Mois: mai 2015

DUSAU DIA /DEUXIEME JOUR « pro d’estar mespresats »

Publié le Mis à jour le

Deuxième jour / Dusau dia (en francés e en occitan)

Après une première nuit au Conseil Régional, dans de très bonnes conditions, je me suis réveillé et j’ai vu de nouveaux messages de soutien sont arrivés. Je suis très touché par tous ces sms et ces mails qui m’arrivent. Merci à tous et pardon de ne pas pouvoir répondre à chacun.

Il semble bien que le message sur l’Office Public de la Langue Occitane touche de façon beaucoup plus large. J’entends bien que le slogan « pro d’estar mespresats ! » va au delà de la création d’un outil public de politique en faveur de la langue occitane.

Dans les messages que je reçois on comprend que c’est toute la revendication en faveur de la reconnaissance de la langue qui s’exprime. Chacun y voit à sa façon l’étrangeté de cette situation française qui fait que les pouvoirs publics ont tant de mal à traiter de la question de la diversité linguistique et chacun dit à sa façon que c’est une injustice dans une société démocratique.

Merci donc à toutes et à tous.

De la première journée je retiendrai d’abord les premières visites faites par des amis de Bordeaux.

Je retiendrai aussi les coups de téléphone d’encouragement et les messages spontanés de tous ceux qui ont ressenti ce « pro d’estar mespresats ! ».

Je vois aussi que des manifestations diverses s’organisent (Carcassonne, Narbonne) et des gens me disent qu’ils sont en train de se mobiliser.

Le président du Conseil Régional d’Aquitaine, Alain Rousset, a publié un communiqué de presse dans lequel il dit son soutien à ma revendication.

Je sais que mon collègue de Midi-Pyrénées Guilhèm Latrubesse va faire passer le message à ses collègues de l’Assemblée régionale à Toulouse. Mes autres collègues de Provence, Auvergne et Rhône-Alpes chargé de l’occitan me soutiennent. J’ai reçu des messages de Corse, de Bretagne, d’Aragon et du sénateur occitan du Val d’Aran (au sénat de Madrid). Des parlementaires m’ont appelé aussi, des élus régionaux ou départementaux.Vous trouverez cette liste dans la rubrique « sostens » Nous la mettrons à jour régulièrement.

J’ai aussi reçu un coup de téléphone du cabinet de la ministre de l’Éducation qui m’assure que le dossier de l’OPLO est en bonne voie. Il me l’avait déjà dit il y a trois semaines et d’autres nous avaient déjà dit la même chose il y a trois mois…six mois …. Donc ça peut durer longtemps comme cela. Et c’est pour que ça ne dure pas comme ça que je suis ici

David Grosclaude

IMG_1947
Ací ua petita creacion bigordana . Mercés

Dusau dia

Après aquesta prumèra nueit au Conselh Regionau d’Aquitània, en de bonas condicions, que’m soi desvelhat en véder que de navèths messatges de sostien nombrós que son arribats pendent la nueit.

Qu’arregreti de nons pas poder respóner a tot lo monde personaument mes que podetz créder que tots los sms, los corrics e autes messatges suus hialats sociaus que’m tòcan hòrt.

Que vienen de pertot en Occitania. Que’m sembla que lo messatge qui ditz « pro d’estar mespresats » qu’a tocat hòrt de monde qui an lo sentiment com jo que n’i a pro d’aquera injustícia hèita a la lenga occitana e a las autas lengas tanben en aqueste país.

Que i a un problèma en França dab la diversitat linguistica. E totun la diversitat qu’ei la basa de tota societat democratica. E quin voletz sauvar la diversitat biologica se non sauvatz pas la diversitat linguistica e culturau ?

Lo bilanç d’aquesta prumèra jornada qu’ei donc un sostien qui da coratge.

Qu’èi recebut dab plaser lo sostien per un comunicat deu president de la Region Aquitània, Alain Rousset. N’ei pas a Bordèu peu moment mes que’u vederèi segur pro viste.

Lo men collèga de Miègjorn-Pirenèus qu’ei pertocat tanben e que va sensibilizar los conselhèrs regionaus de Tolosa a la question. Qu’an votat eths tanben.

Los elegits regionaus encargats de la lengas en Auvernha, Ròse Aups, Provença que m’an de segur portat lo lor sostien. Qu’èi recebut còps de telefòne e messatges de Corsega, d’Aragon, de Bretanha e de la Val d’Aran. Que trobaratz la lista deus elegits qui an enviat un messatge de sostien peu moment dens la rubrica « sostens ».

E puish qu’èi recebut tanben ua telefonada deu cabinet de la ministra de l’Educacion. Que m’asseguran que lo dossièr de l’Ofici Public avança… Que m’ac avèvan dejà dit au telefòne tres setmanas a….e d’autes que ns’ac avèvan dit tres mes a…e un aute sheis mes a….Que pòt durar longtemps atau. E qu’ei tà que non dure pas que soi ací !

David Grosclaude

Publicités

Grève de la faim au Conseil Régional d’Aquitaine / Grava de la hami au Consèlh Regionau d’Aquitània

Publié le Mis à jour le

Que n’i a pro d’estar mespresats !

David Grosclaude, conselhèr regionau d’Aquitània

Caras amigas

Cars amics

Los signes de mesprètz de las parts de l’Estat de cap a la lenga nosta que’s segueishen e que’s multiplican. Dab lo darrèr d’aqueths signes, lo pro qu’ei pro ! Qu’èi decidit de miar ua accion e que demandi lo vòste sostien. Qu’ei ua accion en favor de la dignitat et de la legitimitat deu noste engatjament per la reconeishença de la lenga occitana.

Que m’installi aqueste dia, 27 de mai, a l’Ostau de Region de Bordèu, sièti deu Conselh Regionau d’Aquitània, e que i comenci ua grèva de la hami entà denonciar l’arrefús de l’Estat de dar ua seguida a un projècte votat per las duas assembladas d’Aquitània e de Miègjorn-Pirenèus. Lo vòte que’s hasó a l’unanimitat que harà lèu un an, en junh de 2014 !

Entà estar operacionau, aqueth projècte que necessita la publicacion d’un decret au Jornau Oficiau. Que s’ageish de la creacion de l’Ofici Public de la Lenga Occitana (OPLO). Que serà un organisme interregionau destinat a promòver ua politica en favor de la lenga occitana. Que serà virat de faiçon clara de cap au desvolopament de la lenga. Que cau arrestar la baisha deu nombre de locutors e har tot çò qui cau entà qu’aqueth nombre posca créisher. L’accion de l’Ofici Public que serà virada en prioritat de cap a las joenas generacions.

Que las deliberacions de duas assembladas regionaus e sian tractadas dab aqueth mesprètz no’s pòt pas acceptar. Qu’ei ua faiçon de dar arguments a tots los qui pensan que la politica se resumeish a har promessas shens las tiéner. Que diseràn lavetz se las decisions presas non son pas aplicadas ? Quan duas regions e prenen la decision de miar ua politica en favor de l’occitan, lenga miaçada de disparicion, l’Estat qu’ei absent mes tanben que hica entravas. Que’s compòrta atau sus d’autes dossièrs pertocant l’occitan ; la lista qu’ei longa.

Aqueth blocatge de l’Estat centrau qu’ei permanent quan s’ageish de tractar las questions de las lengas ditas regionaus. Qu’ei lo cas uei lo dia dab la refòrma deu collègi. Quin serà l’ensenhament de l’occitan e en occitan doman ? Lo perilh de’u véder a desaparéisher qu’ei evident.

Qu’estoi sollicitat en 2013 entà participar au tribalh d’ua comission creada per la ministra de la Cultura. Aquera comission qu’a audicionat detzenats de personas e que remetó un rapòrt. Que caló quate mes d’amassadas. Lo rapòrt publicat que hè proposicions concretas e de bon aplicar. Non i a pas avut nada seguida. Qu’ei moneda publica desperdiciada e ua manifestacion mei de mesprètz.

Que tieni a díser que, com elegit delegat, qu’èi tribalhat a aqueth projècte d’Ofici Public de la Lenga Occitana dab lo sostien sancèr de la Region Aquitània, que sia lo president e los servicis, e en ententa sancèra dab lo men collèga de Miègjorn-Pirenèus.

Mentre que lo mandat deus conselhs regionaus ei a s’acabar, que pensi d’aver comptes à rénder. Que hèi cap a las meas responsabilitats d’elegit e cadun que’s dèu acarar a las soas.

Que i a un vertadèr blocatge e deu men punt de vista qu’ei sustot mesprètz. La mea accion qu’a per mira d’entercalhar l’Estat e particularament los sons servicis centraus. Que cau acabar un còp a de bonas dab aqueth mesprètz.

Que coneishetz lo men engatjament en favor de la lenga ; que compti dab lo vòste sostien.

Mercés a tots.

http://www.david-grosclaude.com

grosclaude.david@orange.fr

David Grosclaude http://www.david-grosclaude.com

Conseiller régional d’Aquitaine

Délégué aux langues régionales

grosclaude.david@orange.fr Le 27 mai 2015

Chères amies

Chers amis

Assez de mépris pour notre langue !

Les signes de mépris de la part de l’État pour notre langue se succèdent et se multiplient. Avec le dernier en date, l’accumulation me contraint à mener une action pour laquelle je sollicite votre soutien. C’est une action en faveur de la dignité de notre engagement pour la reconnaissance de la langue occitane.

Je m’installe, ce jour, dans le hall de l’Hôtel de Région à Bordeaux et j’y entame une grève de la faim. Je souhaite dénoncer l’absence de suites donnés par les services de l’État un projet voté par l’assemblée régionale d’Aquitaine et par l’assemblée régionale de Midi-Pyrénées en juin 2014. Cela fait bientôt un an !

Ce projet, afin de voir le jour officiellement, ne nécessite que la publication d’un décret au Journal Officiel. Il s’agit de la création de l’Office Public de la Langue Occitane (OPLO) sous la forme d’un Groupement d’Intérêt Public (GIP). Ce sera un organisme interrégional destiné à promouvoir une politique en faveur de la langue occitane, dans plusieurs domaines et résolument tourné vers le développement de la langue. Il s’agit de faire en sorte que le nombre de locuteurs cesse de baisser et qu’il augmente à terme. C’est pour cette raison qu’il est tourné en priorité vers les jeunes générations.

Que des délibérations de deux assemblées régionales soient traitées avec si peu de considération —pour ne pas dire avec du mépris— n’est pas acceptable. Cela ne fait que donner des arguments à tous ceux qui pensent que la politique consiste seulement à faire des promesses que l’on ne tient pas. Que diront-ils alors si les décisions votées ne sont pas mises en oeuvre ?

Quand deux régions décident de mener une politique commune pour promouvoir notre langue, dont on sait qu’elle est menacée, l’État est non seulement aux abonnés absents, mais il bloque. C’est aussi le cas sur d’autres dossiers concernant notre langue.

Ce blocage de l’État central lorsqu’il s’agit de traiter de la question des langues dites régionales est récurrent. Il existe des réticences à chaque fois que cette question des langues est mise en débat. N’est ce pas le cas aujourd’hui avec la réforme du collège ? Que deviendra l’enseignement de l’occitan et en occitan ? Les craintes sont grandes et justifiées de mon point de vue.

J’ai été sollicité en 2013 pour participer aux travaux d’une commission sur la pluralité linguistique, à l’initiative de la ministre de la Culture. Cette commission a auditionné des dizaines de personnes, a travaillé pendant plusieurs semaines, et a nécessité de très nombreuses réunions. Un rapport a été publié, contenant des propositions très concrètes et très facilement applicables ; il n’y a eu aucune suite. Quel gâchis !

Je tiens à souligner qu’en tant qu’élu délégué, j’ai travaillé au projet d’Office Public avec le soutien du président de la Région Aquitaine et avec l’aide entière des services et en parfaite entente avec mon collègue de Midi-Pyrénées.

Alors que le mandat des élus régionaux arrive à son terme j’estime avoir des comptes à rendre. J’assume mes responsabilités d’élu et chacun doit prendre les siennes.

Il existe un blocage et, de mon point de vue, du mépris. J’interpelle l’État et particulièrement ses services centraux. Il faut que cette situation cesse.

Vous connaissez mon engagement en faveur de la langue, je compte sur votre soutien.

Je vous remercie.

David Grosclaude

Encore du mépris toujours du mépris !

Publié le Mis à jour le

Le premier ministre, dont la difficulté à aborder la question des langues dites régionales est connue—bien qu’il en parle une— a nommé hier un nouveau délégué général a la langue française et aux langues de France (DGLFLF). Loïc Depeker est un linguiste spécialiste de terminologie française.

La DGLFLF est un organisme qui a changé de nom il y a quelques années et auquel on a ajouté « Langues de France » à son nom d’origine.

En annonçant sa nomination, le premier ministre a confié à Loïc Depeker une mission qui est la création de l’Agence de la Langue Française. Cet organisme doit permettre de redonner le goût de la langue française et de lutter contre l’illettrisme et l’analphabétisme .

C’est très bien et très noble. Qui pourrait ne pas partager cette ambition ?

Cependant rien n’est dit sur la deuxième partie de la mission de la DGLFLF, à savoir les langues de France. Le nouvel arrivant n’a donc aucune mission qui lui soit affectée en ce domaine. Il aurait été bienvenu de la part du premier ministre de mentionner cet aspect des choses…main non. Un oubli, n’en doutons pas.

036
Dab los mens collègas Guilhèm Latrubesse ( a dreta) e Gustau Aliròl (a l’esquèrra) qu’avem podut tribalhar sus la lenga. Aquitània e Miègjorn-Pirenèus an bastit amassa un projècte d’Ofici Public de la Lenga Occitana e la quasi totalitat de las regions occitanas collabòran regularament sus la lenga. Perqué l’Estat non pren pas en compte aquera volontat comuna ?

Il n’y a qu’un problème et c’est là que le doute m’assaille. Cette nomination a été faite et annoncée par le premier ministre, alors que la DGLFLF est sous la tutelle du ministère de la Culture…

S’agit-il d’une reprise en main ?

Le premier ministre a t-il décidé de recentrer la politique linguistique sur la seule langue française ?

Remise du rapport du comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la pluralité linguistique interne
Remise du rapport du comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la pluralité linguistique interne. C’était il y a bientôt deux ans. La ministre changé …et depuis plus rien! (PhotoDGLFLF)

Si la DGLFLF avait déjà du mal par manque de moyens à travailler pour les « Langues de France », il est clair que la ministre de la Culture vient de se faire subtiliser une partie de ses prérogatives et que le DGLFLF a perdu ses deux dernières lettres… qui au goût de certains ne doivent pas être des lettres de noblesse.

Onze mois d’attente et de mépris

Cela fait onze mois que le Conseil Régional d’Aquitaine a voté à l’unanimité pour la création d’un Office Public de la Langue Occitane qui permettrait aux régions Aquitaine et Midi-Pyrénées de travailler ensemble sur la politique en faveur de la langue occitane. Crér un tel organisme c’est appliquer à l’occitan ce qui existe déjà en Aquitaine pour le basque et en Bretagne pour le breton.

amassada david
Lo projècte d’Ofici Public de la Lenga Occitana que hè partida de las accions divèrsas aviadas sus la question de la lenga per la Region Aquitània. Que comencèm de’u presentar en 2012 au parat de l’Amassada qui ei lo lòc on las institucions e lo monde associatiu se retròban cada an entà har lo bilanç de las avançadas de la politica regionau

L’État, invité à participer à cette structure, n’avait pas souhaité en faire partie. Les élus d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées ont quand même décidé, à l’unanimité, de créer cet organisme. Si l’État ne veut pas s’investir pour le moment rien ne nous empêche de commencer le travail ! ont en quelque sorte dit les conseillers régionaux.

Pourtant l’État est membre (et finance) l’Office Public de la Langue Basque en compagnie de la Région Aquitaine et du départements des Pyrénées-Atlantiques. Une contradiction de plus.

Oui mais…pour créer un organisme interrégional de promotion de la politique en faveur de l’occitan il faut un décret signé par un ministre. Eh oui nous sommes en France. C’est Paris qui contrôle.

Un tel décret devrait être une formalité puisque ce ne sont que quelques lignes au Journal Officiel.

Oui mais…nous sommes en France et la question de l’occitan est une question qui pose problème.

Donc cela fait bientôt un an que deus assemblées régionales, élues démocratiquement, attendent que l’administration centrale veuille bien s’intéresser à la rédaction d’un décret qui ne doit pas être plus long que cinq à dix lignes.

Eh oui ! Nous sommes en France. Il faut veiller à ce que les régions ne prennent pas trop d’initiatives.

Donc pour le moment la réponse de l’État est toujours attendue. Onze mois pour prendre connaissance d’une délibération et publier un décret qui est une formalité ! Voilà qui est un exemple d’efficacité.

A moins … que ce soit une autre manifestation de mépris.

Que du mépris !

Publié le

Voilà ce que nous ressentons .Cette réforme va encore se faire au détriment de l’enseignement de l’occitan et en occitan. je suis un privilégié. J’ai eu droit pour me convaincre à un coup de téléphone personnel du cabinet de la ministre (fort courtois) et à un mail d’explication sur les bienfaits de cette réforme pour l’enseignement de l’occitan.

Qu’il est empêtré dans son discours sur l’école ! Je parle du gouvernement.

Je suis de ceux qui font le métier d’enseigner l’occitan dans un collège. Pas depuis longtemps parce que mon métier de base c’est autre chose. Mais depuis que je suis élu j’ai pris quelques heures d’enseignement de l’occitan dans un collège.

C’est un métier très mal payé; surtout pour ceux qui n’ont que ça et qui sont contractuels. Moi j’ai choisi de travailler en plus de mon mandat d’élu, non pas pour le salaire mais pour garder un contact avec certaines réalités.

Puis il aurait été dommage de laisser des élèves sans professeur d’occitan.

Je les ai quand même laissés hier pour faire la grève. Je ne suis pas sûr d’être d’accord avec toutes les critiques entendues sur la réforme mais je suis convaincu sur un point : le gouvernement s’y prend mal. Et la publication de son décret le lendemain de la grève ? Ce n’est pas très adroit.

J’ai fait la grève parce je suis convaincu que cette réforme va encore se faire au détriment de l’enseignement de l’occitan et en occitan. C’est à chaque fois pareil : dans les cabinets ministériels ils ne prennent jamais en compte les langues dites régionales quand ils commencent à rédiger un texte. Alors il nous faut protester, exiger, manifester pour qu’on ne nous enlève pas ce que l’on a réussi à gagner péniblement. 

Et cette fois-ci la règle a été la même ; la réforme s’est faite sans tenir compte de nos langues, occitan, breton…

Pourtant je suis un privilégié. J’ai eu droit pour me convaincre à un coup de téléphone personnel du cabinet de la ministre (fort courtois) et à un mail d’explication sur les bienfaits de cette réforme pour l’enseignement de l’occitan. Ce n’était pas le modeste professeur d’occitan que l’on appelait, mais l’élu membre du Partit Occitan qui venait de communiquer sur cette réforme en disant qu’elle était mauvaise.

C’était bien tenté, mais les explications n’étaient pas convaincantes parce qu’il n’y avait rien sur la question de la mise en concurrence des heures d’occitan avec celles des autres langues vivantes. Quant au fait que l’occitan pourrait trouver sa place dans la mise en place d’enseignements interdisciplinaires c’était plus que léger. Tout cela ne me convainc pas. La plupart des enseignants d’occitan, plus habitués que moi au fonctionnement quotidien de l’institution, sont eux aussi convaincus que cette réforme est faite avec un mépris total pour ce que nous représentons. Le 6 juin il y aura une manifestation sur ce sujet à Périgueux. Il en faut d’autres.

Du mépris : voilà ce que je ressens de la part de l’État central. Et je ne suis pas le seul. Ce mot je l’entends de plus en plus. Alors que le dialogue s’est instauré de façon positive et constructive avec des recteurs autours des conventions entre régions et État ( là c’est le conseiller régional qui parle), on sent que l’administration centrale méprise souverainement tout cela. Pourtant du travail a été fait grâce à un dialogue sur le terrain, grâce à une compréhension mutuelle des problèmes.

Ainsi le rectorat de Bordeaux (je parle de ce que je connais mais c’est aussi le cas à Toulouse me semble-t-il) fait un effort pour qu’il y ait plus de postes offerts au concours d’enseignement bilingue. Dans le même temps j’ai impulsé la création de bourses octroyées par la Région Aquitaine (Ensenhar) afin d’encourager les étudiants à passer le concours de professeur des écoles bilingues. De la même façon nous travaillons avec le rectorat et les départements à l’ouverture de nouveaux sites bilingues chaque année. Il devrait y en avoir cinq nouveaux à la rentrée 2015.

Nous travaillons sur la formation des maîtres, sur le renforcement de l’occitan au lycée… Oui mais dans les ministères on ne semble rien voir de tout cela.

Il y a du mépris, pas seulement de la désinvolture ou de la mauvaise information.

D’autres exemples ? Vous en connaissez tous. Je vous livre les miens.

En 2013 j’ai participé avec neuf autres personnes (des parlementaires, des experts, des universitaires) au travail d’un comité consultatif chargé de remettre des propositions sur le thème : « Redéfinir une politique publique en faveur des langues régionale et de la pluralité linguistique interne ». Le travail a été sérieux. Il a été possible d’auditionner plus de soixante personnes sur tous les sujets relatifs au thème choisi par la ministre de la Culture. Les propositions formulées sont concrètes, économiques, simples et plus que réalistes.

Mais aucun résultat n’a été enregistré à ce jour mis à part un petit fascicule publié par la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France) où sont répertoriés les divers textes relatifs aux langues de France. Mais pour ce qui est de mesures visant à développer les langues minorisées : rien !

Pourtant ce rapport a coûté de nombreuses réunions à Paris pendant quatre mois. Il a fallu payer des déplacements, mobiliser des personnels ; bref ça a coûté de l’argent…pour rien.

Vouloir nous faire patienter avec du vent, j’appelle cela du mépris. D’autant plus que cette commission a travaillé parce que la promesse de ratifier la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires s’évanouissait. Il devait s’agir de faire des propositions pour compenser cette promesse non tenue.

Certes, je ne suis pas naïf. Je sais que les promesses sont faciles à faire. Cependant si les tenants du cynisme qui consiste à dire que « c’est toujours comme ça », « que les rapports ne servent à rien » réfléchissent un peu, ils verront que ce cynisme pourrait demain se transformer en catastrophe.

Il ne fait qu’alimenter les argumentaires de ceux qui nous préparent des lendemains noirs et qui dénigrent la démocratie.

De la même façon, quand l’État se refuse à publier un décret permettant la création de l’Office Public de la Langue Occitane, il s’agit d’un double mépris. Tout d’abord il méprise le vote unanime de deux assemblées régionales (Aquitaine et Midi-Pyrénées) qui ont approuvé la création de cet Office Public. Deuxièmement il marque une fois de plus le mépris pour le travail d’élus qui souhaitent œuvrer en faveur de l’occitan.

Je ne m’étends pas sur l’estime que peuvent avoir certains cabinets ministériels pour les décisions prises par des élus régionaux. Cela explique comment on en est arrivé à la réforme que nous allons voir bientôt appliquée : ne rien changer en faisant semblant de changer tout, en expliquant que tous les problèmes sont de la faute des collectivités.

Je suis convaincu dans cette affaire que le mépris pour l’occitan est bien présent. Mais il y aussi un peu de crainte. La Corse est une île et le Pays Basque c’est en bas à droite. Et je m’empresse de dire que basques et corses ne sont pas traités non plus avec la dignité qu’il convient dans une démocratie concernant leur langue.

Mais l’occitan, c’est trop grand. Et les bonnes vieilles idées réactionnaires concernant cette diversité de langues qui pourrait menacer la République ne sont pas mortes. Il semble bien que l’on ait oublié à gauche de relire Jaurès sur ce sujet et qu’à droite on ait un peu trop envie de faire plaisir à des gens plus à droite encore.

Oui, voilà ce que je ressens aujourd’hui : du mépris. Et quand il est combiné à de l’arrogance c’est encore plus inquiétant pour l’avenir de la démocratie.

La Region Aquitaine et la signalétique bilingue des gares

Publié le

Quelques personnes contestent le fait que l’on mette des panneaux bilingues dans les gares d’Aquitaine. C’est le cas a Coarrasa de Nai / Coarraze Nay. Quelques opposants disent que NAI n’est pas la langue du territoire. C’est faux, et c’est aussi et surtout dans cette graphie que les enfants de l’école bilingue de Coarraze/ Coarrasa apprenent à écrire (comme d’ailleurs ceux de toutes les écoles bilingues et de toutes les calandretas).

Que voulez vous, je ne peux m’empêcher de penser que l’avenir de la langue est assuré par ceux qui ont aujourd’hui moins de vingt ans ! Quant au reste tout est dit dans le communiqué de presse que je publie ici. Il reste, à chacun de vous, à envoyer un petit mot à la rédaction du journal La République des Pyrénées, pour dire que vous êtes de ceux qui s’intéressent à l’avenir de l’occitan et que vous approuvez ces panneaux bilingues.

gara de Coarrasa de Nai

La Région Aquitaine a en charge les gares TER et a décidé d’écrire les noms des communes dans la langue du territoire ; donc pour le Béarn, l’occitan du Béarn ou pour ceux qui préfèrent, le béarnais. Ecrire que le nom de la gare a été “ remis en béarnais  » lors d’une manifestation est un non-sens. Coarrasa de Nai c’est du Béarnais.
La Region Aquitaine a fait appel aux meilleurs spécialistes de la langue afin de définir la graphie des noms de lieux du territoire régional. Pour des raisons linguistiques et historiques c’est la graphie NAI qui a été choisie dans le cas qui nous intéresse.
Un élu comme moi n’est pas un linguiste. Des élus, à l’heure de prendre une décision, dans quelque domaine que ce soit, s’entourent des compétences nécessaires. Nous l’avons fait.
Je rappelle aussi que l’argument qui consiste à prétendre que l’on ne respecterait pas la  » langue béarnaise » est nul et non avenu. La Région a participé à la mise en place, en relation avec le département et l’Education Nationale, de nombreuses écoles bilingues, comme c’est la cas à Coarrasa de Nai/ Coarraze-Nay. Et dans ces écoles on y enseigne la graphie qui a été choisie par la Région afin d’écrire les panneaux des gares. Les enfants qui apprennent notre langue la respectent et assurent son avenir. Et l’avenir de la langue est notre souci premier. Mettre en place une signalétique bilingue, c’est montrer à ces jeunes que la langue qu’ils apprennent à l’école est digne de considération dans les lieux publics.