Voulez vous tuer cette espérance d’Europe qui est en nous ? / E voletz tuar aquera esperança d’Euròpa qui avem au còr ?

Publié le Mis à jour le

Voulez vous tuer cette espérance d’Europe qui est en nous  ?

 ARTICLE BILINGUE Avui portada

Je vous écris de Barcelone. Mais où suis-je ? En République de Catalogne ? Dans le royaume d’Espagne ? Je suis en Europe c’est certain mais l’Union européenne vient de lâcher les catalans.

Que v’escrivi de Barcelona. Mes on soi ? En Republica de Catalonha, au Reiaume d’Espanha ? Taus uns que soi suu territòri de l’ua, taus autes que soi suu territòri de l’aute. Que soi en Euròpa, aquò segur ! Mes l’Union Europèa que vien d’abandonar los catalans.

 

La déclaration et le vote d’hier par le parlement de Catalogne est avant tout l’annonce de la création « de la République de Catalogne », une République nouvelle dans le cadre de l’Union européenne. L’idée républicaine va au-delà de celle de l’État-nation et nous devrions nous réjouir qu’elle se développe en Europe. Pour autant les chefs d’États de l’Union ont réagi comme s’il s’agissait d’une agression contre l’Europe. Ils n’ont fait que réagir comme un club très fermé qui défend l’un des leurs.

Je remarque que le soutien de Macron est allé à Mariano Rajoy et non pas au peuple espagnol, ce qui aurait été peut-être plus intelligent ou pour le moins plus logique. S’il voulait donner son soutien à une personne c’est au chef de l’État qu’il devait donner son soutien, c’est à dire au roi, à son équivalent en Espagne. Pour un président de la République ce n’était peut-être pas convenable. Mais l’ordre constitutionnel espagnol le veut ainsi, c’est le roi qui est l’équivalent du président de la République.

 

Je remarque que Junker, président de la Commission européenne consteste la déclaration d’indépendance en disant que l’Europe serait ingouvernable s’il y avait une multiplication d’États. Voilà un argument bien étrange de la part de celui qui a été le premier ministre d’un État qui occupe une place à part entière dans l’Union européenne et qui représente, avec ses 600 000 habitants, moins de 10% de la population de Catalogne. Je ne pense pourtant pas que le critère du nombre d’habitants soit le plus pertinent pour juger de la légitimité de la place de tel ou tel en Europe mais si l’on appliquait le raisonnement de Junker il ne resterait plus qu’à lui demander de fondre le Grand Duché dans un ensemble plus grand. Cela simplifierait ainsi le fonctionnement de l’Union.

D’autre part, lâcher —parce que c’est le mot— des millions de citoyens européens confrontés à un conflit avec le pouvoir central d’un État, n’est certainement pas la voie la plus efficace pour faire l’Europe des citoyens. Ce n’est certainement pas cela qui intéresse Junker, Macron et d’autres.

Lâcher les catalans alors que le pouvoir central a eu l’idée de mettre au pas les médias publics catalans, même s’il semble y renoncer pour le moment, prouve que les chefs d’États européens préfèrent laisser se développer dans l’Union une idéologie inspirée de la politique du voisin turc qui, lui, gouverne en mettant en prison les journalistes. Comment peut-on accepter que cette idée germe dans la tête d’un dirigeant européen sans rien trouver à y redire ?

Voulez vous tuer l’Europe en fermant la voie à une autre organisation de l’Union ?

Car, à ce jour, on ne voit rien poindre qui puisse permettre la relance de cette Union européenne. Et si la voie d’une Europe fédérale était la bonne ? Et si une Europe fédérale, respectueuse de ses territoires était la solution ? Et s’il fallait un Sénat européen dans lequel on retrouverait à la fois des représentants des États mais aussi des régions européennes ? Si ce Sénat disposait de pouvoirs aux côtés de l’indispensable Parlement européen enfin doté de pouvoirs décisifs comme cela doit être le cas dans toute démocratie ?

Ce serait une Europe ingouvernable disent ils ! Mais les Etats-Unis sont ils ingouvernables ? Mais l’actuelle Europe la gouvernent-ils ? Ou plutôt qui tente de la gouverner à la façon d’un club d’États dont les plus petits ne sont pas plus considérés que ne le sont les revendications du peuple catalan ?

Ce peuple, par la voix de son gouvernement élu démocratiquement, dans un message adressé aux européens par le président Puigdemont a lancé un appel. On ne lui répond que par le mépris et en lui disant qu’il restera seul face à un gouvernement central qui fera ce qu’il voudra, qui pourra faire respecter un ordre constitutionnel qui n’est basé que sur l’idée, le dogme, que l’unité de l’État espagnol est au dessus de toute demande même démocratiquement exprimée.

Voulez-vous tuer l’Europe ?J’en ai peur et je crains que vous préfériez empêcher son évolution parce que vous êtes restés bloqués sur l’idée que l’État-nation était la seule voie possible. Mais le monde change.

Je ne sais s’il faut y voir une ironie de l’Histoire quand E.Macron reitère son soutien à Rajoy depuis la Guyane ? Quand on voit et quand on entend comment l’État est jugé « méprisant » par certains habitants de la Guyane nous pouvons mesurer la distance qu’il y a entre l’Europe et ses citoyens, périphériques, ou pas.

Je viens de rentrer sur le territoire de Catalogne à l’heure où j’écris ces lignes. Mais ou suis-je ? En République de Catalogne qui a été proclamée hier au soir par un Parlement élu par le peuple de Catalogne ou dans le Royaume d’Espagne qui vient de décider de dissoudre ce parlement et de liquider le gouvernement catalan ?

Pour les uns je suis sur le territoire de l’une et pour d’autres sur le territoire de l’autre ; mais ce qui est certain c’est que je suis en Europe, chez mes voisins qui parlent une langue proche de la mienne, chez mes voisins qui ont fait preuve d’une maturité politique qui devrait servir d’exemple à l’Union européenne. Et pourtant l’Europe se tait, se plie, les lâche. Voulez vous vraiment tuer cette envie d’Europe qui est en nous ?

 

 

E voletz tuar aquera esperança d’Euròpa qui avem au còr ?

Que v’escrivi de Barcelona. Mes on soi ? En Republica de Catalonha, au Reiaume d’Espanha ? Taus uns que soi suu territòri de l’ua, taus autes que soi suu territòri de l’aute. Que soi en Euròpa, aquò segur ! Mes l’Union Europèa que vien d’abandonar los catalans.

 

La declaracion e lo vòte de ger peu Parlament de Catalonha qu’ei prumèr l’anóncia de la creacion de « la Republica de Catalonha », ua Republica navèra en l’encastre de l’Union europèa. L’idea republicana que va au-delà de la d’Estat-nacion e que’ns deverem arregaudir que se desvolopèsse en Euròpa. Per autant los caps d’Estats de l’Union qu’an reagit com s’estosse ua agression contra l’Euròpa. Qu’an avut lo reflèxe de protegir un sòci d’un club barrat.
Qu’arremarqui lo sostien de E. Macron qu’anè a Mariano Rajoy. Paradòxa ! En la soa logica qu’averé devut sostiéner lo pòble espanhòu, o alavetz lo rei, lo cap de l’Estat d’un punt de vista constitucionau, qui ei lo son vertadèr equivalent. Mes un president de la Republica qui sostien un rei no’s hè lhèu pas ?

Qu’arremarqui que Junker considèra l’Euròpa non seré pas de bon governar i avosse ua multiplicacion d’Estats. Estranh qu’ei, de la part d’un òmi qui estó prumèr ministre d’un Estat qui dab los sons 600 000 poblants representa mensh deu 10% de la populacion catalana. Non pensi pas que lo critèri numeric sia lo bon entà jutjar de la plaça de tau o tau en l’Union europèa. Mes en la logica de Junker, perqué non pas fusionar lo Gran Ducat en ua entitat mei grana entà facilitar la governabilitat de l’UE ?

D’ua aute costat, abandonar — qu’ei lo mot— milions de ciutadans europèus acarats a un conflicte dab lo poder centrau d’un Estat n’ei pas de segur la via mei eficaça entà har l’Euròpa deus ciutadans. Mes n’ei pas, solide, çò qui interèssa Junker, Macron e d’autes mei.

Abandonar los catalans mentre que lo poder centrau avó l’idea de méter au pas los mèdias publics catalans, quitament se la sembla estremar peu moment, pròva que los caps d’Estats europèus que s’estiman mei deishar desvolopà’s en Euròpa ua ideologia inspirada de la politica deu vesin turc qui, eth, e govèrna en hicar a la preson los jornalistas. Quin pòden acceptar qu’ua tau idea agi espelit hens lo cap d’un responsable europèu shens gausar díser arren ?

E voletz tuar l’Euròpa en barrar lo camin a ua organizacion diferenta de l’Union ? Pr’amor au dia de uei non vedem pas a puntejar arren qui posca perméter de tornar aviar aquera Union europèa.

La via federau estosse la bona ? Ua Euròpa federau respectuosa deus territòris estosse la solucion ? Estosse necessària la creacion d’un Senat europèu on se trobarén a l’encòp representants deus Estats e de las regions europèas ? Aqueth Senat e dispausèsse de poders a costat de l’indispensable Parlament europèu enfin dotat de poder decisius com aquò e deu estar en tota democracia ?

Que seré ua Euròpa ingovernabla, çò disen ! Mes, los Estats-Units e son ingovernables ? Mes e la govèrnan l’Euròpa de uei ? O meilèu la question qu’ei : quí essaja de la governar a la faiçon d’un club d’Estats de qui los mei petits non son pas mei considerats que son consideradas las reivindicacions deu pòble catalan ?

Aqueth pòble, per la votz deu son govèrn democraticament elegit, en un messatge lançat peu president Puigdemont, qu’a demandat ajuda aus europèus. No’u responen pas o alavetz sonque dab mesprètz en disent que’u deishan sol fàcia a un govèrn centrau qui harà çò que volha, qui poderà har arrespectar un ordi constitucionau bastit sonque sus l’idea, lo dògma, que l’unitat de l’Estat espanhòl ei au dessús de tota demanda, quitament democraticament exprimida.

 

E voletz tuar l’Euròpa ?

Que m’ac sembla, o meilèu qu’èi paur que v’estimetz mei d’empachar la soa evolucion pr’amor qu’ètz demorats blocats sus l’idea que l’Estat-nacion ei la sola via possibla. Mes lo monde que càmbia.

Non sabi pas se i cau véder ua ironia de l’Istòria quan Macron e torna dar lo son sostien a Rajoy de Guaiana estant ? Quan vedem e audim quin l’Estat ei jutjat « mespresant » per uns habitants de de Guaiana que podem pagerar la distància que i a enter l’Euròpa e los son ciutadans, periferics o pas.

Qu’acabi d’entrar suu territòri de Catalonha au moment d’escríver aquestas linhas. Mes on soi ? En Republica de Catalonha o au Reiaume d’Espanha qui acaba de decidir la dissolucion deu parlament e deu Govèrn de Catalonha ?

Taus uns que soi suu territòri de l’ua, taus autes que soi suu territòri de l’aute ; mes çò de segur qu’ei que soi en Euròpa, ençò deus vesins, qui parlan ua lenga sòr de la mea, qui an hèit la mustra d’ua maturitat politica qui deveré servir d’exemple a l’Union europèa. E totun l’Euròpa que plega, que’us abandona. E voletz vertadèrament tuar aquera esperança d’Euròpa qui avem au còr ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s