Pourquoi les médias parisiens sont ils sourds ?

Publié le Mis à jour le

A propos des médias parisiens et de leur difficulté à parler de nous.

Il faut casser le plafond de verre et frapper sur la vitre de l’aquarium

J’ai le temps de réfléchir le soir avant de m’endormir ; et à la question de plusieurs personnes à propos de la difficulté de faire passer une information dans la presse parisienne je me disais une fois de plus, qu’il existe chez nous un vrai plafond de verre médiatique. C’est un vrai sujet préoccupant en démocratie.

C’est une des conséquences du centralisme. Il est médiatique. Nous sommes le seul pays d’Europe où les plus grands médias sont aussi centralisés. C’est vrai de l’audiovisuel, privé ou public. Le privé vit comme il le veut mais le public lui au moins devrait être beaucoup mieux réparti sur le territoire. C’est déjà une faute que de n’être quasiment qu’à Paris. Certes il y a France 3 mais on voit bien que personne ne semble très disposé à développer de vraies chaines régionales. Il faudrait pourtant que le service public actuel dispose de vrais moyens et de plus d’autonomie. C’est vrai de la radio publique aussi.

Quant aux télévisions privées, elles ne font que suivre le rythme. Ce pays est centralisé et elles copient le modèle. Même chose pour les radios et la presse écrite dite « nationale ».

Cela explique la difficulté pour cette presse à s’intéresser à ce que nous faisons en « Province ». Il y a donc un phénomène pour nous de plafond de verre et , si je peux me permettre, pour les médias parisiens, un phénomène d’aquarium. Il y en a même quelques-uns qui se prennent pour des requins. On y vit un peu en vase clos.

Alors si l’on veut qu’ils nous voient il faut beaucoup s’agiter autour de l’aquarium ! Alors agitons nous !

Agitons-nous d’autant plus que les télévisions publiques vivent sur notre argent ainsi que la radio publique ; et agitons-nous aussi parce que la presse privée ne serait pas grand-chose si elle n’avait pour seul marché que son aquarium.

Disons que nous sommes des poissons en liberté qui regardons des congénères qui souffrent d’enfermement.

Dans l’urgence, aidons les à voir clair en leur envoyant les articles publiés dans la presse occitane, radio, télé, numérique ou écrite ainsi que ce qui est paru dans la presse d’autres pays d’Europe. Il y aura des réactions, à retardement certes, mais au moins par accumulation.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s