Vous avez dit voiture « propre » ? Oh ! le gros mensonge !

Publié le Mis à jour le

La voiture « propre » n’existe pas, pas plus que le train « propre » ou le vélo « propre ». Laisser croire que l’humanité toute entière roulera en voiture électrique est un mensonge. Remplacer la guerre du pétrole par celle du lithium ou des terres rares ne réduira pas les dégâts écologiques, économiques et humains.

Transpòrt 4

 

La première des choses est de faire en sorte que les emplois des personnes travaillant dans le secteur automobile, directement ou indirectement, soient l’objet de notre attention. Il serait injuste que la crise soit payée une fois de plus par ceux qui travaillent et ont fait la richesse de ceux qui les jettent aujourd’hui à la rue.

Ce secteur va payer la crise, cette crise du Covid 19, mais aussi celle qui nous touche depuis des années à savoir la crise écologique. Cette dernière interrogeait déjà fortement le modèle automobile, l’autre vient comme un choc frontal.

L’État lance un plan de relance et de soutien à l’automobile. On met à la poubelle les envolées sur le monde d’avant et le monde d’après. On nous explique que l’on aura des voitures propres. Propres ? Parce qu’elles fonctionnent à l’électricité ? Avec des batteries au lithium ? Des batteries que l’on fabrique loin de chez nous, qui sont le produit de l’exploitation de mines dont la plupart sont en Chine, au Chili, en Australie et pour certaines dans des zones écologiquement hypersensibles ? Avec des batteries que l’on aura du mal à recycler ? Avec de l’électricité nucléaire ?

Oui, on utilisera l’hydrogène. Oui, il y aura des progrès avec des batteries au sodium, des lithium-soufre, des batteries au magnésium. Dans combien de temps ? Pas demain matin c’est sûr. Croit-on pour autant sauver le modèle né de l’automobile à tout-va ?

IMGP7679

C’est une voie sans issue. Ce qu’il faut c’est la diversification. Réduire le gazole et l’essence, certes, mais tout miser sur l’électrique est impossible. Impossible écologiquement, économiquement, techniquement et même socialement. Alors on peut toujours donner des primes pour vider les stocks, encourager à la marge la voiture électrique, mais cela ne changera pas la donne générale. Il n’y aura pas la place sur la planète pour des voitures individuelles pour tous. Ou alors il faut se résigner à garder hors du développement des milliards de femmes et d’hommes et se préparer à un monde dégradé, écologiquement, économiquement, socialement voire militairement.

Si nous passons de la guerre du pétrole à celle du lithium et des terres rares qu’aurons nous gagné ? Sans compter qu’il faudra gérer la guerre de l’eau potable et autres batailles ; celle de l’air, de l’alimentation de base.

Nous avons inventé le concept de mobilité pour ne plus utiliser le mot de transport. Était-il vulgaire ? On a juste changé le paquet, l’emballage. Le problème reste le même. La mobilité à tout prix n’est pas une vertu. Nous devons alléger la circulation routière, aérer nos villes, permettre à ceux qui vivent hors des villes de se passer au maximum de la voiture.

Un ministre de l’économie, Bruno le Maire, déclarait il y a peu : « j’adore la voiture, j’adore conduire ; la voiture c’est la liberté ; elle appartient à la culture française, la voiture c’est la France ; en URSS, il n’y avait pas de voiture car il n’y avait pas de liberté ». Faut-il commenter cette phrase ? C’est donc le goulag ou la voiture ! Quel simplisme. Il ajoutait pour faire bonne mesure : « La liberté automobile doit être garantie dans le respect de la planète ». La liberté automobile ! Et à quand un chantre de la liberté trottinette ? Non, ni la voiture, ni le train, ni l’avion, ni le vélo ne sont des garanties de liberté. Confondre la Liberté avec un grand « L » avec la possibilité de circuler est une caricature.

Trin 2

Nous devons créer de vrais réseaux de transport ferroviaire pour les humains et les marchandises. Nous devons rétablir, réhabiliter des lignes abandonnées et en construire de nouvelles. Il faut remettre du chemin de fer de proximité sur nos cartes de géographie. Et il n’est pas nécessaire d’aller à 280 km/h. Des trains sûrs, réguliers, confortables, et des réseaux biens interconnectés suffiront. On sait faire. Alors faisons ! La technologie est éprouvée, l’intérêt écologique est prouvé.

Concrètement ? Regardez les lignes de tram qui existaient en Béarn il y a un siècle. Il y en avait beaucoup. On voit encore certaines gares rurales qui ont perdu leur vocation première. Construisons aussi de nouvelles lignes. Tiens pourquoi pas une Artix-Oloron qui relierait Bordeaux à Saragosse sans passer par Pau ? Pourquoi s’acharner à faire passer les train Paris -Tarbes à Pau alors qu’une ligne existe passant par Riscle et rejoignant Mont-de-Marsan ? Et l’on pourrait citer d’autres exemples.

Il y a dans le bulletin de la Fédération Nationale des Usagers des Transports une phrase qui résume le problème français : « Le réseau ferré forme un tout qui doit mailler l’ensemble du territoire : les petites lignes ne sont ‘’ petites’’ que vues depuis un bureau parisien ».

Trin 5

Il ne s’agit pas de sacrifier la voiture individuelle au nom d’une idéologie mais simplement de dire que cet outil doit désormais être utilisé parmi d’autres outils. Pas de sacrifice mais pas de culte non plus. Il n’existe pas de voiture propre, pas de bateau propre, pas de train propre, pas de vélo propre ! C’est un abus de langage. Et en cette période se payer de mots serait indécent. Chaque activité humaine est productrice de nuisances. Nous avons les outils pour les réduire au maximum ; nous devons les utiliser et ne pas nous enfermer dans la réflexion à court terme.

Certes, la crise sanitaire semblait, pour certains, devoir accélerer la prise de conscience qu’il fallait changer de façon de vivre. Alors repartir avec les recettes d’avant et ces plans de relance qui contredisent l’avenir, c’est vraiment être en dessous de tous les espoirs, même des plus réalistes ou des plus pessimistes.

David Grosclaude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s