actualitat

Amazonia e umor de mèrda/ Amazonie et humour merdique.

Publié le

ISS029-E-008032_Fires_along_the_Rio_Xingu_-_Brazil
L’Amazonia crema (fòto NASA per Wikimedia commons)

 ARTICLE BILINGUE (français occitan)

Considèri personalament que l’umor es una de las marcas de l’intelligéncia ; e donc Bolsonaro fa pròva d’una intelligéncia…merdica.

Je crois personnellement que l’humour est une des marques de l’intelligence ; et donc Bolsonaro fait preuve d’une intelligence …merdique.

Que la sèlva amazoniana creme es un tragedia. Pasmens, quand l’acusacion ven del president francés me pausi de questions. Qu’a fait d’exemplar aquel òme per se permetre de donar de leçons a un piromane de l’Amazonia ?

Que la forêt amazonienne brûle est une tragédie. Cependant quand l’accusation vient aussi du président français je m’interroge. Qu’a fait ce dernier d’exemplaire pour se permettre de donner des leçons au pyromane de l’Amazonie ?

 

Umor de mèrda per un monde de …

Se vos caliá una pròva mai ara l’avetz ! Los facistas an sovent un umor de mèrda. Es lo cas del president de Brasil que pensa que per reglar la question del climat n’i a pro amb la decision de cagar un jorn de dos.

Considèri personalament que l’umor es una de las marcas de l’intelligéncia ; e donc Bolsonaro fa pròva d’una intelligéncia…merdica.

Aquò, es vertat, facilita la denonciacion de son inaccion per los mèstres del Monde qu’èran amassats a Biàrritz al G7. L’an acusat de pas far res per empachar la sèlva amazoniana de cremar. Es segurament vertat ; es confòrme a son programa e a sas promessas electoralas.

Mas, que las acusacions de maltractar la sèlva amazoniana, e donc lo climat, viengan dels caps d’Estats mai rics del monde pòt far rire. Segur lo climatoscpeticisme de Trump val lo del brasilenc e son intelligéncia es per ieu a la mesura d’una proposicion de defecacion a jorn passat.

Que la sèlva amazoniana creme es un tragedia. Pasmens, quand l’acusacion ven del president francés me pausi de questions. Qu’a fait d’exemplar aquel òme per se permetre de donar de leçons a un piromane de l’Amazonia ?

S’es convertit recentament a un ecologisme plan coma cal e nos parla fòrça del climat ! Alavetz es plan, mas que de mai ?

A totjorn un primièr ministre que ven del nuclear (Areva) e en França contunham de fabricar per nosautres de centralas nuclearas e de ne voler vendre pertot dins lo monde. Nòstre govèrn convertit a l’ecologia, contunha de pagar per la construccion del novèl EPR. E coneissètz la cançon ? Lo nuclear fa pas de CO2…lalalèra , lalalèra e lo carbon ne fa… lalalèra, lalalèra !

Tot aquò es indecent !

Acabi de legir un article publicat per l’ancian primièr ministre japonés, Kan Naoto. Èra a la manòbra al moment de la catastròfa de Fukushima. Explica que manquèt pauc de causa per que son país desapareguèsse complètament en rason d’aquela catastròfa màger. Ara es vengut militant antinuclear e considèra que i a un risc gigant que lo monde visca d’autras catastròfas identicas.

Segurament serà pas en cò nòstre ! Coneissètz la cançon : en cò nòstre tot es previst, res pòt pas arribar…lalalèra, lalalèra.

De fum ideologic reaccionari

A l’entorn de la question ecologica existís una mala fe criminala. I a tanben una quantitat de causas non ditas, un espessor de fum ideologic que lèu lo planeta ne poiriá pèrdre lo lum del solelh… e de las realitats.

Mala fe sus la question de l’energia e refús de dire la vertat al monde ! Perqué ? Quals son los politics qu’ausaràn dire que la sola solucion es la reduccion del consum ?

La religion novèla es qu’amb las novèlas tecnologias òm sauvarà lo planeta e nòstre biais de viure. Aquela religion a sos profètas. Son presents dins la màger part dels govèrns del monde. E sabèm plan qu’aquò es faus. L’utilizacion deu numeric per exemple comença de pesar fòrça sus la produccion d’energia, e particularament d’electricitat.

MadeiraDesmatamentoWilsonDiasAgenciaBrasil
(Fòto Wilson Dias Agencia Brasil per wikimedia commons)

L’idèa que tot foncionarà amb l’electricitat o amb idrogèn se fa una plaça dins l’imaginari. Tot es bon per daissar creire que poirem contunhar coma abans. En realitat aquela vision de la resolucion de la crisi ecologica es ideologicament reaccionària. Nos meton dins lo cap que res deu pas cambiar e nos cal salvar nòstre biais de viure ( biais de consumir, de viatjar, de produsir…) tal coma es. Per aquò far n’i aurà pro amb de petits cambiaments. Darrièra informacion qu’ausiguèri : unas entrepresas prepausaràn lèu de remplaçar vòstre motor termic per un motor electric ! Of ! Poirem salvar l’automobila basa de nòstra societat. Faràn lèu (calrà qualques decenias çaquelà) d’avions electrics per salvar lo trafic aerian e poder, per exemple, aterrir dirèctament al pè del Machu Pichu qu’aurà lèu son aeropòrt. Una construccion autant indispensabla coma una centrala EPR !

Finalament volèm a tota fòrça que nòstres mainatges viscan coma avèm viscut ! Somiam per eles d’una opuléncia ecologicament compatibla amb la talha redusida del planeta. Sèm dins una vision ideologica que s’amaga darrièr un apieladís d’anóncias d’inovacions tecnologicas. Aquò dona un aparéncia de racionalisme e de rasonament scientific.

Fariam plan d’ensenhar a la generacion que ven çò que serà lor (serà pas mai nòstre) planeta amb quinze miliards de personas, puslèu que de lor voler vendre nòstra vision d’un futur que poirà pas existir. O alara se deu existir, serà un monde amb de règlas ecologicas talament duras e inegalitàrias que serà un monde ont una petita partida de la populacion rica viurà dins l’opuléncia, mas armada contra l’autra partida, paura, nombrosa e envejosa. Benlèu qu’es aquò lo prètz que cal pagar per salvar nòstre « way of live ».

E dins aquel monde ai una pichòta idèa de qual aurà lo dret de cagar un còp per jorn.

E galegi pas !

David Grosclaude

 

Humour de merde pour un monde de…

S’il vous fallait une preuve de plus vous l’avez ! Les fascistes ont souvent un humour de merde. C’est le cas du président du Brésil qui pense que pour régler la question climatique il suffit de prendre la décision de ne chier qu’un jour sur deux.

Je crois personnellement que l’humour est une des marques de l’intelligence ; et donc Bolsonaro fait preuve d’une intelligence …merdique.

Cela, il est vrai, facilite la dénonciation de son inaction par les maitres du Monde qui étaient réunis à Biarritz au G7. Ils l’ont accusé de ne rien faire pour empêcher la forêt amazonienne de brûler. C’est certainement vrai ; c’est conforme à son programme et à ses promesses électorales.

 

Mais que les accusations de maltraiter la forêt amazonienne, et donc le climat, viennent des chefs d’États les plus riches du monde peut prêter à rire. Bien sûr le climatoscepticisme de Trump vaut celui du brésilien et son intelligence est pour moi à la mesure d’une proposition de défécation en jours pairs ou impairs. Que la forêt amazonienne brûle est une tragédie. Cependant quand l’accusation vient aussi du président français je m’interroge. Qu’a fait ce dernier d’exemplaire pour se permettre de donner des leçons au pyromane de l’Amazonie ? Il s’est converti récemment à un écologisme bien comme il faut et il nous parle beaucoup du climat. Alors c’est bien mais, quoi d’autre ?

 

Il a toujours un premier ministre qui vient du nucléaire (Areva) et en France nous continuons à fabriquer pour nous des centrales nucléaires et à vouloir en vendre partout dans le monde. Notre gouvernement, converti à l’écologie, continue de payer pour la construction du nouvel EPR. Et vous connaissez la chanson ? Le nucléaire ne fait pas de CO2 …lalalère, lalalère et le charbon en fait…lalalère, lalalère !

Tout cela est indécent !

 

Je viens de terminer un article publié par l’ancien premier ministre du Japon, Kan Naoto. Il était aux affaires au moment de la catastrophe de Fukushima. Il explique qu’il manqua peu de choses pour que son pays disparaisse complètement en raison de cette catastrophe majeure. Il est maintenant devenu un militant antinucléaire et considère qu’il y a un risque très grand pour que le monde vive d’autres catastrophes similaires.

Ce ne sera certainement pas chez nous ! Vous connaissez la chanson : chez nous tout est prévu, rien ne peut arriver …lalalère, lalalère !

Brume idéologique et réactionnaire

Autour de la question écologique il existe une mauvaise foi criminelle. IL y a aussi une quantité de choses non dites, une épaisse brume idéologique qui fait que notre planète ne verra bientôt plus la lumière du soleil…et des réalités.

Mauvaise foi sur la question de l’énergie et refus de dire la vérité aux gens. Pourquoi ? Qui sont les politiques qui oseront dire que la seule solution est la réduction de la consommation ?

La religion nouvelle c’est que grâce aux nouvelles technologies on sauvera la planète et notre mode de vie. Cette religion a ses prophètes. Ils sont présents dans la majeure partie des gouvernements du monde. Et nous savons que tout cela est faux. L’utilisation du numérique par exemple, commence à peser de façon très importante sur la production d’énergie, et particulièrement sur la d’électricité.

 

L’idée que tout fonctionnera avec de l’électricité ou avec de l’hydrogène se fait une place dans l’imaginaire. Tout est bon pour laisser croire que nous pourrons continuer comme avant. En réalité cette vision de la résolution de la crise écologique est idéologiquement réactionnaire. On nous met dans la tête que rien ne doit changer e qu’il nous faut sauver notre mode de vie (notre façon de consommer, de produire, de voyager…) tel qu’il est. Pour y parvenir il n’y aura que de petits changements. La dernière information que j’ai entendue consiste à nous expliquer que des entreprises vous proposeront bientôt de changer votre moteur thermique pour y mettre à la place un moteur électrique. Ouf ! On sauvera l’automobile qui est la base de notre société. On fera bientôt (il faudra cependant quelques décennies) des avions électriques pour sauver la trafic aérien et pouvoir, par exemple, atterrir directement au pied de Machu Picchu qui aura bientôt son aéroport. Voilà une construction aussi indispensable qu’une centrale EPR !

 

Finalement nous voulons à tout prix que nos enfants vivent comme nous avons vécu ! Nous rêvons pour eux d’une opulence écologiquement compatible avec la taille réduite de la planète. Nous sommes dans une vision idéologique qui se cache derrière un amas d’annonces d’innovations technologiques. Cela donne une apparence de rationalisme et de raisonnement scientifique. Nous ferions bien d’enseigner à la génération qui vient ce que sera leur planète (elle ne sera plus la nôtre) avec quinze milliards d’habitants, plutôt que de vouloir leur vendre notre vision d’un futur qui ne pourra pas exister. Ou alors, s’il doit exister, ce sera un monde avec des règles écologiques tellement dures et inégalitaires, que ce sera un monde où une petite partie de la population riche vivra dans l’opulence , mais armée contre l’autre partie, pauvre, nombreuse et envieuse. Peut-être est-ce le prix à payer pour sauver notre « way of live ».

Et dans ce monde j’ai une petite idée de qui aura le droit de chier une fois par jour. Et je ne plaisante pas !

 

David Grosclaude

Publicités

Las eleccions municipaus en Bearn Que hèm ?/Les élections municipales en Béarn Que fait-on ?

Publié le

(texte bilingue)

Las eleccions municipaus en Bearn

IMGP2303Que hèm ?

2 de julhet 20h a VILHÈRA

       Villa Les violettes (honset/ impasse Odeau)

E i aurà candidatas e candidats occitanistas a las eleccions municipaus en Bearn ? E pensatz d’estar candidata o candidat ?

Alavetz hèm lo tribalh amassa e essagem de har enténer la nosta votz.

Quau que sia la talha de la comuna qu’avem d’estar presents. Los projèctes nostes qu’an la lor plaça, a la condicion que siam representats en los conselhs municipaus e dens los conselhs de las comunautats de comunas.

Tot aquò que depen de nosautes e de la nosta volontat d’estar presents en las decisions futuras de las comunas e comunautats de comunas. Que podem decidir de deishar har d’autes en plaça nosta. Mes e serà eficaç ?

Entà aprestar aqueras eleccions, qu’agitz l’intencion d’estar candidat o pas, que prepausam de’ns trobar lo 2 de julhet a 20h a Vilhèra.

Que poderam discutir de BASTIR Municipalas 2020 qui prepausa de labelizar candidaturas pertot en Occitania .

Que trobaratz en pèça junta lo tèxte basic de BASTIR e los principis qui son estats adoptats.

Los candidats qui seràn labelizats que deveràn respectar ua règlas.

BASTIR n’ei pas un partit.

BASTIR que prepausa de presentar candidats sus listas de dreta d’esquèrra o deu centre, o sus listas shens etiqueta, a la condicion que las listas s’engatgen sus quauques punts qui trobaratz en los tèxtes basics.

Que son excludidas las collaboracions dab tota lista qui pleiteja en favor d’ideas d’exclusion o qui son portairas d’ideas totalitàrias, anti democraticas o assimiladas.

 

Lo comitat locau de BASTIR e los elegits municipaus occitanistas deu Bearn Thérèse de Boissezon, Patrick Mauboulès, Julien Bayssac, Daniel Barneix, David Grosclaude

Les élections municipales en Béarn

Que fait-on ?

2 Juillet 20h00 BILLÈRE

Villa Les violettes (Impasse Odeau)

 

Y aura t-il des candidats occitanistes aux élections municipales en Béarn ? Pensez-vous être candidate ou candidat ?

Alors faisons le travail ensemble et essayons de faire entendre notre voix

Quelle que soit la taille de la commune nous devons être présents et nos projets ont leur place, à la condition que nous soyons représentés dans les conseils municipaux et dans les conseils communautaires.

 

Tout cela ne dépend que de nous et de notre volonté d’être présents dans les décisions futures de nos collectivités. On peut aussi décider de ne pas s’engager et de laisser faire d’autres à notre place. Mais est-ce bien efficace ?

 

Pour préparer ces élections, que vous ayez l’intention ou pas d’être candidate ou candidat, nous nous retrouverons le 2 juillet à 20h à Billère

Nous pourrons débattre de la démarche engagée par BASTIR Municipalas 2020 qui propose de labelliser des candidats partout en Occitanie.

 

Vous trouverez en pièces jointes des textes qui expliquent la démarche de BASTIR, qui n’est pas un parti politique.

 

BASTIR se propose de présenter des candidats qui s’engageront sur des principes et des projets et qui les feront avaliser par leur liste ou leur tête de liste, qu’elle soit de gauche du centre ou de droite ou sans étiquette. BASTIR refuse toute collaboration aves des listes qui ne respectent pas les principes démocratiques basiques, qui plaident pour des idées d’exclusion ou toute forme d’arbitraire et toute forme de totalitarisme.

  

Le Comité local de Bastir et les élus municipaux occitanistes du Béarn Thérèse de Boissezon, Patrick Mauboulès, Julien Bayssac, Daniel Barneix, David Grosclaude

Bastir est un mouvement qui a pour objectif de faire en sorte que l’occitanisme soit représenté

dans les communes et communautés de communes

Bastir n’est pas un parti politique

Bastir se propose d’être présent aux municipales de 2020 de deux façons

  • Là où cela est possible en présentant des listes Bastir dont le candidat tête de liste et plusieurs personnes qui se trouvent sur sa liste ont signé les documents permettant la labellisation par
  • En présentant un ou plusieurs candidats sur une liste dont le tête de liste a accepté de signer des documents et des engagements programmatiques que Bastir considère comme suffisants donnant lieu à un soutien clair, à une publicité et à la présence d’un logo spécifique.

Il appartient à Bastir de juger si les engagements signés sont suffisamment clairs et explicites.

Les principes

  • Le principe de base est que dans une commune Bastir ne donnera son soutien qu’à un ou plusieurs candidats d’une même liste. En aucune façon il ne pourra être possible que des candidats de deux listes distinctes soient soutenus pas Bastir .
  • Bastir est porteur d’un occitanisme ouvert, démocratique, respectueux des différences, des croyances et options philosophiques de tous.

Ce sont les valeurs de « convivéncia » e de « paratge » qui sont notre référence.

Pour cette raison, Bastir ne donnera aucun soutien à des candidats qui meneraient une liste, ou qui feraient partie d’une liste, ne respectant pas ces principes. Cela exclut tout soutien à des listes menées par des partis d’extrème droite ou de quelque bord que ce soit, qui auraient dans leur programme des propositions pouvant être considérées comme sectaires, racistes, xénophobes, homophobes ou qui justifieraient une quelconque forme d’autoritarisme ou de totalitarisme.

Un respect scrupuleux de la dignité de la langue occitane et de la culture occitane est un élément très important dans les choix qui seront faits par Bastir.

Il s’agit là de l’application pour la langue et la culture occitanes d’un respect srcupuleux des valeurs démocratiques, ces dernières étant l’esssentiel dans les choix que fera Bastir.

Parmi les principes il y a aussi celui de donner la priorité aux choix locaux.

A aucun moment Bastir ne fera des choix qui iraient contre la volonté d’un groupe local souhaitant s’intégrer à la démarche collective, sauf si ce choix est en contradiction avec les principes évoqués au point 1 et au point 2.

Il appartiendra à l’instance chargée de donner le soutien et le label Bastir à des candidates et des candidats de bien prendre en compte la réalité locale et les points de vue locaux.

Cela signifie que Bastir ne fait à priori aucun choix pour soutenir des candidats plutôt à gauche, au centre ou à droite.

Bastir est un rassemblement de personnes qui, une fois acceptés les principes évoqués auparavant, ne se préoccupera que de la diffusion des valeurs exprimées plus haut et de leur intégration dans les décisions communales et intercommunales, quelle que soit l’appartenance partisane.

3) Bastir s’appuie aussi sur des principes qui sont exprimés dans des textes qui sont annexés à ce règlement.

Parmi ces textes se trouvera un engagement qui sera signé par chacun des candidats qui souhaitera être soutenu par Bastir.

Le soutien éventuel donné à tel ou tel candidat par Bastir ou à telle ou telle liste ne donnera lieu à aucun soutien matériel ou financier. Bastir n’est pas un parti politique. Il est un lieu de rencontre d’occitans, nés en Occitanie ou ayant décidé d’y vivre, qui ont décidé de porter dans les instances communales et intercommunales un certain nombre de revendications.

4) Un comité de labellisation Bastir Municipalas 2020 sera constitué. Il aura la charge d’étudier les demandes qui lui seront faites et de dresser la liste des candidates et candidats qui pourront se présenter avec le label Bastir 2020.

Ce Comité de Labellisation Bastir Municipalas 2020 sera constitué dès le 22 septembre 2019.

Il aura aussi à trancher lorsque dans la même commune seront proposées des candidatures sur des listes différentes.

Les candidates et candidats qui seront soutenus par Bastir pourront utiliser les documents qui seront publiés par le mouvement, soit par la publication d’extraits soit en totalité, mais sans les modifier autrement que par une adaptation honnête correspondant à une situation locale donnée.

Bastir se réserve le droit de retirer son soutien, par une déclaration publique, à tout candidat ou toute candidate qui n’aurait pas respecté ses engagements.

Bastir entend par Occitanie l’ensemble des territoires qui ont en commun la langue et la culture occitanes, et pas seulement une région baptisée

Enfin des élus occitans réactifs !

Publié le

Par chance Notre Dame de Paris peut compter sur la réactivité des élus occitans, prêts pour elle à toute la générosité dont ils ne sont pas capables pour la langue et la culture de leurs régions. Une preuve de leur capacité à renoncer ou à renier …allez savoir !

Editorial de la revue « OCCITANIA/vlem viure al País » del Partit Occitan a paréisser aqueste mes de junh.

Per los que serián pas encara convençuts que seriá utile de se presentar a las eleccions municipalas…e autras.

 

800px-Paris,_Notre_Dame_--_2014_--_1510-1
Photo : Dietmar Rabich / Wikimedia Commons

Quand je vois l’empressement avec lequel les élus occitans (villes, départements, agglomérations et régions) ont décidé de sortir le chéquier(1) pour aider à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, je dis : Bravo ! Voilà des décisions rapides. Belle réactivité à l’urgence !

Pourtant une autre voix me dit qu’ils doivent avoir une vie bien triste. Quel calvaire que de vivre sur leur territoire ? Que ne s’installent t-ils pas au centre du monde ? Qui les a relégués ainsi dans des contrées lointaines, les obligeant à se contenter de l’émotion télévisuelle et éphémère que leur offre BFM TV ?

Il aura cependant suffi de quelques heures d’émotion cathodique et télévisuelle pour que l’émotion patrimoniale et culturelle de nos élus se réveille enfin et puisse s’exprimer en euros !

Ignorants (et c’est bien normal puisque c’est si peu important !) de la culture et de la langue occitanes qui se meurent, ils ont enfin fait vibrer leur corde culturelle et fait savoir qu’ils adhéraient au message qui se résume ainsi : Notre Dame est le centre de Paris, Paris est le centre de la France et la France est le centre du monde !

Voilà ! Ça c’est simple ! Nous sommes d’ailleurs en demande d’un monde simple ! Il suffit de voir comment évolue l’électorat pour le comprendre. Il y a les bons et les méchants, les blancs et les noirs, les verts et les rouges, ceux du dedans et ceux du dehors ! Et demain le monde doit encore être plus simple encore. La démocratie c’est vraiment trop compliqué !

Simple ne signifiant pas simplet vous ajoutez donc une petit couche de Victor Hugo (qui n’a d’ailleurs rien demandé !). Cela permet un petit vernis culturel afin de ne pas paraitre trop misérables (2)

Vous n’oublierez pas d’ajouter quelques tranches de roman national du style : «Notre Dame c’est le cœur de l’histoire de France », saupoudrez de quelques morceaux d’histoire simplistes cuits et recuits, couvrez de quelques feuilles d’images d’Épinal, une petite larme de sauce à votre choix, un air compassé… et le hamburguer médiatique est prêt à consommer.

Oui, c’est bien ! Vous êtes aussi parisiens que les parisiens. Même encore plus ! Comme Valls qui est plus espagnol que les espagnols quand il est à Barcelone !

Bon ! Vous êtes aussi un peu ridicules mesdames et messieurs les élus occitans. L’émotion est retombée comme elle est montée. Alors, maintenant, vos chèques sont déjà dépassés. Vous vivez trop branchés sur l’info en continu et peut-être êtes vous un peu deconnectés de vos territoires dont vous parlez si souvent.

Oh, que je suis impertinent de vous dire cela à vous, si enracinés, si proches de vos concitoyens et de leurs préoccupations quotidiennes ! C’est vrai que chaque matin dans toutes les communes d’Occitanie (la grande) on ne rêve que d’une chose : du jour où l’on pourra prendre le TGV pour assister à l’inauguration de la nouvelle Notre-Dame !

Avec de la chance ce sera pour l’ouverture des J.O de Paris. L’orgasme centralisateur ! Deux événements en un ! Deux événements pour lesquels vous avez déjà préparé le chèque. Vous aurez même à faire un petit effort supplémentaire. Quel plaisir en effet vous aurez à aider à combler la différence entre le prix annoncé et le prix réel !

J’en entends déjà nous expliquer combien ces jeux sont importants pour ceux qui vivent au confins de l’Auvergne et du Limousin, de l’Occitanie et du Pays-Basque. Et oui ! vous n’êtes jamais à court d’arguments convaincants.

Vous saurez trouver les mots pour justifier votre (notre ?) générosité, je n’en doute pas.

Vous êtes des champions dans le genre. Pour les LGV, vous avez payé — et vous voudrez payer encore—pour aménager le territoire de façon à ce que le centre soit encore plus proche.

Bon reconnaissons que là c’est un peu la honte ! Depuis quelques mois on sait que tout cet argent aurait pu servir au train du quotidien. Mais vous intéresse t-il le quotidien ?

N’ayez crainte ! Paris vous aime. Et c’est pour vous l’essentiel. Vous avez envie d’être aimé du centre et il vous le rend parfois…mais pas souvent.

Peu importe vous continuerez parce que vous n’avez pas d’autre idée en tête. Il faut plaire au centre pour exister. Sinon, que sommes-nous sinon des provinciaux ? Oui, vous serez invités pour l’inauguration de Notre-Dame rénovée ! Et avec de la chance on vous verra sur la télé en continu…au fond, dans la liste des donateurs.

Des millions d’euros pour creuser encore un peu plus l’inégalité qui existe entre le centre et la périphérie, ça mérite une récompense !

David Grosclaude

(1) Pour le moment on peut chiffrer les subventions votées par les pricipales collectivités occitanes à plus de 6 millions d’euros

(2)pardonnez moi ce jeu de mots assez nul mais cependant il faut bien que je tente de rivaliser avec ce minimum de culture permettant à certains de discourir pendant de longues heures sur le sujet de Notre Dame, installés devant une caméra de télévision sur fond d’images qui tournent en boucle

Anaram los occitanistas a las municipalas ?/ Est-ce que nous, occitanistes, irons aux municipales ?

Publié le

Anaram los occitanistas a las municipalas ? Auram l’intelligéncia de sortir d’ua sembla neutralitat sovent confortabla mas pauc eficaça ?

Est-ce que nous, occitanistes, irons aux municipales ? Aurons-nous l’intelligence de sortir d’une fausse neutralité, souvent confortable mais peu efficace ?

(Texte bilingue occitan et français)

Bulletin_vote
wikimedia (Pierre alain dorange)

En cada vila, cada vilatge, cada comuna que’s jòga ua bona partida de las accions qui’s pòden ganhar en lo domeni de la lenga e de la cultura occitanas.

Mes entà aquò que devem estar presents a las eleccions municipaus e préner plaça en las assembladas (que sian los conselhs municipaus o las comunautats de comunas). Qu’ei en aqueths endrets qui’s prenen las decisons , las qui pòden perméter de har avançar la question de l’ensenhament (escòla bilingua, calandreta, cors d’adultes), las questions de preséncia publica de la lenga (senhaletica visuau o sonòra) la question deus espectacles en lenga occitana ( politica culturau) e tantas autas causas importantas.

Mes entà aquò har que i cau anar e non cau pas esperar que d’autes hacin lo tribalh a la nosta plaça.

Que sabi que pòden estar nombrós los arguments (pretèxtes ?) entà non pas i anar.

Òc qu’avem lo besonh, la necessitat absoluda de participar a las decisions. Que’s cau virar cap a ua actitud diferenta de la qui avem tròp sovent adoptada a saber ua pretentuda neutralitat e ua accion qui seré sonque la de l’influéncia deu dehòra estant.

Dab lo pretèxte, sovent faus, de demorar en dehòra de las batalhas politicas, que pretendem protegir de las tornas lo monde associatiu qui poderé patir ua reduccion de subvencions. Qu’avem paur de ns’engatjar per paur d’estar marcats.

Mes gessits deu monde associatiu que podem, que devem préner responsabilitats. Hòra deus lòcs de decision que mancam d’influéncia. Qu’èm redusits a jogar lo ròtle de petits grops de pression qui n’an pas hòrt de pes au moment de la decision finau.

Alavetz ? I Anaram o pas a las eleccions municipaus ? I anaram o delegaram enqüèra un còp de mei lo poder de préner las decisions a la nosta plaça a monde qui non haràn pas gran causa ?

Que sosmeti aquera reflexion a totas las militantas e a tots los militants occitanistas, quau que sia lo lor nivèu d’engatjament e lo domeni en loquau e tribalhan , quaus que sinan la lors opcions politicas, sindicaus e filosoficas.

Quin haram doman ? E deisharam la plaça vueita o decidiram de préner responsabilitats e d’assumir la mesa en plaça de politicas locaus en concordància dab las nostas reivindicacions ?

David Grosclaude

 

 

Est-ce que nous, occitanistes, irons aux municipales ?

Aurons-nous l’intelligence de sortir d’une fausse neutralité,

souvent confortable mais peu efficace ?

Dans chaque ville, chaque village, chaque commune, se joue une bonne partie des actions qui peuvent être gagnées en matière de langue et culture occitanes.

Mais pour cela il faut être présent aux élections municipales et prendre des places dans les assemblées (conseils municipaux ou communautés de communes). C’est dans ces lieux que se prennent les décisions qui peuvent aider à faire avancer la question de l’enseignement (école bilingue, calandreta, cors d’adultes …) la question de la présence publique de la langue ( signalisation visuelle et sonore) la question du spectacle vivant ( politique culturelle) et tant d’autres choses importantes.

Mais pour faire cela il faut y aller et ne pas attendre que d’autres fassent le travail à notre place.

Oui,c’est une nécessité absolue de participer aux décisions. Il faut se tourner vers une attitude différente de celle d’une apparente neutralité. Croire que l’on peut influencer les décisions depuis l’extérieur sans s’engager est une attitude que nous avons trop souvent adoptée.

Sous le prétexte que nous ne voulons pas nous mêler aux batailles politiques, nous prétendons protéger le monde associatif de retours de bâton qui se manifesteraient par la réduction de subventions. Nous évitons de nous engager trop par peur d’être marqués. Au final, nous manquons d’influence sur les décisions alors que nous prétendons jouer les groupes de pression. Et les subventions n’augmentent pas …

 

Alors ? Irons-nous aux municipales ? Irons-nous ou déléguerons-nous une fois de plus notre pouvoir de proposer et de faire à des gens qui ne feront rien de ce que nous demandons ? Déléguerons nous à d’autres le pouvoir de mener des actions dans lesquelles nous avons l’expertise et l’expérience ?

Je soumets cette question à tous les occitanistes, quelle que soit le niveau de leur engagement et quel que soit le domaine dans lequel ils travaillent. Je soumets cette réflexion à toutes et tous, quelles que soient leurs options politiques, syndicales ou philosophiques.

Comment allons nous faire demain ? Laisserons nous le siège vide ou déciderons-nous de prendre des responsabilités et d’assumer la mise en place de politiques locales en concordance avec nos revendications ?

David Grosclaude

 

A lire le document BASTIR ! Municipalas 2020  ! qui suit :

Bastir est un mouvement qui a pour objectif de faire en sorte que l’occitanisme soit représenté dans les communes et communautés de communes

Bastir n’est pas un parti politique

Bastir se propose d’être présent aux municipales de 2020 de deux façons

  • Là où cela est possible en présentant des listes Bastir dont le candidat tête de liste et plusieurs personnes qui se trouvent sur sa liste ont signé les documents permettant la labellisation par
  • En présentant un ou plusieurs candidats sur une liste dont le tête de liste a accepté de signer des documents et des engagements programmatiques que Bastir considère comme suffisants donnant lieu à un soutien clair, à une publicité et à la présence d’un logo spécifique.

Il appartient à Bastir de juger si les engagements signés sont suffisamment clairs et explicites.

Les principes

  • Le principe de base est que dans une commune Bastir ne donnera son soutien qu’à un ou plusieurs candidats d’une même liste. En aucune façon il ne pourra être possible que des candidats de deux listes distinctes soient soutenus pas Bastir .
  • Bastir est porteur d’un occitanisme ouvert, démocratique, respectueux des différences, des croyances et options philosophiques de tous.

Ce sont les valeurs de « convivéncia » e de « paratge » qui sont notre référence.

Pour cette raison, Bastir ne donnera aucun soutien à des candidats qui meneraient une liste, ou qui feraient partie d’une liste, ne respectant pas ces principes. Cela exclut tout soutien à des listes menées par des partis d’extrème droite ou de quelque bord que ce soit, qui auraient dans leur programme des propositions pouvant être considérées comme sectaires, racistes, xénophobes, homophobes ou qui justifieraient une quelconque forme d’autoritarisme ou de totalitarisme.

Un respect scrupuleux de la dignité de la langue occitane et de la culture occitane est un élément très important dans les choix qui seront faits par Bastir.

Il s’agit là de l’application pour la langue et la culture occitanes d’un respect srcupuleux des valeurs démocratiques, ces dernières étant l’esssentiel dans les choix que fera Bastir.

Parmi les principes il y a aussi celui de donner la priorité aux choix locaux.

A aucun moment Bastir ne fera des choix qui iraient contre la volonté d’un groupe local souhaitant s’intégrer à la démarche collective, sauf si ce choix est en contradiction avec les principes évoqués au point 1 et au point 2.

Il appartiendra à l’instance chargée de donner le soutien et le label Bastir à des candidates et des candidats de bien prendre en compte la réalité locale et les points de vue locaux.

Cela signifie que Bastir ne fait à priori aucun choix pour soutenir des candidats plutôt à gauche, au centre ou à droite.

Bastir est un rassemblement de personnes qui, une fois acceptés les principes évoqués auparavant, ne se préoccupera que de la diffusion des valeurs exprimées plus haut et de leur intégration dans les décisions communales et intercommunales, quelle que soit l’appartenance partisane.

Bastir s’appuie aussi sur des principes qui sont exprimés dans des textes qui sont annexés à ce règlement.

Parmi ces textes se trouvera un engagement qui sera signé par chacun des candidats qui souhaitera être soutenu par Bastir.

Le soutien éventuel donné à tel ou tel candidat par Bastir ou à telle ou telle liste ne donnera lieu à aucun soutien matériel ou financier. Bastir n’est pas un parti politique. Il est un lieu de rencontre d’occitans, nés en Occitanie ou ayant décidé d’y vivre, qui ont décidé de porter dans les instances communales et intercommunales un certain nombre de revendications.

Un comité de labellisation Bastir Municipalas 2020 sera constitué de 11 personnes. Il aura la charge d’étudier les demandes qui lui seront faites et de dresser la liste des candidates et candidats qui pourront se présenter avec le label Bastir.

Il aura aussi à trancher lorsque dans la même commune seront proposées des candidatures sur des listes différentes.

Les candidates et candidats qui seront soutenus par Bastir pourront utiliser les documents qui seront publiés par le mouvement, soit par la publication d’extraits soit en totalité, mais sans les modifier autrement que par une adaptation honnête correspondant à une situation locale donnée.

Bastir se réserve le droit de retirer son soutien, par une déclaration publique, à tout candidat ou toute candidate qui n’aurait pas respecté ses engagements.

Bastir entend par Occitanie l’ensemble des régions qui ont en commun la langue et la culture occitanes, et pas seulement une région baptisée « Occitanie ».

 

Quelle zone du cerveau recèle la mauvaise foi ? Lettre ouverte au ministre de l´Éducation

Publié le

 

David Grosclaude

Père de trois enfants

maltraités puisque scolarisés

en enseignement immersif Calandreta

 

Bonjour monsieur ministre

 

Vous y en a déclarer et moi citer :

 

«« l’immersif est l’unilinguisme puisque ce qu’on met derrière la notion de maternelle immersive, c’est le fait que les enfants ne parlent que la langue régionale. Déjà, d’un point de vue pédagogique il y aurait eu beaucoup à discuter autour de ça, on pourrait arriver à dire que cognitivement ce n’est pas si bon que ça, précisément si l’enfant est mis dans la situation d’ignorer la langue française. _Sur le plan pédagogique, il y a une véritable question sur l’immersion_. »

 

Carcassona 2009 4
parmi eux certains sont passés par l’école immersive. C’était en 2009. Il y a donc 10 ans. Tout ce temps pour qu’un ministre vienne enfin délivrer ces âmes sensibles et innocentes de méthodes pédagogiques qui les conduisaient au pire…le bilinguisme , voire le multilinguisme.

Vous pardonner moi si faire lettre en langage un peu limité mais moi être papa de trois enfants que moi mettre à l’école immersive.

Déjà moi pas très évolué puisque moi parler occitan.

Vous pas bien comprendre des choses et moi vais vous expliquer. Parce que moi très colère contre vous. Moi pas avoir maltraité enfants moi en mettant a l’école occitane.

Eux apprendre bien occitan et aussi eux apprendre d’autres langues.

Mais peut-être vous pas croire moi ! Parce que vous pas envie de croire moi !

 

Bon j’arrête ! Je pourrais continuer comme ceci pendant plusieurs pages mais ça me fatigue. Que voulez vous la nature n’a sans doute pas daigné nous doter de neurones en nombre suffisant. Donc dès que l’on réfléchit un peu on fatigue. La langue que je tentais de vous écrire était celle que l’on prêtait en France, dans des temps obscurs à tous ceux qui n’avaient pas eu la chance de boire à la source de la civilisation. Je crains que le message que vous nous avez délivré ne soit de cette eau.

Ce qui me fatigue le plus c’est d’essayer de comprendre comment on peut être aussi ignorant des choses de la pédagogie tout en étant ministre de l’Éducation.

Je ne suis pas un spécialiste de la psychopédagogie ni du cerveau humain mais j’ai un peu écouté et lu des personnes compétentes et jamais je n’ai lu ou entendu des choses aussi énormes que celles que vous avez dites à propos de l’enseignement immersif.

Que vous pensiez que l’on n’apprend pas le français dans ces écoles est une preuve de votre absence d’information et de curiosité. Allez voir ! Renseignez vous !

Que vous laissiez croire que nous infligeons à nos enfants des méthodes aux conséquences irréparables pour leur cerveau est insultant.

Que vous nous entreteniez depuis plusieurs mois du cerveau et des sciences qui le concernent, et que vous parliez ainsi de l’immersion est affligeant.

Les spécialistes ont étudié les zones du cerveau concernant le langage. On sait que ces zones sont organisées de façon différente si’ l’on est bilingue ou pas.

Vos déclarations montrent à l’évidence qu’il existe encore des travaux à faire sur le cerveau humain. Il nous reste en effet à savoir où se trouve la zone de la mauvaise foi. Pour ce qui est de l’ignorance je commence à avoir une petite idée de l’endroit ou elle se trouve.

Quant à mes enfants je vous rassure ; ils vont bien. Et franchement ils vont bien s’amuser à la lecture de vos propos.

Avec mes sentiments respectueux

 

 

David Grosclaude

Élections européennes 2019 : visite en Béarn de François Alfonsi le lundi 13 mai

Publié le

REUNION PUBLIQUE LE 13 MAI à 18 h à BILLÈRE

AMASSADA PUBLICA LO 13 DE MAI a VILHÈRA , 18H Sala deu Centre d’animacion deu LACAU

 

Dans le caAlfonsi Simeoni Jadotdre de la campagne pour l’élection des députés européens nous avons le plaisir de vous annoncer la venue en Béarn, ce lundi 13 Mai, de François Alfonsi, candidat de Régions et Peuples Solidaires sur la liste menée par Yannick Jadot et soutenue par Gilles Siméoni (photo : François Alfonsi en compagnie de Y.Jadot et Gilles Simeoni et A.Lucciani . )

Nous sommes quatre élus de communes du Béarn engagés dans le soutien à sa candidature et nous l’accueillerons pour faire avec lui le tour des questions qui sont aujourd’hui d’actualité en Béarn.

Nous avons aussi invité Jean-François Blanco à se joindre à nous en tant que colistier de François Alfonsi sur cette liste EELV-RPS

 Au Parlement européen, le groupe Verts-Alliance Libre Européenne composé par les eurodéputés écologistes et les eurodéputés régionalistes et autonomistes œuvre pour une Europe qui dépasse les États, pour une Europe de la vie, du développement durable et du respect de la diversité culturelle et linguistique. La candidature de François Alfonsi est une candidature qui marque bien cette évidence : il ne peut y avoir de politique écologique efficace sans un dépassement de l’Europe des États.

François Alfonsi est maire d’Osani en Corse. Il appartient au parti Femu a Corsica, de Gilles Siméoni, le président de la Collectivité de Corse. François Alfonsi a été député européen de 2009 à 2014 il a été président de l’Alliance Libre Européenne de 2015 à 2018.

Il est l’un des 6 candidats que notre Fédération Régions et Peuples Solidaires présente sur la liste menée par Y.Jadot. Parmi ces candidats on compte une candidate occitane, un candidat basque mais aussi deux candidats bretons et une catalane.

– 18h Billère salle du Lacaou , 41 Bis Avenue Lalanne : rencontre avec François Alfonsi. Quel est le sens de sa candidature ? Qu’a t-il fait au Parlement européen lors de son premier mandat ? Que fera t-il a Strasbourg quand il sera élu ? Ouvert à toutes et à tous

David Grosclaude

Conseiller municipal Partit Occitan d’Artix

Vice-président de l’Alliance Libre Européenne

Thérèse de Boissezon

Conseillère municipale Partit Occitan de Lescar

Julien Bayssac

Conseiller municipal Partit Occitan de Billère

Patric Mauboulès

Conseiller municipal Partit Occitan de Billère

 

Ces monuments qui brûlent et se consument

Publié le

Petite réflexion sur le fétichisme de ceux qui n’ont pas compris que patrimoine matériel et immatériel doivent faire l’objet des mêmes égards et de la même attention. Des monuments se consument en France mais cela n’émeut pas la classe politique et les médias.

 

Cathédrale_Notre_Dame,_Paris_30_September_2015
Photo Antonin Subtil (wikimédias commons)

Je ne suis pas catholique, je ne suis pas un admirateur de Saint-Louis et je ne trouve pas que Notre-Dame de Paris soit la plus belle cathédrale du monde, pourtant je suis triste de ce qui est arrivé. C’est un monument unique. C’est une grande perte patrimoniale, c’est la disparition partielle du symbole d’une ville et de son histoire. Elle est connue dans le monde entier.

Il faudra la reconstruire. Il faudra pour cela du temps et de l’argent, beaucoup de savoir faire aussi. Pourtant nous le savons, celle qui sera reconstruite ne sera pas l’originale, tout comme la précédente n’était que la compilation de constructions et de rénovations successives.

Pourtant, je dois bien avouer avoir été passablement irrité par les commentaires des uns et des autres lors de cette soirée où les télévisions ont fait des éditions spéciales afin de suivre en direct la catastrophe. La suite est une avalanche de nouvelles qui s’auto-alimentent, de médias qui s’écoutent parler. On ressasse jusqu’à l’écoeurement, on crée une sorte de sidération médiatique qui vitrifie le paysage et les esprits dans une compassion conformiste. Et le président de la République est venu en rajouter avec un discours spécifique. L’analyse du lexique qu’il a employé, des phrases utilisées par le personnage, devrait nous interroger. Rien n’était anodin dans ce discours. Mais ce sera pour une autre fois.

Des poncifs, encore des poncifs !

Je ne m’étendrai pas sur les diverses couches de poncifs qui semblent sédimenter la pensée de ceux qui doivent (ou veulent) à tout prix remplir du temps d’antenne. Ils sont payés pour ça et ils sont plus victimes que criminels. Ça ne les empêche pas d’être ridicules.

Pour quelques heures, pour quelques jours, Notre Dame de Paris est devenu le centre du monde, de l’histoire du territoire français et le centre de l’histoire du monde. Les messages de ceux qui n’ont rien à dire s’empilaient et défilaient en bandeaux sous les images dès les premières heures du psychodrame télévisuel. Quand même Trump y va de son commentaire ou peut s’attendre à tout. A partir de là tout pourrait arriver, même une brève annonçant la mise en garde-à-vue d’un certain Quasimodo.

On pourrait se dire qu’il est heureux que les télévisions d’information en continu existent, parce que sinon où se déverserait la compassion médiatique ? C’est cette maladie qui fait que chacun doit y aller de son mot, de son communiqué. Mais c’est l’idée même d’info en continu qui crée cette compassion si conformiste. Tout cela confirme bien que la société de la communication se base sur : « moins j’en ai à dire plus je dois le dire fort ! ».

Ce soir là, il y avait dans ce sport des champions toutes catégories. Et on peut en rire parce qu’il ne s’agissait heureusement pas d’un attentat meurtrier où le nombre des victimes s’allongeait au fil des minutes et des heures.

Je rajouterai, même si cela ne va pas dans le sens du vent et dans le sens du conformisme médiatique, que j’ai du mal à comprendre pourquoi le parisianisme se déchaine encore un peu plus grâce à cette affaire. Pourtant le centralisme dans ce pays est déjà assez puissant politiquement, économiquement et médiatiquement. Était-il nécessaire d’en rajouter au point de nous expliquer tout en détail comme si c’était l’église de notre quartier qui venait de s’effondrer. J’ai bien conscience que ce que j’écris n’est pas conforme à l’ambiance créée depuis trois jours, mais peu importe ; je suis certain de ne pas être seul à le penser.

Bref ! Notre Dame est dévastée et c’est une catastrophe. Ceci dit elle ne sera pas la première cathédrale a avoir besoin d’être reconstruite ; d’autres avant elle ont subi ce sort tragique et renaquirent de leurs cendres.

Un monument n’a que la valeur qu’on lui confère

Parce que dans ce monument, ce ne sont pas les pierres qui comptent le plus mais la valeur qu’on leur donne, l’histoire qu’elles racontent, l’histoire qu’elles ont vu se dérouler.

Le patrimoine matériel n’est rien sans le patrimoine immatériel. Un monument, sans les mots qui vont avec, les savoirs qu’il recèle, qu’il a mobilisés, ce monument n’est qu’un tas de pierres.

C’est en cela que les larmes et les déclarations de certaines personnalités étaient insupportables durant cette soirée. Certains d’entre eux laissent chaque jour se consumer des cathédrales et des monuments du patrimoine sans rien dire . Il leur arrive même de souffler sur les braises.

Ils sont victimes d’un fétichisme qui fait qu’ils oublient que le patrimoine immatériel est aussi important que l’autre. Les deux évoluent au fil du temps, s’adaptent, subissent des outrages, des accidents, des violences ; mais on devrait à leur endroit avoir les mêmes égards. Ce n’est pas le cas.

Les cathédrales qui se consument, les châteaux qui brûlent, les trésors qui s’envolent en fumée ne sont pas toujours ceux que l’on peut visiter avec un billet d’entrée et son smartphone à la main. En France ce sont aujourd’hui des réservoirs de savoir et d’intelligence, d’histoire et de littérature, de culture et d’outils prêts à servir pour demain qui se consument sans que Stéphane Bern ne soit appelé pour s’en émouvoir.

Incohérents et malveillants

Quand j’entends aussi bien Mélenchon, Macron, Hollande, Fillon, Sarkozy et les autres faire part de leur émotion de façon médiatique à propos de la perte patrimoniale que représente l’incendie de Notre-Dame de Paris, je ne peux que regretter leur incapacité à être cohérents. Je ne peux oublier que ce sont les mêmes qui se taisent (ou parfois se réjouissent) lorsque ces monuments de culture que sont nos langues se consument peu à peu faute d’attention et d’égards et en raison d’une politique destructrice de la diversité linguistique. Pourtant ce sont des monuments qui accueillent comme ils peuvent des milliers d’années d’histoire, des millions de pages de littérature et des millions de jours de l’histoire de l’Humanité.

Ils ont un défaut ; ils ne brûlent pas d’un coup sous l’œil des caméras. Ce sont des monument qui s’effondrent, que certains sapent et qui meurent en silence.

Alors bien évidemment, il va falloir reconstruire Notre-Dame de Paris comme il aurait fallu le faire pour tout autre monument de cette importance et de cet âge qui aurait brûlé ; mais il faut aussi de la cohérence. Le patrimoine matériel et immatériel se mêlent.

La langue basque, la langue corse, la langue bretonne, la langue occitane, la langue catalane, les langues amérindiennes, celles de Canaquie, les créoles…etc sont autant de cathédrales qui brûlent.

J’ai entendu à propos de l’incendie de Paris les lamentations de ceux qui quelques jours, semaines, mois, années auparavant nous expliquaient que si nos cathédrales linguistiques s’effondraient c’était la fatalité et parfois même une bonne chose pour le progrès de l’humanité et que de toute façon il fallait laisser faire.

Vous voulez des exemples ? Relisez le discours de Macron sur la francophonie : un monument d’ignorance et de malveillance mais aussi un monument de mépris.(1) Relisez les déclarations de Mélenchon en 2008 lorsqu’il disait que les écoles qui enseignent en breton sont « une secte ». Il expliquait que la France était un modèle dans le domaine de la protection des langues : «Pour ma part, je n’accepte pas la caricature qui voudrait faire croire que la République française réprime ou méprise les langues régionales. Ce n’est pas vrai ! La France s’est dotée dès les années cinquante d’un cadre législatif très favorable aux langues régionales ; elle était même en avance sur beaucoup de pays d’Europe à cet égard »(2) Relisez Fillon qui disait toute sa tristesse face à l’incendie de Notre Dame. La phrase qu’il écrivait il y a vingt ans sur le débat concernant les langues dites régionales est extraordinaire ; appliquez la au patrimoine matériel comme Notre-Dame et vous serez atterrés. Je vous la cite : «Tout ceci est à l’image d’une société obsédée par la nostalgie du passé et, à tort, confortée dans ses frilosités Alors que nous nous apprêtons à entrer dans un nouveau siècle complexe, marqué par des enjeux différents, l’élite politique, intellectuelle et médiatique choisit précisément de dépenser son énergie sur le sort d’un patrimoine certes estimable, mais qui ne mérite nullement de figurer au rang des enjeux culturels du futur ».(3)

De l’imaginaire qui disparait

Tous ceux qui n’ont rien fait pour le patrimoine immatériel et qui avaient les moyens politiques de le faire se sont exprimés sur l’incendie de Notre-Dame, de droite ou de gauche. Cela fait des années que les uns et les autres promettent et parlent de la diversité culturelle sans rien faire. En tous cas s’ils font c’est toujours pour ce qui est lointain et ce qui leur parait exotique. De l’humanisme à usage externe mais jamais rien sur ce qu’il ont sous leur nez. Ils devraient pourtant savoir que les pierres n’ont de valeur que par l’histoire qui les a taillées, dessinées, les femmes et les hommes qui les ont nommées, désignées, illustrées.

Donc Notre-Dame de Paris, même entièrement détruite aurait continué à vivre sous la plume de Victor Hugo, Quasimodo et Esmeralda continueraient d’habiter les esprits des amateurs de littérature et donc de faire vivre l’édifice, avec tous ceux qui ont écrit sur lui. Mais quand des pans entiers de notre imaginaire, du patrimoine de l’humanité auront disparu parce que des responsables politiques n’ont pas compris que la diversité des langues et des cultures est un des fondements de la démocratie, on pourra toujours appeler les pompiers ; il y a longtemps que le toit de l’édifice se sera effondré.

Ajoutons que cet imaginaire qu’on laisse disparaître ou que l’on détruit avec une politique pensée et organisée, nous manquera sans aucun doute dans les années qui viennent, lorsque nous chercherons des solutions politiques, économiques, écologiques aux problèmes qui nous attendent. Sans boite à outils nous aurons bien du mal à rénover quoi que ce soit.

David Grosclaude

 

(1)discours prononcé le 20 mars 2018 http://www.elysee.fr/declarations/article/transcription-du-discours-du-president-de-la-republique-a-l-institut-de-france-pour-la-strategie-sur-la-langue-francaise/

(2)intervention de Jean Luc Mélenchon au Sénat le 13 mai 2008.

(3)tribune publiée par Libération en mai 1999, le député de la Sarthe ,François Fillon