Pourquoi les médias parisiens sont ils sourds ?

A propos des médias parisiens et de leur difficulté à parler de nous.

Il faut casser le plafond de verre et frapper sur la vitre de l’aquarium

J’ai le temps de réfléchir le soir avant de m’endormir ; et à la question de plusieurs personnes à propos de la difficulté de faire passer une information dans la presse parisienne je me disais une fois de plus, qu’il existe chez nous un vrai plafond de verre médiatique. C’est un vrai sujet préoccupant en démocratie.

C’est une des conséquences du centralisme. Il est médiatique. Nous sommes le seul pays d’Europe où les plus grands médias sont aussi centralisés. C’est vrai de l’audiovisuel, privé ou public. Le privé vit comme il le veut mais le public lui au moins devrait être beaucoup mieux réparti sur le territoire. C’est déjà une faute que de n’être quasiment qu’à Paris. Certes il y a France 3 mais on voit bien que personne ne semble très disposé à développer de vraies chaines régionales. Il faudrait pourtant que le service public actuel dispose de vrais moyens et de plus d’autonomie. C’est vrai de la radio publique aussi.

Quant aux télévisions privées, elles ne font que suivre le rythme. Ce pays est centralisé et elles copient le modèle. Même chose pour les radios et la presse écrite dite « nationale ».

Cela explique la difficulté pour cette presse à s’intéresser à ce que nous faisons en « Province ». Il y a donc un phénomène pour nous de plafond de verre et , si je peux me permettre, pour les médias parisiens, un phénomène d’aquarium. Il y en a même quelques-uns qui se prennent pour des requins. On y vit un peu en vase clos.

Alors si l’on veut qu’ils nous voient il faut beaucoup s’agiter autour de l’aquarium ! Alors agitons nous !

Agitons-nous d’autant plus que les télévisions publiques vivent sur notre argent ainsi que la radio publique ; et agitons-nous aussi parce que la presse privée ne serait pas grand-chose si elle n’avait pour seul marché que son aquarium.

Disons que nous sommes des poissons en liberté qui regardons des congénères qui souffrent d’enfermement.

Dans l’urgence, aidons les à voir clair en leur envoyant les articles publiés dans la presse occitane, radio, télé, numérique ou écrite ainsi que ce qui est paru dans la presse d’autres pays d’Europe. Il y aura des réactions, à retardement certes, mais au moins par accumulation.

Crida – Appel

Au sixième jour de mon action je me réjouis de voir que mes collègues de Midi-Pyrénées, Auvergne, et PACA ont décidé de mener une action symbolique de jeûne dans leurs hôtels de régions respectifs.

Entre mardi 20 h et mercredi 8 h ils entameront ce mouvement. Je les en remercie.

J’appelle tous ceux qui me soutiennent à suivre l’exemple de mes collègues et d’en profiter pour organiser des moments d’information à la presse.

Des jeûnes symboliques de 24 h peuvent être une démonstration de notre détermination et surtout un bon moment pour attirer l’attention et montrer que ce mouvement ne se limite pas à un individu et à un seul lieu. Tout le territoire occitan est concerné.

Vous pouvez soit les rejoindre sur place soit organiser en tous lieux publics ce type de mouvement.

Bien entendu tous ces mouvements doivent montrer notre capacité à manifester pacifiquement, mais avec détermination.

Je sais que certains d’entre vous ont des obligations professionnelles et qu’ils ne pourront pas se joindre au mouvement durant ces 24 heures. Mais ils peuvent apporter leur soutien.

J’appelle tous mes collègues conseillers régionaux à se joindre à ce mouvement symbolique.

Le respect des décisions prises par des assemblées démocratiques est en jeu.

Un texte accompagne ce message afin de rappeler ce que signifie « n’i a pro d’estar mespresats » et ce qu’il revendique.

Je vous remercie de votre soutien

David Grosclaude,

conselhèr regionau d’Aquitània

au sheisau dia de grèva de la hami a Bordèu

Au sheisau dia de la mea accion que m’arregaudeishi de véder los mens collègas de Miègjorn-Pirenèus ( Guilhèm la trubesse) d’Auvernha ( Gustau Alirol ) e de Provença ( AM.Hautant e Hervé Guerrera) qu’an decidit de miar ua accion simbolica de 24 òras de grèva de la hami en los lors ostaus de regions respectius.

Enter dimars 18 h e dimèrcs 8 h aqueth movement que començarà. Que’us arremercii.

Qu’apèri tots los qui’m sostienen a seguir l’exemple deus mens collègas e d’aprofieitar aqueth moment entà informar la premsa

Grèvas de la hami de 24 h que pòden estar ua demonstracion de la nosta determinacion e sustot un bon moment entà tirar l’atencion e amuishar qu’aqueth movement no’s limita pas a ua persona e a un sol lòc.

De segur tots aqueths movements que deven provar la nosta capacitat a manifestar pacificament mes dab determinacion.

Que sabi que daubuns de vosautes qu’an obligacions professionaus e que non poderàn pas participar pendent las 24 òras. Mes que pòden portar lo lor sostien.

Qu’apèri tots los mens collègas conselhèrs regionaus a’s juntar au movement simbolic. Lo respècte de las decisions presas per assembladas democraticas qu’ei en jòc.

Un tèxte qu’acompanha aqueth messatge entà brembar çò que significa « n’ia pro d’estar mespresats » e çò que reivindica.

Que v’arremercii deu vòste sostien

CINCAU DIA / CINQUIEME JOUR ( Article bilingue)

(version francesa mei baish, version française plus bas)

Caras amigas

Cars amics

Adara que comença lo cincau dia de la grèva de la hami qui comencèi dimèrcs passat. Que soi tostemps installat au Conselh Regionau d’Aquitània.

Fòto dab Lògo

Peu moment la santa que va. Que bevi çò qui cau. Qu’ajusti un pauc de sau entà seguir los conselhs de Jean Lassalle qui a explicat dens la premsa bearnesa qu’èra solidari de la mea accion.

Que serà un dimenge tranquille. Qu’aurèi quauques visitas e sustot lo sostien e la preséncia deus mens. Que hè ben d’aver au ras de jo la mea companha qui partatja aquera accion, qui’m sostien e qui’n supòrta las consequéncias.

Doman qu’aurèi lo hilh qui com los sos dus hrairs estón ensenhats entà saber çò que dignitat e vòu díser. E puish la mea mair qui era tanben partatja lo combat e qui s’aucupa de çò qui’m preocupa tanben …a saber lo men casau e los legumes qui plantèi abans de m’installar ací. E òc ! Que cau plan de quan en quan saber aucupà’s deu son casau…

Aquò dit que soi interrogat per monde qui’m demandan quinas accions e deven miar. Que’us disi que cau har brut en los mèdias e los hialats sociaus. Mes que n’i a qui cèrcan proposicions mei. Que’n haram per las òras qui vienen.

En aténder qu’avem decidit de non pas mantiéner lo rassemblament de doman, diluns a 11 òras devant lo Conselh Regionau. Que pensam que vau mei prepausar ua mobilizacion tà dimèrcs qui marcarà la prumèra setmana. Se non i a pas nada responsa concreta de l’Estat que’vs demandarèi de m’ajudar per accions simplas, simbolicas e de segur tostemps pacificas.

Qu’èm indignats e donc que nse sentim mespresats. N’accèpti pas que l’Estat entrave lo tribalh d’aqueths qui an decidit d’obrar entà la lenga occitana. Que cau respectar la decision de duas assembladas democraticament elegidas.

Lo nombre d’elegits qui sostienen l’accion que s’alonga. Que pròva que l’indignacion que va au delà de las sensibilitats politicas deus uns e deus autes.

Qu’èi trobat beròi e plan trobada la formula resumida en un tablèu on se mèclan los mots « promessa » « pro » e « mespresats ». Non coneishi pas l’autor mes qu’ei plan trobat.

Lo resumit qu’ei simple :

PROMESSA

PRO mespresats

PRO d’estar MESPRESATS .

Bon dia a totas e a tots e contunhatz de har circular l’informacion.

E mercés enqüèra per lo vòste sostien.

Chères amies

Chers amis

Aujourd’hui j’entame mon cinquième jour de grève de la faim que j’ai commencée mercredi dernier. Je suis toujours installé au Conseil Régional d’Aquitaine. Pour le moment ma santé est bonne. Je bois ce qu’il faut ( en ajoutant un peu de sel pour suivre les conseils de Jean Lassalle qui m’a donné son soutien dans la presse) et je marche un peu.

Ce sera un dimanche tranquille avec la visite de mes proches, ma compagne qui partage les inconvénients de cette action et me soutient, un de mes fils qui partage aussi tout cela avec ses frères. Et puis il y a ma mère qui me soutient par téléphone et …en s’occupant de mon jardin qui a soif.

Cela dit, je suis interrogé par beaucoup de gens qui veulent savoir comment m’aider et quelles actions ils peuvent mener. Je leur dis de continuer à faire du bruit dans les médias et les réseaux sociaux. Mais nous cherchons des idées et nous vous ferons des propositions dans les heures qui viennent.

En attendant nous avons décidé de ne pas maintenir le rassemblement de demain lundi à 11 h devant le Conseil Régional. Nous pensons que ce sera mieux de proposer une mobilisation pour mercredi qui marquera la première semaine de la grève de la faim. S’il n’y a aucune réponse concrète de l’État je vous demanderai de m’aider par des actions simples, symboliques et toujours pacifiques.

Nous sommes indignés, donc nous nous sentons méprisés. Comme vous je n’accepte pas que l’État mette des obstacles au travail de ceux qui ont décidé de travailler en faveur de notre langue. IL faut respecter les décisions unanimes de deux assemblées démocratiquement élues.

La liste des élus qui soutiennent s’allonge. Cela prouve que l’indignation va au delà des sensibilités politiques des uns et des autres.

Merci encore à toutes et à tous pour votre soutien

Quatau dia/ Quatrième jour (article bilingue)

Caras amigas e cars amics

Que’m soi desvelhat aqueste matin en saber que calèva que demorèssi tota la dimenjada ací. Un trentenat d’amics se son recampats aqueste matin devant l’Ostau de Region. Que m’a hèit gai de véder aqueth monde.

Los sostiens qui contunhan d’arribar que m’ajudan a contunhar aquera accion qui n’ei au son quatau dia.

Lo sostien de Nadau, deu Congrès Permanent per messatges e comunicats que comptan.

Artsistas com J.FTisnèr, present aqueste matin, o los messatge d’autes artistas occitans com Patric, Montanaro e d’autes ( perdon de pas citar tot lo monde mes que sabi qu’an deishat un messatge sus Facebook) qui m’an enviat messatges que son la pròva que n’avem vertadèrament pro d’estar mespresats.

Ua mencion especiau aus elegits de l’Assemblada de Corsega qui an votat a l’unanimitat ua mocion de sostien. Que hè gai.

Que voi arremerciar tanben lo grop qui m’ajuda desempuish quauques dias, shens comptar las òras e l’energia. E mercés tanben aus mens amics deu Bearn qui’s hèn anar entà cercar mejans d’accion e entà relaiar lo messatge.

Que sabi que i a joens qui’s mobilizan, en Bearn e endacòm mei. Qu’ei lo vòste combat autan com lo men.

Mercés a totas e a tots.

IMG_1947

Chères amies

Chers amis

Les soutiens continuent d’arriver que ce soit par le biais des réseaux sociaux ou par la signature de la pétition. D’autres m’envoient un message mail ou SMS. Bref vous considérez vous aussi que « Pro d’estar mespresats » correspond bien à ce que vous ressentez.

Je viens d’entamer le quatrième jours de grève de la faim. beaucoup s’inquiètent de ma santé. Je les en remercie. Je vais aussi bien que possible. Je sais que je vais rester au Conseil Régional d’Aquitaine tout ce samedi et ce dimanche. Rien ne bougera au niveau institutionnel avant lundi. Donc il faut tenir le coup.

Pour le moment les contacts avec une autorité capable de répondre à ma demande sont nuls. Je n’ai pas de nouvelles. Il faut donc continuer à faire du bruit et à faire passer le message.

Mais je ne sais pas combien de temps ils pourront ne pas répondre aux diverses sollicitations que vous envoyez et que vous devez continuer d’envoyer à vos élus, quelle que soit leur étiquette et leur région et leur niveau de responsabilité.

J’ai reçu ce matin la motion votée à l’unanimité par l’Assemblée de Corse. Oui, à l’unanimité ! Lisez là elle vaut la peine. C’est clair. Merci à ceux qui ont porté ce texte, les élus de « Femu Corsica » et merci à tous ceux qui ont voté ce texte.

Un merci spécial à Nadau pour leur message de soutien

Lo Congrès de la Lenga Occitana a aussi envoyé un communiqué de presse.

Tous ces messages me vont droit au coeur, les plus modestes comme les les plus officiels.

La liste des élus qui soutiennent s’allonge peu à peu.

Soutien des fédérations et institutions occitanes à la grève de la faim de David Grosclaude


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le 30/05/2015

Soutien des fédérations et institutions occitanes à la grève de la faim de David Grosclaude


David Grosclaude
, Conseiller régional d’Aquitaine, a entamé le 27 mai dernier une grève de la faim pour dénoncer ce qu’il appelle le « mépris de l’État » envers l’occitan.

Nous soutenons l’action courageuse de M. Grosclaude et faisons le même constat que lui sur la situation de blocage, la succession d’engagements non tenus et l’accumulation de mesures régressives qui donnent malheureusement un sentiment de non respect de la part de l’État :

  • La ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, promise par le candidat François Hollande en 2012, n’est toujours pas à l’ordre du jour.
  • La loi pour les langues régionales, plus nécessaire encore que la ratification de la Charte, n’est toujours pas, non plus, à l’ordre du jour… Le Rapport du “Comité consultatif pour les langues régionales”, installé par la ministre de la Culture et de la communication, reste aujourd’hui lettre morte.
  • La réduction des possibilités et des moyens d’enseignement s’accélère avec, comme dernière étape de la régression et de la dévalorisation discriminatoire aux examens, une réforme du collège qui ignore l’enseignement bilingue, supprime l’option en sixième et réduit le cadre horaire pour les langues régionales.
  • La création de l’Office public de la langue occitane est aujourd’hui inexplicablement bloquée.

La langue occitane, patrimoine de la France, est en danger. Rien ne justifie que la République lui refuse aujourd’hui ce qu’elle a accordé hier à d’autres langues : les langues basque et bretonne disposent en effet d’outils publics et de moyens spécifiques de l’État pour conduire une politique linguistique, le corse bénéficie même d’un cadre légal permettant de généraliser son enseignement.

Nous appelons au respect du vote des Assemblées plénières des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées par la création formelle de l’Office public avec le soutien de l’État, et au respect des engagements pris, notamment en termes de statut des langues régionales et d’enseignement.

Patrice Baccou
Directeur d’APRENE

Jean-Louis Blenet
Président de las confédération Calandreta

Jean-Brice Brana
Président du CFPOC Aquitaine

Pierre Brechet
Président de l’Institut d’études occitanes

Jean-Jacques Castéret
Directeur de l’InOc Aquitaine

Delphine Krajewski
Présidente du CFPO Languedoc

Marcel Mateu
Président du Cirdòc

Gilbert Mercadier
Président du Congrès permanent de la langue occitane

Cédric Valmary
Directeur du CFPO Midi-Pyrénées