Mois: octobre 2015

Lo mesprètz deu Senat/ le mépris du Sénat

Publié le

Le Sénat a refusé de débattre de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Cette institution qui se targue de représenter les territoires n’a même pas daigné se pencher sur la question. Certains voient des communautarismes partout.

Ainsi nous avons le droit de parler nos langues à la maison mais pas d’avoir des droits pour nos langues dans notre maison commune qui est la République ?

A moins que le message envoyé soit le suivant : vous n’êtes pas vraiment des occupants de la maison au même titre que les autres ! Des citoyens de deuxième zone en quelque sorte qui sont priés de se taire dans la salle commune de la maison.

Ah ! Mesdames et messieurs les sénateurs que votre conception de la République est étrange ! Que la conception de la République que nous donne le Conseil Constitutionnel est dérangeante !

mespresats

Je n’avais jamais vu ou entendu que pour être dans la maison commune il était prévu que l’on doive se couper un bras ou une main et a fortiori la langue. Les bilingues sont priés de ne pas faire trop de bruit de peur de déranger.

Non ce n’est pas cela que j’ai appris sur les valeurs républicaines. Heureusement qu’il y a des nuances entre les langues qui permettent d’exprimer des concepts de façon parfois différente. C’est ainsi qu’aujourd’hui je me sens à l’aise d’avoir le mot occitan de « convivéncia ». En français on traduirait par « vivre-ensemble ». Voilà des mots que certains sénateurs n’ont pas l’air de connaitre, ni dans une langue ni dans l’autre.

Merci quand même aux sénateurs qui n’ont pas voté contre la ratification de la Charte. Ils peuvent maintenant expliquer au gouvernement qu’il lui reste une chose à faire s’il ne veut pas que l’on croie que le refus du Sénat était attendu et calculé : qu’il présente un projet de loi donnant un statut à nos langues. Il a la majorité à l’Assemblée Nationale.

Publicités

Et après le 24 octobre ? Quelles actions ? E après lo 24 d’octobre ? Quinas accions ? Ua proposicion.

Publié le

banderòla

La manifestation de ce 24 octobre serà certainement la fin d’un cycle. Nous savons tous les avantages et aussi les limites de telles manifestations. Il ne faut cependant pas les dévaloriser parce qu’elles ont permis de dynamiser l’occitanisme et de lui donner une reconnaissance qu’il n’avait pas.

Depuis 2005 nous avons fait la preuve que la revendication en faveur de la langue était portée par un mouvement populaire.

La manifestacion d’aqueste 24 d’octobre que serà lhèu la fin d’un cicle. Que sabem tots los limits de manifestacions d’aqueras. Totun non cau pas desvalorizar l’importància qui an avut en la dinamizacion deu movement occitanista e per la soa reconeishença.

Desempuish 2005 qu’avem hèit la pròva que la reivindicacion en favor de la lenga qu’èra portada per un movement popular.

Carcassona 2009 5

Adara que cau har mei e miélher. Que cau adaptar lo noste foncionament la situacion de 2015 qui n’ei pas la de 2005.

Las armas de la comunicacion qu’an cambiat.

Lo paisatge politic tanben.

Que cau implicar en la question de la reivindicacion linguistica d’autes sectors de la societat.

Que cau sortir de las oposicions estèrlas qui avem podut víver per los mes passats e qui poderén, e contunhèssen, desmobilizar meilèu que dar l’arsec e l’energia qui hè besonh e qui devem a la generacion qui prenerà en man l’aviéner de la lenga.

Que’m permeti donc de har ua proposicion qui seré la creacion de

la CONVENCION PER LA LENGA OCCITANA.

Qu’atendi las vòstas reaccions.

ofici

Après la manifestacion deu 24 d’octobre que prepausi de non pas deishar càder la pression e de contunhar de tira de mobilizar lo monde dinc a l’eleccion presidenciau e dinc a las eleccions legislativas.

Per aquò har que prepausi la mesa en plaça de :

La Convencion per la Lenga Occitana

L’idea qu’ei simpla e que deveré perméter a totas e a tots de participar a l’elaboracion d’un plan d’accions entà arribar enfin a la reconeishença de la lenga.

Que cream ua Convencion qui amassa tots los qui òbran en favor de la lenga occitana.

Los associatius

Los artistas

personalitats qualificadas

elegits ( de diferentas collectivitats e tanben parlamentaris) .

—…e la lista n’ei pas barrada

Que podem estimar que cau arribar a amassar un centenat de personas entà poder estar representatius. Se’n cau mei que seram mei nombrós !

La Convencion que dèu estar l’emanacion de l’ensemble de la partida de la societat occitana qui ei conscienta de l’importància de sauvar e de desvolopar la lenga.

la Convencion qu’ei un organisme informau, un lòc de concertacion, de coordinacion de formalizacion de la reivindicacion e de formacion per la vulgarizacion de las nostas demandas.

Que s’amassarà autanlèu lo prumèr trimèstre de 2016 entà elaborar lo son calendari.

Que considerarà que la prumèra etapa ei d’apitar un plan d’accion dinc a las eleccions de 2017 ( presidenciau E legislativas)

La Convencion que met en plaça :

un programa d’accions (manifestacions, peticions, rencontres e autas a definir ) dab un calendari dinc a las eleccions precitadas.

Que defeneish objectius ( lei, carta, politica regionaus e interregionaus dab objectius clars ).

La Convencion qu’aurà aquò com sol e unic objectiu en elaborar un argumentari qui serà difusat a l’ensemble de la societat occitana ( sector public e privat, associacions e sindicats , collectivitats , elegits etc…)

Se cau organizar ua manifestacion abans la presidenciala e las legislativas de 2017 qu’ei la Convencion qui aurà de’n definir las modalitats, lo lòc e lo contiengut.

Que designarà un burèu qui aurà un o mantuns pòrtaparaulas.

Mesa en plaça d’un sistèma de comunicacion de las proposicions

— Creacion de comissions tematicas per elaborar lo contiengut deus eveniments.

La Convencion qu’aurà ua durada de vita limitada e que serà perlongada, se’n pren la decision, au delà de las datas electoraus e devath la forma qui decidirà

Dintrada 3

La Convencion n’a pas per objectiu de remplaçar las organizacions existentas mes de’s virar sonque de cap a las ACCCIONS COMUNAS qui an per objectiu la mesa en plaça d’un encastre legau clar.

La Convencion que pòt estar lo pòrtaparaula de l’ensemble deu movement qui reivindica en favor de la lenga occitana.

La Convencion que serà tanben la solucion entà perméter a ua generacion navèra de sortir e de préner en man la reivindicacion linguistica.

La Convencion que pòt aver un ròtle tanben de formacion de militants sus la question deus drets linguistics.

Que pòt estar l’interlocutor per l’occitan deus poder publics ( francés mes tanben europèus o autes a un nivèu internacionau).

Se volem un aviéner per la lenga occitana que’u cau pensar, aprestar e organizar.

Publié le

La lista « faisons ensemble » qu’ei estada presentada ger a Bordèu. Que serà presenta sus l’ensemble de la ragion Aquitània, Lemosin, Peitau-Charanta.

Que i aurà occitanistas presents en las diferentas listas deus departaments . Que’n serèi. E lo prumèr comunicat de la lista qu’ei entà aperar a las manifestacions de dissabte.

IMGP4019

La Liste « Faisons ensemble » a été présentée hier à Bordeaux. J’en serai avec d’autres occitanistes, sur la region Aquitaine, Limousin,Poitou-Charentes. Le premier communiqué de campagne est pour appeler à la manifestation de Montpellier et de Bayonne.

Le respect de la diversité linguistique et culturelle est indispensable à la démocratie 

« Faisons ensemble»  soutient les manifestations en faveur des langues régionales qui se déroulent ce samedi 24 octobre

Marie Bové 

Joseph Bouisson 

David Grosclaude 

Samedi prochain, 24 octobre, des milliers de personnes se retrouveront à Montpellier pour manifester en faveur de la langue occitane et à Bayonne en faveur de la langue basque. Des manifestations  identiques se dérouleront en Bretagne et en Alsace. 

La liste « Faisons ensemble » avec Marie Bové et Joseph Boussion appelle à participer à ces manifestations qui réclament un statut pour les langues dites régionales. 

Les manifestants qui partiront  du Limousin et du Périgord, du Béarn, des Landes et de toute l’Aquitaine pour Montpellier seront nombreux. Ils seront aussi nombreux à Bayonne. Tous demandent la mise en place d’une véritable politique de développement des langues dites régionales et diront leur ras-le-bol de voir les parlementaires et les gouvernements  tergiverser. Voilà des années que la Charte européenne des langues régionales et minoritaires devrait être ratifiée. Il existe encore des blocages. Voilà des années qu’une loi devrait permettre aux langues dites régionales d’être reconnues pleinement par la République, mais rien n’avance. 

« Faisons ensemble » affirme que la nouvelle Région doit s’engager plus fortement pour une politique publique en faveur de l’occitan et du basque et y mettre des moyens budgétaires plus importants. Cette politique répondra à une demande sociale et citoyenne croissante. La reconnaissance de droits pour ces langues et les cultures qu’elles portent est un facteur de dynamisme social, culturel et économique. Le reconnaissance de la diversité est un élément indispensable dans une démocratie.

20151020_104206_resized
Au premier plan, de gauche à droite Marie Bové, Joseph Boussion, qui mèneront la liste, David Grosclaude et Therèse de Boissezon élus occitanistes.

Que serèi a Montpelhièr dissabte/ je serai à Montpellier samedi

Publié le

Qu’anarèi a Montpelhièr dissabte entà díser un còp de mei çò que son los nostes drets en ua democracia qui ganharé en dignitat e en luciditat politica se reconéishèva la diversitat lingüistica.

J’irai a Montepllier samedi parce que je suis conviancu qu’une démocratie moderne ne peut se passer de reconnaitre la diversité linguistique et culturelle. Si elle ne le fait pas elle n’est pas une vraie démocratie. C’est pour dire cela que je serai présent à Montpellier

Aquesta diversitat qu’ei la clau d’ua democracia modèrna.

Lo men combat en favor de la lenga occitana, ancian e capborrut, qu’ei bastit a l’entorn de l’idea que la diversitat de las lengas ei ligada a la sauvaguarda de la vita en la soa diversitat biologica.

Deu men punt de vista, la sauvaguarda de la diversitat culturau qu’ei lo sol biais d’aver armas entà inventar un aviéner diferent, entà trobar las solucions a las crisis qui nos tòcan au dia de uei.

Manif Tolosa 2012
A Tolosa en 2012

La crisi politica prumèr, qu’ei pregonda en Occitania. Que sufeish de préner consciéncia deu perilh politic occitan. Uas ideas negras, de replec, simplistas, perilhosas que temptan ua proporcion de mei anar mei grana deus electors occitans, de las vilas e de la campanha. N’ei pas un bon signe per la nosta lenga pr’amor los qui pòrtan aqueras ideas denegan l’identitat occitana.

La crise politique qui touche le territoire occitan est grave. De plus en plus des habitants de nos territoires sont tentés par les idées simplistes, extrémistes par les idées de ceux qui ne parlent que de repli. Ils nient de façon répétée notre identité et notre langue. Il n’y a rien à attendre de ces gens là, ni en ce domaine ni dans aucun autre

La crisi que tòca tanben lo monde associatiu, e pas sonque lo monde occitanista. La societat sancèra que va mau. Que mancan projèctes, ideas, dinamisme.

Carcassona 2009 4
Carcassona 2009

L’occitanisme que pòt portar ua partida de las solucions. En tot cas que dèu estar un deus actors qui ajudarà a sortir de las crisis, sociau, economica, culturau, ecologica, politica au sens larg.

L’occitanisme peut apporter une partie des solutions. En tous cas il doit être présent, être un des acteurs qui aidera à sortir des crises, sociale, economique, culturelle, écologique, politique au sens large. Être absent du débat public en ces temps de crise c’est capituler et laisser à d’autres le soin de dessiner l’avenir pour nous. 

Estar absent deu debat public per la temporada actuau que seré ua error. Alavetz coratge ! Esperar la fin de la crisi shens har arren que seré capitular e deishar a d’autes la carga de gerir l’aviéner.

Solide a Montpelhièr que i aurà monde. Los convençuts, los militants, e puish los autes, tots los autes, los qui an lo sentiment simple que pèrder la lenga e la cultura que seré ua pèrta de las granas per lo noste territòri mes tanben per l’umanitat sancèra. Non pas que la lenga occitana sia ua lenga superiora a las autas, mes justament pr’amor qu’ei ua lenga au miei de las autas. Quan ua lenga e desapareish que manca a tot l’edifici. En demandar que sia reconeguda, respectada que prepausam a l’umanitat la nosta pèira, ua de las pèiras de l’edifici comun.

Cada persona presenta a Montpelhièr que serà ua fòrça suplementària entà portar aquera pèira .

Que i aurà tanben a Montpelhièr los qui seràn los nostes amics per la jornada e qui non mancaràn pas de díser que’n son tostemps estats. Las eleccions que s’aprèssan…

Il y aura du monde à Montpellier. les militants convaincus il y aura aussi ceux qui sentent de façon très profonde que la perte de la langue serait une perte gravissime pour toute l’humanité ; non pas que la langue occitane soit plus grande et plus belle que les autres mais justement parce qu’elle est une langue parmi les autres. Elle est une partie de l’édifice.

Que i aurà tanben los qui diseràn qu’ac an tot hèit entà har avançar los drets de la lenga occitana, los qui vòlen la ratificacion de la Carta mes non pòden pas, los qui volerén mes pas adara…los qui s’esconen darrèr los qui non vòlen pas… Qu’auram hòrt d’amics ençò de’us qui an lo poder mes qui disen non pas poder arren tà la lenga occitana. Voler e non pas poder ! Per monde qui pretenden d’aver lo poder qu’ei juste ua pròva que las nostas demandas non son pas en las lors prioritats.

carcassona 2009 1
Carcassona 2009

Il y aura aussi ceux qui nous diront qu’ils auraient bien voulu ratifier la Charte mais qu’ils ne peuvent pas…Il y aura aussi ceux qui veulent bien la ratifier mais cette fois ci…Ils sont nombreux à dire qu’ils veulent mais ne peuvent pas. Mais quand on en est là, cela veut dire que ces gens ne mettent pas nos demandes et nos revendications dans leurs priorités. Il n’ont qu’à le dire…

Que pensi de poder díser shens faussa modestia que, quan èri president de l’IEO, qu’estoi un pauc per quauquarren en l’organizacion de la prumèra manifestacion de Carcassona en 2005 e dens las seguentas de 2007 e 2009. La prumèra manifestacion de Carcassona qu’estó lo començament d’un occitanisme mei dinamic, mei ofensiu.

Qu’èi podut recentament, a ua auta plaça, espravar la capacitat de l’occitanisme a’s mobilizar e a s’indignar. Que digom amassa « Que n’i a pro d’estar mespresats ! ».

Après l’indignacion e la denonciacion deu mesprètz que devem passar a la dignitat. Qu’ei quauquarren qui’s pren,  qui’s ganha. Que demanda temps, energia, paciéncia.

La paciéncia mesclada a l’energia e a la consciéncia que lo temps jòga lo son ròtle que s’apèra la determinacion.

Que serèi a Montpelhièr, dab tots los autes manifestants qui, com jo, son determinats.

Le réchauffement climatique et le refroidissment culturel nous menacent

Publié le

Contre le réchauffement climatique et le refroidissement culturel

En cette fin d’année il y a des événements qui, de mon point de vue, sont importants dans le rôle que nous pouvons modestement jouer, ici sur notre territoire occitan, afin que l’avenir de l’humanité ne soit ni trop chaud ni trop gris.

Il faut certes rester modestes, mais partant du principe que nous devons penser global et agir local, nous pouvons peser au travers de deux événements.

Le premier, c’est bien sûr la COP 21, la geolianas e Foto 2 JPGrande conférence mondiale sur le climat. Nous devons faire en sorte que les gouvernants de notre pays ne se contentent pas de penser global en encourageant les autres pays à faire des efforts que nous ne faisons pas. Si l’on comprend bien l’intérêt politique que représente l’agitation autour de la préparation de la réunion de Paris, pour convaincre il faut d’abord des actes, ici et ailleurs.

Le refroidissement culturel de la planète

Il y a bien des choses à faire chez nous pour accorder les paroles aux actes. Avec l’épisode de la LGV on est loin du compte. Ce n’est pas là un projet qui nous aidera à réduire les émissions de CO2. Toujours plus vite ! Toujours plus énergivore ! Toujours plus consommateur d’espace !

Qui pourrait croire que cela aidera à réduire la production de gaz à effet de serre ? Ce n’est qu’un exemple de nos contradictions. Et bien d’autres pourraient être cités.

Quoi qu’il en soit, en tant qu’occitaniste, je suis profondément et depuis des années un militant écologiste, un ardent partisan de tout de ce qui empêchera la planète de cuire à la fin du siècle.

P1070542

Si je suis convaincu des risques du réchauffement climatique, je suis aussi convaincu des risques énormes que représente le refroidissement culturel de la planète. Quatre degrés de plus pour l’atmosphère de la planète et ce sera la catastrophe !

L’uniformisation est un risque immense

pour notre capacité à inventer l’avenir

Aussi, bien que sachant qu’on ne peut pas mesurer avec un thermomètre la diversité linguistique et culturelle, il me semble que quatre degrés en moins en ce domaine feront que l’ennui né de l’uniformité étreindra à coup sûr les habitants de la planète !

Je veux dire par là que l’uniformisation des cultures, l’appauvrissement de la diversité linguistique, représentent un risque d’asphyxie pour l’humanité aussi grand que l’autre risque d’étouffement.

Il faut lutter contre les deux. L’uniformisation des cultures est un risque pour la démocratie et une perte immense pour notre capacité à inventer l’avenir et à répondre aux crises. Je mets ce mot au pluriel parce les crises sont multiples et parce que les réponses, logiquement, sont diverses et multiples.

Les hommes dans leur diversité sauront répondre (ou sauront mieux répondre, restons modestes et prudents) aux défis qui les attendent. Le réchauffement climatique en est un : c’est une de nos crises.

Défendre la vie sur terre, défendre la diversité biologique de la planète sans défendre la diversité culturelle des hommes qui l’habitent, serait comme planter une éolienne là où il n’y a jamais de vent ou comme installer des panneaux photovoltaïques à la cave. Pourtant il y en a qui essayent ! Des « écologistes » qui ne comprennent pas cela existent !

Ceux qui oublieraient l’un des

deux combats seraient des tièdes.

Le deuxième événement : nous devons faire la pression maximale pour que la France ratifie la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Il est temps que la France agisse localement et qu’elle ne s’en tienne pas à de grands principes globaux sur la diversité culturelle. La ratification de cette charte ne sera qu’un début, symbolique, une déclaration d’intention ; mais pour le climat aussi c’est ainsi que les choses commencent.

L’engagement qui est le mien est donc double pas contradictoire : contre le réchauffement climatique et contre le refroidissement culturel. Ceux qui oublieraient l’un des deux combats seraient des tièdes.

David Grosclaude