliner dans chacune des académies. C’est la clé ; sans cela, les objectifs resteront vagues et des blocages administratifs, pourront rendre cette convention inopérante.

Reste donc à être vigilant sur la suite. L’État devra respecter sa parole et donner les moyens à l’enseignement de l’occitan et en occitan. Il devra prendre en compte toutes les formes d’enseignement de l’occitan et en occitan (Éducation nationale et enseignement associatif). Le chantier de la formation des professeurs est central si l’on veut répondre à la demande.

Cette signature rappelle que rien ne se gagne sans engagement. Je me souviens que pour obtenir de l’État le respect de la volonté de deux régions à créer un Office Public de la Langue Occitane il m’a fallu m’engager dans une grève de la faim et que c’est grâce au soutien de milliers de militants, de dizaines d’associations et d’élus que l’État a signé l’arrêté de création de cet organisme.

C’est à l’issue de cette action collective que la ministre de l’Éducation et la ministre de la Culture se sont engagées à ce que l’État intègre le Conseil d’Administration de l’OPLO.

Je rappelle aussi qu’à ce jour, malheureusement, la participation de l’État au fonctionnement de l’OPLO est plus que symbolique. Elle représente une somme de 65 000 euros soit, rapportée au nombre d’habitants deus deux régions concernées par l’occitan, 0,72 centime d’euro par personne.

L’intégration de la question des langues régionales dans la loi sur la refondation de l’école en 2013 ne fut possible que grâce à la mobilisation des associations. L’État n’avait pas à l’origine l’intention de s’en préoccuper.

A chaque fois, dans ce domaine, il convient donc de se souvenir que rien n’est acquis, rien n’est donné. Il reste beaucoup à faire.

Amassa que podem anar mei luenh

David Grosclaude

Pour un candidat régionaliste à la présidentielle/ Un candidat contra lo centralisme.

Publié le

pic_0542

Conferéncia de premsa de Christin Troadec aqueste diluns matin a París.

Per un còp los mèdias parisencs qu’èran presents (BFM TV, I Télé, L’Express, France 3, que i avèva tanben Le Télégramme e Le Monde que deveré publicar ua entervista dens la setmana).

Christian Troadec qu’a explicat la necessitat de la preséncia d’un candidat regionalista fàcia a tots los autes candidats qui son jacobins e qui non remeten pas en causa lo sistèma centralista.

Qu’a denonciat la darrèra refòrma de las regions e dit que calèva tornar véder la lei qui a reformat las regions e las collectivitats ( la lei NOTRe). Qu’a defendut l’idea d’un poder regionau mei hòrt entà lutar contra las inegalitats territoriaus qui ahorteishen las inegalitats sociaus.

Qu’a dit que devèvam suprimir los prefèctes e sos-prefèctes, promessa hèita que i a dejà mei de trenta ans per lo candidat socialista de 1981 e jamei tienguda.

Que devem decentralizar entà ajudar a l’emergéncia d’un desvolopament equilibrat qui permeterà la creacion d’emplecs.

Un plan ferroviari entà desvolopar lo trin entà tots e lo transpòrt ferroviari, en plaça deu tot LGV qui còsta tan car !

Lo 50 % de la redevença televisuau entà crear canaus de televisions publicas regionaus de plen exercici.

Ua politica d’ajuda a las TPE qui son creatoras d’emplecs mes qui n’arriban pas a s’i reconéisher en las dificultats administrativas entà embauchar.

E d’autas proposicions qui pertòcan lo desvolopament durable, las lengas ditas regionaus, l’Euròpa…

Tot que’s tròba sus

http://www.christiantroadec2017.fr

Conférence de presse de Christian Troadec ce lundi matin à Paris

Pour une fois les médias parisiens s’étaient déplacés.

Christian Troadec a développé quelques thèmes de sa campagne, en commençant par l’idée simple qu’il faut qu’il y ait un candidat régionaliste dans cette élection alors même que tous les autres sont d’accord pour ne pas remettre en cause le système jacobin.

Revoyons la carte des régions qui n’a rien fait d’autre que de nier les réalités historiques, culturelles et économiques des régions. Redonnons la parole aux collectivités, consultons les populations sur l’organisation territoriale. Supprimons les préfets et les sous-préfets…

imgp6324

Le centralisme est créateur d’inégalités territoriales qui elles-mêmes engendrent des inégalités sociales.

Donnons du pouvoir aux régions. Mettons en place des politiques qui aident les territoires et qui vont dans le sens du développement durable et de la lutte contre le changement climatique. (Plan rail avec priorité aux lignes classiques et aux trains du quotidien).

Donnons aux langues régionales un statut. Donnons aux régions de vraies télévisions publiques.

Supprimons le ministère de la Culture, ce qui ne veut pas dire supprimer la Culture mais au contraire la décentraliser, permettre à tous de bénéficier d’une politique culturelle décentralisée.

Défendons l’Europe des régions.

D’autres propositions sont sur :

http://www.christiantroadec2017.fr

Neuf propositions pour 2017 /Nau proposicions per 2017

Publié le

header_twitter_ct2017

NEUF PROPOSITIONS

pour une véritable réforme institutionnelle

pour la suppression des postes de préfets

pour développer l’emploi

pour la fermeture des grandes surfaces le dimanche

pour en finir avec les inégalités territoriales

pour en finir avec les inégalités sociales

pour une politique des transports durable

pour une politique culturelle respectueuse de la diversité

pour interdire l’emprunt à l’étranger afin de financer la présidentielle

IMGP4045

1) Réussir une véritable réforme institutionnelle

Nous devons revoir totalement la carte des régions qui ont été redécoupées sans tenir aucun compte des réalités économiques, historiques, culturelles et

sans tenir compte de l’avis des populations (disparition de la Région Alsace, refus d’une Bretagne historique comprenant la Loire Atlantique etc..). Il faut donc abroger la loi NOTRe.

Réforme de la fiscalité afin de donner aux collectivités des ressources dynamiques qui remplaceront les dotations d’Etat qui sont un moyen de chantage permanent du pouvoir central sur les collectivités.

Donner de vrais pouvoirs aux régions (pouvoir réglementaire et d’adaptation législative).

2) Pour la suppression des postes de préfets et de sous-préfets

Ces postes administratifs avec leur train de vie fastueux doivent être supprimés. La France demeure le seul pays dirigé par son administration. Le candidat François Mitterrand l’avait inscrit dans ses 101 propositions en 1981 mais ne l’a jamais mis en application une fois élu. Nous le ferons. Ces postes héritiers des intendants de la monarchie absolue n’ont plus lieu d’être et coûtent des millions d’euros à l’Etat. Ce sera notre première mesure.

Le contrôle de l’État sur les actes des collectivités territoriales dotées de nouvelles compétences normatives se limitera à l’intervention d’autorités juridictionnelles, (comme c’est souvent le cas dans le reste de l’Europe : Länder, communautés autonomes espagnoles, régions italiennes, Écosse & Pays de Galles au sein du Royaume-Uni). Ces contrôles pourraient se doubler de l’intervention d’autorités indépendantes chargées d’une action pré-contentieuse.

3) Pour développer l’emploi

Aider les TPE créatrices d’emplois

On dit que les TPE sont les premières à créer des emplois. Mais que fait-on pour elles et pour les aider ? Nous proposons la création d’un « médiateur de la législation économique et sociale pour les TPE » L’administration est là pour contrôler ou faire appliquer la loi. Mais celle-ci est si complexe que les TPE, qui n’ont pas de spécialiste Ressources Humaines, sont perdues. Tout comme il existe un médiateur du crédit, il faudrait un « médiateur de la législation économique et sociale ».

4) Pour la fermeture des grandes surfaces le dimanche

La généralisation de ces ouvertures, prônée et établie par le candidat Macron, vient gâcher le bien vivre ensemble, le lien social indispensable entre les gens, le bien être de la vie familiale. Le dimanche doit être consacré au repos et aux activités de loisirs : vie associative, sorties culturelles…

5) Pour en finir avec les inégalités territoriales

Hidalgo
au mois de juin Christian Troadec a remis une lettre à la maire de Paris pour lui dire le pourquoi de son opposition aux JO

Inégalité des investissement publics : Non aux J.O à Paris !

Non aux J.O à Paris ! La candidature de Paris aux J.O de Paris est un exemple de l’obsession centraliste. Cette candidature , doit être abandonnée. Elle n’est qu’un prétexte a investir toujours plus dans une agglomération qui consomme une part toujours plus grande des crédits de l’Etat (transports, habitat, culture…) creusant ainsi des inégalités sociales et territoriales déjà trop importantes.

L’actualité nous montre que cette politique nuit aussi aux habitants même de l’Ile de France. Les épisodes récents de pollution n’en sont qu’un exemple.

La concentration des investissements, payés avec les impôts de tous, en un seul point du territoire a un coût, social, culturel sanitaire et écologique de plus en plus lourd.

6) Pour en finir avec les inégalités sociales

Limitation par la loi de la rémunération des dirigeants de groupes

Il nécessaire que l’Etat intervienne pour limiter le salaire des patrons, dans la mesure où, laissé à lui-même, le marché produit des écarts de rémunérations injustifiables sur les plans social et économique. Ainsi celui-ci atteignait en moyenne 1 à 211 pour 37 patrons du CAC 40 en 2011.

Imposer l’égalité de traitement pour un travail similaire

Malgré les grands discours, l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes n’est pas effective. Il faut imposer une loi contraignante opposable devant les conseils de prud’hommes directement par les personnes concernées.

7) Pour une politique des transports durable

Un plan rail ambitieux pour un développement territorial équilibré

Remise en état, modernisation et sécurisation en deux années du réseau ferroviaire existant.

Remise en service de centaines de kilomètres de voies abandonnées.

Mise en place d’un véritable plan rail pour le frêt ferroviaire avec création éventuelle de lignes nouvelles et dédiées au frêt.

L’entêtement à vouloir ne développer que le réseau à très grande vitesse a fait prendre du retard au développement de la mobilité ferroviaire pour tous. Abandon de tous les projets de LGV.

Ce plan rail peut être enrichi par le développement du transport maritime ( cabotage)

8) Pour une politique culturelle respectueuse de la diversité

Supprimons le ministère de la Culture !

La politique culturelle d’État est aujourd’hui l’exemple même d’un système inégalitaire. La politique culturelle doit faire l’objet d’une décentralisation réelle. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Le ministère de la Culture dépense les trois quarts de son budget à des institutions installées à Paris. On laisse aux collectivités territoriales le soin de financer la culture hors Paris.

Le ministère de la Culture pourrait être remplacé par une institution d’aide à la création culturelle ayant parmi ses obligations une répartition équitable de l’intervention publique d’État.

Pour la création de vrais médias publics audiovisuels régionaux

La France n’a pas de télévisions régionales publiques dignes de ce nom.

On consacrera 50% du montant total de la redevance audiovisuelle payée par les contribuables à ce projet afin de permettre la création de ces chaînes de télévision régionales publiques autonomes.

Cela permettra le développement de programmes d’information et de divertissement propres et de plein exercice. Nous proposons le même projet pour la radio publique.

9) pour interdire l’emprunt à l’étranger afin de financer la présidentielle

Solidaritat/Solidarité

Publié le

SOLIDARITAT DAB LAS CINC PERSONALITATS ARRESTADAS EN PAÍS BASCO

Solidarité avec les cinq personnalités arrêtées en Pays Basque
Libérez les faiseurs de paix en Pays Basque

Cinq personnalités basques ont été arrêtés vendredi dernier. On les a arrêtées comme des délinquants.
Leur action était claire et elle l’est depuis longtemps. Ils oeuvrent en faveur de la paix et souhaitent qu’un point final soit mis
à une longue période de violence en Pays Basque.
Ils ont choisi pour cela de prendre une initiative visant à la destruction d’armes. Ils ont décidé de faire
ce que les États espagnol et français ne font pas alors qu’ils auraient dû prendre cette initiative depuis longtemps.
On ne peut emprisonner des faiseurs de paix
La solidarité exprimée par des milliers de personnes en Pays Basque parle pour eux.
Les personnes interpellées en Pays Basques et transférées à Paris  doivent être libérées.
Je dis toute ma solidarité avec
Txetx Etcheverry
Michel Berhocoirigoin
Stéphane Etchegaray
Béatrice Haran–Molle
Michel Bergougnian

J’appelle tous ceux qui sont attachés à la paix à signer la pétition demandant leur libération

David Grosclaude
Journaliste
Vice-président de l’Alliance Libre européenne
Membre du bureau du Partit Occitan

Langues : un débat pour rien…

Publié le

Assem Nationale 1 - copie

Le débat sur la proposition de loi visant à promouvoir les langues régionales qui a eu lieu à l’Assemblée Nationale dans la soirée du 30 Novembre et jusqu’à la première heure du 1er décembre n’a pas failli à la tradition parlementaire comme chaque fois que le sujet est évoqué.

Les députés avaient à débattre d’une proposition en sept articles traitant de l’enseignement des et en langues régionales, de la presse, de la radio et de la signalétique bilingue. Cette proposition était signée par un peu plus de 130 députés de gauche, mais soutenue par peu d’entre eux. L’assistance était clairsemée.

Personne n’est « contre les langues régionales » n’a t-on cessé de répéter dans l’hémicycle, mais ils sont vraiment peu nombreux à vouloir faire quelque chose.

Les députés abonnés à défendre avec des arguments raisonnables nos langues étaient présents, de gauche et de droite. Mais les abonnés de l’autre camp étaient là aussi avec au premier rang le fameux Jean-Luc Laurent (chevénementiste) qui avait il y a quelques mois expliqué que quand on parle une langue dite régionale on vit chez les dingues !

La première force dans le débat fut l’inertie du gouvernement ; ce dernier a tout fait pour empêcher d’avancer. Ni la ministre de l’Éducation, ni la ministre de la Culture n’avaient daigné faire le déplacement. Estelle Grelier, secrétaire d’état chargée des Collectivités territoriales avait été envoyée pour exprimer la position absolument ahurissante du gouvernement qui, sur les quatre articles discutés, s’est opposé…aux quatre.

L’objectif essentiel du texte est de faire en sorte que l’enseignement des langues soit proposé à tous les élèves et que ceux qui n’en veulent pas qui aient à exprimer leur refus. Ce serait une généralisation de ce qui existe, dans les textes, à propos du Corse.

Il reste trois articles à discuter mais on ne sait pas quand ils pourraient l’être puisque le débat s’est terminé à une heure du matin sans que le sujet ne soit épuisé. C’était donc un coup d’épée dans l’eau comme prévu ; mais on ne peut jeter la pierre à ceux qui ont tenté le coup. Ceux-là ce sont les députés de gauche qui étaient présents sur les bancs et que nous commençons à connaitre : Paul Molac, Colette Capdevielle, Sylviane Alaux, François de Rugy et à droite on aura retrouvé Marc Le Fur avec la combattivité qu’on lui connait depuis plusieurs années. Il y en avait quelques autres notamment des députés alsaciens de droite. Heureusement que la députée de Bayonne Colette Capdevielle était là pour représenter les occitans puisqu’elle revendique son appartenance à un territoire basque et occitan. Mis à part Philippe Folliot le député du Tarn, les autres occitans n’étaient pas là. Si, il y avait Jean Lassalle, mais il était venu sans arguments et surtout pour rappeler qu’il était candidat à la candidature pour la présidence de la République et pour se plaindre que les médias ne parlent pas assez de lui.

Il y avait un mur face aux députés qui ont tenté de faire adopter des articles simples d’une proposition de loi qui a peu de chances d’aller plus loin.

Le gouvernement s’est réfugié derrière le Conseil Constitutionnel, le Conseil d’État, l’article 2 et tout l’attirail habituel afin d’empêcher toute avancée en matière d’enseignement bilingue ou immersif et en matière de formation des maitres. A aucun moment il n’a cherché à cacher son opposition de principe tout « en faisant semblant » comme le dénonçait Marc Le Fur qui concluait en disant que : « ce texte ne sert à rien ! C’est une bulle de savon qui vient d’éclater » après que la représentante du gouvernement ait quasiment dit non à tout.

Les députés les plus favorables à gauche avaient beau essayer de demander que l’on examine les choses en fonction des résultats et des réalités de l’enseignement bilingue et immersif, rien n’y a fait.

Les fantasmes, les épouvantails ont la vie dure. Les préjugés dominent le débat.

Trois heures et demi de discussion pour entendre des députés de gauche et de droite nous assommer avec des arguments qui font parfois l’amalgame entre illettrisme et enseignement des langues régionales ! . Tout était bon pour empêcher de progresser parce qu’en plus des arguments habituels on évoquait même l’autonomie des collectivités pour expliquer qu’on ne pouvait rien leur imposer…

Bref, comme il y avait malgré tout en séance plus de partisans que d’opposants, les quatre premiers articles ont été votés mais cela ne servira à rien. D’abord parce qu’ils ne sont pas révolutionnaires et parce que les trois qui restent ne seront peut être jamais débattus. Et quand bien même le seraient-ils, on ne voit pas la majorité de droite au Sénat s’emparer du texte avant la fin de la législature. Le gouvernement, et c’était bien clair hier soir, ne fera rien pour que le texte bénéficie d’une procédure accélérée.

Je vous conseille la lecture des débats pour vous faire une idée. Allez sur le site de l’Assemblée Nationale pour ce faire ; vous ne serez pas déçus !

Et si François était la clé ?

Publié le

jean_clouet_001
François 1er peint par Jean Clouet (crédit wikimedia commons)

J’en vois déjà qui se demandent de quoi je veux parler. Il y a ceux qui s’interrogent et pensent peut-être que j’ai décidé de passer à droite. Il y a ceux qui se demandent si j’encourage le sortant à se représenter. Il y a peut-être ceux qui pensent que je me la joue à la béarnaise, en estimant que le recours est à Pau.

 

Il n’y a rien de tout ça dans mon propos !

Je m’aperçois tout simplement que François est un prénom qui porte chance. En 58 ans de cinquième République le président s’est appelé François durant vingt-et-un ans (Mitterrand pendant quatorze et Hollande pendant cinq ). Il faut y ajouter les onze années durant lesquelles le président s’est appelé De Gaulle. Vous voyez où je veux en venir ? L’identification de l’homme au pays ! D’ailleurs je me demande si Nicolas Sarkozy n’aurait pas mieux fait, pour sa communication, de parler de « nos ancêtres les gaullistes » !

J’ajoute que Fillon s’appelle François et que Bayrou s’appelle aussi François. Ça fait beaucoup de François pour un débat électoral !

En tous cas, assez pour imaginer que dans l’inconscient collectif — qui est un élément important dans le comportement électoral — le fait de s’appeler François pourrait être un atout. François c’est un prénom qui résonne dans l’inconscient de ceux qui ont été nourris par le roman national, qui ont été socialisés politiquement dans une certaine idée de la France.

Que François soit une forme historique du mot « français » et du mot « franc » est une réalité. Je me souviens même que le prénom a été associé à la francisque…Bon, je deviens mesquin.

Je ne crois pas à un quelconque déterminisme qui serait lié aux prénoms et je suis peu sensible à l’idée qu’ils auraient une influence sur le comportement des individus qui les portent. Je sais que certains y croient mais je n’adhère pas à cette thèse. En revanche, je me contente de dire que ce prénom peut avoir une petite influence sur la perception que peut avoir un groupe humain d’un individu médiatisé, en fonction des éléments culturels évoqués auparavant. Et quand on sait que 1% suffit à faire basculer une élection, vous comprenez mon raisonnement face à la résonnance éventuelle du prénom dans l’insconscient collectif.

La socialisation politique des enfants a été étudiée par des sociologues et les symboles comptent beaucoup dans la formation du citoyen et de son comportement. L’enseignement de l’histoire, (son appréhension et sa caricature parfois) est à l’origine de mythes puissants. Les mots, les images et leur résonnance pèsent parfois lourd.

Quand on sait le niveau de connaissance de l’histoire en France, je crois que ça peut être influent dans le débat politique. Par ailleurs je note que la façon d’enseigner l’histoire fait aussi partie de la campagne électorale et, qu’à gauche comme à droite, on plaide en faveur du retour au « roman national » parfois bien éloigné de la vérité historique. En cela j’adhère à l’idée que les politiques n’ont pas à se mêler de faire les programmes des professeurs d’histoire.

Alors certes, de s’appeler François n’est pas la martingale qui assure le succès dans une élection présidentielle, mais qui sait si ça n’est pas utile en cette période d’instrumentalisation souvent abusive de symboles nationalistes (Jeanne d’Arc par exemple, le mythe Charles Martel, etc…). Je me rappelle même que lors de l’élection du dernier Pape certains médias français, en quête d’un commentaire, avaient noté que le Pape avait choisi un prénom qui le liait à la France ! Oui, c’est assez pauvre comme commentaire, et un peu nombriliste.

François est aussi un prénom à l’origine d’un débat tout à fait intéressant sur le plan linguistique. Allez, souvenez vous de 1539 et de l’Édit de Villers-Cotterêts. Ce texte — que ceux qui s’affirment plus républicains que la République ne cessent de nous sortir— a été signé par un roi qui s’appelait François. Oui, même Mélenchon, de son prénom Jean-Luc, estime qu’il s’agissait d’un progrès dont il se félicite d’être un des continuateurs. Le texte de l’Édit de Villers-Cotterêts dit à propos des textes officiels, que le roi ordonne qu’ils soient « prononcés, enregistrés et délivrés aux parties en langage maternel françois et non autrement ».

A propos de ce texte on a beaucoup débattu. On s’est beaucoup interrogé pour savoir s’il s’agissait de lutter contre le latin ou contre les autres langues parlées dans le royaume, particulièrement l’occitan. Deux textes antérieurs à Villers-Cotterêts et traitant du même sujet (1) ne comportaient pas le mot « françois ». Le premier disait « vulgaire et langage du pais » et le second « langue vulgaire des contractants ». Ce n’est que dans le troisième que l’on évoque le « françois » donc le français. Etrangement le nom de la langue est aussi le nom du roi qui signe le texte !

Cela signifie t-il que le roi exigeait que l’on écrive dans sa langue maternelle ? Oui, puisqu’il est le royaume, qu’il s’y identifie. Villers-Cotterêts est bien la décision d’un François pour que le français soit la seule langue administrative. L’article 2 a complété tout cela et c’est un François qui était président, mais là c’est un élément anecdotique.

Je remercie ici mon père avec qui j’avais eu une discussion au sujet de Villers-Cotterêts quelques jours avant sa mort. Nous avions débattu à propos de la confusion du nom du roi, de la langue et des habitants du royaume. C’est lui qui m’avait sensibilisé quelques années auparavant à l’analyse des comportements politiques et électoraux tout comme il m’avait fait lire quelques ouvrages sur l’inconscient collectif. Il ne faisait aucun doute pour lui que le texte de François 1er avait pour but d’imposer le « françois », la langue d’Oïl, contre sa concurrente la langue d’Oc.

Après cette digression je reviens à mon sujet de départ. Vous pouvez me trouver un peu léger en évoquant l’impact d’un prénom sur le comportement des électeurs. Mais, encore un petit argument : regardez le logo que François Fillon utilise. C’est un F majuscule en bleu, blanc et rouge. Le F de Fillon, le F de François et le F de France. Si les communicants y ont pensé, s’ils ont décidé de se servir de ces éléments de communication, c’est bien qu’ils estiment que ça leur est utile.(2)

Bon maintenant il y a une élection en vue et je me demande si les sujets qui intéressent les François se confondent avec ceux qui intéressent les Français.

Je vais m’arrêter là. Je suis inquiet, parce qu’avec un tel raisonnement je pourrais dériver sur la popularité de personnalités politiques qui s’appelleraient par exemple…Maréchal. Je n’ose imaginer ce que je trouverais si j’explorais alors l’inconscient collectif. Je ne suis pas sûr que ça me plairait.

(1) ordonnance de Louis XII en 1510 et lettres patentes de François 1èr en 1531. J’ajoute un texte postérieur à 1539 qui est celui d’octobre 1620 dans lequel Louis XIII annexant le Béarn ordonne que le « langage françois » soit celui des écrits du Parlement de Pau

(2) Regardez qui a voté pour François Fillon et comparez leur âge avec les statistiques du prénom François. Ce prénom est en baisse depuis le début des années 80 mais il était très prisé depuis le début du XXème siècle. Il a même été donné de façon encore plus importante entre 1945 et 1980. La moyenne d’âge de ceux qui le portent est de 70 ans.

Fillon et Mélenchon rivalisent sur les langues

Publié le Mis à jour le

pluriel
Ce livre est paru en février 1981. Il est le programme des socialistes de l’époque sur la question des langues et des régions . Dans la préface François Mitterrand écrit que cet ouvrage est fait pour montrer que   : « notre combat pour libération du peuple de France passe aussi par la lutte des peuples « minoritaires »de notre pays pour reconquérir leur droit de vivre (…) une et diverse, voici la France »

Quand Fillon rivalise avec Mélenchon sur la question des langues dites régionales.

A l’heure où les socialistes lancent une opération de séduction de dernière minute en laissant des députés déposer et débattre d’une proposition de loi sur les langues dites régionales il n’est pas inutile de faire un petit saut dans les archives afin de lire ce que «les nouveaux » hommes politiques qui se disputent la présidence de la République nous disent sur le sujet.

Je mets en illustration de cet article la couverture d’un livre qui fut publié en 1980 et qui était la bible du PS en matière de langues régionales. Ecrit par des gens convaincus et sincères il a servi à ratisser des voix. Préfacé par François Mitterrand, je peux garantir que si la moitié de ce qui est proposé dans ce livre avait été mis en place, nous serions bien loin de la situation linguistique désolante que nous connaissons aujourd’hui. Mais…les promesses n’ont engagé que ceux qui voulaient y croire !

Comme je ne voudrais pas apparaitre comme un pourfendeur du seul gouvernement socialiste qui n’a rien fait sur la question des langues, je me permets de faire ici une mise au point.

1) Je connais parfaitement l’attitude l’extrême droite sur le sujet. C’est une opposition systématique à toute avancée en matière de droits linguistiques. C’est un principe au FN, on s’oppose à tout ce qui touche la question des langues. Donc qu’on ne me fasse pas de procès inutile. Je n’ai pas envie de faire la publicité pour ce parti.

2) Les gouvernements de droite n’ont pas fait mieux que ceux de gauche bien qu’il existe à gauche et à droite des parlementaires sincères qui ont tenté de faire bouger les choses. Ils sont parfois arrivés à des résultats symboliques ( article 75-1) ou à des résultats plus concrets ( article 40 de la loi Peillon). Mais à part cela le bilan est maigre sauf si l’on excepte quelques spécificités comme la Corse bien qu’il reste encore bien du travail et que l’État ne soit pas toujours prêt à tenir ses engagements.

3) La proposition de loi en faveur des langues régionales qui arrive en discussion à l’Assemblée Nationale dans les jours qui viennent tombe à pic pour le gouvernement. Elle est présentée et rédigée par des députés sincères et combattifs sur le sujet depuis des années. Puis elle est signée par de très nombreux députés qui ont brillé par leur absence lorsque au mois de janvier dernier une autre proposition de loi a été rejetée parce qu’il n’y avait personne en séance et que le groupe socialiste a laissé les plus farouches opposants aux langues qu’il compte dans ses rangs voter pour des absents…

Chacun se souvient de cet article publié par un député apparenté du groupe socialiste, Jean Luc Laurent, et délicatement intitulé : « Langues régionales : bienvenue chez les dingues».

Nous avions à l’époque écrit au président du groupe pour demander une explication mais il n’a jamais daigné nous répondre. Et pourtant aujourd’hui il est dans les premiers signataires de la proposition de loi.

Il s’agit donc d’un texte qui ne pourra pas aller au bout parce qu’il n’aura certainement pas le temps de passer par le Sénat et de revenir avant les élections de 2017. Mais on pourra toujours dire que c’est la faute au Sénat de droite. Que n’ont ils présenté un texte quand l’AN et le Sénat étaient à gauche ?

4) Quant à la droite elle est à la veille de se choisir un champion et on ne voit pas parmi les deux candidats en lice de véritable connaisseur de la question ni de véritable militant en faveur d’un statut des langues de France.

Les deux furent premiers ministres et ils auraient pu faire…mais n’ont pas fait.

Il sera cependant intéressant de lire ce qu’écrivait en 1999 ( eh oui ! il était déjà actif) un certain François Fillon sur le sujet. Je remercie d’ailleurs A. Barthélémy, un ami provençal d’avoir fait circuler ce texte que nous avions oublié mais qui vaut son pesant d’or. Il permet à celui qui est arrivé en tête de la primaire de la droite dimanche dernier de rivaliser avec J.Luc Mélenchon.

Comme il est peu probable que vous aurez accès à ces prises de position en regardant les débats sur les chaines de télévision parisiennes (publiques ou privées) il est bon que nous gardions en mémoire un certain nombre de textes qui en disent long sur l’intérêt que porte la classe politique française au sujet de la diversité linguistique et culturelle.

En dehors du fait que l’on cherche à nous faire passer pour arriérés mentaux, hostiles à toute ouverture au monde, les arguments sont pauvres. A l’image certainement du débat politique actuel.

Extraits de l’intervention de Jean Luc Mélenchon au Sénat le 13 mai 2008. Juste avant de prendre la parole il avait fait dans la dentelle. Lorsqu’un de ses collègues prononça le nom de Diwan, les écoles bretonnes immersives, le sénateur Mélenchon s’écria : « c’est une secte ! »

La suite est plus policée mais laisse entrevoir quelques éléments qui, s’ils étaient contenus dans la constitution d’une VIème République dont la rédaction serait confiée à celui qui s’exprime, suscitent chez moi, républicain laïc que je suis, quelques inquiétudes.
« Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, en montant à cette tribune, je suis persuadé que, quels que soient les points de vue que vous exprimez sur ce sujet, tous ici vous vous sentez aussi patriotes que moi-même, aussi attachés à l’unité et à l’indivisibilité de la République française que je le suis et dignes continuateurs du progrès constitué par l’ordonnance de Villers-Cotterêts : ce texte a établi le français comme langue du royaume, permettant à chacun de se défendre, de témoigner, d’attaquer en justice et d’être compris par les autres (…).Pour ma part, je n’accepte pas la caricature qui voudrait faire croire que la République française réprime ou méprise les langues régionales. Ce n’est pas vrai ! La France s’est dotée dès les années cinquante d’un cadre législatif très favorable aux langues régionales ; elle était même en avance sur beaucoup de pays d’Europe à cet égard

La loi du 11 janvier 1951 relative à l’enseignement des langues et dialectes locaux, qui porte le nom du socialiste Maurice Deixonne, a officiellement autorisé et favorisé l’apprentissage des langues régionales de France dans l’enseignement public : le basque, le breton, le catalan et l’occitan, auxquels se sont ajoutés ensuite le corse en 1974, le tahitien en 1981, et quatre langues mélanésiennes en 1992. De sorte qu’aujourd’hui, et depuis 1970, tous les élèves qui le souhaitent voient ces enseignements pris en compte pour l’obtention du baccalauréat.(…)

Enfin, j’aborde ce qui constitue pour moi le cœur du problème. Il ne s’agit pas de dire que la sauvegarde des langues et cultures régionales nous pousse sur la pente qui conduit automatiquement à la sécession, au particularisme et au communautarisme. Telle n’est pas mon intention ! Mais j’ai bien l’intention de dire que le risque existe. Il ne saurait être question, sous prétexte de respect de la diversité culturelle, d’admettre un point en contradiction absolue avec la pensée républicaine : il n’y a pas lieu de créer des droits particuliers pour une catégorie spécifique de citoyens en raison d’une situation qui leur est propre.

Le fait de parler une langue différente ne suffit pas à instituer des droits particuliers en faveur de ses locuteurs ! Or c’est ce que prévoit explicitement la charte : il s’agit d’encourager la pratique de ces langues « dans la vie publique et la vie privée ».

S’agissant de la vie privée, je rappelle que le caractère laïque de notre République interdit que les institutions gouvernementales et étatiques fassent quelque recommandation que ce soit concernant la vie privée des personnes(…)

Le Conseil constitutionnel a donc eu raison de dire, en 1999, qu’en conférant « des droits spécifiques à des “ groupes ” de locuteurs de langues régionales ou minoritaires, à l’intérieur de “ territoires ” dans lesquels ces langues sont pratiquées, [cette Charte] porte atteinte aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français. » (…)

Débats du Sénat 13 mai 2008

Dans ces extraits d’un texte qui est une tribune publiée par Libération en mai 1999, le député de la Sarthe ,François Fillon, qui a déjà été ministre et qui est élu député depuis 1981, explique qu’il se réjouit que le Conseil Constitutionnel ait empêché la ratification de la Charte européenne des langues. Les arguments se veulent résolument modernistes.

Vous verrez aussi qu’il fait parler les Québécois. Je ne parle que de mon point de vue, mais il ne m’a pas été donné de rencontrer un Québécois qui m’ait reproché de favoriser l’invasion de son territoire par l’anglais en défendant l’occitan et en m’expliquant que cela enlèverait de la force aux défenseurs du français. François Fillon lui en a visiblement rencontré, ou alors il les a rêvés.

« La charte sur les langues régionales ne prendra pas le chemin du Congrès de Versailles. La constitution échappera donc à une énième révision. Eh bien, tant mieux !

Car la question des langues régionales que nul ne menace en France est, pour notre pays, un sujet anodin. Elle est cependant révélatrice de la situation française. L’ampleur démesurée accordée à cette affaire mineure masque mal tout d’abord la pauvreté du débat politique les questions bien plus essentielles pour l’avenir du pays : comment adapter notre pacte social ; comment organiser la mondialisation et réguler ses conséquences économiques et culturelles, quels objectifs et quelle éthique fixer au développement des nouvelles technologies de l’information, aux biotechnologies, à 1a génétique ; comment replacer la politique au coeur de la cité ? (…)

Tout ceci est à l’image d’une société obsédée par la nostalgie du passé et, à tort, confortée dans ses frilosités Alors que nous nous apprêtons à entrer dans un nouveau siècle complexe, marqué par des enjeux différents, l’élite politique, intellectuelle et médiatique choisit précisément de dépenser son énergie sur le sort d’un patrimoine certes estimable, mais qui ne mérite nullement de figurer au rang des enjeux culturels du futur.

Quels sont ces enjeux? D’abord la jeunesse doit maîtriser la langue française. C’est une question de bon sens et d’intégration républicaine, alors même que l’illettrisme, et l’analphabétisme persistent fortement en France. Ensuite, face à la domination de la langue anglaise, nous devons nous efforcer de faire vivre la francophonie et les spécificités culturelles qui s’y rattachent. Il n’y a que les Français pour ne pas mesurer l’importance et la difficulté de ce combat culturel. Les Québécois, pour qui ce combat est une question « de vie ou de mort » doivent observer notre débat sur les langues ancestrales avec désolation. Enfin, dans un monde ouvert et compétitif, la jeunesse doit parfaitement maîtriser une ou deux langues étrangères. Cette maîtrise constituera non seulement une ouverture intellectuelle mais également une nécessité professionnelle. Voilà les enjeux véritables, voilà les priorités qui doivent être débattues et affichées.(…)

Entre l’individu et la mondialisation, la structure intermédiaire d’identification collectif, c’est la nation et, à un degré moindre, l’Union européenne.

Face aux six milliards d’individus qui peuplent notre planète, notre avenir ne se situe donc pas dans une parcellisation culturelle infranationale, mais dans une dynamique d’intégration suffisamment forte pour permettre aux citoyens d’affronter ensemble, sur des bases culturelles communes, l’ouverture sur le monde extérieur.

Dans cette affaire un peu dérisoire, le débat n’est donc pas entre je-ne-sais quels jacobins et girondins, républicains ou démocrates, il est plus prosaïquement entre ceux qui regardent l’avenir avec ses priorités et ceux qui pensent que la France a du temps à perdre pour vagabonder dans le passé. Il est surtout entre ceux qui pensent que la France doit impérativement se doter des armes adéquates pour se projeter vers le monde extérieur et ceux qui pensent que notre intérieur national est à lui seul un monde.

Alain Juppé lui est resté discret sur le sujet. On trouve peu de déclarations. Deux phrases sur Twitter que voici.

« Les langues régionales font la richesse de la France. La langue corse doit être parlée et apprise dans l’école de la République ».

Difficile de dire moins quand on va en Corse !

Puis celui -ci à la suite du discours en Corse de J.G Talamoni à l’assemblée de Corse

« Article 2 de la Constitution française: « La langue de la République est le français ».

Ajoutons que c’est lui qui a saisi le Conseil Constitutionnel en 1999 a près la signature par la France de la Charte européenne et qu’il était question de la soumettre à ratification.