Qu’avem ganhat / nous avons gagné ( comunicat bilingüe)

Comunicat de premsa / Communiqué de presse

David Grosclaude, conselhèr regionau d’Aquitània

Qu’arrèsti la mea accion pr’amor qu’èi obtiengut çò que demandavi

Je cesse mon action puisque j’ai obtenu ce que je demandais

Que soi urós d’anonciar a tots los qui m’an sostienut desempuish ua setmana qu’an ganhat ua victòria. Lo document qui demandavi desempuish lo 27 de mai que m’ei arribat a 19h30.

Qu’ei un document adreçat aus presidents de las duas regions Aquitània e Miegjorn-Pirenèus devath la fòrma d’ua letra signada deus dus ministres de l’Éducacion e de la Cultura. Dens aquesta letra qu’ei indicat que l’Estat s’engatja a autorizar la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana e que s’i associarà.

Efectivament serà dens l’OPLO. Que vòu díser que participarà au son foncionament e au son finançament a costat de las regions. Qu’ei un element que n’avèvam pas podut obtiéner abans la vòsta mobilizacion.

La letra que precisa que l’OPLO serà creat abans la fin de l’estiu.

Qu’ei la pròva que quan nos amassam entà demandar çò qui ei devut a la promocion de la nosta lenga qu’ac podem obtiéner.

De segur que soi estat obligat d’emplegar un mejan d’accion hòrt. Qu’ac èi hèit pr’amor que i èri obligat, considerant qu’avèvi utilizat tots los autes mejans classics.

Que retieni d’aqueths dias, ua mobilizacion shens comparèr dab tot çò qui ei conegut. Que m’a tocada au còr la reaccion de totas e tots los qui m’an sostiengut.

Que preni donc la decision d’arrestar la mea accion puisqu’èi obtiengut tot çò que demandavi.

Que demoran hòrt de combats a miar. Qu’avem provat que n’avèvam la capacitat.

Que demandi a’us qui pòden de viéner doman dijaus 4 de junh a 16h30 devant lo Conselh Regionau d’Aquitània entà hestejar aquera victòria en favor de la lenga nosta e de la politica decidida per duas regions occitanas qui an pres consciéncia de la lor responsabilitat en aqueth maine.

Que rasseguri enfin los qui’s preocupan de la mia santat. Ua setmana shens s’alimentar qu’ei long mes non pensi pas que i agi consequéncias negativas. Que vederèi autanlèu doman un mètge e que harà un bilanç.

XXXXXXXXXXXXXX

Je suis heureux d’annoncer à tous ceux qui m’ont soutenu depuis une semaine qu’ils ont gagné une victoire. Le document que je demandais depuis le 27 mai m’est parvenu a 19h30. C’est un document adressé aux deux présidents des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées sous la forme d’une lettre signée par les deux ministres de l’Éducation et de la Culture. Dans cette lettre, l’État s’engage à autoriser la création de l’Office Public de la Langue Occitane et à s’y associer. C’est un élément nouveau.

En effet l’État sera dans l’Office Public de la Langue Occitane. Cela veut dire qu’il participera à son fonctionnement aux côtés des régions et aussi à son financement. C’est un élément que nous n’avions pas pu obtenir avant votre mobilisation. La lettre précise que l’OPLO verra le jour avant la fin de l’été.

Tout cela prouve que lorsque nous nous rassemblons pour demander ce qui est dû à la promotion de notre langue, nous pouvons l’obtenir.

Certes j’ai été obligé d’employer un moyen d’action hors-norme. Je l’ai fait parce que j’y étais obligé, considérant que j’avais utilisé tous les moyens classiques.

Je retiens de ces jours une mobilisation sans comparaison avec tout ce que j’ai connu par le passé dans mes combats pour la langue occitane. J’ai été très touché par la réaction spontanée de tous ceux qui m’ont soutenu.

Je prends donc la décision d’arrêter mon action. J’ai obtenu ce que je demandais.

Il reste d’autres combats à mener. Nous avons prouvé que nous en avions la capacité.

Je demande à ceux qui peuvent être présent demain, dès 16h30 devant le Conseil Régional d’Aquitaine de venir fêter cette victoire en faveur d’une politique publique pour la langue occitane, décidée par deux assemblées régionales qui ont pris conscience de leur responsabilité en ce domaine.

Enfin pour ceux qui se sont préoccupés de ma santé, je tiens à leur dire que cette semaine a été longue mais qu’elle ne devrait pas avoir de suites négatives pour moi. je verrai dès demain un médecin et on fera un bilan.

David Grosclaude

Conselhèr regionau d’Aquitània

Pétition : plus de 5000 signataires !

Nous avons franchi cette nuit la barre des 5 000 signataires ! Merci à Peio Roth d’avoir lancé cette initiative spontanée, merci à vous tous pour vos marques de soutien.

Pour rappel, le lien de la pétition :

https://www.change.org/p/gr%C3%A8ve-de-la-faim-pour-la-langue-occitane-cc-gouvernementfr-fhollande?recruiter=30236111&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

Ueitau dia

Huitième jour

Je commence le huitième jour de mon action ce mercredi. La fatigue commence à s’installer un peu. Le lever a été un peu plus difficile que d’habitude. Mais ça va et le moral est bon. Je sais qu’hier soir une quarantaine d’amis se sont réunis devant la mairie de ma commune d’Artix/ Artics.

huitième

Je les ai vus en photo et ils ont chanté comme on sait le faire chez nous. Ça fait plaisir.

Je sais que ce soir il y aura du monde Place Royale à Pau à 18 h.

Aujourd’hui mes collègues élus jeûnent dans leurs conseils régionaux de Toulouse, Clermont-Ferrand et Marseille.

J’invite tous ceux qui le peuvent à les rejoindre

Il y aura aussi des élus qui jeûneront avec moi ici à Bordeaux avec moi.

Des manifestations se dérouleront partout en Occitanie aujourd’hui toujours sur le thème de

« N’i a pro d’estar mespresats ! » .

Il faut montrer que vous êtes nombreux, pacifiques mais déterminés.

Je lis et j’entends ici et là quelques commentaires un peu condescendants, ironiques et parfois méprisants mais ils sont très minoritaires comparés à tous les soutiens qui arrivent de partout. Nous commençons à faire entendre notre voix. Encore un effort. Question de dignité !

Merci à toutes et à tous

Que commenci uei lo ueitau dia de la mea accion. Vertat ei que la fatiga que comença de s’installar un pauc. De’s lhevar qu’ei estat mei mauaisit que ger, mes lo mentau que va.

Que sabi que ger ser que i avèva un quarantenat d’amics qui èran amassats devant la maison comuna d’Artics, on demori. Que hè gai. Qu’an cantat e bevut un còp a la mea santat.

Que soi segur qu’au ser que i aurà monde sus la plaça Reiau a Pau e que n’i aurà tanben en lo vintenat de manifestacions organizadas un pauc pertot en Occitania.

Los mens collègas que vienen en solidaritat a Marselha, Clarmont e Tolosa e que i aurà manifestacions en un vintenat d’endrets.

Que cau amuishra qu’èm nombrós a díser : « que n’i a pro d’estar mespresats ! ». Que cau har véder pacificament qu’èm determinats.

Que m’arriba de léger o d’enténer quauques comentaris mespresants o ironics. Mes Aquò rai !. Que son hòrt minoritaris comparats dab lo sostien qui arriba de pertot ! Hèm enténer la nosta votz. Question de dignitat.

Endavant ! que i vam arribar

Amistats a totas e a tots

3 juin, journée de mobilisation

Cars amigas, Cars amics,

Demain j’en serai à ma première semaine de grève de la faim. C’est maintenant qu’il faut faire passer notre message au gouvernement de façon plus massive.

Vous avez manifesté votre solidarité par des messages, en signant une pétition, ou sous d’autres formes. Je vous en remercie !

Ce mercredi 3 juin doit être un moment de mobilisation dans toute l’Occitanie. Cette mobilisation sera la réponse au mépris qui nous touche. Demain, je vous demande d’aller nombreux, partout et pacifiquement dire : « N’I A PRO D’ESTAR MESPRESATS ! » 

Nous devons être capables d’exprimer cela sur l’ensemble de l’espace occitan. C’est pour nous une question de DIGNITÉ !

Il y a pour le moment des rassemblements prévus à :

  • Narbonne: 18h devant la préfecture
  • Tarbes: entre 12h et 14h devant la préfecture
  • Pau: 18h place royale + d’info ici
  • Toulouse : devant le conseil régional, à partir de 12h + d’info ici
  • Auch: toute la journée devant la mairie, point presse à 12h
  • Toulon: 18h devant la préfecture
  • Marseille: toute la journée devant le conseil régional, avec animation vers midi + d’info ici
  • Clermont-Ferrand: à partir de 10h30 devant le conseil régional (et toute la journée) + d’info ici
  • Bordeaux: toute la journée devant le conseil régional, avec concert de la Manufacture Verbale à 11h30
  • Albi: 18h devant la préfecture
  • Villeneuve sur Lot: 9h30 devant l’Escole Occitana d’Estieu (16 rue de Pujols)

Là où pour le moment rien n’est prévu, partout prenez l’initiative d’organiser un rassemblement à 18h devant votre préfecture ou sous-préfecture. Portez en motion le texte qui suit et qui n’est autre que le message que vous avez reçu lorsque je me suis mis en grève de la faim.

Relayez les informations sur Facebook, informez-vous par les réseaux sociaux sur les heures des rassemblements. #mespresats

Mes ami-es, j’ai la conviction que nous allons gagner et que nous sommes dans la dernière ligne droite.

Plegarèm pas !

Pour celles et ceux qui le peuvent, retrouverons nous 

jeudi 4 à Bordeaux à 16h30 

avec les élu-es, les artistes qui soutiennent notre combat.

Doman que’n serèi a la mea prumèra setmana de grèva de la hami. Qu’ei adara que cau díser aus poders publics lo noste messatge de faiçon enqüèra mei hòrta.

Qu’avetz dejà manifestat la vòsta solidaritat per messatges e ua peticion e que ve’n arremercii.

Aqueste dimèrcs 3 de junh que caleré que i avosse manifestacions de mobilizacion en cada parçan d’Occitania.

Aquesta mobilizacion qu’ei ua responsa au mesprètz qui nos tòca.

Doman que’vs demandi d’anar pacificament díser « N’I A PRO D’ESTAR MESPRESATS ! » pertot en Occitania e collectivament.

Que devem estar capables d’exprimir açò suu territòri de la lenga occitana. Question de dignitat.

 

Merci à tous

David Grosclaude

Pourquoi les médias parisiens sont ils sourds ?

A propos des médias parisiens et de leur difficulté à parler de nous.

Il faut casser le plafond de verre et frapper sur la vitre de l’aquarium

J’ai le temps de réfléchir le soir avant de m’endormir ; et à la question de plusieurs personnes à propos de la difficulté de faire passer une information dans la presse parisienne je me disais une fois de plus, qu’il existe chez nous un vrai plafond de verre médiatique. C’est un vrai sujet préoccupant en démocratie.

C’est une des conséquences du centralisme. Il est médiatique. Nous sommes le seul pays d’Europe où les plus grands médias sont aussi centralisés. C’est vrai de l’audiovisuel, privé ou public. Le privé vit comme il le veut mais le public lui au moins devrait être beaucoup mieux réparti sur le territoire. C’est déjà une faute que de n’être quasiment qu’à Paris. Certes il y a France 3 mais on voit bien que personne ne semble très disposé à développer de vraies chaines régionales. Il faudrait pourtant que le service public actuel dispose de vrais moyens et de plus d’autonomie. C’est vrai de la radio publique aussi.

Quant aux télévisions privées, elles ne font que suivre le rythme. Ce pays est centralisé et elles copient le modèle. Même chose pour les radios et la presse écrite dite « nationale ».

Cela explique la difficulté pour cette presse à s’intéresser à ce que nous faisons en « Province ». Il y a donc un phénomène pour nous de plafond de verre et , si je peux me permettre, pour les médias parisiens, un phénomène d’aquarium. Il y en a même quelques-uns qui se prennent pour des requins. On y vit un peu en vase clos.

Alors si l’on veut qu’ils nous voient il faut beaucoup s’agiter autour de l’aquarium ! Alors agitons nous !

Agitons-nous d’autant plus que les télévisions publiques vivent sur notre argent ainsi que la radio publique ; et agitons-nous aussi parce que la presse privée ne serait pas grand-chose si elle n’avait pour seul marché que son aquarium.

Disons que nous sommes des poissons en liberté qui regardons des congénères qui souffrent d’enfermement.

Dans l’urgence, aidons les à voir clair en leur envoyant les articles publiés dans la presse occitane, radio, télé, numérique ou écrite ainsi que ce qui est paru dans la presse d’autres pays d’Europe. Il y aura des réactions, à retardement certes, mais au moins par accumulation.