actualitat

Expo universelle, J.O : Paris va nous coûter cher !

Publié le

Encore un grand projet rentable ! Que dis-je ? Encore deux grands projets rentables !

Les Jeux Olympiques à Paris en 2024  et l’Exposition Universelle en 2025.

Cette dernière ne coûtera rien ou presque à en croire ses promoteurs. On dépensera 2,9 milliards d’euros pour en gagner 3,1 milliards. 200 millions de bénéfice ! On se réjouit d’avance. Nous sommes d’ailleurs appelés à nous réjouir.

Presque aussi rentables que d’autres projets que l’on nous avait annoncés comme tels. Il y en a de nombreux comme le nucléaire et l’EPR, les lignes LGV pour parler des plus récents. Il y a des ancêtres comme Concorde.

Non, ne riez pas ; 2024 et 2025 ce sera le gros lot pour…Paris.

P1020536La Tour Eiffel : symbôle de ce que Paris doit à l’expo universelle

Certes, jamais le centralisme ne s’est renié. Tout a toujours été fait pour que l’on n’ait qu’une seule et grande ambition ; celle d’aller à Paris le plus vite et le plus souvent possible. Mais depuis quelques années des mots avaient circulé comme « décentralisation » et « régionalisation ». On se disait que peut-être il y aurait quelques changements. Les ambitions décentralisatrices n’ont pas fait long feu.

Comme c’est la crise, plus de complexes ; on revient aux bonnes vielles méthodes. La présentation du projet d’exposition universelle à Paris en 2025 est un exemple du genre. On va nous refaire une tour Eiffel, (numérique je vous prie) mais surtout on va investir beaucoup d’argent pour moderniser Paris. Et rien n’est caché, on dit clairement les choses : ExpoFrance 2025 a signé un partenariat « avec la société du Grand Paris, qui pourrait permettre de booster la future métropole et notamment le projet de métro Grand Paris Express ».

P1050728

Concorde : prestigieux, mais coûteux

C’est vrai que le coup se prépare depuis des années. Les lignes LGV (payées en partie par les contribuables des communes, départements et régions éloignées) pour aller plus vite à Paris …donc à l’exposition et aux J.O. Mais la ficelle était grosse et on s’aperçoit aujourd’hui que certains groupes de BTP ont voulu se gaver avec des chantiers où le contribuable paye et où les bénéfices sont pour les actionnaires. Donc voici le nouveau projet qui va permettre de lancer un très gros chantier. Expo Universelle qui appelle le nouveau métro circulaire du Grand Paris.

On aurait voulu créer une machine à remonter le temps que l’on aurait pas fait mieux. Paris aura la meilleure part, pour ne pas dire tout le gâteau. Mais ce n’était pas possible de le dire ainsi, alors on explique à Expofrance 2025 que le troisième cercle de l’événement concernera les grandes villes de provinces qui pourront organiser des colloques, faire « des présentations d’innovations technologiques et même présenter des réhabilitations patrimoniales et architecturales ». Rien que ça, ça donne déjà envie !

Bon, on ne dit pas avec quel argent. Ce ne sera pas avec celui des collectivités qui sont déjà plumées. Pas avec les impôts que les collectivités vont percevoir ; la fiscalité c’est l’affaire de l’État qui ramasse et ensuite fait des dotations aux collectivités, si possible en les réduisant régulièrement.

Mais ne vous inquiétez pas, vous verrez tout à la télé si vous n’avez pas la possibilité d’aller à Paris !

Je ne voudrais pas être mal compris. Que l’on organise une expo universelle est en soi une bonne chose. Mais on aurait pu choisir, Clermont-Ferrand, Toulouse, Lyon, Marseille, Nantes, Strasbourg, Bordeaux…Les italiens ont bien choisi Milan, les espagnols avaient choisi Saragosse pour l’expo internationale.

P1090733Saragosse et son pont sur l’Ebre construit pour l’exposition Internationale  de 2008. Les expos internationales ne durent que trois mois. Six mois pour les expos universelles.

Mais chez nous c’est différent ! Il y a la machine à déménager le territoire. Elle fonctionne toujours. Elle s’est emballée depuis longtemps, elle grossit. Elle nous cache l’horizon européen, elle nous condamne à ne regarder que vers un point unique, à n’écouter qu’une voix.

Nous serons dans le troisième cercle. Nous aurons les échos de l’Expo, pas les retombées mais nous aurons le prix à payer. Parce que qu’il faut dire le devis semble bien modeste quand on regarde les factures des autres.

Expofrance 2025 parle de plus ou moins trois milliards d’euros, alors que la facture sera de 15 milliards à Milan cette année ! Elle serait de 20 milliards pour Dubai 2020.

Celle de Hanovre en 2 000 s’est soldée par un manque à gagner de 1,2 milliards d’euros !

Qui gagne et qui paye ? Je ne parle pas des J.O dont on sait qu’ils ne sont pas rentables. Ce n’est pas leur rôle. Mais au moins si ces événements servaient à développer des villes qui en ont besoin. Si on avait l’idée simple de ne pas toujours tout faire au même endroit ce serait déjà une innovation… qui vaudrait une exposition.

Ua manifestacion per la lenga occitana ! Òsca !/Une manifestation pour la langue occitane ! Bravo !

Publié le Mis à jour le

Article bilingüe francés e occitan

 Article bilingue français/occitan

 

Ua manifestacion per la lenga occitana ! Òsca !

Que pòdi díser, shens tròp riscar d’orgulhosejar, que n’estoi pas per arren dens la mesa en plaça de la prumèra manifestacion « Anem Òc ! Per la lenga occitana ! » en 2005 a Carcassona.

La decision qu’estó presa de har aquera manifestacion, e d’aperar las autas organizacions a i participar, au moment de l’amassada generau de l’IEO deu mes de mai de 2004, a Castras.

Qu’èri lavetz president de l’IEO. Que podoi préner la pagèra de las dificultats que i avèva a convéncer los occitanistas que calèva gausar aquera aventura federatora e portaira de dinamisme collectiu. Qu’entenoi, en mei de hòrt de declaracions estrambordadas per l’idea, quauques votz qui disèvan que calèva meilèu non pas essajar de har ua grana manifestacion pr’amor que riscàvam de non pas estar nombrós… pr’amor n’èra pas aisit de federar, pr’amor non podèvam pas estar entenuts, pr’amor…non sabi pas qué mei !

Carcassona 2009 3

L’istòria que la coneishem. Qu’estom 10 000 a Carcassona en 2005 e puish au cap de quate manifestacions,      30 000 a Tolosa en 2012. Los mei dubitatius que s’èran carats e qu’èran vienguts dar la man au tribalh collectiu. Tant de bon !

Que seré l’occitanisme de uei non i avosse pas avut tot aquò ?

Donc òsca a’us qui an decidit de’ns convidar a ua manifestacion lo 24 d’octobre a Montpelhièr ! Que i serèi e que harèi tot çò que pòdi entà har viéner monde.

Òc, qu’ei la bona estrategia. Òc, qu’averí jo tanben rasons de trobar que tau o tau lòc seré mei plan adaptat, que tau o tau data seré mei plan causida. Qu’averí rasons de díser nhiu o nhau e de criticar. Que poderí…solide, mes que serí irresponsable. Que poderí jo tanben sortir arguments entà trobar qu’èra miélher abans e que desmpuish que non soi pas mei dens l’organizacion las causas non van pas autan de lis. Mes non ! Òsca ! Los qui apèran a manifestar qu’an hèit plan e que soi disponible entà dar la man. Urosament non i a pas arrés qui sian indispensables en lo noste combat ; mes que soi convençut qu’avem besonh tot lo monde pr’amor cadun de nosautes qu’ei utile.

Las manifestacions de 2005 dincà 2012 qu’estón ua maquina subèrbèra entà federar l’occitanisme. Que la cau tornar avitar.

La pròva qu’ac cau har : dempuish lo mes de març de 2012 n’avem pas avut lo parat de’ns tornar trobar. Que vòli díser tots los qui d’ua faiçon o d’ua auta son portaires de la promocion deus drets de la lenga occitana. Que harà lèu tres ans ! E que s’i passa ? Que comença de s’enténer a díser que tau o tau non hè pas çò qui cau, que tau aute n’a pas mei lo nhac ! Que s’enten a díser que tot va mau e qu’ei la fauta de l’un o de l’aute, qu’un aute enqüèra e vòu recuperar. Tots qu’èm portaires mei o mensh portaires de paraulas negativas. Que’ns hèm desesperar per la crisi e per tots los qui n’an pas d’aute objectiu que de ns’explicar que çò qui demandam n’ei pas legitime o n’ei pas d’actualitat. Que caleré d’abòrd resòlver d’abòrd tots los autes problèmas de la societat qui serén prioritaris ! Mes qui decideish las prioritats ?

Òc, que cau tornar federar a l’entorn de çò de màger ! E çò de màger qu’ei lo noste dret a har enténer la nosta votz legitima ! Òc que disi plan legitima ! Quitament se i a la crisi, quitament se i a dificultats economicas ! Quitament se i a ua pujada deu racisme e de l’intolerància qui miaçan la democracia. Qu’èm legitimes a manifestar pr’amor lo noste messatge qu’ei un element de solucion a aqueths problèmas.

Promòver la diversitat lingüistica qu’ei defénder la democracia, la convivéncia. Qu’ei tanben defénder lo dret a un desvolopament intelligent deus nostes territòris. Qu’ei respóner a’us qui vòlen har créder que defénder la Republica passa per l’uniformizacion mentre qu’ei lo contrari. Demandar drets tà l’occitan qu’ei defénder la laïcitat.

E puish la crisi economica que’ns tòca tanben. Occitans qui n’an pas tribalh, qui se’n veden entà víver, que’n coneishem tots. Òm pòt estar caumaire e defénder la soa lenga. Desirar trobar un tribalh e resòlver las dificultats de la vita quotidiana non significa pas que cau deishar de pensar e de reivindicar per d’autes drets fondamentaus ! Qu’èm ciutadans de la Republica e ciutadans de Euròpa, per çò qui va plan mes tanben per çò qui va mau. Alavetz non n’i a pas nat qui sia legitime tà causir en plaça nosta las prioritats e tà díser que non seré pas lo moment de manifestar pr’amor la nosta reivindicacion non seré pas prioritària!

Lo combat noste qu’ei legitime, utile per la democracia, utile entà trobar solucions per doman. N’ei pas la solucion a tot segur, mes qu’ei un combat qui no’s pòt pas dissociar deu combat en favor de la libertat e deus drets elementaris.

Que serèi a Montpelhièr lo 24 d’octobre pr’amor que sabi que cau federar. Qu’apèri tots los occitans democratas qui son sensibles a aqueth messatge, los qui creden au messatge portat per l’occitanisme, quau qui sia la lor origina, la lor apartenéncia politica, la lor apartenéncia associativa, las lors credenças, la lor sensibilitat, a’s federar entà que siam  40 000 a Montpelhièr, lo 24 d’octobre de 2015, dètz ans après Carcassona.

Lo messatge que serà utile, hòrt. Que serà ua reivindicacion clara per un estatut en favor de la lenga, per ua politica lingüistica publica. Que serà ua manifestacion virada tanben de cap a’us qui viven en Occitania entà’us díser qu’an la responsabilitat d’ua lenga e d’ua cultura qui non pòden pas estar enviadas a las escobilhas. pr’amor que son apèrs qui pòden ajudar a trobar solucions taus problèmas qui viu la nosta societat. Non son pas utís miraculós, mes que’ns permeten d’estar diferents e donc d’existir au ras deus autes, dab los autes pòbles d’Euròpa e deu Monde. Diferents e solidaris.

David Grosclaude

 

Une manifestation pour la langue occitane ! Bravo!

Je peux dire, sans trop risque de pécher par orgueil, que je ne fus pas pour rien dans la mise en place de la première manifestation « Anem Òc ! Per la lenga Occitana ! » en 2005 à Carcassonne.

La décision fut prise de faire cette manifestation et d’appeler les autres organisations à y participer lors de l’assemblée générale de l’IEO du mois de mai 2004, à Castres.

J’étais alors président de l’IEO. J’ai pu prendre la mesure des difficultés qu’il y avait à convaincre les occitanistes qu’il fallait oser cette aventure fédératrice et porteuse de dynamisme collectif.

J’eus l’occasion d’entendre, en plus de nombreuses déclarations enthousiastes, quelques voix qui disaient qu’il valait mieux ne pas essayer de faire une grande manifestation parce que nous risquions de ne pas être nombreux…parce que ce n’était pas facile de fédérer, parce que non ne pouvions pas être entendus, parce que …je ne sais plus quoi encore.

Carcassona 2009 5

L’histoire nous la connaissons. Nous étions        10 000 à Carcassonne en 2005 et puis au bout de quatre manifestations, 30 000 à Toulouse en 2012. Les plus perplexes s’étaient tus et étaient venus participer au travail collectif. Tant mieux !

Que serait l’occitanisme d’aujourd’hui s’il n’y avait pas eu tout cela ?

Donc, bravo à ceux qui ont décidé de nous inviter a une manifestation le 24 octobre à Montpellier. J’y serai ; je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour y faire venir le plus de monde possible.

Oui, c’est la bonne stratégie. Oui, j’aurais moi aussi la possibilité de trouver des raisons pour dire que ce serait mieux de manifester ailleurs, autrement, à une autre date…Je pourrais aussi trouver des raisons de critiquer et de dire que je ne viendrai pas. Je pourrais, certes, mais je serais irresponsable. Je pourrais aussi trouver des arguments pour dire que c’était mieux avant et que depuis que je ne suis plus dans l’organisation les choses vont moins bien. Mais non ! Bravo ! Ceux qui appellent à manifester ont bien fait et je ne peux que leur dire que je suis disponible pour donner un coup de main. Heureusement personne n’est indispensable dans ce combat qui est le nôtre ; mais je suis convaincu que tout le monde est utile.

Les manifestations de 2005 à 2012 furent la machine à fédérer l’occitanisme. Il faut la relancer. La preuve que c’est nécessaire : depuis le mois de mai 2012 nous n’avons pas eu l’occasion de nous retrouver ; je veux dire tous ceux qui d’une façon ou d’une autre sont porteurs de la promotion de la langue occitane. Bientôt trois ans ! Et que se passe t-il ? On commence à entendre dire que si les choses n’avancent pas c’est la faute à un tel ou que c’est parce que l’autre ne fait pas son travail, ou encore que celui-là veut récupérer, ou encore qu’un autre n’a pas su ou pas voulu…

Nous sommes tous plus ou loins porteurs de paroles négatives. Nous nous faisons désesperer par la crise et par ceux qui n’ont pas d’autre objectif que de nous expliquer que ce que nous demandons n’est pas légitime et n’est pas d’actualité. Il faudrait d’abord résoudre tous les autres problèmes de la société qui seraient prioritaires !? Mais qui décide des priorités ? Oui, il nous faut fédérer à nouveau autour de l’essentiel. Et ce qui est essentiel c’est de faire entendre notre voix qui est légitime.

Oui, je dis bien légitime ! Même si c’est la crise, même s’il y a des difficultés économiques ! Même s’il y a une montée du racisme et de l’intolérance qui menancent la démocratie. Nous sommes légitimes pour manifester parce que notre message est un élément de solution à ces problèmes.

Promouvoir la diversité linguistique c’est promouvoir la démocratie le vivre-ensemble. C’est aussi défendre le droit à un développement intelligent de nos territoires. C’est répondre à ceux qui veulent faire croire que la République passe par l’uniformisation alors que c’est le contraire. C’est défendre la laïcité que de demander des droits pour l’occitan.

Et puis la crise économique nous touche aussi. Des occitans qui n’ont pas de travail, qui ont du mal à vivre, nous en connaissons tous. On peut être chômeur et défendre sa langue. Désirer trouver un travail et résoudre les difficultés de la vie quotidienne, cela ne signifie pas qu’il faut cesser de penser et de revendiquer pour d’autres droits fondamentaux.

Nous sommes citoyens de la République, citoyens de l’Europe, pour ce qui va bien et pour ce qui va mal. Alors il n’y a personne qui soit légitime pour choisir à notre place les priorités et pour dire que ce ne serait pas le moment de manifester parce que notre revendication ne serait pas dans les urgences !

Le combat qui est le nôtre est légitime, utile à la démocratie, utile afin de trouver des solutions pour demain. Ce n’est pas la solution à tout, bien sûr, mais c’est un combat qui ne peut se dissocier du combat en faveur de la liberté et des droits élémentaires.

Je serai à Montpellier le 24 octobre parce que je sais qu’il faut fédérer. Et j’appelle tous les occitans démocrates qui sont sensibles à ce message, ceux qui croient au message porté par l’occitanisme, quelle que soit leur origine, leur appartenance politique, leur appartenance associative, leur sensibilité, leurs croyances, à se fédérer pour que nous soyons 40 000 à Montpellier le 24 octobre 2015, dix ans après Carcassonne.

Le message sera utile, légitime, fort. Ce sera une revendication claire pour un statut en faveur de la langue, pour une politique linguistique publique. Ce sera une manifestation en direction des habitants d’Occitanie pour leur dire qu’ils ont la responsabilité d’une langue et d’une culture qui ne peuvent être envoyées à la poubelle, parce que ce sont des outils qui peuvent aider à trouver des solutions aux problèmes que connait notre société. Ce ne sont pas des outils miracle, mais ce sont des outils qui permettent d’être différents, donc d’exister à côté des autres, avec les autres peuples d’Europe et du Monde. Différents et solidaires.

David Grosclaude

 

L’Aquitània de doman en discussion / L’Aquitaine de demain en discussion

Publié le

Après un debat on los grops an podut parlar de la refòrma en cors e de la fusion a viéner de las tres regions Aquitània, Peitau-Charantas, Lemosin, la ministra Marylise Lebranchu qu’a parlat devant los conselhèrs regionaus d’Aquitània.
Las criticas sus la lei qu’estón nombrosas com per exemple lo hèit que d’aver retalhat las regions abans d’aver parlat de las competéncias.
Mes tot aquò èra dejà estat dit publicament au mes de junh, quan se debanè la prumèra amassada deu Conselh regionau sus la reforma. Qu’avoi lo parat de m’exprimir de faiçon clara sus aquera question e que podoi díser au nom deu men grop la necessitat de’s virar cap au federalisme.
Aqueste matin que soi interviengut entà díser las medishas causas en mei brac e qu’aprofieitèi la preséncia de la ministra tà pausar ua question sus l’actitud de l’Estat.

Que m’a responut : « Les services de l’Etat vont être obligés de se réorganiser. Si on ne le fait pas on aura pas réussi ». Qu’a ajustat a prepaus de la fiscalitat : « Le débat sur les compétences est maintenant quasiment bouclé il va falloir ouvrir le chantier sur les ressources et évoquer la fiscalité des régions » .

Que vederam plan se quauquarren avança ?!!!

Intervention Plenière David Grosclaude
26 janvier 2015

 
Madame la ministre

Monsieur le président

mes chers collègues

Je pensais que par cette réforme nous allions aussi parler d’Europe, je croyais qu’il fallait penser Europe ! Je le regrette mais cette dimension européenne était absente de nos débats ce matin.?
Depuis quelques semaines, nous n’avons que des analyses bien hexagonales. Nous nous comparons avec d’autres régions hexagonales, à nous-mêmes ! Certes les économistes qui nous ont fait des communications ce matin sur la nouvelle région avaient reçu une commande, donc ce n’est pas leur faute.
Mais qu’allons faire avec nos régions à taille prétendument européenne. Rien ne va changer. Le rapport reste quasiment le même entre nos régions et celles de nos voisins.
Une fois rassemblées nos budgets respectifs (Aquitaine, Limùousin,Poitou Charentes), cela ne fait malgré tout que la moitié de celui de nos voisins aragonais : 5,25 milliards d’euros pour 1,3 millions d’habitants soit le quart de notre future région. Ce sont des chiffres connus mais il faut les rappeler.
Je pourrais prendre d’autres exemples.  

Très ambitieuse au départ dans les annonces, la réforme nous propose un bien maigre résultat.Et pour les régionalistes comme moi c’est très décevant.
Je ne parlerai pas de la simplification que l’on avait promise aux citoyens. Qui pourrait prétendre que cette réforme rendra les choses plus claires ? Personne !  D’ailleurs demandez dans la rue et vous entendrez dire : « cela ne change rien » !

Je ne reviendrai pas sur le péché originel qui a consisté à parler du cadre avant de parler de ce que l’on devait mettre à l’intérieur. Nous voilà avec l’Aquitaine d’Aliénor ! Mais sans Aliénor ! Nous voilà avec l’Aquitaine d’Aliénor mais avec un pouvoir central qui ne lâche rien !
Nous voici donc avec de nouvelles cartes. Nous voici affairés à des additions de populations, de kilomètres de voie ferrée, de lycées, de budgets, de politiques, de règlements d’interventions…Bientôt nous jouerons à chercher un nom…

Enfin une question me permettra de terminer mon propos.Je profite de la présence de la ministre pour la lui poser
Que va faire l’État ? Quelles réformes l’État va t-il s’imposer pour s’adapter ? Comment va t-il prouver qu’il fait confiance aux régions ? Nous savons qu’il ne nous accordera aucune fiscalité supplémentaire. Va t-il nous dire que ce qu’il nous impose est trop difficile à faire pour lui ? Combien d’académies dans notre région par exemple?  Une, deux, trois ? Une pour Bordeaux, une pour Limoges et une pour Poitiers ? A quel niveau l’État est il capable de s’engager pour réformer les circonscriptions administratives dans lesquelles il agit. ? Nous touchons là à la question de la simplification et à la question des coûts.
Je vous remercie

Vous avez dit “ vivre ensemble  » ? Vous voulez dire “ Convivéncia « 

Publié le Mis à jour le

L’Occitanie est une terre qui a connu des déferlantes de fanatisme religieux. Elle a payé cher d’avoir été à certains moments de l’Histoire une terre de tolérance, de « vivre ensemble » comme on dit en français. En occitan on a le mot « convivéncia ». Il est beau. Il y a toujours des forces pour ne pas le supporter.

Nous ne sommes pas une terre d’hérésie mais une terre qui a tenté la tolérance, qui a essayé de la cultiver. Aujourd’hui même nous sentons que les forces politiques les plus rétrogrades gagnent du terrain dans les villages, les villes et les régions occitanes. Il ne faut pas être naïfs ; pas question de laisser penser que nous croyons que l’Occitanie est une terre où la tolérance est partagée par tous, qu’elle y fleurit naturellement. Elle doit se cultiver, à chaque génération.

Aigas mortasAigas Mortas on Maria Durant estó empresonada 38 ans

A chaque épisode de l’histoire il y a eu dans notre société des forces opposées. La « convivéncia » n’était pas —et n’est pas— du goût de tout le monde. A chaque fois il faut expliquer, convaincre, combattre les idées simplistes, s’opposer à ceux qui croient que l’autre est un ennemi.

Certes il y a les armes pour lutter contre les armes ; le prix de ce combat est toujours très élevé. Il est parfois nécessaire.

Rafael Alberti écrivit un poème terrible et résigné, alors que la guerre semblait inévitable en Espagne :

« qué dolor de papéles  ha de barrer el viento » (Quelle douleur de papiers doit balayer le vent)

qué tristeza de tinta  ha de borrar el agua ».(Quelle tristesse d’encre doit effacer l’eau)

« las palabras entonces no sirven, son palabras.(Les mots alors ne servent pas, ce sont des mots)

Las siento esta noche heridas de muerte las palabras ».( je les sens cette nuit blesssés à mort, les mots)

Alberti ponctua son poème d’une sorte de refrain terrible qui disait : « balas ! balas ! ».

Il répondait d’une certaine façon au stupide et absurde « Viva la muerte ! » de général José Millán-Astray.

Quand l’intolérance triomphe les mots meurent, l’intelligence meurt. D’ailleurs ceux qui crient à leur façon « viva la muerte ! » aujourd’hui ne supportent pas les mots ni la culture.

montsegurComment répondre à la situation ? Il serait présomptueux de dire que qui que ce soit a LA solution. Il faut des réponses sociales, économiques, des réponses politiques. Elles seront longues et compliquées. Mais nous devons penser que demain il nous faudra des mots ; ceux qui enseignent la « convivéncia » justement.

Des pages de l’histoire occitane se sont écrites à l’époque de la croisade lancée sous prétexte d’hérésie cathare, puis il y a eu la Réforme, la guerre des Camisards. Je pense aussi à ce mot gravé sur les murs d’Aigas Mortas par Marie Durant « Register ». Elle fut emprisonnée pendant plus de 38 ans pour n’avoir pas cru comme il fallait. Puis il y a ce mot de « Résistance » faisant

Montsegur qu’ei tanben simbolic d’ua epòca d’intolerància

écho quelques siècles plus tard à ce qui était gravé dans la pierre d’une prison. Il répondait à un fanatisme qui n’a rien à envier à celui que nous connaissons aujourd’hui.

Connaitre l’histoire occitane, connaitre les intolérances qui ont tué tant d’hommes et de femmes, qui en ont envoyés tant aux galères et dans des camps serait bénéfique aux jeunes qui fréquentent nos écoles. Mais on en parle peu, pas assez. Et pourtant tout cela résonne aujourd’hui. Je ne crois pas que de mettre un drapeau de la République au fronton des écoles sera suffisant. Si ça devait suffire à arrêter l’intolérance j’en serais heureux. Mais je crois en la culture, en la connaissance, en l’intelligence. Il n’y a rien d’autre pour lutter contre l’obscurantisme. Manifester par millions était nécessaire. Maintenant il faut armer les âmes. Demain il nous faudra des mots, ceux qui enseignent la « convivéncia ». C’est par les mots que tout commence, ou si vous voulez, autrement dit : « Au commencement était le verbe ». Ceux qui veulent empêcher aujourd’hui que les idées circulent devraient connaitre cette phrase.

David Grosclaude

Non deisharam pas passar aquera ideologia destructora/Nous ne laisserons pas passer cette idéologie destructrice

Publié le Mis à jour le

Non deisharam pas passar aquera ideologia destructora

Nous ne laisserons pas passer cette idéologie destructrice

Comunicat deu Partit Occitan / Communiqué du Partit Occitan

De « Tuez les tous ! Dieu reconnaitra les siens ! » en passant par ceux qui théorisent sur une prétendue race supérieure pour tenter d’éliminer un peuple, pour en arriver à ceux qui croient venger leur prophète et être la main de Dieu en tuant des journalistes, ils ne nous délivrent qu’un seul message : celui de l’intolérance et de la haine. Rien de divin dans tout cela, rien de supérieur mais simplement un immense mépris pour les femmes et les hommes qui peuplent cette Terre, une immense misère intellectuelle.

Ce qui s’est passé à Paris est une résurgence des idéologies les plus destructrices que l’on puisse produire et qui vivent encore, tapies dans l’ombre. Ce qui s‘est passé est l’expression de la conviction qu’ont certains qu’ils peuvent faire taire l’autre, celui qui ne pense pas comme eux, par la violence et les armes.

Ils se trompent, nous le savons tous, mais il faut une fois de plus le leur dire, le leur redire. Ils ne gagneront pas ! Nous ne leur céderons pas un pouce du terrain  de la démocratie et de notre liberté. Nous ne nous laisserons pas non plus aspirés par l’enfer de la suspicion et du rejet de l’autre dans lequel ces fous voudraient nous voir tomber.

Sans liberté d’expression pas de liberté de création, pas de liberté de pensée, et pas de liberté de croire ou de ne pas croire non plus.

Le Partit Occitan s’incline devant toutes les victimes de ce massacre, journalistes, dessinateurs, policiers, et s’associe à toutes les manifestations qui montreront l’unité des démocrates face au péril que représente l’intolérance, encore plus quand elle est armée et donc poussée à son paroxysme. 

Non deisharam pas passar aquera ideologia destructora

De : « Tuatz-los tots e Diu coneisherà los sons ! », en passar peus qui teorizan sus ua pretenduda raça superiora entà temptar d’eliminar un pòble, per n’arribar aus qui creden de vengar lo lor profèta e qui pensan d’estar la man de Diu en tuar jornalistas, que’ns dan un sol messatge : lo de l’intolerància e de l’òdi. Arren qui sia de Diu en tot aquò, arren que sia superior, mes sonque un mespretz immense per las femnas e los òmis qui pòblan aquesta Tèrra, ua immensa misèria intellectuau.

Çò qui s’ei debanat a París qu’ei ua resurgéncia de las ideologias mei destructoras qui’s poscan produsir, e que viven enqüèra, esconudas en l’escuranha.

Çò qui s’ei debanat qu’ei l’expression de la conviccion de quauques uns que poderén har carar l’aute, lo qui non pensa pas com eths, per la violéncia e las armas.

Que s’enganan, qu’ac sabem tots, mes que’us ac cau díser un còp de mei e e’us ac tornar díser. Non ganharàn pas ! Non deisharam pas un préner lo mendre poç deu terrenh de la democracia e de la nosta libertat. Ne’ns deisharam pas tanpauc gahar per l’in.hèrn de la suspicion e deu reget de l’aute en loquau aqueth hòus nos volerén har càder.

Shens libertat d’expression non i pas de libertat de creacion, pas de libertat de pensar, e pas de libertat de créder o de non pas créder tanpauc.

Lo Partit occitan que’s clina devant totas las victimas d’aqueth massacre, jornalistas, dessinators, policièrs e s’associa a totas las manifestacions qui haràn mustra de l’unitat de tots los democratas fàcia au perilh qui representa l’intolerància, enqüèra mei quan ei armada e quan la pòrtan au son paroxisme.