Potin menaça la patz del monde/Poutine menace la paix du monde

Comunicat del POC (bilingüe)

Lo president rus met en perilh la patz del monde

L’imperialisme rus e las elucubracions de V.Potin meton en perilh la patz de l’Euròpa e del monde.

L’ataca aviada aqueste 24 de febrièr es inacceptabla.

Nòstra solidaritat va primièr al pòble d’Ucraina qu’es la victima majora d’aquela guèrra.

L’Union europèa es mesa a l’espròva per aquestes eveniments. Son unitat serà un element màger per que la resisténcia al dictator rus, e a son armada, siá eficaça.

Las annadas que venon de passar e la politica russa que consistís a roganhar de territòris amb d’arguments faus de proteccion de populacions russofònas, mòstran clarament que l’Union Europèa se dèu refortir per poder resistir a l’accion de responsables politics fanatizats per un nacionalisme e un chauvinisme descabestrats. 

Las primièras sanccions economicas que son estadas presas, representan una primièra responsa a l’agression. De sanccions suplementàrias devon arribar.

Aquesta guèrra, e las sanccions que son estadas presas contra la Russia, auràn de consequéncias sus nòstra vida vidanta  (aprovesiments divèrs, creissença dels prètzes…) mes es segurament lo prètz que cal pagar per sostenir los ucrainians e s’opausar als projèctes expansionistas de V.Potin.

Nòstra solidaritat dèu anar tanben cap als ciutadans russes, estacats a la democracia e a lor cultura, que s’opausan a la dictatura deu Kremlin e que refusan la guèrra. Existisson, e son mai nombroses que pòt semblar. Son victimas de la repression e de la propaganda e devon èstre sostenguts. Tre que lo sistèma qu’es en plaça au Kremlin s’afondrarà, calrá enfin que la Russia prenga lo camin de la democracia.

Mai que jamai una Euròpa federala, de las fòrtas, sembla èstre la sola vertadièra solucion per una patz durabla sus l’ensemble de nòstre continent.

Lo Partit Occitan

24/2/2022

Communiqué du POC

Le president russe met en péril la paix du monde

L’impérialisme russe et les élucubrations de V.Poutin mettent en péril la paix en Europe et dans le monde.

L’attaque qui a été lancée ce 24 février est totalement inacceptable.

Notre solidarité va au peuple d’Ukraine qui est la première victime de cette guerre.

L’Union Européenne est mise à l’épreuve par ces événements. Son unité sera un élément majeur pour que la résistance au dictateur russe et à son armée soit efficace.

Les années passées et le grignotage territorial russe sous des prétextes fallacieux de protection de populations russophones, montrent à l’évidence que l’Union Européenne doit se renforcer pour résister à l’action de responsables politiques aveuglés par un nationalisme et un chauvinisme débridés.

Les premières sanctions économiques qui ont été prises sont un premier élément de réponse à l’agression. D’autres doivent venir.

Cette guerre et les sanctions qui sont prises contre la Russie, auront des conséquences sur notre vie quotidienne (approvisionnements divers,  hausse des prix …) mais c’est sans doute le prix à payer pour soutenir les ukrainiens et s’opposer aux projets expansionnistes de V.Poutin.

Notre solidarité doit aussi aller aux citoyens russes, attachés à la démocratie et à leurs culture, qui s’opposent à la dictature du Kremlin et qui refusent la guerre. Ils existent et sont plus nombreux qu’il n’y paraît. Victimes de la répression et de la propagande, ils doivent être soutenus. Dès que le système en place au Kremlin s’effondrera il faudra enfin que la Russie prenne le chemin de la démocratie.

Plus que jamais une Europe fédérale forte apparaît comme la seule véritable solution pour une paix durable sur l’ensemble de notre continent.

Lo Partit Occitan

24/2/2022

La lenga vergonhosa : la politica linguistica en mau de volontat politica

Que vedem aquí dus exemples opausats de la politica de preséncia de la lenga occitana en l’espaci public.

Que m’arriba sovent de’m demandar perqué tantas vilas occitanas, tantes vilatges an ua actitud qui sembla d’estar vergonhosa de cap a la lenga deu lor territòri, la lenga de la lor istòria. Non son pas nombrosas las vilas e los vilatges qui afican de faiçon SISTEMATICA la lenga occitana en la lor comunicacion, que sia a l’orau o a l’escriut. Que cau insistir sus aqueste mot de « sistematica » entà escapar a l’actitud tradicionau qui ei de prepausar ua preséncia ANECDOTICA.

Baiona, la Niva.

Que coneishem tots lo cas de Tolosa on la lenga nosta s’audeish en lo mètro. Qu’ei un exemple qui poderé estar seguit per mei de comunautats d’aglomeracions en los transpòrts publics (e quitament per regions qui an en teoria la man sus los TER).

Tolosa qu’a enqüèra camin a har, mes qu’a obrat positivament sus aquera question.  

Mes que cau créder qu’en país occitan la timiditat ua mauconeishença de la politica linguistica — mesclada a un pauc de vergonha e d’oposicion ideologica a la preséncia d’ua auta lenga que lo francés o l’anglés—  hè la soa òbra.

Non son pas las vilas o las collectivitats on los elegits afirman, en paraulas, lo lor estacament a la lenga qui hèn lo mei gran tribalh de preséncia publica de la lenga.

Foish : lo castèth

Que vau dar volontariament dus exemples opausats. Per los autes cadun que poderà préner la pagèra de la preséncia de la lenga en la soa vila o en lo son vilatge en comparason dab los exemples presentats.

Sovent quauques uns n’an pas arren. D’autes que’s deven acontentar d’un panèu d’entrada dab lo nom de la comuna en occitan. Qu’ei çò de basic e n’ei pas briga sufisent.

Mes qu’arriba sovent que la vergonha de la preséncia de la lenga se mudi en quauquarren com ua denegacion de la lenga, de l’istòria e de la realitat culturau.

Per exemple, que visitèi que hè pauc de temps lo musèu deu castèth de Foish, en Arièja.

Que devi díser que, au sortir de la visita qu’estoi gahat per un sentiment de desesperança e de malícia. Pas un mot sus la lenga deu país, de las hemnas e deus òmis qui an hèit l’istòria de la vila e deu Comtat de Foish. Ua malurosa inscripcion, esconuda, en aqueste musèu tot nau que ditz « Toco i se gaousos » e arren mei. Febus, lo sons davancèrs, los son descendents que devón segurament parlar lo francés e arren mei. En tot cas qu’ei lo messatge, non dit clarament, qui ei la conclusion de la visita.

E totun lo musèu qu’a devut costar car, que sia en temps de reflexion, en moneda e òbras divèrsas. D’un punt de vista estetic, deu punt de vista de la concepcion, qu’ei un  musèu subèrbèth . Mes quina tristessa que la lenga e sia denegada atau !

Qu’ac digoi en sortir a las personas de l’arcuelh. No’m podón pas díser qu’èri injuste d’aqueth punt de vista e que reconegón que i avèva avut un desbromb, ua manca d’atencion a la question.

Aficatge trilingüe a Baiona per la « Hèsta d’ivèrn »

Que soi convençut que va hòrt mei luenh que la negligéncia. Mes lo resultat qu’ei aqueste : un musèu e un castèth qui contan ua istòria esbraçada, escamada, tà non pas díser travestida.

La lenga presenta sistematicament

A l’opausat que i a vilas qui son las campionas de la preséncia de la lenga occitana. Que son las vilas de Baiona e d’Anglet en l’aglomeracion País Basco.

La politica linguistica qu’ei ua question de sistematizacion. Aquí en los comuns publics automatics d’Anglet

E òc ! l’aglomeracion País Basco qui reivindica d’estar a l’encòp basca e gascona que hè ua plaça a la lenga basca e a la lenga occitana en totas las soas comunicacions. Que va dinc a las tistèras de las lordèras qui son installadas per las carrèras de la vila de Baiona en passar per los contenidors de recuperacion de papèr o de veire, los panèus installats a l’ostau de vila, los musèus, la mediatèca,  las anóncias de hèstas, la senhaletica de la vila etc…

Los servicis de la vila de Baiona

Alavetz quinas conclusions e tiratz ? Quin argument estranh e’m van sortir los elegits de las vilas qui non hèn pas arren e qui dèishan la lenga clandestina, esconuda ?

Lo prètz ? Ridicule comparat dab d’autas despensas !

Lo torisme ? Que hè longtemps que sabem la diversitat de las lengas ei un argument de diferenciacion favorable a l’imatge d’un territòri.

Quate lengas tà presentar lo patrimòni de Baiona. La lenga ei presenta en los musèus e lòcs publics, escriuta o audida.

Non, la responsa qu’ei aulhors : ignorància e mesprètz ; còps que i a incapacitat de sortir de çò que ditz l’istòria oficiau e de çò que disen los uniformisators, manejaires a tot viracodet de l’article 2.

La politica lingüistica qu’ei totun ua tecnica estudiada, analizada, documentada, desempuish annadas en hòrt de país deu monde. Que sufeish de s’anar informar, de léger un pauc e sustot de voler. La volontat politica qu’ei la prumèra causa necessària.

Que devem constatar, malurosament, l’abséncia de volontat politica en çò deus elegits de noste en gran majoritat ; pas tots de segur e urosament. Mes los qui hèn que son minoritaris e non son pas eths qui parlan mei.

Lo moblièr urban que parla tanben occitan e basco a Baiona
A Anglet los comuns publics

E que gausi díser que se la volontat ei absenta en matèria de lenga que’n serà tanben en d’autes domènis : sociau, economic, ecologic e culturau. La timiditat, la vergonha en l’innovacion qu’ei un mau qui tòca tots los domènis.

Un panèu a Baiona

Si j’étais la gauche… Estossi l’esquèrra…

A propos d’une découverte anatomique récente : le nombril est à gauche…pas le cœur.

Pertocant ua descobèrta anatomica recenta : lo melic qu’ei a l’esquèrra…pas lo còr

Photo leuren.t wikimédia commons

Si j’étais la gauche, je prendrais la mesure du spectacle que je suis en train de donner.

Estossi l’esquèrra, que prenerí la pagèra de l’espectacle que soi a dar.

Je me demanderais s’il est vraiment bien raisonnable de laisser croire qu’il existe l’homme providentiel ou la femme providentielle.

Que’m demandarí s’ei vertadèrament rasonable de deishar créder qu’existeish la hemna o l’òmi providenciau

Je me demanderais si le problème est vraiment que se présente l’un, l’une ou l’autre à l’élection présidentielle.

Que’m demandarí se la question ei vertadèrament que’s presenti l’un o l’auta a l’eleccion presidenciau

Je me demanderais si la démocratie est un jeu de poupées russes, c’est à dire une succession d’élections, de primaires de primaires, pour en arriver à une primaire et enfin à la désignation d’un candidat ou d’une candidate.

Que’m demandarí se la democracia ei un jòc de monacas russas, çò qui vòu díser ua seguida d’eleccions, de primàrias de primàrias, entà n’arribar a ua primària e enfin a la designacion d’ua candidata o d’un candidat.

Je me demanderais si la démocratie c’est d’en arriver à la désignation d’un candidat ou d’une candidate à une élection qui n’est rien d’autre que le renforcement d’un pouvoir personnel démesuré.

Que’m demandarí se la democracia ei de n’arribar a la designacion d’un candidat o d’ua candidat per ua eleccion qui n’ei pas arren mei que de con.hortar un poder personau desmesurat.

Je me demanderais ce qu’est la gauche.

Que demandarí çò qu’ei l’esquèrra.

Je me demanderais ce qu’est un programme de gauche.

Que’m demandarí çò qu’ei un programa d’esquèrra.

Je m’interrogerais sur toutes les erreurs faites par des gouvernements et leaders de gauche depuis des années, entrainant certains électeurs de gauche à se retrouver aujourd’hui à l’extrême droite.

Que m’interrogarí a prepaus de totas las errors hèitas peus govèrns e capdaus d’esquèrra desempuish annadas e qui an aviat quauques electors d’esquèrra a’s trobar uei a l’extrèma dreta. 

J’arrêterais de vouloir parler comme la droite pour espérer ratisser large.

Que deisharí de voler parlar com la dreta entà esperar arrasterar mei

Je m’interrogerais sur l’élection d’un président qui n’a plus de contrepouvoir pour s’opposer à lui.

Que’m pausarí questions sus l’eleccion d’un president qui n’a pas mei nat contrapoder tà s’opausar.

Je me rendrais compte que même aux Etats-Unis le président n’a pas autant de pouvoir que chez nous.

Que m’avisarí que quitament aus Estats-Units lo president n’a pas tantes poders com a noste.

Je m’interrogerais sur le culte de la personnalité qui peu à peu devient la norme.

Que m’interrogarí a prepaus deu culte de la personalitat qui pauc a pauc e’s càmbia en la nòrma.

Je me demanderais s’il est bien sain que le nom du président et son prénom soient cités à longueur de journaux radio, télé et presse écrite. Comptez vous verrez.

Que’m demandarí s’ei plan sanitós en democracia que lo nom deu president e lo son prenom sian citats a longor de jornaus, radio, tele e premsa escriuta. Comptatz, que vederatz.

Je me demanderais s’il est bien utile qu’un président de la République ait une opinion sur tout et qu’il l’exprime.

Que’m demandarí s’ei plan utile en democracia qu’un president de la Republica agi ua opinion sus tot e que l’exprimi.

Je me demanderais si écrire au président de la République (ou à son épouse) chaque fois qu’on a des doléances est vraiment un réflexe républicain.

Que’m demandarí se d’escríver au president de la Republica (o a la soa molhèr) cada còp qu’òm a quauques doléncias ei un reflèxe vertadèrament republican.

Je m’interrogerais sur la démocratie.

Que m’interrogarí sus la democracia.

Je me demanderais si c’est ce prétendu lien personnel entre un peuple et un homme ou une femme, ou si ce ne serait pas plutôt un parlement avec des pouvoirs, avec en plus de vrais pouvoirs décentralisés qui seraient autant de contrepouvoirs ?

Que’m demandarí s’ei aqueth pretendut ligam personau enter un òmi o ua hemna d’un costat e un pòble de l’aute, o se non seré pas meilèu un parlament dab poders dab, en mei, de vertadèrs poders descentralizats qui serén autant de contrapoders ?

Je m’interrogerais sur cette pathétique bataille de nombrils qui se joue maintenant.

Que m’interrogarí a prepaus d’aquera patetica batalha de melics qui’s jòga adara.

Je me demanderais combien d’entre nous ont le nombril à gauche.   

Que’m pausarí la question de saber quantes de nosautes an lo melic a l’esquèrra.

Je m’interrogerais sur la décentralisation et la possibilité de faire  en sorte que tout ne se décide pas à Paris parmi les quelques milliers de personnes qui se voient comme l’élite de la politique et des médias.

Que’m pausarí questions sus la descentralizacion e la possibilitat de har que tot non sia decidit de París estant, au demiei deus quauques milierats de personas qui creden d’estar l’eleit de la politica e deus mèdias.

Je me demanderais si la démocratie vit bien sur les plateaux de trois ou quatre chaines de télévision et de radio où l’on voit toujours les mêmes poser les mêmes questions aux mêmes candidats ou candidates ou candidats et candidates potentiels.

Que’m demandarí se viu plan la democracia suus platèus de tres o quate canaus de television e de radio, on s’i veden tostemps los medishs a pausar las medishas questions aus medishs candidats, candidatas, o candidats e candidatas potenciaus.

Je me demanderais si la démocratie parlementaire ne serait pas une bonne solution, finalement.

Que’m demandarí se la democracia parlamentària non seré pas ua bona solucion, tot compte hèit.

Je me demanderais comment font ceux qui font vivre la démocratie sans président omnipotent.

Que’m demandarí quin hèn los qui n’an pas de president omnipotent entà har víver la democracia.

Je me demanderais pourquoi je parle si peu d’Europe.

Que’m demandarí perqué parli tan pauc d’Euròpa.

Je me mordrais les doigts d’avoir créé le président sortant.

Que me’n saberé mau d’aver creat lo president sortent.

Si j’étais la gauche, je crois que je choisirais de faire campagne pour une sixième République et une nouvelle constitution.

Estossi l’esquèrra, que credi que causirí de har campanha per ua sheisau Republica e ua navèra constitucion.
Si j’étais la gauche je ferais cela en étant cohérent.

Estossi l’esquèrra que harí  aquò en tot estar coerent.

Si j’étais la gauche je n’irais pas à une élection qui ne vous apprend qu’à dire JE et jamais NOUS.

Estossi l’esquèrra, n’anarí pas a ua eleccion qui vos ensenha sonque a díser JO e jamei NOS.

Si j’étais la gauche, je me souviendrais de 1969 et de son élection présidentielle où la gauche fut…ce qu’elle risque d’être au mois d’avril prochain.

Estossi l’esquèrra, qu’averí en cap lo sovier de 1969 e de l’eleccion presidenciau quan l’esquèrra estó…çò qui poderé estar au mes d’abriu qui vien.

Si j’étais la gauche, et que j’étais cohérent, je refuserais cette dérive institutionnelle et non démocratique et JE NE PRESENTERAIS PAS DE CANDIDAT À CETTE ÉLECTION.

Estossi l’esquèrra e estossi coerent qu’arrefusarí aquera deriva institucionau e non democratica e NON PRESENTARÍ PAS NAT CANDIDAT A AQUESTA ELECCION.

Si j’étais la gauche je ferais de ce refus un acte politique, un programme.

Estossi l’esquèrra que harí d’aqueth arrefús un acte politic, un programa.

Mais je ne suis pas LA GAUCHE… J’essaye juste de faire quelques phrases cohérentes.

Mes non soi pas L’ESQUÈRRA… qu’essagi sonque de har quauques frasas coerentas

David Grosclaude

La presse, les médias : en France ils sont concentrés et centralisés.

Dénoncer la concentration des moyens d’informer entre les mains d’une poignée de propriétaires est indispensable ; mais le centralisme des médias est lui aussi tout aussi nuisible au pluralisme de l’information.

250 journalistes et professionnels de la presse dénoncent dans une tribune (*) la concentration des moyens d’informer (presse écrite, radios, télévisions, numérique…) en France entre les mains de quelques rares personnes, de quelques grandes fortunes.

C’est un sujet important et il n’échappe à personne que c’est un enjeu majeur dans une démocratie. Le droit d’informer et d’être informé de façon équilibrée et juste ainsi que de bénéficier d’une information vérifiée est indispensable en démocratie.

photo Ravzan Socol wikimédias Commons

Le droit de disposer d’une information pluraliste est donc sans aucun doute menacé par la concentration des moyens d’informer entre un petit nombre de mains.

Le journaliste que j’ai été pendant de longues années ne peut que soutenir cette tribune. Cependant j’aurais aimé que ce texte prenne en compte un autre aspect qui me paraît aussi très dangereux pour le pluralisme de l’information. Je veux parler de la concentration géographique des médias, du centralisme médiatique.

Champions du centralisme médiatique

La France est le champion du centralisme politique mais aussi du centralisme médiatique. Il existe très peu de pays où les médias sont concentrés sur un espace géographique aussi réduit. Tout ou presque se trouve à Paris et chaque année la presse dite régionale perd en puissance.

Quant à l’audiovisuel régional (télévisions et radios) il est quasiment inexistant, en tous cas quand il existe, c’est toujours à Paris que se trouve le centre de décision.

La France n’a pas su, ou n’a pas voulu, créer de véritables télévisions régionales de plein exercice. Pas de télévisions hors Paris qui regardent le monde ! L’audiovisuel régional se réduit à n’être qu’une succursale.

Le pluralisme malade du centralisme

La presse quotidienne régionale souffre comme le reste des médias du phénomène de concentration et en plus elle doit vivre dans une ambiance qui fait d’elle une presse subalterne, une presse qui n’est là que pour faire du « régional » et non pour expliquer et regarder le monde. Il faut s’interroger sur les expressions « presse régionale » et « presse nationale ». Il y a de la condescendance dans ces mots. Il est un temps d’ailleurs où pour accéder à la tribune de presse de l’Assemblée Nationale il y avait deux portes : une pour la presse nationale et une autre pour la régionale. C’était écrit ainsi. Curieuse discrimination mais très évocatrice.

Pourtant en Europe les pays où de très grands journaux dits « de référence » ne sont pas dans la capitale politique sont majoritaires (Allemagne, Espagne, Italie…).

Le même constat est à faire pour les télévisions, les radios.

Alors, me direz-vous, quel rapport entre la démocratie, l’information et ce centralisme des médias ?

C’est très simple. La proximité des mondes politique et médiatique (proximité géographique, sociale, parfois familiale et affective) a des conséquences évidentes, visibles. C’est un petit monde très réduit qui occupe les plateaux de télévision, les studios de radio. Il y a parfois des liaisons, des rapports entre ces mondes qui ne correspondent pas à l’idée que l’on peut se faire de l’indépendance de la parole journalistique. 

Qui diffuse et d’où on parle

Le message que l’on transmet peut dépendre parfois de qui vous paye, qui vous édite, qui vous diffuse mais il peut aussi dépendre d’où vous parlez, d’où vous écrivez. Et je fais partie de ceux qui pensent que l’on n’informe pas de la même façon quand on est à Toulouse, Paris, Bordeaux, Barcelone, Munich…Le point de vue n’a d’intérêt que quand il y a DES points de vue, des lieux d’où l’on voit et depuis lesquels on comprend le monde.

La caricature est alors à son comble avec l’élection présidentielle qui s’annonce. Des candidates et des candidats sortis du centre (une présidente de la région, une maire de Paris, un chroniqueur que l’on qualifie de polémiste…) et de ses médias saturent l’espace médiatique. Et ce sont les médias situés sur le kilomètre carré ( ou peut-être deux kilomètres carrés) autour de la Tour Eiffel qui font et défont les débats, les candidats, les sujets qu’il faut commenter.

Le conformisme ennemi du pluralisme

Alors certain diront peut-être que cela n’empêche pas le pluralisme. Je ne le crois pas. Je crois en revanche que cela crée de l’uniformisme, (terme que j’emprunte à dessein à la géologie), pour ne pas dire du conformisme.

Qui pourrait contester le fait que de découper le monde en deux, c’est à dire Paris d’une part et la Province de l’autre, n’aurait pas d’influence sur le message, sa forme, son objectif ? Même si ce sont des mécanismes inconscients ce sont des mécanismes qui jouent un rôle.

La tribune dont je parlais au début, publiée par 250 professionnels des médias dit ceci :  « Bien sûr, les journalistes qui travaillent pour les médias détenus par ces industriels ne subissent pas directement et au quotidien la pression de leurs actionnaires. » J’adhère à cette vision des choses. Je ne crois pas aux journalistes « vendus »  comme certains les dénoncent. La très grande majorité fait son métier en conscience, avec sa culture, ses idées, ses convictions. Mais les mécanismes d’influence sont plus subtils que cela n’y paraît, c’est bien connu ; et pour cette raison les auteurs de la tribune ajoutent avec justesse : « Mais la concentration a un impact majeur sur la qualité et la diversité de l’information délivrée au public. Elle réduit l’espace consacré au décryptage. Elle favorise l’opinion et fragilise la liberté de la presse ainsi que l’indépendance des journalistes ».

Je ne dis rien d’autre concernant la concentration géographique des médias et le centralisme médiatique qui règne en France. Je pourrais paraphraser le texte de la tribune en disant que : « la centralisation a  un impact majeur sur la qualité et la diversité de l’information ».

David Grosclaude

« L’hyperconcentration des médias est un fléau médiatique, social et démocratique » tribune publiée par le journal Le Monde du 15 décembre

Ça va chauffer !

J‘avais envie de dire mon indignation quant à l’opération de propagande ( et d’effacement de la mémoire) qui est en cours depuis quelques mois. Le nucléaire serait LA solution pour la transition énergétique. C’est un grand mensonge. Il arrange ceux qui veulent relancer leurs bénéfices grâce au nucléaire, ceux qui ne veulent pas dire que la réduction des consommations, gaspillages, sur consommations et surgaspillages sont une grande partie de la solution. On veut tout changer…mais en faisant comme avant. Et pourtant il y a eu Chernobyl, Fukushima. Et pourtant on ne sait toujours pas faire autrement que de refiler nos déchets nucléaires aux générations qui suivent et cela dans un vertige historique extraordinaire. Nos ancêtres qui vivaient il y a 10 000 ans nous ont laissé que peu de choses ; nous en avons rempli quelques musées. Que nos descendants se rassurent l’héritage que nous leur ferons sera bien plus conséquent et embarassant et encore pire si l’on relance la construction de réacteurs nucléaires.

Jean Luc Landi, dont je connais l’engagement depuis des années, m’a envoyé la lettre qu’il a rédigée à l’adresse d’un président de la République qui dit, plus souvent qu’il ne conviendrait « Je » et « J’AI décidé».

Plutôt de réécrire un article sur le sujet je publie cette lettre qui résume bien le problème auquel nous sommes confrontés.

Bonne lecture

David Grosclaude

            Ainsi donc, not’bon maîtr’ a décidé. Le président Macron ne voit pas d’autres solutions que de relancer le nucléaire civil (Quid du nucléaire militaire ? Mais peut-être que les deux vont ensemble !). La justification serait que c’est le seul moyen d’entrer dans « l’ère de la décarbonation ». Pendant un siècle, on nous a « convaincus » que liberté (de circuler), consommation et progrès passaient par l’exploitation du charbon, du pétrole et du gaz, en taisant les études qui montraient que les émissions dues à la combustion des énergies fossiles amplifieraient le fameux effet de serre.

La centrale nucléaire de Belleville sur Loire (Le Morvandiau, wikimédia commons)

            Comme il devient difficile de nier le lien entre utilisation de l’énergie fossile et réchauffement climatique, le Président de la République, ainsi qu’une grande partie de la classe politique, et quelques lobbies ayant intérêt (à court terme !) à la relance du nucléaire, tout ce beau monde veut nous engager dans la course aux réacteurs (EPR, puis réacteurs « de poche »). Les mêmes qui ont favorisé l’exploitation des énergies fossiles, à outrance, plaident maintenant pour la gentille énergie décarbonée que serait le nucléaire. Comment faire confiance à ces opportunistes à courte vue ?

            M. Macron, où est le débat, éclairé, sur ce que signifie la relance du nucléaire ? Débat qui n’a jamais eu lieu en France, même pas au début des programmes de De Gaulle (bombe) ou de Giscard (centrales électriques). Soit on a considéré que les citoyens étaient, et sont toujours, trop ignares pour se faire une idée, soit il y a des choses à cacher.

            Si l’on se fie aux déclarations récentes d’éminents personnages politiques, on redécouvre les inconditionnels du nucléaire comme les membres de LR et une bonne partie de LREM, les repentis (communistes et RN), les hésitants (PS) et les opposants à toute relance (EELV et LFI). Est-ce que les communistes seraient sous la pression de certains syndicats d’EDF et autres acteurs du nucléaire ?

            Concernant les lobbies, en dehors des entreprises directement chargées du développement de la filière du nucléaire civil, on peut penser que les constructeurs, marchands de béton, mais aussi l’industrie militaire ont beaucoup à gagner dans cette relance. Et comment ne pas imaginer l’effet d’aubaine pour les élus qui plaident pour la nucléarisation de leur territoire (voir les déclarations de M. Bertrand qui, probablement, viendra habiter au pied des centrales qu’il appelle de ses vœux!). Ils pourront se payer tous les aménagements qu’ils voudront avec les retombées (fiscales) des installations nucléaires, en attendant d’autre retombées moins sympathiques.

            Si le génie français pose comme principe que la relance du nucléaire peut nous sortir de l’incertitude concernant l’approvisionnement en énergie, il faut considérer que cela doit pouvoir s’appliquer à toute la planète.

            Faisons un calcul simple. Nous avons actuellement 56 réacteurs regroupés dans 18 centrales qui fournissent environ 70 % de l’électricité consommée en France. La population française représente moins d’un centième de la population mondiale. Ainsi, si nous transposons le modèle français à la planète, cela nécessiterait l’existence plus de 5 600 réacteurs répartis sur le globe au prorata des populations… Actuellement environ 450 réacteurs sont en activité dans le monde. Et nous, nous sommes déjà les champions de la concentration de réacteurs en rapport avec le nombre d’habitants. Nous faisons mieux que les États-Unis avec leurs 100 réacteurs pour 5 fois plus d’habitants…

            Alors, allons-nous proposer notre  french way of life à tous les peuples en manque d’électricité ? D’une certaine manière oui, mais sans projet précis ni SAV garanti. Car le destin de la filière française est lié à l’espoir de vente de notre camelote de haute technologie (surgénérateurs ? EPR finlandais ? Flamanville ? mini-réacteurs ?) à l’étranger.

            Mais il ne suffit pas de vendre une centrale sur le papier, il faut en garantir la construction, la livraison, l’exploitation, la maintenance, puis envisager le démantèlement. Est-ce que tout cela est chiffré et programmé ?

            D’autre part, est-ce que n’importe quel état peut garantir à 100 % la sécurité de l’exploitation d’une centrale nucléaire durant 30, 40, 50, 60 ans ? Non. Est-ce qu’un état non démocratique se soumettra à une agence internationale d’inspection de ses installations nucléaires ? (Corée du Nord, Iran, Russie, Chine, Pakistan… ?) Pas sûr. Est-ce que les états proclamés démocratiques, aujourd’hui, sont transparents sur leurs installations ? (Inde, États-Unis, France, Grande-Bretagne… ?) Pas sûr.

            Alors, il y aura des états dignes de posséder des centrales et d’autres indignes, comme c’est le cas pour l’armement nucléaire ?

            M. Macron et autres pro-nucléaires, votre choix ressemble plus à une fuite en avant qu’à une décision pensée, pesée et inscrite dans l’avenir. Nous parlons d’une technologie mal maîtrisée et difficilement maîtrisable (cf. Tchernobyl et Fukushima pour les accidents les plus spectaculaires) dont les conséquences, en cas de grave défaillance, défient l’imagination.

            – Pouvez-vous donner un exemple de démantèlement achevé d’une installation nucléaire où il n’y a plus de risque radioactif ? Si oui, combien cela a-t-il coûté ? Et combien cela a-t-il pris de temps ?

            – Pouvez-vous garantir l’élimination des déchets, sans conséquences sur l’environnement et la santé des personnes ? à Bure ???

            – Pouvez-vous garantir l’exploitation et la maintenance de toutes les centrales, avec risque zéro ? Non, pardon pour la question, personne ne le peut.

            – Avons-nous assez d’uranium sur notre territoire ou bien dépendons-nous d’un autre état pour l’approvisionnement ? A quel prix ?

            – Connaissez-vous les conditions dans lesquelles on procède à la surveillance et à la maintenance de certaines parties des centrales avec sous-traitance systématique et perte du savoir-faire ? Il y a eu des enquêtes et des témoignages spontanés recueillis auprès de « nettoyeurs ».

            – Y aura-t-il assez d’eau dans 5 ans, 10 ans, 20 ans, 40 ans pour refroidir les centrales ?

            – Si ce n’est pas pour une raison naturelle ou accidentelle (sécheresse, inondation, incendie, séisme, mouvement de terrain, chute d’aéronef…) qu’un désastre sera causé, ce pourrait être par volonté destructrice des hommes (attentat, conflit armé localisé, guerre continentale). En cas de désastre, comment garantirez-vous la protection des populations et comment envisagez-vous l’exode de millions de personnes fuyant les zones contaminées ?

            – Avez-vous visité Tchernobyl ou Fukushima ? Si oui, qu’en pensez-vous ?

            – Imaginez-vous, Bordeaux, Toulouse ou Paris inhabitables pour des centaines ou des milliers d’années ?

            – Imaginez-vous l’effet de sidération, de panique et les angoisses qui surgiront après la catastrophe ? Continuerez-vous alors d’exploiter ce qui restera de réacteurs, même contre l’avis des populations, en militarisant toutes les zones nucléarisées ? Ou bien déciderez-vous de tout arrêter en sachant qu’il faudra démanteler les centrales pendant des décennies ? Avez-vous chiffré cela ?

            Vous hypothéquez, avec une certaine arrogance (ou est-ce de l’inconscience ?), notre avenir et surtout celui de nos enfants. Ayez le courage de vous opposer aux petits docteurs Folamour du nucléaire civil et militaire qui vous conseillent et surtout ayez de l’imagination. Vous en manquez cruellement.

            Je ne connais pas l’œuvre de Paul Ricœur, que vous avez côtoyé, mais demandez-vous ce que le philosophe aurait pensé de tout cela.

            Vous pardonnerez, j’espère, les passages quelque peu insolents mais ils sont à la mesure de ma colère et de mon désarroi.

                       Salutations respectueuses.

                                   Un citoyen qui essaie de se projeter dans l’avenir.

                                                                                                         J-L LANDI