actualitat

« Los mots e lo baston » «Les mots et le bâton » Perqué l’èi escrivut ? / Pourquoi l’avoir écrit ?

Publié le

2 Libes« Los mots e lo baston »   «Les mots et le bâton »

Perqué l’èi escrivut ? / Pourquoi l’avoir écrit ?

Un extrèit deu prumèr capítol.

Un extrait du premier chapitre (voir plus bas)

Lo libe en version occitana que’s pòt COMANDAR EN LINHA :

http://lasetmana.fr/index.php/oc/oc-boutique/product/185-%C2%AB-los-mots-e-lo-baston-%C2%BB

Le livre en version française peut se COMMANDER EN LIGNE :

http://lasetmana.fr/index.php/oc/oc-boutique/product/186-%C2%AB-les-mots-et-le-baton-%C2%BB

 

Un extrèit deu prumèr capítol.

Un extrait du premier chapitre (voir plus bas)

Arradics ?

Non combati pas per las meas arradics, ni per las tradicions familiaus. Non soi pas un militant de la lenga deus mens ajòus. No’m senteishi pas enrasigat mei qu’un aute (…) Se d’estar enrasigat qu’ei defénder principis universaus a l’endret on nos trobam, alavetz òc, que soi enrasigat. Qu’averí podut plantar las meas arradics endacòm mei qu’en país de Bearn, territòri de l’estrem de l’espaci occitan.

Los qui’m coneishen un pauc, que saben que soi un militant occitanista. E, a un militant occitanista, quan los qui an quauques prejutjats e’u hèn lo portrèit e que’u vòlen totun colorar positivament, que s’amanejan d’ajustar, com qui s’excusa : « que defen ua lenga regionau mes qu’ei ubèrt e virat cap a çò universau ». Que devem trop sovent justificar la nosta capacitat a víver l’universalitat, suspectats qui èm, a priori, de comunautarisme !

Miguel Torga, l’autor portugués que ns’a deishat lo famós « Çò universau qu’ei çò locau shens las parets ! » (O universal é o local sem as paredes).

Los qui basteishen parets son los qui arrefusan que la cultura de l’aute sia autant universau com la lor. A partir d’aquí, neish l’injustícia (…)Lo combat qui partatgi dab d’autas personas, pro nombrosas, qu’ei un combat universau, solide. En favor d’ua lenga qui ei la lenga occitana mes qui’n seré poduda estar ua auta, estossi arribat en un aute territòri. Que n’èi hèit un combat politic. Qui poderé contestar qu’ua lenga, donc un mejan de comunicar enter los òmis, un mejan tà transméter ideas, non seré pas un objècte politic ?

Non soi pas, per principi, un defensor de totas las tradicions. Que n’i a de bonas, segur. Que n’i a d’autas qui cau saber superar, cambiar, transformar o abandonar. Per aquesta rason, quan m’opausan la « tradicion republicana » entà justificar l’impossibilitat entà la França d’assumir la soa diversitat lingüistica, que me n’arridi. La tradicion republicana que suportè pendent mei d’un sègle, per exemple, que las hemnas — la mitat de la populacion— n’avossen pas lo dret de votar. Hasom plan de non pas acceptar que contunhèsse aquera tradicion que la Republica justificava ? Que’m sembla que òc ! (…)

Que soi un militant occitanista politic. De l’idea que cau defénder la diversitat culturau e lingüistica que n’èi tirat la conviccion que calèva defénder la diversitat biologica ; o lhèu qu’èi hèit lo camin contrari, o benlhèu los dus en medish temps. Aquò-rai ! Que’m sembla que se vòli lutar contra l’escaloriment climatic e las destruccions ecologicas qui’n son la consequéncia, que devi tanben lutar contra l’uniformizacion destructora de la diversitat umana, qui ei çò qu’apèri : l’en.hrediment culturau (…)

Que’m cau tanben dar uns explics suu títol d’aqueste libe. Que parteish d’ua frasa qui escrivoi un dia sus un baston de boish qui avèvi talhat entà caminar peus sendèrs de montanha ; un present tà l’un deus mens hilhs.

Suu baston que i avèvi escriut aquerò : « que cau un baston entà caminar e los mots entà convéncer ». Lo mainatge que m’interroguè sus aquera frasa qui’u semblava enigmatica. La mea prumèra responsa qu’estó de’u díser que’s calèva menshidar de’us qui pensan que vau mei aver un baston entà convéncer e mots entà’s passejar o entà passejar los autes(…) Uei, los dus elements que’m semblan resumir la question de la politica lingüistica a saber que los mots son estats sovent combatuts dab lo baston. Los mots que hèn páur e que i a monde qui, fàcia a eths, son capables de sortir lo baston, e sonque (…) Que m’arriba sovent de citar Rafael Alberti e lo son poèma « Nocturno » ; que revèrta plan çò qui arriba quan tuan las paraulas a còps de baston. Lo darrèr vèrs qu’ei : « Siento esta noche heridas de muerte las palabras* ». Que sabi en quinas circonstàncias tragicas estó escriut aqueth poèma desesperat ; mes no’m pòdi pas empachar de i véder aquera vertat universau qui’ns ditz que la violéncia e l’intolerància son las armas d’aqueths qui n’an pas los mots e qui s’acontentan deu baston. E totun l’evolucion que voleré que los òmis estossen mei armats dab mots meilèu que dab bastons. Aquestes que deverén servir sonque tà caminar.

 

* Que las senteishi aquesta nueit nafradas a mort las paraulas

 

Enraciné ?

Je ne combats pas pour mes racines ni pour des traditions familiales. Je ne suis pas un militant de la langue de mes ancêtres. Je ne me sens pas plus enraciné qu’un autre (…)Si être enraciné c’est défendre des principes universels à l’endroit où l’on se trouve, alors je suis enraciné. J’aurais pu planter ces racines ailleurs qu’en pays de Béarn, territoire des confins de l’espace occitan.

Ceux qui me connaissent un peu savent que je suis un militant occitaniste. Et quand on fait le portrait d’un militant occitaniste et que l’on veut le colorer de façon positive on se dépêche d’ajouter parfois, comme pour s’excuser : « il défend une langue régionale, mais il est ouvert et tourné vers ce qui est universel ». C’est la phrase qui tue. Nous devons toujours justifier notre capacité à vivre l’universalité, puisque nous sommes a priori suspectés de communautarisme !

Miguel Torga, l’auteur portugais nous a laissé le fameux : « l’universel c’est le local sans les murs ! » [O universal é o local sem as paredes].

Ceux qui bâtissent des murs sont ceux qui refusent que la culture de l’autre soit aussi universelle que la leur. À partir de ce moment naît l’injustice (…) Le combat que je partage avec d’autres, assez nombreux, est un combat universel ; en faveur d’une langue qui est la langue occitane, mais qui aurait pu en être une autre si j’étais arrivé dans un autre territoire (…) J’en ai fait un combat politique. Qui pourrait contester l’idée qu’une langue, donc un moyen de communiquer entre les hommes, de transmettre des idées, ne serait pas un objet politique ?

Je ne suis pas, par principe, un défenseur de toutes les traditions. Il y en a certes de bonnes. Il y en a d’autres qu’il faut dépasser, changer, transformer ou même abandonner. Pour cette raison, quand on m’oppose la « tradition républicaine » pour justifier l’impossibilité pour la France d’assumer sa diversité linguistique, je souris. La tradition républicaine a supporté pendant plus d’un siècle, par exemple, que les femmes — la moitié de la population — n’aient pas le droit de vote. Avons-nous bien fait de ne pas accepter que se perpétue cette tradition que la République justifiait ? Il me semble que oui ! (…)

Je suis un militant occitaniste politique. De l’idée qu’il faut défendre la diversité linguistique et culturelle, j’en ai tiré la conviction qu’il fallait défendre la diversité biologique ; peut-être ai-je fait le chemin contraire ou peut-être étaient-ce des chemins parallèles ? Peu importe ! Il me semble que si nous voulons lutter contre le changement climatique et les destructions écologiques qui en sont la conséquence, il faut aussi lutter contre l’uniformisation destructrice de la diversité humaine, qui est ce que j’appelle le « refroidissement culturel » (…)Il faut aussi que je donne quelques explications sur le titre de ce livre. Il part d’une phrase que j’ai gravée un jour sur un bâton de buis. Je l’avais taillé pour se promener dans les sentiers de montagne ; un cadeau pour l’un de mes fils. Sur ce bâton j’avais écrit ceci : « Un baston entà caminar e los mots tà convéncer » [un bâton pour cheminer et les mots pour convaincre]. Mon fils m’interrogea sur cette phrase qui lui semblait énigmatique. Ma première réponse fut de lui dire qu’il fallait se méfier de ceux qui pensent qu’il vaut mieux avoir un bâton pour convaincre et des mots pour se promener, ou pour promener les autres (…)Aujourd’hui les deux éléments me semblent bien résumer la question de la politique linguistique à savoir que les mots ont été souvent combattus par le bâton. Les mots font peur et il existe des gens qui, face à eux, ne savent que sortir le bâton.

Il m’arrive souvent de citer Rafael Alberti et son poème « Nocturno » qui reflète bien ce qui arrive quand on tue les mots à coup de bâton. Le dernier vers dit : « Siento esta noche heridas de muerte las palabras* ». Je sais en quelles circonstances tragiques fut écrit ce poème désespéré. Je ne peux m’empêcher d’y voir qu’il nous dit que la violence et l’intolérance sont les armes de ceux qui n’ont pas les mots et qui se contentent du bâton. Et pourtant l’évolution voudrait que les hommes soient un peu plus armés de mots que d’un bâton. Ce dernier ne devrait servir que pour marcher.

 

* Je les sens ce soir, blessés à mort, les mots.

 

Publicités

Catalogne : et si nos régions allaient à Bruxelles pour défendre la démocratie ?

Publié le Mis à jour le

Si les voisins des catalans allaient dire à Bruxelles qu’ils ont besoin que l’on réaffirme les principes démocratiques dans le sud de l’Europe ? Nos régions n’ont-elles rien à dire ? Les choses sont assez simples et faciles. Rien à voir avec 1936 lorsque les démocraties jouèrent la non-intervention et n’aidèrent

Bruxelles 2
Une partie des maires de Catalogne venus à Bruxelles pour dire leur soutien à leur gouvernement en exil et aux ministres mis en prison en Espagne

pas la République espagnole. Il ne s’agit pas d’une guerre et d’envoyer des armes. Il suffit d’envoyer des mots. On attend !

Le discours qu’a fait ce soir Carles Puigdemont à Bruxelles, devant plus de 200 maires venus de Catalogne le soutenir, lui et les membres de son gouvernement, est un pas de plus vers l’européisation de l’affaire catalane.

Ah ! Si l’Europe savait saisir cette opportunité afin d’exister enfin ! Car après des années d’incapacité à exister sur la scène internationale elle pourrait au moins exister chez elle.

L’appel lancé par le président catalan à Bruxelles est simple. Il demande, depuis la capitale de l’Europe, aux responsables que sont J.C Junker et Antonio Tajani ainsi qu’à Emmanuel Macron e

Bruxelles 1
Carles Puigdemont et les ministres qui sont avec lui à Bruxelles, lors du discours prononcé ce mardi

t Angela Merkel, si oui ou non ils trouvent normal que le gouvernement espagnol fasse déjà savoir qu’il ne respectera pas le résultat des élections du 21 décembre, si ce résultat ne lui convient pas. Ils demande aux mêmes responsables européens si eux-mêmes reconnaitront les résultats de ces élections quel qu’en soit le résultat.

J.C Junker semble déjà disqualifié par les déclarations qu’il a faites. Il ne veut pas déplaire à Mariano Rajoy. Et M.Tajani ne semble pas non plus disposé à contrarier ses amis du Partido Popular.

Mais les chefs d’États européens ? Que diront-ils ? Continueront-ils à soutenir coûte que coûte les positions de M.Rajoy et de ses alliés ?

Les choses sont faciles pourtant puisque l’enjeu est la démocratie sur le territoire de l’Union européenne. Rien à voir avec les débats difficiles des européens en 1936 lorsque les démocraties jouèrent la non-intervention et n’aidèrent pas la République espagnole. Il ne s’agit pas d’une guerre et d’envoyer des armes. Il suffit d’envoyer des mots, des paroles à un certain nombre de responsables politiques. Auront-ils le courage de dire ces mots à Mariano Rajoy et à son gouvernement ? Auront-ils le courage de lui dire que l’on n’enferme pas des opposants politiques en Europe ? Les chefs d’États sauront-ils se comporter en européens, c’est à dire en se mettant à l’écoute d’une Europe qui doit être autre chose qu’une addition d’États qui appliquent les principes européens seulement quand ça les arrange. Nous sommes impatients de les entendre.

Carles Puigdemont met l’Europe face à son avenir et ses dirigeants face à leurs responsabilités. Certes nous ne sommes pas en 1936, certes Barcelone n’est pas Sarajevo, mais demain qui en Europe mettra ses opposants en prison alors qu’il n’y aura eu aucune violence ? Qui annoncera que des élections ne seront valables que si le résultat plait au pouvoir en place ?

Le débat n’est même pas l’indépendance de la Catalogne. Pour les responsables européens il s’agit du strict respect des principes. Personne n’a à dire aux catalans s’ils ont tort ou raison de vouloir ou de ne pas vouloir l’indépendance. Ils choisiront. Enfin il faut qu’ils puissent choisir. C’est l’existence même de ce choix, en toute liberté et dans un cadre démocratique, qui est de la seule responsabilité des dirigeants européens.

Enfin je veux ajouter une réflexion, en voisin de la Catalogne. Si pour la plupart des dirigeants de nos régions françaises, la Catalogne a tort de vouloir son indépendance, si beaucoup se taisent, j’ai relevé que les deux présidents des deux régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine avaient indiqué il y a quelques jours qu’il fallait qu’un dialogue s’instaure entre Madrid et Barcelone. Alors qu’ils prennent l’initiative de réveiller Bruxelles. Puisque nos régions son désormais à taille européenne ( enfin c’est ce que l’on a prétendu au dernier charcutage) qu’elles montrent que ce débat les concerne. Dans le cadre des relations privilégiées qu’ont les régions des Pyrénées, on se connaît entre Bordeaux, Toulouse, Barcelone, Bilbao, Saragosse et Pampelune. Alors il doit bien y avoir une initiative possible, même si elle est audacieuse et non conforme au système centralisé français.

Il est vrai que si aujourd’hui Barcelone fait perdre son sang-froid à Madrid, que si la voix des catalans résonne jusqu’à Bruxelles, chez nous nos régions n’arrivent même pas à chatouiller le pouvoir central qui les met au pain sec et leur voix se perd sans parvenir aux oreilles de ceux qui occupent les palais parisiens. Mais des présidents de régions voisines de la Catalogne qui iraient à Bruxelles pour dire que la situation ne peut être laissée en l’état « ça aurait de la gueule » comme on dit.

Ainsi, ces régions prendraient vraiment sur le plan politique une dimension européenne bien plus crédible que celle que l’on prétendait leur donner en additionnant des km2 sans leur accorder les moyens politiques et budgétaires qui devraient aller avec. Exister en Europe n’est pas une question de superficie. Même si on n’a pas de pouvoir on peut être audacieux. Il y a des espaces politiques dans cette Europe qu’il ne faut pas déserter. Sinon nous savons ce qu’il en coûte. C’est dans la déception de l’espérance démocratique européenne que les idéologies les plus barbares pourront faire leur nid.

La préface signée de Max Siméoni pour le livre Les mots et le bâton / Los mots e lo baston

Publié le

Max Simeoni m’a fait l’honneur d’une préface pour mon livre. Je vous en fais partager quelques extraits :
DGRO-coberta-fr-baton
« Après lecture du livre de David Grosclaude, « Les mots
et le bâton », le préfacer me paraissait inutile. Court,
dense, une narration qui coule limpide, attrayante. Mais
aussitôt j’éprouve le besoin de dire qu’il faut le lire et le
faire lire. Il rend compte de son engagement et de son
action sans relâche pour la défense de la langue et de
l’identité occitane. Le « bâton » pour le long chemin qui
reste à faire, les « mots » qu’à l’expérience il a pétris afin
de convaincre ses interlocuteurs, militants, sympathisants,
politiques, ministres ou simples curieux… le
combat d’une vie. Il nous concerne nous qui sommes en
butte au jacobinisme qui nie ou folklorise l’histoire de nos
régions, il concerne tous les citoyens conscients des
valeurs universelles de la démocratie : respect des
différences, dialogue, concessions, sans avoir jamais à se
renier.
David affirme d’emblée avec raison qu’il mène un combat
« universel » qui est enraciné dans la réalité historique
d’un territoire. Vivre sa différence permet de mieux
comprendre celle des autres avec tolérance, de dialoguer,
finalement de comprendre le fond commun
de tout être humain. On est préservé contre la loi des
vainqueurs qui imposent ses lois et les justifient au nom
de valeurs civilisatrices. S’il a gagné, il est le plus fort
mais est-il le meilleur ?
Victime, l’autocolonisé le pense, le fataliste s’incline,
l’indifférent est le plus souvent ignorant.
David est sur rails dès le départ, étudiant en sciences
politiques pour ensuite vingt-huit ans de journalisme.
Beaucoup de rencontres qui l’ont plus ou moins réjoui,
mais toujours stimulé. Le journal La Setmana durant
quinze ans, animateur de l’IEO (Institut des Études

DGRO-coberta-oc-baston
Occitanes), il est actif lors des grandes manifestations où
« l’occitanisme se réveille » (Carcassonne, Béziers,    Toulouse de 2005 à 2012) élu en 2010 conseiller régional
d’Aquitaine pour amplifier le volet institutionnel. Si la
prise de conscience est venue de la société civile, il s’agit
de faire converger et de coordonner tous les acteurs pour
l’efficacité en vue du sauvetage et de la promotion de la
langue. L’option écologique va de pair. Investir pour
préserver la vie sur la planète est de même nature que de
préserver les valeurs culturelles forgées par la longue
histoire des peuples, investir contre les comportements
prédateurs et de dominance pour plus d’humanisme. Il a
pu mesurer les résistances, les tergiversations (la danse
sur place des autorités, les promesses d’un moment, entre
autres la ridicule Charte des langues minoritaires…).
Comment ne pas être d’accord avec le fait qu’une
langue est une affaire politique, qui concerne tout le
monde, un combat contre l’injustice, que l’uniformité
n’est pas l’égalité ».

Bon de comanda

Prix/Prètz 12€ (franco de pòrt) Nom…………………………………………………Prenom…………………..

Adreça………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………

Que desiri recéber l’obratge : « los mots e lo baston » (version occitana)

Nombre d’exemplars ………

Je désire recevoir l’ouvrage : « les mots et le bâton »   (version française)

Nombre d’exemplaires ……….

Je joins un chèque de /mandi un chèc de……………….€

A l’ordi de/à l’ordre de : VISTEDIT

Enviar a / envoyer à :

VISTEDIT/ LA SETMANA B.P 50486

64238 LESCAR Cedex

Le « bon sens » et « l’illusion » ou l’illusion du « bon sens ».

Publié le Mis à jour le

20170930_184847-1Petites réflexions lexicales a l’intention des autorités françaises sur la question catalane.

Pour vous, vous qui nous avez fait un beau discours sur l’Europe il y a quelques semaines, les choses sont simples. Il y a d’un côté un État et de l’autre une région, une province même. Et pour vous l’ordre des choses est évident : le bon sens veut que l’État soumette la Région et ses habitants à sa volonté, à sa loi.

C’est à votre ami de l’autre côté des Pyrénées, le seul interlocuteur valable selon vous, que j’emprunte le « bon sens ». Lui parle de « sensatez ».

C’est un mot qui semble anodin mais qui peut en réalité être très nocif . Le « bon sens » ou la « sensatez » c’est presque toujours la loi imposée par celui qui détient la force. Un État se définit bien par le fait qu’il détient sur un territoire donné le monopole de la coercition ?

Quand le « bon sens» et la « sensatez » parlent aux masses, je m’inquiète. Parce que l’avenir n’est que rarement fait par le « bon sens » qui commande quasiment toujours que rien ne change. Il est l’arme utile du conservateur. Le « bon sens » nous indique qu’il ne faut pas faire de vagues. Il peut-être le sens-unique et dans cette affaire pourrait même être le sens inique.

Pourtant « bon sens » est un mot qui sonne bien, qui est doux à l’oreille ; chacun semble le comprendre sans effort. C’est du prêt-à-penser, du prêt-à-décider.

Il y a d’autres mots qui peuvent être ambigus. Il y en a un qui a été utilisé par un ancien premier ministre d’origine catalane (dont vous étiez le ministre de l’Économie), c’est le mot « illusion ». Pour lui c’est cela l’indépendance catalane : « une illusion ». Mais quand on connaît, comme cet ancien premier ministre le catalan (la langue de la région qui doit se soumettre) et le castillan (la langue de l’État qui parle de « sensatez »), on sait que ce sont de faux amis. En effet « il.lusió » (catalan) et « ilusión » (castillan) signifient plutôt une espérance mélangée d’impatience. La langue de notre ex-premier ministre aurait-elle fourché ? Non, bien sûr. Mais j’espère que ceux qui, à Barcelone ou à Madrid, ont écouté ses paroles auront bien compris la subtilité linguistique. Sinon ils pourraient croire que cet ancien chef du gouvernement a perdu le « bon sens » qui le caractérise.

Pourtant aujourd’hui l’ex-président catalan (selon le « bon sens ») ou le président en exercice (selon bon nombre de catalans) a expliqué devant la presse combien les poursuites dont il fait l’objet avec son équipe, ressemblent à de la vengeance et à une violence dont seuls font preuve ceux qui perdent leur sang-froid. Et je pourrais même dire ceux qui perdent le bon sens si je voulais insister un peu plus sur l’ambigüité de l’expression.  Que ferez-vous ?

Serez-vous demain encore derrière les tenants de la « sensatez »  ? Continuerez vous de les soutenir au risque de ne pas être dans le sens de l’histoire, qui n’est peut-être pas le «bon sens ».

Vous me direz que « le sens de l’histoire » est aussi une expression discutable. Mais aujourd’hui il semble bien que des millions de catalans veuillent donner à l’histoire un autre sens que celui que les dirigeants de Madrid veulent leur imposer avec cette « sensatez » qui les anime.

Ne croyez-vous pas qu’il serait temps que vous regardiez les choses autrement et particulièrement la carte de l’Europe ? Quand on change d’axe pour regarder une carte on voit parfois la réalité autrement. Dans certaines circonstances il faut tourner la carte dans un autre sens que celui que vous indique le « bon sens ».

Voyez ! Pour les uns l’indépendance est une « illusion » et pour les autres elle est une «il.lusió ».

Si vous tenez vraiment à l’avenir de l’Europe comme vous le prétendez, tournez vous un peu plus vers ceux pour qui l’Europe est une « il.lusió » afin que nous ne perdions pas nos illusions concernant l’avènement d’une véritable démocratie européenne.

Voulez vous tuer cette espérance d’Europe qui est en nous ? / E voletz tuar aquera esperança d’Euròpa qui avem au còr ?

Publié le Mis à jour le

Voulez vous tuer cette espérance d’Europe qui est en nous  ?

 ARTICLE BILINGUE Avui portada

Je vous écris de Barcelone. Mais où suis-je ? En République de Catalogne ? Dans le royaume d’Espagne ? Je suis en Europe c’est certain mais l’Union européenne vient de lâcher les catalans.

Que v’escrivi de Barcelona. Mes on soi ? En Republica de Catalonha, au Reiaume d’Espanha ? Taus uns que soi suu territòri de l’ua, taus autes que soi suu territòri de l’aute. Que soi en Euròpa, aquò segur ! Mes l’Union Europèa que vien d’abandonar los catalans.

 

La déclaration et le vote d’hier par le parlement de Catalogne est avant tout l’annonce de la création « de la République de Catalogne », une République nouvelle dans le cadre de l’Union européenne. L’idée républicaine va au-delà de celle de l’État-nation et nous devrions nous réjouir qu’elle se développe en Europe. Pour autant les chefs d’États de l’Union ont réagi comme s’il s’agissait d’une agression contre l’Europe. Ils n’ont fait que réagir comme un club très fermé qui défend l’un des leurs.

Je remarque que le soutien de Macron est allé à Mariano Rajoy et non pas au peuple espagnol, ce qui aurait été peut-être plus intelligent ou pour le moins plus logique. S’il voulait donner son soutien à une personne c’est au chef de l’État qu’il devait donner son soutien, c’est à dire au roi, à son équivalent en Espagne. Pour un président de la République ce n’était peut-être pas convenable. Mais l’ordre constitutionnel espagnol le veut ainsi, c’est le roi qui est l’équivalent du président de la République.

 

Je remarque que Junker, président de la Commission européenne consteste la déclaration d’indépendance en disant que l’Europe serait ingouvernable s’il y avait une multiplication d’États. Voilà un argument bien étrange de la part de celui qui a été le premier ministre d’un État qui occupe une place à part entière dans l’Union européenne et qui représente, avec ses 600 000 habitants, moins de 10% de la population de Catalogne. Je ne pense pourtant pas que le critère du nombre d’habitants soit le plus pertinent pour juger de la légitimité de la place de tel ou tel en Europe mais si l’on appliquait le raisonnement de Junker il ne resterait plus qu’à lui demander de fondre le Grand Duché dans un ensemble plus grand. Cela simplifierait ainsi le fonctionnement de l’Union.

D’autre part, lâcher —parce que c’est le mot— des millions de citoyens européens confrontés à un conflit avec le pouvoir central d’un État, n’est certainement pas la voie la plus efficace pour faire l’Europe des citoyens. Ce n’est certainement pas cela qui intéresse Junker, Macron et d’autres.

Lâcher les catalans alors que le pouvoir central a eu l’idée de mettre au pas les médias publics catalans, même s’il semble y renoncer pour le moment, prouve que les chefs d’États européens préfèrent laisser se développer dans l’Union une idéologie inspirée de la politique du voisin turc qui, lui, gouverne en mettant en prison les journalistes. Comment peut-on accepter que cette idée germe dans la tête d’un dirigeant européen sans rien trouver à y redire ?

Voulez vous tuer l’Europe en fermant la voie à une autre organisation de l’Union ?

Car, à ce jour, on ne voit rien poindre qui puisse permettre la relance de cette Union européenne. Et si la voie d’une Europe fédérale était la bonne ? Et si une Europe fédérale, respectueuse de ses territoires était la solution ? Et s’il fallait un Sénat européen dans lequel on retrouverait à la fois des représentants des États mais aussi des régions européennes ? Si ce Sénat disposait de pouvoirs aux côtés de l’indispensable Parlement européen enfin doté de pouvoirs décisifs comme cela doit être le cas dans toute démocratie ?

Ce serait une Europe ingouvernable disent ils ! Mais les Etats-Unis sont ils ingouvernables ? Mais l’actuelle Europe la gouvernent-ils ? Ou plutôt qui tente de la gouverner à la façon d’un club d’États dont les plus petits ne sont pas plus considérés que ne le sont les revendications du peuple catalan ?

Ce peuple, par la voix de son gouvernement élu démocratiquement, dans un message adressé aux européens par le président Puigdemont a lancé un appel. On ne lui répond que par le mépris et en lui disant qu’il restera seul face à un gouvernement central qui fera ce qu’il voudra, qui pourra faire respecter un ordre constitutionnel qui n’est basé que sur l’idée, le dogme, que l’unité de l’État espagnol est au dessus de toute demande même démocratiquement exprimée.

Voulez-vous tuer l’Europe ?J’en ai peur et je crains que vous préfériez empêcher son évolution parce que vous êtes restés bloqués sur l’idée que l’État-nation était la seule voie possible. Mais le monde change.

Je ne sais s’il faut y voir une ironie de l’Histoire quand E.Macron reitère son soutien à Rajoy depuis la Guyane ? Quand on voit et quand on entend comment l’État est jugé « méprisant » par certains habitants de la Guyane nous pouvons mesurer la distance qu’il y a entre l’Europe et ses citoyens, périphériques, ou pas.

Je viens de rentrer sur le territoire de Catalogne à l’heure où j’écris ces lignes. Mais ou suis-je ? En République de Catalogne qui a été proclamée hier au soir par un Parlement élu par le peuple de Catalogne ou dans le Royaume d’Espagne qui vient de décider de dissoudre ce parlement et de liquider le gouvernement catalan ?

Pour les uns je suis sur le territoire de l’une et pour d’autres sur le territoire de l’autre ; mais ce qui est certain c’est que je suis en Europe, chez mes voisins qui parlent une langue proche de la mienne, chez mes voisins qui ont fait preuve d’une maturité politique qui devrait servir d’exemple à l’Union européenne. Et pourtant l’Europe se tait, se plie, les lâche. Voulez vous vraiment tuer cette envie d’Europe qui est en nous ?

 

 

E voletz tuar aquera esperança d’Euròpa qui avem au còr ?

Que v’escrivi de Barcelona. Mes on soi ? En Republica de Catalonha, au Reiaume d’Espanha ? Taus uns que soi suu territòri de l’ua, taus autes que soi suu territòri de l’aute. Que soi en Euròpa, aquò segur ! Mes l’Union Europèa que vien d’abandonar los catalans.

 

La declaracion e lo vòte de ger peu Parlament de Catalonha qu’ei prumèr l’anóncia de la creacion de « la Republica de Catalonha », ua Republica navèra en l’encastre de l’Union europèa. L’idea republicana que va au-delà de la d’Estat-nacion e que’ns deverem arregaudir que se desvolopèsse en Euròpa. Per autant los caps d’Estats de l’Union qu’an reagit com s’estosse ua agression contra l’Euròpa. Qu’an avut lo reflèxe de protegir un sòci d’un club barrat.
Qu’arremarqui lo sostien de E. Macron qu’anè a Mariano Rajoy. Paradòxa ! En la soa logica qu’averé devut sostiéner lo pòble espanhòu, o alavetz lo rei, lo cap de l’Estat d’un punt de vista constitucionau, qui ei lo son vertadèr equivalent. Mes un president de la Republica qui sostien un rei no’s hè lhèu pas ?

Qu’arremarqui que Junker considèra l’Euròpa non seré pas de bon governar i avosse ua multiplicacion d’Estats. Estranh qu’ei, de la part d’un òmi qui estó prumèr ministre d’un Estat qui dab los sons 600 000 poblants representa mensh deu 10% de la populacion catalana. Non pensi pas que lo critèri numeric sia lo bon entà jutjar de la plaça de tau o tau en l’Union europèa. Mes en la logica de Junker, perqué non pas fusionar lo Gran Ducat en ua entitat mei grana entà facilitar la governabilitat de l’UE ?

D’ua aute costat, abandonar — qu’ei lo mot— milions de ciutadans europèus acarats a un conflicte dab lo poder centrau d’un Estat n’ei pas de segur la via mei eficaça entà har l’Euròpa deus ciutadans. Mes n’ei pas, solide, çò qui interèssa Junker, Macron e d’autes mei.

Abandonar los catalans mentre que lo poder centrau avó l’idea de méter au pas los mèdias publics catalans, quitament se la sembla estremar peu moment, pròva que los caps d’Estats europèus que s’estiman mei deishar desvolopà’s en Euròpa ua ideologia inspirada de la politica deu vesin turc qui, eth, e govèrna en hicar a la preson los jornalistas. Quin pòden acceptar qu’ua tau idea agi espelit hens lo cap d’un responsable europèu shens gausar díser arren ?

E voletz tuar l’Euròpa en barrar lo camin a ua organizacion diferenta de l’Union ? Pr’amor au dia de uei non vedem pas a puntejar arren qui posca perméter de tornar aviar aquera Union europèa.

La via federau estosse la bona ? Ua Euròpa federau respectuosa deus territòris estosse la solucion ? Estosse necessària la creacion d’un Senat europèu on se trobarén a l’encòp representants deus Estats e de las regions europèas ? Aqueth Senat e dispausèsse de poders a costat de l’indispensable Parlament europèu enfin dotat de poder decisius com aquò e deu estar en tota democracia ?

Que seré ua Euròpa ingovernabla, çò disen ! Mes, los Estats-Units e son ingovernables ? Mes e la govèrnan l’Euròpa de uei ? O meilèu la question qu’ei : quí essaja de la governar a la faiçon d’un club d’Estats de qui los mei petits non son pas mei considerats que son consideradas las reivindicacions deu pòble catalan ?

Aqueth pòble, per la votz deu son govèrn democraticament elegit, en un messatge lançat peu president Puigdemont, qu’a demandat ajuda aus europèus. No’u responen pas o alavetz sonque dab mesprètz en disent que’u deishan sol fàcia a un govèrn centrau qui harà çò que volha, qui poderà har arrespectar un ordi constitucionau bastit sonque sus l’idea, lo dògma, que l’unitat de l’Estat espanhòl ei au dessús de tota demanda, quitament democraticament exprimida.

 

E voletz tuar l’Euròpa ?

Que m’ac sembla, o meilèu qu’èi paur que v’estimetz mei d’empachar la soa evolucion pr’amor qu’ètz demorats blocats sus l’idea que l’Estat-nacion ei la sola via possibla. Mes lo monde que càmbia.

Non sabi pas se i cau véder ua ironia de l’Istòria quan Macron e torna dar lo son sostien a Rajoy de Guaiana estant ? Quan vedem e audim quin l’Estat ei jutjat « mespresant » per uns habitants de de Guaiana que podem pagerar la distància que i a enter l’Euròpa e los son ciutadans, periferics o pas.

Qu’acabi d’entrar suu territòri de Catalonha au moment d’escríver aquestas linhas. Mes on soi ? En Republica de Catalonha o au Reiaume d’Espanha qui acaba de decidir la dissolucion deu parlament e deu Govèrn de Catalonha ?

Taus uns que soi suu territòri de l’ua, taus autes que soi suu territòri de l’aute ; mes çò de segur qu’ei que soi en Euròpa, ençò deus vesins, qui parlan ua lenga sòr de la mea, qui an hèit la mustra d’ua maturitat politica qui deveré servir d’exemple a l’Union europèa. E totun l’Euròpa que plega, que’us abandona. E voletz vertadèrament tuar aquera esperança d’Euròpa qui avem au còr ?

 

David Grosclaude que publica :« Los mots e lo baston »/ « Les mots et le bâton »

Publié le

un clic ací baish tau bon de comanda

Cliquez ci-dessous pour le bon de commande

 BON DE COMANDA/BON DE COMMANDE

Sortie le 30 octobre / Que pareish lo 30 d’octobre 

DISPONIBLE EN VERSION OCCITANE originale ou en VERSION FRANÇAISE .

DGRO-coberta-oc-bastonPréface de MAX SIMEONI / Prefaci de MAX SIMEONI

edicions de l’ADEO          Colleccion l’enquestaire

 Prix /Prètz : 12 €  (Franc de pòrt)

182 p ; format 110 X 180                     

Ua lenga qu’ei un objècte politic

Per aquesta rason, que cau ua politica lingüistica publica tà l’occitan entà completar e ajudar lo tribalh deu monde associatiu. David Grosclaude que conta quin estó lèu convençut que lo combat en favor de la diversitat lingüistica ei ligat a la defensa de la diversitat biologica. « Que cau lutar contra l’escaloriment deu climat e contra l’en·hrediment culturau », çò ditz. Qu’ei ua question democratica màger.

En aqueste libe David Grosclaude que conta tanben la soa experiéncia d’elegit regionau encargat de la lenga occitana. Qu’explica tanben quin decidí de har ua grèva de la hami en 2015. En lançar : « Que n’i a pro d’estar mespresats ! » que demandava l’Estat respectèsse los sons engatjaments pertocant la creacion d’un Ofici Public de la Lenga Occitana.

DGRO-coberta-fr-baton

« Les mots et le bâton »

Sortie le 30 octobre / Que pareish lo 30 d’octobre

edicions de l’ADEO Colleccion l’enquestaire

 Prix /Prètz : 12 € (Franco de port)

182 p ; format 110 X 180

Prefaci de Max Simeoni

 

« Les mots et le bâton »

Une langue est un objet politique.

Pour cette raison, il faut une politique linguistique publique pour l’occitan afin de compléter et de soutenir le travail des associations. David Grosclaude raconte comment il a acquis la conviction que le combat en faveur de la diversité linguistique est très étroitement lié à la défense de la diversité biologique. « Il faut lutter contre le réchauffement climatique et contre le refroidissement culturel », dit-il. C’est une question démocratique majeure.

Dans ce livre David Grosclaude relate aussi son expérience d’élu régional chargé de la langue occitane. Il explique comment il décida de mener une grève de la faim en 2015. En lançant : « Que n’i a pro d’estar mespresats ! » (Il y en a assez du mépris) il demandait que l’État respecte ses engagements concernant la création d’un Office Public de la Langue Occitane.

BON DE COMMANDE / BON DE COMANDA

Bon de comanda

Prix/Prètz 12€ (franco de pòrt) Nom…………………………………………………Prenom…………………..

Adreça………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………

Que desiri recéber l’obratge : « los mots e lo baston » (version occitana)

Nombre d’exemplars ………

Je désire recevoir l’ouvrage : « les mots et le bâton »   (version française)

Nombre d’exemplaires ……….

Je joins un chèque de /mandi un chèc de……………….€

A l’ordi de/à l’ordre de : VISTEDIT

Enviar a / envoyer à :

VISTEDIT/ LA SETMANA B.P 50486

64238 LESCAR Cedex

 

 

 

E l’Euròpa que ditz ? Que deu parlar !

Publié le

Jordi Sànchez e Jordi Cuixart que son en preson desempuish ger
_llibertat_6c9f3452

Quau que sia la nosta opinion sus la question de l’independéncia non podem pas deishar shens reaccion un govèrn d’Euròpa méter en preson personas per un delicte qui ei prumèr un delicte d’opinion. De tota faiçon l’empresonament d’aqueras duas personas no’s pòt pas justificar. Lo perilh qui representarén los dus presidents n’existeish pas, o alavetz sonque deu punt de vista d’aqueths qui vòlen empachar la difusion d’un messatge qui, solide, non correspon pas a la letra de la constitucion espanhòla, mes qui n’ei pas un messatge qui crida a la violéncia.

Jordi Sànchez e Jordi Cuixart que son los presidents de l’Omnium Cultural e de l’Assemblea Nacional Catalana. Que son duas organizacions ciutadanas hòrt importantas. Que son acusats de « sedicion » entà aver organizat manifestacions autanlèu lo 21 de seteme mentre que la polícia arrestava responsables catalans entà essajar d’empachar lo referèndum deu 1èr d’octobre.

Los dus presidents non son pas poduts sortir libres aqueste diluns de l’Audiéncia Nacional e son estats enviats dirèctament en preson. La « sedicion » de qui son acusats que sembla sustot un pretèxte entà méter hòra-jòc duas personalitats qui son estadas en capacitat de mobilizar centenats de milierats de personas en mantuas manifestacions. Que sembla tanben un pretèxte entà méter hòra-jòc duas personas qui an pres posicions clarament independentistas. Que prengón la paraula lo ser deu referèndum sus la plaça de Catalonha entà díser que volèvan la Republica catalana. Que i estón aplaudits per milierats de personas. N’èi pas entenut ua sola paraula qui aperava a la revòlta o a quauque susmauta violenta.

Vertat ei qu’an evocat la creacion de la Republica catalana e qu’an confirmat atau la lors posicions independentistas. E alavetz ? Ei aquò ua rason entà’us enviar en preson ? Non, que s’ageish d’ua opinion.

Aquera decision de la justícia espanhòla qu’ei un messatge hòrt inquitetant per las libertats en Euròpa. Non i avó pas nada violéncia en las manifestacions organizadas per aqueras duas entitats qui representan los dus òmis. Los centenats de milierats de catalans qui son devarats per carrèras au moment quan l’ANC e Omnium Cultural aperavan a manifestar que i son anadas librament, shens que i estossen obligadas o constrenhtas. Que son donc centenats de milierats de sediciós qui cau jutjar e méter en preson.

L’Union europèa que deu reagir.

Se l’UE non hè pas arren centenats de milierats de catalans que perderàn tota fe en aquera Euròpa qui s’ei bastida sus granas esparanças e suus grans principis qui son los de l’unitat dens la diversitat, de la libertat de pensar e de parlar. Se l’UE non ditz pas arren que son centenats de ciutadans de Catalonha e d’endacòm mei qui consideraràn que los grans principis aficats per l’Euròpa non son pas arren mei que « papèr molhat ».