« Los mots e lo baston » «Les mots et le bâton » Perqué l’èi escrivut ? / Pourquoi l’avoir écrit ?

Publié le

2 Libes« Los mots e lo baston »   «Les mots et le bâton »

Perqué l’èi escrivut ? / Pourquoi l’avoir écrit ?

Un extrèit deu prumèr capítol.

Un extrait du premier chapitre (voir plus bas)

Lo libe en version occitana que’s pòt COMANDAR EN LINHA :

http://lasetmana.fr/index.php/oc/oc-boutique/product/185-%C2%AB-los-mots-e-lo-baston-%C2%BB

Le livre en version française peut se COMMANDER EN LIGNE :

http://lasetmana.fr/index.php/oc/oc-boutique/product/186-%C2%AB-les-mots-et-le-baton-%C2%BB

 

Un extrèit deu prumèr capítol.

Un extrait du premier chapitre (voir plus bas)

Arradics ?

Non combati pas per las meas arradics, ni per las tradicions familiaus. Non soi pas un militant de la lenga deus mens ajòus. No’m senteishi pas enrasigat mei qu’un aute (…) Se d’estar enrasigat qu’ei defénder principis universaus a l’endret on nos trobam, alavetz òc, que soi enrasigat. Qu’averí podut plantar las meas arradics endacòm mei qu’en país de Bearn, territòri de l’estrem de l’espaci occitan.

Los qui’m coneishen un pauc, que saben que soi un militant occitanista. E, a un militant occitanista, quan los qui an quauques prejutjats e’u hèn lo portrèit e que’u vòlen totun colorar positivament, que s’amanejan d’ajustar, com qui s’excusa : « que defen ua lenga regionau mes qu’ei ubèrt e virat cap a çò universau ». Que devem trop sovent justificar la nosta capacitat a víver l’universalitat, suspectats qui èm, a priori, de comunautarisme !

Miguel Torga, l’autor portugués que ns’a deishat lo famós « Çò universau qu’ei çò locau shens las parets ! » (O universal é o local sem as paredes).

Los qui basteishen parets son los qui arrefusan que la cultura de l’aute sia autant universau com la lor. A partir d’aquí, neish l’injustícia (…)Lo combat qui partatgi dab d’autas personas, pro nombrosas, qu’ei un combat universau, solide. En favor d’ua lenga qui ei la lenga occitana mes qui’n seré poduda estar ua auta, estossi arribat en un aute territòri. Que n’èi hèit un combat politic. Qui poderé contestar qu’ua lenga, donc un mejan de comunicar enter los òmis, un mejan tà transméter ideas, non seré pas un objècte politic ?

Non soi pas, per principi, un defensor de totas las tradicions. Que n’i a de bonas, segur. Que n’i a d’autas qui cau saber superar, cambiar, transformar o abandonar. Per aquesta rason, quan m’opausan la « tradicion republicana » entà justificar l’impossibilitat entà la França d’assumir la soa diversitat lingüistica, que me n’arridi. La tradicion republicana que suportè pendent mei d’un sègle, per exemple, que las hemnas — la mitat de la populacion— n’avossen pas lo dret de votar. Hasom plan de non pas acceptar que contunhèsse aquera tradicion que la Republica justificava ? Que’m sembla que òc ! (…)

Que soi un militant occitanista politic. De l’idea que cau defénder la diversitat culturau e lingüistica que n’èi tirat la conviccion que calèva defénder la diversitat biologica ; o lhèu qu’èi hèit lo camin contrari, o benlhèu los dus en medish temps. Aquò-rai ! Que’m sembla que se vòli lutar contra l’escaloriment climatic e las destruccions ecologicas qui’n son la consequéncia, que devi tanben lutar contra l’uniformizacion destructora de la diversitat umana, qui ei çò qu’apèri : l’en.hrediment culturau (…)

Que’m cau tanben dar uns explics suu títol d’aqueste libe. Que parteish d’ua frasa qui escrivoi un dia sus un baston de boish qui avèvi talhat entà caminar peus sendèrs de montanha ; un present tà l’un deus mens hilhs.

Suu baston que i avèvi escriut aquerò : « que cau un baston entà caminar e los mots entà convéncer ». Lo mainatge que m’interroguè sus aquera frasa qui’u semblava enigmatica. La mea prumèra responsa qu’estó de’u díser que’s calèva menshidar de’us qui pensan que vau mei aver un baston entà convéncer e mots entà’s passejar o entà passejar los autes(…) Uei, los dus elements que’m semblan resumir la question de la politica lingüistica a saber que los mots son estats sovent combatuts dab lo baston. Los mots que hèn páur e que i a monde qui, fàcia a eths, son capables de sortir lo baston, e sonque (…) Que m’arriba sovent de citar Rafael Alberti e lo son poèma « Nocturno » ; que revèrta plan çò qui arriba quan tuan las paraulas a còps de baston. Lo darrèr vèrs qu’ei : « Siento esta noche heridas de muerte las palabras* ». Que sabi en quinas circonstàncias tragicas estó escriut aqueth poèma desesperat ; mes no’m pòdi pas empachar de i véder aquera vertat universau qui’ns ditz que la violéncia e l’intolerància son las armas d’aqueths qui n’an pas los mots e qui s’acontentan deu baston. E totun l’evolucion que voleré que los òmis estossen mei armats dab mots meilèu que dab bastons. Aquestes que deverén servir sonque tà caminar.

 

* Que las senteishi aquesta nueit nafradas a mort las paraulas

 

Enraciné ?

Je ne combats pas pour mes racines ni pour des traditions familiales. Je ne suis pas un militant de la langue de mes ancêtres. Je ne me sens pas plus enraciné qu’un autre (…)Si être enraciné c’est défendre des principes universels à l’endroit où l’on se trouve, alors je suis enraciné. J’aurais pu planter ces racines ailleurs qu’en pays de Béarn, territoire des confins de l’espace occitan.

Ceux qui me connaissent un peu savent que je suis un militant occitaniste. Et quand on fait le portrait d’un militant occitaniste et que l’on veut le colorer de façon positive on se dépêche d’ajouter parfois, comme pour s’excuser : « il défend une langue régionale, mais il est ouvert et tourné vers ce qui est universel ». C’est la phrase qui tue. Nous devons toujours justifier notre capacité à vivre l’universalité, puisque nous sommes a priori suspectés de communautarisme !

Miguel Torga, l’auteur portugais nous a laissé le fameux : « l’universel c’est le local sans les murs ! » [O universal é o local sem as paredes].

Ceux qui bâtissent des murs sont ceux qui refusent que la culture de l’autre soit aussi universelle que la leur. À partir de ce moment naît l’injustice (…) Le combat que je partage avec d’autres, assez nombreux, est un combat universel ; en faveur d’une langue qui est la langue occitane, mais qui aurait pu en être une autre si j’étais arrivé dans un autre territoire (…) J’en ai fait un combat politique. Qui pourrait contester l’idée qu’une langue, donc un moyen de communiquer entre les hommes, de transmettre des idées, ne serait pas un objet politique ?

Je ne suis pas, par principe, un défenseur de toutes les traditions. Il y en a certes de bonnes. Il y en a d’autres qu’il faut dépasser, changer, transformer ou même abandonner. Pour cette raison, quand on m’oppose la « tradition républicaine » pour justifier l’impossibilité pour la France d’assumer sa diversité linguistique, je souris. La tradition républicaine a supporté pendant plus d’un siècle, par exemple, que les femmes — la moitié de la population — n’aient pas le droit de vote. Avons-nous bien fait de ne pas accepter que se perpétue cette tradition que la République justifiait ? Il me semble que oui ! (…)

Je suis un militant occitaniste politique. De l’idée qu’il faut défendre la diversité linguistique et culturelle, j’en ai tiré la conviction qu’il fallait défendre la diversité biologique ; peut-être ai-je fait le chemin contraire ou peut-être étaient-ce des chemins parallèles ? Peu importe ! Il me semble que si nous voulons lutter contre le changement climatique et les destructions écologiques qui en sont la conséquence, il faut aussi lutter contre l’uniformisation destructrice de la diversité humaine, qui est ce que j’appelle le « refroidissement culturel » (…)Il faut aussi que je donne quelques explications sur le titre de ce livre. Il part d’une phrase que j’ai gravée un jour sur un bâton de buis. Je l’avais taillé pour se promener dans les sentiers de montagne ; un cadeau pour l’un de mes fils. Sur ce bâton j’avais écrit ceci : « Un baston entà caminar e los mots tà convéncer » [un bâton pour cheminer et les mots pour convaincre]. Mon fils m’interrogea sur cette phrase qui lui semblait énigmatique. Ma première réponse fut de lui dire qu’il fallait se méfier de ceux qui pensent qu’il vaut mieux avoir un bâton pour convaincre et des mots pour se promener, ou pour promener les autres (…)Aujourd’hui les deux éléments me semblent bien résumer la question de la politique linguistique à savoir que les mots ont été souvent combattus par le bâton. Les mots font peur et il existe des gens qui, face à eux, ne savent que sortir le bâton.

Il m’arrive souvent de citer Rafael Alberti et son poème « Nocturno » qui reflète bien ce qui arrive quand on tue les mots à coup de bâton. Le dernier vers dit : « Siento esta noche heridas de muerte las palabras* ». Je sais en quelles circonstances tragiques fut écrit ce poème désespéré. Je ne peux m’empêcher d’y voir qu’il nous dit que la violence et l’intolérance sont les armes de ceux qui n’ont pas les mots et qui se contentent du bâton. Et pourtant l’évolution voudrait que les hommes soient un peu plus armés de mots que d’un bâton. Ce dernier ne devrait servir que pour marcher.

 

* Je les sens ce soir, blessés à mort, les mots.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s