Evo Morales le président bolivien en Béarn/ Ua politica per la vita e la diversitat.

Publié le

morales_evo
Evo Morales que viengó a Pau en 2002. Qu’èra lavetz sonque president deus « cocaleros ». Adara que torna com president de la Republica boliviana. Qu’ei lo prumèr president d’America latina gessit d’un pòble indigèna. Qu’ei Aimara.

Evo Morales en Bearn : Be saberàn espiar los nostes governants çò qu’a hèit !

Evo Morales en Béarn : nos gouvernants pourraient s’en inspirer.

Lo president de la Republica de Bolivia, Evo Morales, que serà en Bearn aqueste dissabte 7 de noveme. Qu’anarèi participar a la soa recepcion a l’Universitat de Pau e a Emmaüs de Lescar. Que devem saludar la preséncia d’aqueth òmi qui ei lo prumèr president d’un Estat d’America deu Sud gessit d’un pòble indigèna.

Que cau saludar sustot lo son tribalh e lo son engatjament a mantuns nivèus.

Prumèr qu’a decidit de miar ua politica entà dar a tot cadun en lo son país lo dret de dispausar de las ressorças de basa entà víver : energia, alimentacion, aiga…

Evo Morales qu’a tanben aviat ua politica de proteccion de la biodiversitat e de tot çò qui hè la vita deu noste planeta.

Desempuish la soa eleccion, la constitucion de l’Estat plurinacionau de Bolivia reconeish lo dret a l’autonomia deus territòris e assegura la reconeishença oficiau de totas las lengas parladas suu territòri de l’Estat.

Nosautes qui vivem ua abséncia de vertadèra regionalizacion e qui vienem de véder lo Senat arrefusar un tèxte basic com la Carta europèa de las lengas, que podem saunejar que los nostes governants seràn capables d’espiar com un exemple çò qui’s hè en Bolivia en aqueths domènis.

Non i a pas nat paradís sus tèrra ni nat òmi providenciau segur, mes quan i a avançadas, que las cau saludar.

Le président de la République de Bolivie, Evo Morales, sera en Béarn ce samedi. Il sera fait docteur Honoris Causa de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et rendra visite à Emmaüs Lescar.

On ne peut que saluer la venue du chef de l’Etat plurinational de Bolivie et ceci à plusieurs titres.

D’abord il est le premier chef d’Etat d’Amérique latine issu d’un des peuples indigènes. Son élection fut un événement pour le continent américain. Deuxièmement il a mené une politique qui commence à porter ses fruits notamment dans le domaine de l’accès pour tous aux services indispensables à une vie digne (eau, énergie, alimentation…).

Le président Morales a mis dans ses priorités la protection de la biodiversité et de tout ce qui fait la vie sur notre planète.

L’État bolivien s’est aussi doté d’une constitution qui reconnait la diversité linguistique et culturelle du pays. Toutes les langues du territoire sont considérées comme officielles et voient leurs droits reconnus, même quand elles ont parlées par très peu de gens.

Enfin, la volonté de faire de la Bolivie un État décentralisé où les territoires disposent de larges pouvoirs et d’une large autonomie, mérite d’être saluée.

Pour cette raison il me semble que, au sortir d’une régionalisation bâclée et au lendemain du refus par le Sénat de ratifier un texte aussi basique que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, certains de nos dirigeants devraient s’inspirer de ce qui se fait en Bolivie sur ces sujets.

Il n’y a pas de paradis sur terre ni d’homme providentiel mais il y a des progrès et des exemples à saluer.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s